Jeuxvideo-world

Articles récents

[Test] Dragon Ball Fusions

23 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests 3DS

Disponible depuis le 4 août 2016 au Japon, Dragon Ball Fusions débarque enfin en France en ce mois de Février 2017, le 17 pour être précis. Développé par le studio Ganbarion et édité par Bandai Namco Entertainment, ce nouveau Dragon Ball espère bien séduire les fans de la série sur Nintendo 3DS avec de sérieux arguments. Les développeurs prennent des risques et disposent d'un tas d'idées pour parvenir à créer la surprise, la preuve il ne s'agit pas ici d'un jeu de combat, comme c'était le cas avec le jeu 3DS Dragon Ball Z Extreme Butoden, mais bel et bien d'un RPG. L'un des meilleurs jeux Dragon Ball ?

Visuellement, les développeurs de Ganbarion adoptent le cel-shading, un style visuel qui convient parfaitement pour l'adaptation d'un univers manga en jeux vidéo. En matière de combattants, et combattantes, le jeu adopte le format SD, une forme de mini personnage. Au niveau des environnements, le jeu ne se contente pas d'une grande zone faisant office de hub comme c'est le cas sur les derniers épisodes sur les consoles de salon. On pourra trouver ici plusieurs petites zones sympathiques et vivantes. Evidemment chaque zone est un clin d'oeil à un décor précis de l'univers Dragon Ball : Satan City, Capsule Corp, Kame House, Cell Game, la planète Végéta, Namek, la Terre... Les fans apprécieront et d'une manière générale, les joueurs apprécieront la présence de plusieurs zones dont certaines très verticales. L'univers est très coloré avec de jolis effets lumineux. Cela permet d'obtenir des zones différentes autant dans le style que dans la conception du niveau. Techniquement le jeu n'est pas forcément parfait mais démontre une finition suffisante.

On pourra donc lui reprocher quelques textures un peu plates, une modélisation perfectible et surtout une absence de 3D. Sauf que derrière ces défauts et compromis, on trouve une expérience de jeu qui ne souffre d'aucun ralentissement et aucun bug constaté. La fluidité est clairement importante pour ce type de jeu, c'est donc un réel plaisir de découvrir une aventure fluide du début à la fin. On note aussi la présence de nombreuses animations pour rendre les combats variés et toujours aussi dynamiques. En phase d'exploration, l'écran du bas affiche la carte de la zone tandis que l'action se déroule sur l'écran du haut. En phase de combat, l'écran du bas affiche l'objectif à accomplir, la jauge ultime, la carte de l'arène de combat avec le placement de chaque combattant, la liste des combattants de chaque équipe avec la jauge de vie, la jauge de ki, son niveau et son type. L'écran du haut affiche l'action, les dégâts réalisés mais aussi la barre de progression du combat désignant l'avancée du tour de chaque combattant.

Justement, on en vient à parler du gameplay. L'aventure commence par la création d'un personnage, fidèle des autres jeux de la série ces dernières années. On peut donc changer la couleur de son costume initial, sa coiffure, ses dimensions mais surtout on peut choisir sa race : Terrien, Saiyen, Namek, Etranger ("race de Buu" en comparaison avec Dragon Ball Xenoverse) Extraterrestre ("race de Freezer" en comparaison avec Dragon Ball Xenoverse). Votre héros sera le chef d'équipe et surtout le personnage que l'on contrôle en dehors des combats. Durant ces phases d'explorations, on sera constamment en train de voler pour les déplacements d'un endroit à un autre de la carte. On contrôle le personnage avec le stick, on vole en maintenant R et on appuie sur B pour obtenir un boost de vitesse. Dans chaque zone de jeu, on pourra découvrir d'autres combattants qui se promènent en quête d'un combat. Chaque combattant dispose d'une race spécifique que l'on peut observer d'un coup d'oeil pour peu que l'on soit suffisamment près du personnage en question.

La race de l'ennemi n'est pas négligeable puisqu'elle permet d'obtenir de l'énergie de la race en question en cas de recrutement d'un ou plusieurs personnages lors du combat, on s'explique. Le jeu nous offre un système de combat en tour par tour où chaque équipe comporte 5 combattants (dans certaines quêtes principales, l'équipe adverse est susceptible de comporter seulement trois combattants voir même un seul combattant). La tête de chaque personnage apparaît sur la ligne d'avancée des tours sur l'écran supérieur, en sachant que certains se déplacent plus vite que d'autres, lorsqu'une tête arrive au bout de la flèche, le personnage en question peut faire usage de son tour et retourne ensuite à gauche  de la ligne d'avancée. Les combats sont très techniques, stratégiques et avec une petite dose de chance. On trouve donc les 10 combattants dans une aire de jeu différente d'un combat à un autre au niveau du décor mais surtout de la forme de l'aire de jeu. Parfois circulaire ou ovale, cela pourra être aussi une forme rectangulaire.

Vous ne voyez pas l'impact de ces formes ? Il est question d'une sortie de ring. En effet le jeu nomme un "ring" cette fameuse aire de jeu. Lorsque c'est votre tour et que vous frappez un adversaire, celui-ci sera projeter à une vitesse et distance variable, s'il sort des limites, ce sera une sortie de ring avec à la clé une petite séquence illustrant le combattant qui s'écrase sur un bâtiment ou une montagne selon le décor du combat. Cette sortie de ring est stratégique dans le sens où elle replace le combattant en question au début de ligne d'avancée des tours. Autrement dit, si vous sortez très régulièrement un même personnage, il ne pourra jamais jouer son tour. Il faudra donc placer de manière intelligente vos personnages et observer les possibilités offertes par le placement des adversaires. Il sera en plus possible de réaliser des chaînes en projetant un ennemi sur un autre ennemi ou sur un allié pour que celui-ci porte un coup supplémentaire.

Cette sortie de ring permet, lorsque l'adversaire meurt sur une sortie, d'apprendre au moins un coup spécial qu'il sera possible d'ajouter sur un de vos nombreux combattants. Que peut-on faire lors d'un tour ? De nombreuses actions mais jamais un simple déplacement. Vous pourrez faire une attaque au corps-à-corps classique, une attaque de type kikoha, un coup spécial (si votre jauge de ki le permet), une charge de ki, une analyse d'un ennemi ou alors prendre la fuite. La jauge de ki est représentée par des boules lumineuses qui s'allument au fil des tours quand vous recevez des coups ou que vous subissez des coups. Chaque coup spécial nécessite une ou plusieurs boules de ki. Chaque combattant dispose au maximum de trois coups spéciaux. Lorsque vous procédez à une attaque, vous devez définir l'angle d'attaque en sachant que l'adversaire peut réaliser un contre s'il anticipe votre angle d'attaque. Cela se traduit par un cercle composé de 8 zones possibles. Avec votre stick, vous faites tourner un curseur pour choisir l'une des 8 cases d'attaques.

Pour se défendre, l'ennemi déplace un lot de trois zones lumineuses consécutives, si la zone sélectionnée est l'une des trois zones sélectionnées par le défenseur, vos coups seront timides dans le cas contraire, les dégâts seront lourds. Un système basé uniquement sur la chance et qui permet d'avoir de nombreuses incertitudes jusqu'au bout du combat avec des retournements de situations palpitants. Il existe aussi une autre manière de contrer un ennemi dans le cas d'une attaque spéciale, si vous disposez par exemple d'une dose suffisante de ki, vous pouvez contrer une attaque spéciale avec une attaque spéciale de votre combattant. Par exemple s'il lance un kaméhaméha, et que vous disposez de cette attaque avec un ki suffisant, vous pouvez lancer cette attaque. Cette séquence fait l'objet d'une mise en scène ou deux lasers s'affrontent, il faudra appuyer très rapidement sur le bouton A pour gagner du terrain sur l'autre laser et ainsi faire subir des dégâts à l'ennemi. Le système de combat est riche et passionnant, et il ne s'arrête pas là. En effet on a parlé d'une jauge ultime, celle-ci permet d'activer deux systèmes d'attaques supplémentaires : la fusion et l'attaque zenkai. Une attaque zenkai fait basculer le combat dans une forme 3D presque similaire à ce que l'on connaît sur console de salon, votre but est de très rapidement frapper votre adversaire pour charger votre ki gratuitement avant de sortir un coup spécial dévastateur.

En plus d'une mise en scène dynamique, cette attaque zenkai permet de recruter le combattant en question si ces PV sont à 0 suite à cette attaque et qu'il possède une étoile à côté de son niveau, un élément indispensable montrant qu'il peut être recruté autrement il faudra patienter et augmenter son équipe. Enfin le jeu permet de faire des fusions. Si l'on connaît la fusion entre deux personnages, Son Goku et Vegeta ou encore Trunks et Sangoten, désormais vous pouvez faire fusionner cinq combattants pour un résultat différent selon votre équipe. On obtient aussi un combattant impressionnant et qui nous fait basculer une nouvelle fois dans une forme de combat, là encore à l'image des versions consoles, ou vous déplacez votre personnage fusionné et surtout vous attaquez l'ennemi avec des dégâts monstrueux. C'est court mais intense et souvent décisif surtout si vous avez fait preuve de stratégie en rassemblant les adversaires pour réaliser une attaque de zone. Aussi, il existe un système de force et faiblesse pour chaque combattant, puisque chaque personnage dispose de l'un des trois types du jeu : Vitesse (bleu), Puissance (Rouge) et Technique (Jaune).

Un gameplay riche et intéressant mais qu'en est-il du contenu ? Pas d'inquiétude c'est du costaud surtout grâce à son petit côté "Pokémon". En effet le jeu comporte plus de 1000 combattants (fusions comprises) dont plus de 150 combattants réellement différents. Il faudra donc enchaîner les combats et réaliser des attaques zenkai pour obtenir chaque combattant de chaque race. Ces fameuses fusions qui portent le chiffre à plus de 1000, c'est le système Fusion EX qui permet de créer un personnage en fusionnant deux personnages de base. Attention il faudra que ces personnages soient compatibles à une fusion et que les conditions soient remplies. Si c'est le cas une fusion s'effectue pour obtenir un seul personnage particulièrement puissant avec un style original et le choix des coups spéciaux en fonction des coups spéciaux des deux personnages fusionnés. Et si le résultat ne vous convient pas, libre de procéder à une annulation pour retrouver ses deux personnages.

Du coup on passe beaucoup de temps à tenter de nouvelles combinaisons dans le but d'obtenir des combattants puissants selon ses envies. Les missions du jeu, que ce soit les missions histoire ou les missions secondaires (nommées "sous-événements" dans le jeu) ne se résument pas forcément à une victoire d'un combat. Il faudra parfois remplir des conditions précises (faire une attaque précise, éliminer les 5 ennemis en même temps...). On pourra aussi faire face à des quizz amusants, des missions où il faudra trouver des objets cachés dans une des zones du jeu ou encore des missions qui demandent de voler le plus rapidement possible en passant par des anneaux. Cette variété est appréciable même si certaines missions semblent parfois ridicules et n'apportent pas énormément à l'expérience de jeu. Pour passer d'une zone à une autre mais aussi pour débloquer des lieux et personnages précis dans certaines zones, il faut de l'énergie.

Cette énergie s'obtient lors des combats après un recrutement qui augmente petit à petit la limite d'énergie que l'on pourra collecter. Cette mécanique est un moyen d'empêcher les joueurs de se contenter de remplir les missions principales pour passer d'une zone à une autre. Dès le début de l'aventure, on pourra découvrir un menu entraînement qui contient une liste d'actions à accomplir. Il s'agit d'une sorte de "trophée/succès" propre au jeu qui permet d'obtenir des bonus mais aussi de nombreux titres pour la partie multijoueur. En effet, en plus du mode histoire, le jeu comporte un mode multijoueur qui permet d'affronter d'autres joueurs avec ses combattants, c'est là que vous verrez si votre équipe est solide car les différences sont réelles d'un combattant à un autre, en plus du niveau de chaque combattant. Aussi, la collecte des 7 boules Dragon Ball est toujours de la partie.

On termine en évoquant la bande-son et le scénario du jeu. En ce qui concerne la partie scénaristique, il ne faudra pas attendre de miracle, on fait face à un simple prétexte pour réaliser cette aventure. Vous et votre rival, vous cherchez à constituer un immense tournoi, pour cela vous exercez ce voeu auprès de Shenron. Cette envie sera concrétisée mais avec de nombreuses failles temporelles et différents bouleversements que vous pourrez découvrir et qui permettent surtout de rassembler un casting conséquent qui plaira aux fans. Un travail d'écriture minimaliste mais assez proche du concept que l'on peut trouver sur les récents jeux de la série sur les consoles de salon avec cette notion de "changement de l'histoire" et "faille temporelle". Du côté de l'ambiance sonore, le résultat se montre convaincant pour accompagner l'aventure de notre héros que ce soit dans les phases d'action ou d'exploration. Les compositions musicales sont nerveux, dynamiques et s'intègrent parfaitement avec l'esprit du jeu. Sans surprise, il n'y a pas de doublages mais tout de même les bruitages de l'animé avec notamment les petites expressions connues que les fans apprécieront.

Dragon Ball Fusions est une bonne surprise. Visuellement très agréable, le jeu se dote d'un gameplay riche et profond où le contenu est immense que ce soit seul ou face à des joueurs du monde entier. Le casting est monstrueux avec la présence de bonnes idées de la part des développeurs pour offrir une expérience complète et addictive en s'inspirant d'une série comme Pokémon. Son système de combat est vraiment maîtrisé et passionnant pour ne pas voir la moindre lassitude à enchaîner les combats.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 16/20
Scénario : 12/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[News] Nouvelle bande-annonce d'Injustice 2 : lumière sur Superman

23 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #News PS4, #News Xbox One

Warner Bros Interactive Entertainment et DC Entertainment révèlent aujourd'hui une nouvelle bande-annonce qui se concentre sur le personnage de Superman et son histoire dans Injustice 2. Développé par NetherRealm Studios, Injustice 2 sera disponible sur PlayStation 4 et Xbox One le 18 mai 2017.

Voir les commentaires

[News] MaJ PlayStation Store - 21/02/2017

21 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #MAJ PlayStation Store

PlayStation VR
Psychonauts In The Rhombus Of Ruin - le 21 février
Mervils: A VR Adventure - le 21 février

PlayStation 4
Ghost Recon Wildlands beta (ouvre le 23/02) - le 23 février
Warhammer Quest - le 21 février
Night in the Woods - le 28 février
Ys Origin - le 21 février
Malicious Fallen - le 21 février
Malicious Fallen Digital Deluxe Edition - le 21 février
Malicious Fallen Avatar Bundle - le 21 février
Malicious Fallen OST - le 21 février
Chime Sharp - le 21 février
Old Time Hockey - le 21 février
Two Tribes Pack: Rive & Toki Tori 2+ - le 21 février
Typoman: Revised - le 21 février
Vaccine - le 21 février
Dino Dini’s Kick Off Revival - le 22 février
forma.8 - le 22 février
ACA Neo Geo Neo Turf Masters - le 23 février
Berserk and the Band of the Hawk with Bonus - le 24 février
Warhammer 40,000: Deathwatch - le 24 février
A Pixel Story - le 24 février
Gem Smashers - le 24 février

PlayStation Vita
forma.8 - le 22 février
Berserk and the Band of the Hawk with Bonus - le 24 février
Gem Smashers - le 24 février 

PS4 DLC
le 21 février
WWE 2K17
Hall of Fame Showcase

Watch_Dogs 2
Human Conditions

World of Tanks
Fatherland IS-3A Mega
Fatherland IS-3A Ultimate

Rocket League
Hot Wheels Bone Shaker
Hot Wheels Twin Mill III

Sniper Elite 4
Silent Warfare Weapons Pack
Covert Heroes Character Pack

le 23 février
Deus Ex: Mankind Divided
A Criminal Past

le 24 février
World of Tanks
Fatherland IS-3A Loaded

Voir les commentaires

[Test] Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 : Road to Boruto

21 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après l'excellent Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4, Bandai Namco prolonge le plaisir en proposant un gros DLC pour cet épisode considéré comme l'un des meilleurs de la série et carrément comme l'une des meilleurs adaptations de manga en jeux vidéo. Un gros DLC, par son prix mais pas forcément par son contenu, en tout cas celui-ci est disponible au prix de 20€ et s'intitule "Road to Boruto". Le DLC s'appuie donc sur le dernier film du manga de Masashi Kishimoto, en sachant que la version papier débarque en ce mois de mars. Une extension qui vaut le coup d'oeil ?

On ne va pas revenir sur les nombreuses qualités mais aussi les défauts de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4. On peut par contre préciser sans le moindre doute que ce DLC Road to Boruto s'inscrit dans la continuité du jeu initial. On retrouve ainsi une réalisation extrêmement soignée, où les couleurs sont nombreuses et sublimes avec une mise en scène spectaculaire, de quoi ravir les fans du manga mais également les joueurs en quête d'un jeu de combat pétillant à l'écran. Si vous avez effectué Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4, vous allez rapidement retrouver vos marques et notamment au niveau du gameplay. On fait toujours face à l'utilisation d'unn seul et unique bouton pour procéder à des attaques. La conclusion est violente, avec un petit combo cela devient apocalyptique. Autrement, le jeu mise sur des combats dynamiques et nerveux avec une touche pour les esquives qu'il ne faudra surtout pas négliger.

Bien sûr, vous pourrez toujours lancer des shurikens ou faire usage d'attaques spéciales à condition d'avoir un minimum de Ki. La prise en main est donc toujours aussi simple et immédiate, pas besoin d'être un spécialiste du genre pour se faire plaisir et offrir à un spectacle à l'écran, n'importe quel genre pour réaliser des combats titanesques où les éclairs, les flammes et de nombreux autres effets visuels seront de la partie. On apprécie clairement le soin apporté à ce DLC, du même niveau que le jeu Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4, que ce soit dans les environnements ou les personnages. Une fidélité absolue qui fait vraiment plaisir à voir et qui renforce le plaisir de la promenade dans le village de Konoha. Une réalisation solide, un gameplay accessible et sympathique mais peu technique, jusqu'ici difficile de ne pas cacher sa joie face à cette extension. 

Mais forcément, on en vient à la partie moins pétillante, celle du contenu. Concrètement, si vous vous contentez d'enchaîner les missions principales, il vous faudra 3-4 heures, si vous souhaitez terminer à 100% cette extension dans ce cas on sera plus proche de 8-9 heures selon les joueurs. Cela peut paraître un peu maigre par rapport au prix demandé mais cela n'enlève en rien la qualité de ce DLC. Les missions principales permettent donc de découvrir l'histoire dédiée au fils de Naruto : Boruto Uzumaki. On ne va pas en dire plus pour ne pas réaliser un spoil pour ceux qui n'auraient pas vu le film et qui sont en pleine lecture du manga Masashi Kishimoto. En tout cas cette extension joue la carte de la fidélité, et c'est justement ce que l'on attend d'un tel contenu.

Petite précision, ce contenu se présente dans le menu principal comme une sorte de mode parmi d'autres, cela signifie que vous pouvez directement commencer cette extension sans avoir forcément terminé Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4. Le jeu ne demande pas une progression minimale, l'extension s'ajoute comme un mode supplémentaire. Le découpage s'effectue donc sous forme de missions avec de nombreuses cinématiques façon Visual Novel, rappelant ainsi le mode aventure dans sa mise en scène. Heureusement, une multitude de missions secondaires (les 10 travaux de Boruto par exemple) seront de la partie pour alterner entre les missions principales et secondaires. Malheureusement ces missions secondaires sous forme de défis ne se montrent pas très percutantes et pertinentes sur le long terme. 

Un manque d'originalité que l'on retrouve également dans les missions principales malgré quelques combats sympathiques et surtout avec la présence d'un quizz (très simple), une chasse aux drapeaux, ou encore d'un tournoi. Il faudra vraiment vouloir obtenir le rang S pour faire face à un peu de challenge et une volonté d'enchaîner les missions. Au niveau du casting, on découvre donc de nouveaux combattants avec des coups propres à chacun, ceux-ci ne manquent pas de punch et assurent le spectacle. On pourra donc compter sur la présence de Boruto, Sarada ou encore Mitsuki dans le casting.

Dommage par contre que l'on constate les absences de Momoshiki et Kinshiki. Même si ça reste de l'ordre du détail, on note la présence de différents costumes et personnages de pré-commande, comme Mécha-Naruto, qu'il était aussi possible d'obtenir en se procurant le Season Pass. Enfin, des personnages principaux, Naruto et Sasuke, font l'objet d'une petite actualisation afin de coller avec l'histoire de cette extension, on prend donc également un certain plaisir de découvrir ces petits changements, une gourmandise pour les fans mais dont les autres joueurs risquent de rester indifférent face à ces petites attentions.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 13/20
Bande-son : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Voir les commentaires

[Test] Adaptateur Bluetooth Griffin iTrip Clip

21 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Casque-Oreillette), #High-Tech (Autres)

Vous disposez d'un casque filaire ou même des écouteurs filaires, et donc d'une connexion avec une entrée jack 3,5mm. Sauf que le marché actuel évolue dans le sens du sans-fil et donc du wifi et du bluetooth. Vous aimeriez donc conserver vos produits mais tout en procédant à une connexion bluetooth par exemple avec votre smartphone ou votre tablette. Pas besoin d'investir dans un nouvel équipement bluetooth, il suffit de se procurer un adaptateur bluetooth, un accessoire que l'on commence à découvrir de plus en plus sur le marché avec de grandes marques à l'affût comme Griffin. La marque propose en effet dans son catalogue un adaptateur bluetooth Griffin iTrip Clip. Disponible à un prix plutôt attractif (environ 23€), que vaut réellement cet adaptateur ?

On va commencer par aborder le package de ce produit, avant le coup il est bien difficile de savoir réellement ce qui nous attend ainsi que le potentiel d'un tel produit. Lors de l'ouverture du package on découvre donc : l'adaptateur bluetooth, un câble de recharge et un manuel d'utilisation. Ce dernier est une référence en matière de guide d'utilisation simple et efficace. Sous la forme d'un petit dépliant, il combine deux langues d'une manière astucieuse et lisible (en noir pour l'anglais, en gris pour le Français). On note la présence de plusieurs illustrations de l'adaptateur avec des légendes précises et l'ensemble se montre coloré notamment pour expliquer les couleurs possibles pour le voyant. Avec un tel soin sur le manuel, impossible de passer à côté d'une fonctionnalité, c'est vraiment idéal pour la prise en main d'un produit déjà pas spécialement compliqué au départ.

On sera par contre moins séduit par le câble de recharge même si la critique qui va suivre reste un détail. En effet la longueur du câble est extrêmement courte, à peine 18cm. Une longueur un peu limite, on aurait apprécié au moins le double pour avoir un peu plus de souplesse selon l'endroit où l'adaptateur sera mis en charge. D'un point de vue connectique, il s'agit d'un câble avec une entrée USB d'un côté et d'une entrée micro-usb de l'autre côté. On va maintenant se pencher sur ce fameux adaptateur qui se nomme pour l'occasion iTrip Clip. Vous devez sûrement vous doutez de son système de fixation compte tenu de son nom, il possède effectivement un système de clip, simple et pratique. 

Non seulement l'adaptateur est très léger (1,40 grammes environ) mais il est surtout très compact : 4,5 x 3,2 x 1,6 cm environ. Pour le coloris, il s'agit d'un noir mat très classique à l'exception du bouton central (Play/Pause) qui aborde un noir laqué moins séduisant mais aussi gênant que d'autres produits. On a parlé du système de fixation, on va donc maintenant faire un point sur les ports proposés avant d'évoquer les boutons. On distingue donc un port micro-usb pour la recharge de l'adaptateur et un port jack 3,5mm. On constate également la présence d'un micro pour répondre à un appel téléphonique par exemple. Au niveau des boutons, rien de bien original, au centre "Play/Pause", le bouton du haut propose d'augmenter le volume tandis que le bouton du bas propose de baisser le volume.

Enfin les deux autres boutons sur les côtés, pour finir de former le cercle des boutons, proposent de passer à la piste suivante ou précédente. C'est simple mais terriblement efficace. Concernant les voyant, ils sont petits et visibles sur la partie laquée de l'adaptateur légèrement en haut et en bas des symboles "Play/Pause". Au niveau des données techniques de l'adaptateur, celui-ci est donc compatible bluetooth (logique, c'est tout de même le coeur du produit) avec la norme 4.1 et une portée de 10 mètres, distance classique pour cette technologie. 

Au niveau de la batterie, celle-ci possède donc une capacité de 100mAh pour une autonomie de 4 à 6 heures environ et jusqu'à 180 heures en veille. Il vous faudra environ 1h30min pour recharger complètement l'adaptateur. Lorsque le voyant est rouge, la charge est en cours, lorsque le voyant est bleu, l'adaptateur est complètement rechargé. Enfin lorsque le voyant clignote rouge, la batterie est faible, il faut donc recharger l'appareil dans les plus brefs délais. Concrètement qu'elle est l'utilité d'un tel produit ? Offrir le sans-fil à un appareil filaire. Il sera ainsi possible de profiter de votre musique et vos appels vers n'importe quel smartphone, tablette et système audio embarqué ou domestique (haut-parleur, autoradio, chaîne stéréo...).

Dans le cas d'un casque, il transforme votre casque filaire en casque sans-fil. Le jumelage est extrêmement simple et rapide, l'adaptateur est même compatible avec la commande vocale via Siri (appareil iOS). C'est le genre d'adaptateur qui donne un second souffle à votre produit en plus de rendre l'utilisation pratique et rapide. On est loin d'un accessoire lourd, encombrant et peu performant. Il intègre toutes les qualités pour être transportable facilement et dans n'importe quel lieu. On pourra peut-être lui reprocher une autonomie un peu légère, si la batterie pouvait tenir 8 à 10 heures ce serait tout de même bien mieux lorsqu'on est en déplacement, mais autrement la prestation offerte par cet adaptateur de Griffin s'avère très convaincante.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points fort :
+ Discret avec une bonne finition
+ Léger et compact
+ Simplicité d'utilisation
+ Temps de charge rapide (1h30 au maximum)
+ Excellent manuel d'utilisation
+ Prix

Les points faibles :
- Câble de recharge un peu court (18cm seulement)
- Autonomie perfectible (4 à 6 heures grand maximum)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Video] Let's Play Assassin's Creed Syndicate Episode 10, 11 et 12

21 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Vidéos découvertes

On retrouve aujourd'hui ShadowNightm4re pour la suite de son let's play sur Assassin's Creed Syndicate, le dernier épisode d'Ubisoft à ce jour mais nul doute que la série devrait signer son retour en cette fin d'année 2017. Un let's play qui commence avance petit à petit avec cette fois-ci la mise en ligne des épisodes 10, 11 et 12. On pourra donc découvrir la suite de l'histoire avec des missions différentes comme celle où l'on doit exploser les bus de la concurrence ou encore détourner un train pour récupérer le moteur.

Il sera aussi question d'alterner entre les jumeaux avec l'élimination d'une cible du côté de Jacob et de l'autre, avec Evie, ce sera plutôt une forme d'exploration en grimpant sur un monument pour ensuite résoudre une énigme. Enfin l'épisode 12 sera l'occasion de se concentrer sur un personnage précis, Pearl Attaway. Une élimination sous le signe de la discrétion absolue avec un réel potentiel pour enchaîner les diversions.

Voir les commentaires

[Test] Nioh

19 Février 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

L'an passé, Dark Souls III avait séduit les fans lors de sa sortie, il continue d'ailleurs à se montrer passionnant par l'intermédiaire d'extensions d'une grande qualité. En ce début d'année 2017, voilà que la licence de From Software constate l'arrivée d'un sérieux concurrent sur le papier même si quelques doutes sont de la partie (temps de développement long, plusieurs changements de studios...). Une nouvelle licence qui s'intitule Nioh, un action rpg développé par le studio Team Ninja (Ninja Gaiden) et édité par Koei. Une simple copie de Dark Souls ou au contraire une belle surprise faisant office d'un sérieux concurrent à la référence du genre ?

Avec un développement aussi chaotique, on pouvait logiquement craindre un jeu dépassé sur le plan visuel, d'autant qu'il visait plutôt la PlayStation 3 au lieu de la PlayStation 4... Des craintes bien fondées dans la mesure où le jeu se montre effectivement moyen sur la partie technique, mais finalement ce n'est pas aussi catastrophique que prévu. En effet, le jeu démontre une direction artistique séduisante et maîtrisée plongeant le joueur dans un japon féodal intrigant. Les environnements sont soignés et variés, bien plus qu'un Dark Souls, mais ça s'explique par la présence d'un découpage en niveau contrairement à la licence de From Software qui mise sur la liaison des lieux. Le level-design de ce Nioh n'est donc pas à la hauteur de la référence, mais on note quand même un excellent travail puisque malgré le découpage en niveau, on retrouve cette liaison attendue et appréciable dans les différents niveaux, permettant ainsi d'accéder à la seconde partie d'une zone sans devoir refaire le même chemin.

Le sentiment de liberté n'est pas aussi fort que dans un Dark Souls mais largement suffisant pour éviter le piège d'une aventure synonyme d'une succession de couloirs sans saveur. Au niveau du décor, on reste donc cohérent face au thème asiatique avec la découverte de villages de pêcheurs, de forteresses, des mines, mais aussi des temples. Une bonne variété avec une surface de jeu suffisante, le voyage est agréable. Au niveau du design des personnages, ça manque de profondeur mais tout en restant là encore plutôt bon d'une manière générale, William possède du charisme mais surtout il est fortement inspiré d'un autre grand héros, Geralt de Riv dans le jeu The Witcher. Au niveau du bestiaire, si la qualité est au rendez-vous, c'est la variété qui fait légèrement défaut avec un recours à de simples variantes plutôt que d'offrir un casting réellement plus grand et donc plus sympathique à découvrir tout au long de l'histoire.

C'est donc uniquement sur la partie technique que le jeu ne séduit pas vraiment, sans être mauvais, on note un jeu dont la réalisation se rapproche d'un titre d'il y a 3 ans, il y a pire mais pour un tel projet et une telle ambition des développeurs, on s'attendait à une autre finition. Malgré un excellent travail sur la modélisation mais aussi les différentes animations, on pourra faire face assez souvent à de l'aliasing et des problèmes de collisions. Concernant l'affichage, le jeu vous offre le choix entre deux options : un mode 1080p/30 fps et un mode 720p-900p/60 fps. On apprécie le choix laissé au joueur selon les envies de chacun. 

Et ce gameplay alors ? Est-il aussi exigeant, jouissif et sans pitié à l'image d'un Dark Souls ? Oh que oui, sur ce point le jeu de la Team Ninja ne plaisante pas, mais toujours sans cette maîtrise que peut avoir From Software tout au long du périple du joueur. La faute à des pics de difficultés et surtout à une difficulté gratuite à certains passages de l'aventure. Sauf que ce n'est pas un simple action rpg qui joue la carte d'une grosse difficulté, le jeu se montre extrêmement riche et intéressant dans sa jouabilité au point vraiment d'être le plus sérieux concurrent à la licence de From Software contrairement à d'autres licences moins percutantes (on pourra citer Lords of the Fallen malgré d'évidentes qualités). Ainsi on retrouve une jauge de vie et une jauge de ki (équivalent à la jauge d'endurance dans Dark Souls) qu'il faudra surveiller constamment.

Si vous gérez mal vos actions, la jauge de ki sera vide et donc vous serez extrêmement vulnérable, la jauge de vie ne manquera pas de rapidement diminuée. Ce n'est pas une simple copie, la Team Ninja le prouve d'une manière intelligente en ajoutant au concept son identité, à savoir une dose de beat'em all qui offre des combats plus nerveux et dynamiques que la concurrence. D'ailleurs ses inspirations sont nombreuses pour ne pas tomber dans le piège d'une pâle copie. On constate par exemple une surdose d'objets à récolter sur les ennemis, un loot impressionnant qui pourrait sembler finalement lourd et excessif aux yeux de certains joueurs puisque cela oblige forcément à faire un tri régulièrement et à prendre du temps à vendre l'équipement. 

On passera donc pas mal de temps dans l'interface du jeu qui ne se montre pas spécialement convaincante. Dommage car avec un minimum de soin et un meilleur confort, le temps passé dans les menus à gérer son inventaire aurait pu être atténué, ce n'est pas le cas.  En parlant de gestion, on revient brièvement au sujet de la fameuse jauge de ki qui diminue à chaque action exercée. Il sera par contre possible de bénéficier d'un petit remplissage parfois déterminant à condition d'appuyer sur la touche R1 au bon moment. En plus d'une étude de son ennemi, des esquives, la réactivité sera nécessaire avec un bon timing pour parvenir à rester en vie.

Pour augmenter ses chances de survie, vous disposez d'un arsenal très sympathique et varié, du katana aux armes de jets (arc, canon) en passant par la lance, la faucille ou même les doubles lames. A cela s'ajoute un arbre de compétence qui permet d'obtenir une palette de coups plus larges afin de varier les plaisirs et surtout d'avoir un sentiment d'une puissance qui ne cesse d'accroître au fil de l'histoire. Les combats se révèlent techniques et dynamiques, encore plus que la concurrence, afin d'avoir un minimum d'identité tout en restant cohérent et intelligent face à l'expérience de jeu souhaité.

En matière de durée de vie, c'est du solide. Selon votre expérience face à ce genre, il vous faudra facilement 30 heures pour venir à bout de l'aventure tandis que d'autres pourront mettre 45 heures sans problème. Oui, il y a un aspect "Die and Retry" qui fait forcément référence à la série Dark Souls, mais dans l'ensemble la difficulté reste inférieure, à quelques passages près. Cette difficulté pas si explosive s'explique par une montée en puissance de son personnage et d'un loot tellement énorme que notre héros devient redoutable surtout si l'on maîtrise le gameplay proposé. Cela n'empêche que certaines situations demanderont de la patience et une bonne observation et sans jamais se priver de raccourcis pratique pour ne refaire des zones particulièrement pénibles avant de se frotter au boss du niveau.

En plus des nombreuses missions principales, le jeu propose son lot de quêtes secondaires ainsi que des missions "Crépuscule" pour prolonger l'expérience de jeu. Une grosse partie collectible est également de la partie avec notamment les émotes (40 au total) et les kodamas (150 au total). Le jeu dispose également d'un aspect multijoueur, en coopération, avec en prime des ennemis plus coriaces. Néanmoins, on apprécie de parcourir le jeu à deux surtout que le système de recherche est moins lourd que la concurrence et doté d'un système de mot de passe afin de pouvoir jouer avec un ami. Si vous cherchez à terminer le jeu à 100%, votre temps de jeu devrait être relativement proche de 100 heures, on ne peut donc pas se plaindre du contenu proposé par ce Nioh qui met tout en oeuvre pour offrir une expérience de jeu longue et passionnante.

On arrive maintenant à évoquer la bande-son du jeu et le scénario. Pour la partie scénaristique, on est agréable surpris même si cela reste léger dans l'ensemble. Sans trop en dire afin que chacun conserve le plaisir de la découverte, on peut dire que le jeu nous plonge en 1600, dans un Japon féodal où l'on découvre des guerres de clans. William se retrouve au coeur de cet épisode où celui-ci va poursuivre un étrange ennemi venant de voler un objet très spécial aux yeux de notre héros. Son but est donc de récupérer cet objet et ramener la paix dans ce pays où le sang ne cesse de couler et où les démons sont nombreux et redoutables.

Vous l'aurez compris ce n'est pas particulièrement originale, mais l'univers du jeu reste soigné et surtout on relève un détail amusant, l'histoire s'appuie sur des faits historiques où notre héros pourra faire face à des personnages emblématiques de l'époque avec la petite touche fantastique amenée par les développeurs. Enfin, quelques mots sur l'ambiance sonore du jeu qui fait l'objet d'un soin particulier confirmant la qualité de cette nouvelle licence. Les doublages collent parfaitement aux différents personnages du jeu et sont accompagnés de compositions musicales qui s'associent parfaitement à l'univers du jeu et au rythme de l'aventure. Aucune fausse note à l'horizon, celle-ci offrant un apport supplémentaire à l'action comme à l'exploration.

Nioh est une excellente surprise et pourtant cela ne semblait pas si évident que àa avant sa sortie. Il suffisait de se pencher légèrement sur son cas pour comprendre que son développement n'a pas été simple et que son existence s'est joué sur des détails. Heureusement pour les joueurs, le travail des développeurs aboutit par une sortie du jeu. On découvre avec joie de nombreuses inspirations avec une identité suffisamment forte et de bonnes idées pour éviter les pièges d'une copie sans saveur. On distingue ainsi un très sérieux concurrent à la licence de From Software sans pour autant détrôner le maître mais jamais un jeu de ce genre n'avait été aussi proche de le sortir de son trône. La belle surprise de ce début d'année sans le moindre doute.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires