Jeuxvideo-world

Articles récents

[News] MaJ PlayStation Store - 23/08/2016

23 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #MAJ PlayStation Store

PlayStation 4
Deus Ex: Mankind Divided – Digital Deluxe Edition - 23 août
Deus Ex: Mankind Divided – Digital Standard Edition - 23 août
Worms W.M.D - 23 août
Inside - 23 août
Metrico+ - 23 août
Alone With You - 23 août
Armikrog - 23 août
Valley - 23 août
The Huntsman: Winter’s Curse - 23 août
Nioh beta - 23 août
Arcade Archives Vulcan Venture - 24 août
The King of Fighters 2000 - 24 août 
Pro Evolution Soccer 2017 demo - 24 août
A.O.T. Wings of Freedom, with bonus - 26 août
The King of Fighters XIV - 26 août
Space Hulk - 26 août


PlayStation 3
Pro Evolution Soccer 2017 demo - 24 août
A.O.T. Wings of Freedom - 26 août


PlayStation Vita
A.O.T. Wings of Freedom - 26 août


PS4 DLC
22 août
World of Tanks
Hammer Loaded
23 août
Deus Ex: Mankind Divided
Assault Pack
Tactical Pack
Augmented Covert Agent Pack
Season Pass
Madden NFL 17 Points
Various
Alienation
Conquerer’s Pack
Bio-Specialist Veteran Hero
Saboteur Veteran Hero
Tank Veteran Hero
Veteran Heroes Pack
Weapons Supply Pack
Commando Voice Pack
The Devastator
The Collapser
Black Armour Paint Colour
Gold Armour Paint Colour
Chrome Armour Paint Colour
Armour Paint Pack
24 août
Overwatch
2x Loot Box
5x Loot Box
11x Loot Box
24x Loot Box
50x Loot Box
Warframe
Nekros Prime Access Pack
Nekros Prime Accessories Pack
25 août
Asetto Corsa
Asetto Corsa – DLC Season Pass (Only in AUS, NZ, Germany)
26 août
Asetto Corsa
Asetto Corsa – DLC Season Pass

Lire la suite

[Test] Nitroplus Blasterz Heroines Infinite Duel

23 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Nitroplus Blasterz Heroines Infinite Duel, ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant il s'agit d'un combat disponible depuis avril 2016 sur PlayStation 3 et PlayStation 4. Un jeu de combat 2D qui met en scène des protagonistes féminins issus de différents projets de la société japonaise Nitroplus. Celle-ci collabore avec un studio que certains connaissent, Examu (auteur du jeu Arcana Hearts) pour mettre en oeuvre un jeu de combat initialement disponible sur les bornes arcade au Japon. Une arrivée sur console de salon, et en Europe pour le plus grand plaisir des fans mais avec on l'espère le moins de sacrifice possible. Une belle surprise ?

La société Nitroplus est donc spécialisée dans la création de Visual Novel et animés où son travail a fait l'objet de jeux, Steins Gate par exemple. Le Light novel Fate/Zero devrait également parler à pas mal de joueurs. L'idée avec le jeu Nitroplus Blasterz Heroines Infinite Duel, c'est de réaliser un mélange de tous les univers Nitroplus dans un jeu de baston 2D. Graphiquement, difficile de ne pas être sous le charme du style proposé, d'autant que la concurrence est sérieuse à l'image d'une licence comme Blazblue. L'interface est très classique pour le genre, le reste offre une patte visuelle vraiment superbe avec énormément de couleurs. Les animations sont superbes à l'image des sprites 2D, et ceci dans une fluidité exemplaire. Techniquement le titre n'a vraiment pas à rougir, c'est un plaisir pour nos yeux sans le moindre problème.

Que ce soit dans les textures, la modélisation, les animations, la fluidité, c'est top. C'est un réel plaisir de découvrir ses personnages féminins possédants chacun un style très différent et rafraîchissant. La mise en scène est tout aussi pétillante avec des situations parfois complètement dingues où les attaques spéciales offrent un véritable spectacle à l'écran avec une palette de couleurs qui ne laisse pas indifférent. Les effets visuels, et d'une manière générale les graphismes, sont une totale réussite à l'exception peut-être des environnements moins inspirés. Si la finition reste bonne, les décors manquent tout de même d'inspiration et surtout d'animations et de contenus afin de rendre l'arrière-plan moins vide. Ce n'est pas vraiment un problème surtout pour un jeu de combat 2D, mais c'est clairement le seul petit bémol pour la partie visuelle du jeu. Ah non, le jeu possède une traduction anglaise... dommage.

Du côté du gameplay, le jeu choisit l'accessibilité plutôt que la profondeur. Un choix qui sera apprécié par certains joueurs mais dont les fans du genre pourront ne pas être totalement séduits. Effectivement la prise en main est simple et immédiate, ce qui est assez rare pour ce type de jeu. Il faudra quand même un petit temps d'adaptation et potentiellement un passage par le mode d'entraînement pour faire un rapide tour des différentes commandes à disposition. Au niveau de la jouabilité, c'est très classique avec une touche pour effectuer une garde, un saut, une prise et des attaques avec différentes puissances (coup faible, coup moyen, coup fort). Il y a bien une liste de quelques combos, on est bien loin de la profondeur et la technique d'autres jeux du même genre. Néanmoins cette absence de technique n'empêche jamais de prendre du plaisir dans les combats d'autant que la mise en scène suffit à captiver le joueur du début à la fin du round.

Chaque personnage possède ses propres coups avec pour certains une originalité qui contribue fortement au plaisir du jeu et la mise en scène des combats. Certains affrontements promettent donc d'être spectaculaire, bourrin, fun tandis que d'autres pourront paraître plus frustrants la faute à une précision exigeante pour placer son attaque spéciale. Chaque personnage possède une spécialité, certains apprécient le corps-à-corps sans arme, d'autres préfèrent la distance avec une épée. Et qu'est-ce qui se passe si l'on appuie sur les gâchettes de la manette ? Sur R2 par exemple, vous passez en mode Infinite Blast. Ceci permet de récupérer une jauge pleine très rapidement sans avoir besoin de mettre des coups ou subir des coups comme c'est le cas en temps normal.

On peut donc y voir une ultime solution pour se sortir d'un combat qui ne s'annonce pas simple. Autrement avec les gâchettes L1 et L2, vous pourrez faire usage d'un atout à la mode dans les jeux de combat : le personnage de soutien. Dans le cas présent, il est question de deux personnages de soutien, toujours féminin évidemment. Cela signifie qu'à un moment du combat, une fois la recharge terminée, vous serez susceptible de faire face à un combat 2D de 6 personnages, autrement dit un spectacle assuré même s'il sera logiquement un peu brouillon. Mieux vaut en faire usage, l'impact de ces personnages est vraiment important et peut faire la différence sur un combat où le départage est difficile entre les deux combattantes.

Et le contenu alors ? C'est léger et un peu décevant même si la qualité est au rendez-vous. Le jeu nous propose un casting de 14 personnages avec par exemple Saber de Fate/Stay Night, Homura de Senran Kagura, , Al Azif de Demonbane, Ignis de Jingai Makyo ou encore Heart d'Arcana. Ce petit casting bénéficie un complément d'une vingtaine de personnage de soutien. Sur le papier, c'est donc mitigé, si les personnages de soutien semblent être suffisamment nombreux, le casting des combattantes sera sûrement trop faible aux yeux des joueurs, il en manque 5 ou 6 pour que cela commence à être satisfaisant. D'ailleurs si le fan service est globalement de la partie, on regrette qu'il n'y est pas d'éléments à découvrir en accomplissant des actions comme des accessoires pour les personnages... On aura simplement la possibilité de modifier la couleur des protagonistes, c'est là encore un peu maigre pour être satisfait.

Le jeu propose une dizaine de stages qui semblent parfois un peu vide malgré tout de même une qualité générale très convaincante. Si l'on ne compte pas la partie galerie proposée par le jeu, celui-ci dispose de 7 modes de jeu : Story, Another Story, Versus, Score Attack, Training et Network. Le mode "Story" est donc le mode histoire de cet opus où sans surprise, on est loin d'un gros travail d'écriture, simplement un brin de mise en scène scénaristique pour enchaîner les combats. Le mode "Another Story" propose radicalement l'inverse et se présente quasiment comme un visual novel. Dans ce mode, vous enchaînez une grosse quantité de dialogues pour parfois ne pas faire le moindre combat tandis que d'autres moments laissent place à un petit combat. Même si l'on est plus spectateur qu'acteur, ce mode reste tout de même sympathique si l'anglais n'est pas un problème évidemment...

Le mode versus est classique, il permet de jouer en local face à un autre joueur en sélectionnant son personnage... Le mode score attack est également classique et propose un enchaînement de combat pour faire le meilleur score tandis que le mode Training est un mode entraînement appréciable mais très simpliste. Certains apprécient que le mode entraînement soit plus qu'un stage où l'on essaye les combos. En effet de nombreux joueurs aimeraient y voir une forme de tutoriel où l'on prend le joueur par la main en lui montrant clairement les possibilités offertes par le gameplay, ce qui n'est pas le cas ici. Enfin le mode "Network" permet de réaliser des combats en ligne, une présence attendue et appréciable.

On termine avec la bande-son du jeu. Une ambiance sonore plutôt séduisante, pas autant que le travail visuel du jeu mais tout de même convaincant. On peut dire que c'est dans l'esprit du rythme et de certains protagonistes, les compositions musicales étant orientées "rock", cela permet de rendre certains combats nerveux et d'offrir encore plus de folies. Les bruitages proposés sont à la hauteur à l'image des doublages japonais conservés malgré son arrivée en Europe, un point positif pour les fans notamment. Des voix d'origines percutantes pour une bande-son originale, voilà donc le traitement sonore que vous allez subir avec un réel plaisir.

Nitroplus Blasterz Heroines Infinite Duel est un jeu de combat 2D qui dispose d'un réel charme et d'un gameplay accessible avec plusieurs modes de jeu. Si la bande-son ne manquera également pas de séduire, certains joueurs pourraient ne pas être totalement séduit par le casting un poil léger et surtout un gameplay qui manque de profondeur. C'est classique, accessible mais une faible dose de technique pour pleinement convaincre les fans du genre. On regrette un manque de contenu à débloquer ou encore des environnements un peu vides pour que ce jeu de combat puisse faire de l'ombre aux meilleurs. Cela reste tout de même un bon jeu si vous avez apprécié le style et le genre.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Adaptateur HDMI vers VGA Cablor

23 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Autres)

[Test] Adaptateur HDMI vers VGA Cablor

Vous souhaitez diffuser des images et des vidéos sur un grand écran (téléviseur, vidéoprojecteur) possédant un port VGA. De l'autre côté, votre appareil contenant les images et vidéos (ordinateur ou lecteur DVD par exemple) possède un port HDMI. Dans ce cas, vous disposez de la bonne configuration pour exploiter l'accessoire qui va suivre : un adaptateur HDMI vers VGA. Il s'agit là d'un convertisseur très pratique du constructeur Cablor dont le prix de vente est légèrement inférieur à 10€. Maintenant est-il à la hauteur pour répondre à vos besoins ?

[Test] Adaptateur HDMI vers VGA Cablor

Le marché des adaptateurs est immense, la concurrence est sans pitié et les fabricants savent parfaitement qu'il faut se démarquer à tous les niveaux pour espérer convaincre les consommateurs. Cette mission séduction commence déjà par le package, et même si pour un tel accessoire on voit mal la différence possible d'un modèle à un autre, c'est toujours des points faciles si l'un d'entre eux parvient à créer l'effet de surprise. Pour notre modèle, ce n'est pas spécialement le cas même si un détail reste convaincant. Dans le package, on trouve donc : l'adaptateur HDMI vers VGA, un câble Micro USB et un embout plastique. Pas de surprise donc et rien de surprenant concernant l'absence d'un manuel d'utilisation. On apprécie par contre la présence de ce fameux embout plastique transparent qui permet d'assurer la protection du connecteur HDMI lorsque l'adaptateur n'est pas utilisé.

Cela peut paraître anecdotique mais pour un tel accessoire, c'est toujours appréciable. Qu'en est-il de la partie esthétique ? C'est satisfaisant mais pas totalement. Tout d'abord, en plus d'être très léger, l'adaptateur affiche des dimensions réduites : 5 x 2,2 x 1,3 cm. Concernant le câble Micro USB, sa longueur est d'un mètre, une longueur standard pour ce type de produit. On revient à l'adaptateur pour parler de sa conception et de l'impression visuelle dégagée. Une finition très convenable dans un plastique solide, l'accessoire étant tellement compact, ça contribue fortement à le rendre costaud. Néanmoins cela n'empêche pas d'être mitigé par le choix des matériaux, le corps de l'adapteur étant dans un coloris noir laqué qu'il est bien difficile d'approuver.

[Test] Adaptateur HDMI vers VGA Cablor

Alors même si là encore pour un tel accessoire, les traces de doigts et la petite quantité de poussière possible ne seront pas aussi dérangeantes qu'un produit d'une autre dimension, on espérait ce coloris mais dans une autre matière. Par contre, on est rapidement rassuré par rapport au connecteur HDMI qui est ici plaqué or et peut ainsi résister à la corrosion et à l'abrasion et garantir une bonne qualité de transmission du signal. Maintenant concernant son utilisation, il faut comprendre ce qu'il peut faire et ce qu'il ne peut pas faire. Ici c'est un adaptateur unidirectionnel et non bidirectionnel.

C'est-à-dire que votre source d'images et vidéos (ordinateur par exemple) doit être en HDMI, pour envoyer le signal à votre source de réception (téléviseur par exemple) qui doit être en VGA. Si l'on effectue le montage inverse, et donc votre ordinateur en VGA et votre téléviseur en HDMI, cela ne fonctionne pas. C'est donc bel et bien un adaptateur unidirectionnel, HDMI vers VGA et pas l'inverse. Vous vous demandez à quoi peut bien servir ce câble Micro USB, il est chargé de l'alimentation de l'adapteur. Sur ce dernier, on a le connecteur HDMI d'un côté, le port VGA de l'autre et au milieu de l'adaptateur, sur une partie latérale, on note la présence du port micro USB. 

[Test] Adaptateur HDMI vers VGA Cablor

Autre point important, cet adaptateur assure une parfaite transmission de l'image... mais pas du son. Il faudra donc trouver un moyen technique pour profiter du son dans le cas où il s'agit d'une diffusion vidéo. S'il se contente de transmettre uniquement l'image, la prestation offerte ne souffre d'aucun problème et ceci jusqu'à une résolution de 1920x1080. Après plusieurs essais sur différents produits et en affichant différents contenus, l'image est impeccable, on ne constate pas un changement de couleur ou de bugs particulier lors de la diffusion comme c'est parfois le cas sur ce type d'adaptateur. On peut donc en conclure que cet adaptateur de Cablor se montre convaincant malgré quelques limites. Certains choix sont discutables mais cet accessoire a le mérite de se montrer fiable, cela va donc dépendre de vos besoins, si ce n'est que pour de la diffusion d'images, c'est le produit idéal autrement il faudra bien réfléchir à votre installation si vous souhaitez diffuser une vidéo...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ Léger et compact
+ Connecteur HDMI plaqué or
+ Embout plastique pour protéger le connecteur HDMI
+ Résolution jusqu'à 1920*1080

Les points faibles :
- Plastique noir laqué
- Adaptateur unidirectionnel (HDMI vers VGA et pas l'inverse)
- Transmission de l'image mais pas du son...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Chargeur secteur USB 5 ports Aukey

23 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Autres)

[Test] Chargeur secteur USB 5 ports Aukey

Le chargeur secteur USB est devenu au fil du temps, l'accessoire indispensable depuis la montée en puissance du smartphone, tablette et finalement n'importe quel produit disposant d'une batterie que l'on pourra recharger via un câble USB. Forcément plusieurs fabricants ayant conscience de ce marché, proposent un catalogue varié de chargeur secteur USB avec des spécificités dans le but de se démarquer de la concurrence à l'image de la marque Aukey. En effet cette marque dispose de plusieurs produits destinés à la recharge par USB, dont un chargeur secteur USB 5 Ports. Est-il à la hauteur ?

[Test] Chargeur secteur USB 5 ports Aukey

Ce type d'accessoire peut faire l'objet d'éventuelles belles surprises dans le package. Dans notre cas, ce sera le strict minimum ce qui pourra paraître décevant aux yeux de certains utilisateurs. On pourra donc trouver dans l'emballage : le chargeur secteur USB, un câble d'alimentation, un manuel d'utilisation et un document de garantie. Comme pour l'ensemble des autres produits de son catalogue, la marque Aukey offre une garantie de 24 mois sur ses produits. Pour le manuel d'utilisation, le résultat est similaire également aux autres produits de la marque. C'est sobre (noir et blanc uniquement) avec une traduction Française (pas toujours parfaite par contre) et surtout les informations essentielles.

Pour ce type de produit, le manuel d'utilisation n'est pas spécialement pertinent mais sa présence est toujours positive. Pourquoi un câble d'alimentation ? Simplement parce que c'est ici un chargeur secteur USB en deux parties. En effet il existe des chargeurs secteurs où le corps et la prise secteur forment un seul et même bloc. Ici, on possède d'un côté le corps du chargeur et le câble d'alimentation à mettre sur le chargeur et à brancher dans une prise. La qualité du câble est satisfaisante mais sa longueur n'est pas pleinement convaincante. 

[Test] Chargeur secteur USB 5 ports Aukey

Certains diront que c'est un détail, mais la longueur de 80cm sera sûrement un peu juste, on aurait préféré un mètre pour déjà avoir plus de marge. On s'arrête désormais sur l'objet principal, le chargeur secteur USB. Esthétiquement, le chargeur secteur est classique, totalement noir avec deux types de matériaux plastique. Si l'un est convaincant et solide, l'autre (les contours du chargeur) sont dans ce fameux noir laqué détestable. Des traces, de la poussière très rapidement, ce n'est clairement pas le meilleur choix même si certains apprécient l'effet brillant.

Pour un chargeur secteur, on peut dire qu'il est quand même encombrant, la faute à la présence de 5 ports, le prix à payé pour avoir plusieurs ports. Au niveau des dimensions, on a donc les valeurs suivantes : 94 x 60 x 25 (L x l x h). Le poids est par contre léger, celui-ci est légèrement inférieur à 170 grammes, un chiffre très convaincant pour un chargeur secteur USB avec autant de ports mis à disposition. En effet, on possède un total de 5 ports USB, jusqu'à 2.4A par port et un maximum de 10A tous ports confondus.

[Test] Chargeur secteur USB 5 ports Aukey

Le chargeur dispose des normes pour assurer la protection contre la surcharge, surchauffe, et court-circuit. Sa conception compacte et sérieuse lui permet d'obtenir une solidité convaincante, il sera capable de subir plus d'une chute ou choc raisonnable. Ce chargeur secteur dispose donc de nombreux atouts et semble fiable, la garantie constructeur étant présente pour combler un éventuel problème. Le branchement sur les ports USB n'est ni trop léger, ni trop dur. On a souvent tendance à se plaindre d'un port où me câble branché tient à peine dans le port ou au contraire des câbles compliqués à mettre en place et à retirer.

Pour le package, il est vrai qu'on aurait apprécié une petite housse de transport, et un câble d'alimentation un peu plus long mais cela reste clairement de l'ordre du détail, de la finition car la prestation offerte reste tout à fait bonne dans l'ensemble. Par rapport à la concurrence ou même d'autres produits du même constructeur, on constate l'absence d'un ou plusieurs ports Quick Charge. Malgré ces petits points négatifs, ce chargeur secteur USB démontre de nombreuses qualités et devraient séduire plus d'un utilisateur en quête de plusieurs ports USB sur un même chargeur pour recharger simultanément sa tablette, son smartphone et d'autres produits susceptibles d'être rechargés en USB.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ 5 ports USB
+ 2.4A par port et un maximum de 10A tous ports
+ Léger
+ Robuste avec une bonne finition
+ Manuel d'utilisation en Français



Les points faibles :
- Câble d'alimentation un peu court
- Le noir laqué sur les contours du chargeur
- Chargeur secteur en deux parties (chargeur et câble d'alimentation)
- Pas de port Quick Charge

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Trépied universel Arkon

23 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Autres)

Vous affectionnez l'appareil photo de votre smartphone avec une prise régulièrement de clichés et notamment des selfies ou alors vous disposez simplement d'un appareil photo, compact, bridge, reflex. Cela signifie que l'accessoire présenté ici risque de vous séduire, si ce n'est déjà fait, et va sûrement accroître le potentiel de vos photos avec des prises de vues encore plus originales. 

Le trépied, à l'image de la perche selfie (ou monopod), est un accessoire qui connaît un succès ces dernières années, avec des constructeurs comme JOBY et son GorillaPod. Sauf qu'ici on se penche sur un modèle d'un autre constructeur : Arkon. Cette marque moins répandue, dispose dans son catalogue d'un trépied universel qui semble détenir de nombreuses qualités pour tous ceux à la recherche d'un petit trépied pour smartphone et appareil photo. Vendu environ 23€, un sérieux concurrent du GorillaPod de JOBY ?

Pour ce type de produit, le package possède une part importante dans la satisfaction du produit, surtout lorsqu'il possède un usage universel. On peut dire que l'on est très satisfait de ce package en découvrant le contenu suivant : le trépied, une housse, trois accessoires pour la fixation et l'utilisation d'un smartphone et enfin un document d'utilisation. Comme vous pouvez le lire, c'est très satisfaisant avec de belles surprises et aucune absence particulière. Concernant le document d'utilisation, il est simple, clair mais uniquement en anglais et c'est bien dommage. Alors l'absence d'une traduction n'a pas un impact énorme sur l'approche du produit dans la mesure où des illustrations suffisent à parfaitement expliquer le montage et le principe de fonctionnement de ce trépied et de ses accessoires, mais une traduction Française était un soin supplémentaire.

La présence d'une petite housse très sobre (coloris noir avec la marque en bleu) est un ajout vraiment appréciable et qui permettra de protéger le trépied et les accessoires lors du transport. Cela dit, une telle housse ne remplace pas un bon sac d'appareil photo, mais permet déjà de protéger un minimum son équipement. On va maintenant parler du trépied, ce qui nous amènera également à évoquer l'intérêt des accessoires du package. Que ce soit bien clair, ce n'est pas un trépied classique que l'on porte sur ses épaules ou dos lors de la présence d'une housse. Là c'est un mini trépied où son but est d'être flexible, et accrocheur dans un grand nombre de situations. 

Ce trépied d'Arkon est donc léger et compact avec une hauteur d'environ 19cm.  Si la partie haute est dans un plastique noir mat et solide, les pieds affichent une grande souplesse et une matière permettant d'obtenir un excellent grip. Même avec une main humide, vous n'êtes pas prêt de l'échapper. Sur la partie haute, on distingue une visse de fixation universelle où l'on pourra mettre des accessoires ou directement son appareil photo. On distingue une petite aile qui permet de régler l'orientation de la tête du trépied, une boule qui permet une orientation 360°. Ce trépied offre une multitude de possibilités, ses pieds étant flexibles pour par exemple fixer le trépied sur n'importe quel poteau, ou même un arbre.

La visse de fixation permet de mettre en place en toute sécurité un appareil photo, mais qu'en est-il du smartphone ? C'est là que les accessoires interviennent pour offrir une prestation similaire à la prestation de base du trépied. On a donc une bague de serrage, un socle avec une boule et une pince similaire à ce que l'on peut trouver en matière de support téléphone pour un véhicule (fixation sur une grille de ventilation ou pare-brise). 

Les trois accessoires sont conçus dans un plastique noir mat classique mais solide. Vous avez deux choix sur la fixation du smartphone, selon vos envies. Vous pouvez mettre en place directement la pince sur le trépied ou alors mettre le socle avec la boule sur le trépied et venir associer la bague de serrage et la pince sur cette fameuse boule. La différence entre les deux manières réside uniquement dans l'orientation de vos clichés. La deuxième solution offre plus de solutions pour trouver des angles improbables pour vos clichés. On peut en tout cas affirmer que la fameuse pince permet de maintenir solidement votre smartphone en position portrait ou paysage, et ceci peu importe la marque de votre smartphone.

Difficile de ne pas cacher sa satisfaction face à ce trépied complet qui offre donc une rotation à 360°, une très bonne qualité générale, du trépied aux accessoires. Un modèle léger, compact et discret qui pourrait parfaitement être combiné avec un déclencheur à distance selon vos idées en matière de photographie, en tout cas le potentiel est là. On parle de photographie, mais rien ne vous empêche d'utiliser ce trépied pour une tout autre utilisation, on pense par exemple à des conversations vidéos ou juste pour regarder des vidéos dans des conditions exigeantes pour mettre en place son smartphone. 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ Excellent package
+ Compatible avec les smartphones et appareils photo
+ Pieds flexible offrant une multitude de possibilité 
+ Rotule offrant un angle de rotation à 360°
+ Prix correct (environ 20€)

Les points faibles :
- Document d'utilisation uniquement en anglais

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Carmageddon : Max Damage

22 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Si l'on vous dit "Carmageddon", ça vous parle ? Il s'agit là d'une licence brutale, un jeu de course où la violence est sans limite face aux autres pilotes ou même face à n'importe quel obstacle qu'il soit humain ou pas. Un jeu nerveux et défoulant qui a fait une première apparition en 1995 (sur Gizmondo puis sur PS1 notamment en 2001) sous le nom de Carmageddon. Quelques suites suivent avec plus ou moins de succès comme Carmageddon TDR 2000, Carmageddon II : Carpocalypse Now et le plus récent Carmageddon : Reincarnation. En 2016, la licence refait une apparition, cette fois-ci sur PlayStation 4 avec le jeu Carmageddon : Max Damage. Un vrai retour de la licence ?

Un nouvel opus capable de se montrer pétillant sur le plan visuel ? Pas vraiment d'autant que cela mérite une précision concernant cet épisode. En effet ce n'est pas véritablement un épisode inédit. Les développeurs ne sont pas partie d'une feuille blanche et d'un épisode qui n'avait pas su convaincre sur sa version PC et qui ne brillait pas par une finition irréprochable : le fameux Carmageddon : Reincarnation dont la sortie remonte à l'année dernière. Celui-ci n'a pas laissé un incroyable souvenir, il est donc logique d'avoir quelques craintes sur cet épisode PlayStation 4. Même si un réel peaufinement est de la partie, on est loin d'un jeu digne de la PlayStation 4.

Techniquement le jeu est vraiment moyen sur tous les critères. Les textures ne sont pas franchement convaincantes au même titre que la modélisation. Le titre est sombre, même pour les environnements potentiellement plus clair, avec des couleurs souvent grises et pas franchement séduisantes. Une finition très moyenne avec pas mal de bugs et une physique douteuse en plus d'une fluidité loin d'être irréprochable. On pourra quand même se rassurer par la présence d'environnements différents, ou du moins qui essayent de varier les plaisirs tout en conservant une grande liberté au joueur.

On pourra donc découvrir une ville très froide et sombre (malgré la présence d'une population) comme terrain de jeu, mais aussi un désert en guise de décor avec un style far-west pour varier les plaisirs. Toujours dans les décors, on pourra trouver un peu de verdure dans une map où la forêt domine le reste ou encore une autre map avec un côté plus paradisiaque. A chaque fois, le level-design cherche à offrir une multitude de situation, aérienne ou pas d'ailleurs. Une multitude de tremplins, d'accès étranges, de bâtiments plus ou moins accessibles... 

Au niveau du gameplay, c'est tout aussi délicat avec une pointe de folie qui colle parfaitement à la licence. La prise en main ne sera si simple et confortable qu'un autre jeu du même genre. D'ailleurs, si vous ne voyez pas le concept de la licence, il s'agit d'un mélange un peu fou d'un Twisted Metal, Burnout, Dirt Showdown, Destruction Derby... Bref des licences où l'on passe généralement son temps à exploser son véhicule et foncer à toute vitesse sur... le moindre élément du jeu d'un autre adversaire en voiture à un piéton en passant par le décor. C'est très bourrin, parfois brouillon, et très fun. Difficile de faire plus jouissif et nerveux avec une pointe peu élégante lorsqu'il s'agit d'écraser des humains et des animaux. Oui, vous aurez l'occasion de foncer dans des vaches, des moutons...

On pourrait donc citer la licence GTA pour son côté "sans limite". Cet univers de dingue n'est pas parfait pour autant car si l'aspect scoring est au rendez-vous et où chaque cascade sera synonyme d'un rire tellement le résultat sera improbable, la physique du jeu reste particulière. Deux vues sont proposées, une vue sur la totalité du véhicule que l'on contrôle (la meilleure vue dans le cas présent) et une vue cockpit absolument horrible et injouable en fonction du véhicule sélectionné. Il y a plusieurs manières de remporter le défi proposé, soit vous finissez la course en tête, soit vous éliminez tous les adversaires de la course, soit vous écrasez un certain nombre de piétons (c'est loin d'être évident). 

Ce n'est pas vraiment beau et les sensations sont particulières, mais qu'en est-il du contenu ? Le jeu est composé de trois modes : le mode carrière, le mode multijoueur en ligne (dommage qu'il n'y est pas de multijoueur en local) et enfin le mode Free Play (mode qui porte parfaitement son nom et où l'on règle tous les paramètres de la partie selon ses envies). Par rapport au mode multijoueur celui-ci propose de folles parties jusqu'à 6 joueurs avec quatre types d'épreuves : Death Race, Checkpoint Stampede, Car Crusher et Fox & Hound. Globalement derrière ces quatre noms, on pourra y trouver des courses classiques mais aussi des affrontements en arène (façon Dirt Showdown) ou encore un joueur chassé par tous les autres de la partie.

Peu importe l'épreuve, l'aspect multijoueur est vraiment sympathique et varié à condition de trouver des parties à 6 joueurs sur les serveurs autrement le fun est bien moindre. De son côté le mode carrière se montre assez séduisant avec plus de 60 épreuves avec des défis différents dont la fameuse épreuve Carma classique. Ce défi vous offre le choix dans la manière de réussir. Soit vous parvenez à gagner en jouant la course et donc en respectant les checkpoints, soit vous éliminez tous les adversaires de l'épreuve en question, soit vous écrasez tous les humains sur la map (autrement dit un chiffre énorme).

Il faut également savoir que les power-ups et les réparations sont de la partie. Les pouvoirs offrent parfois de jolis bonus comme de terrible malus, assurant ainsi un fun à chaque pouvoir déclenché. Concernant le casting au niveau des véhicules, évidemment qu'il n'y a rien sous licence mais la liste est assez longue (une trentaine de véhicules) et surtout variée. Enfin, le challenge est susceptible d'être au rendez-vous, vous avez le choix entre trois difficultés : facile, normal, difficile. Cette dernière apportant un réel défi pour la plupart des épreuves du mode carrière.

On va conclure avec la bande-son du jeu. Avant le coup, vu le côté dingue et étrange du jeu autant dans sa conduite que dans son univers, il paraissait logique de trouver une ambiance sonore un peu spéciale. C'est confirmé, avec des véhicules dotés de bruitages parfois étranges, un speaker anglais qui balance quelques répliques sans intérêt si ce n'est un semblant d'animation et enfin des compositions musicales variées, c'est sûrement ici la bonne note. Sans être renversant, on passe du rock à l'électro afin de varier les plaisirs mais si certains titres s'accordent moins bien que d'autres.

Carmageddon : Max Damage signe un retour plus ou moins convaincant. On n'est pas face à une révolution pourtant espérée par les fans de la licence. On retrouve par contre le charme des précédents opus avec un contenu à la hauteur à défaut d'une réalisation digne de la PlayStation 4. C'est fun, bourrin et vraiment violent. La prise en main nécessite quelques épreuves avant d'y prendre du plaisir, la bande-son accompagne chaque épreuve d'une manière tout aussi dingue que le reste du jeu, on ne tarde pas à rire et à prendre des coups, une expérience de jeu sympathique surtout à plusieurs (online uniquement).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 12/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Câble Lightning vers USB Dodocool

20 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Téléphone)

[Test] Câble Lightning vers USB Dodocool

Malgré son prix élevé et sa qualité indéniable, le câble Lightning vers USB d'Apple est susceptible de poser des soucis sur le long terme malgré un minimum de soin. Un câble qui se tord pour finalement arriver à un dysfonctionnement empêchant l'utilisation du câble. Du coup on a tendance avant de se procurer un nouveau câble, d'observer ce que propose le marché de la connectique en matière de câble Lightning vers USB. On tombe sur un marché très riche avec des produits séduisants à l'image d'un modèle proposé par la marque Dodocool. Il s'agit donc d'un câble Lightning vers USB comme le câble d'Apple mais avec plusieurs différences dont le prix : 9€ contre 25€ pour le modèle d'Apple. La bonne affaire ?

[Test] Câble Lightning vers USB Dodocool

Vous n'aurez aucun mal à comprendre que pour un tel produit, on ne pas parler du package compte tenu de l'unique présence du câble, rien de surprenant pour de la connectique. Néanmoins il arrive que certains câbles, et notamment les câbles HDMI, possèdent un embout plastique pour protéger le connecteur... ce qui n'est pas le cas ici. On commence donc par parler de la longueur. Le modèle présenté ici dispose d'une longueur d'un mètre, cela correspond exactement à la longueur du câble officiel d'Apple. Au niveau du coloris, ce modèle de Dodocool propose un modèle en rouge et un autre en bleu (le câble officiel d'Apple est en blanc avec quelques parties en gris). Pour aller encore plus loin pour ce câble, sa largeur est de 5,6 mm et une épaisseur de 2,7 mm environ. Quant à son poids, le câble pèse 24 grammes environ. La différence marquée et intéressante de ce câble par rapport au câble officiel, c'est au niveau de sa conception. Ici, on parle de fils de cuivre étamés de bonne qualité avec surtout en toile tressée, et là c'est énorme. Car le problème du câble officiel, c'est sa solidité remise en cause sur le long terme et les noeuds. Or ici, non seulement la durée de vie du câble promet d'être supérieure mais surtout il ne sera plus nécessaire de démêler le câble, un vrai confort dans une utilisation quotidienne.

[Test] Câble Lightning vers USB Dodocool

Vous l'aurez compris si l'on écarte le coloris, la grosse différence réside dans sa conception en plus de son prix. On en profite pour parler brièvement de la technologie Lightning qui offre à l'image de l'USB-C, un connecteur réversible dans une taille réduite. Enfin, point important concernant la compatibilité. Aucune inquiétude pour ce modèle de Dodocool puisque celui-ci est certifié MFI (Made for iPhone/iPod/iPad) un gage de sécurité concernant la compatibilité et la qualité du câble vis-à-vis des produits Apple.

Voici la liste des produits compatibles : iPhone 5, iPhone 5c, iPhone 5s, iPhone SE, iPhone 6, iPhone 6 Plus, iPhone 6s, iPhone 6s Plus, iPad avec écran Retina, iPad mini, iPad mini 2, iPad Air, iPad Air 2, iPad mini 3, iPad mini 4, iPad Pro (9,7 pouces), iPad Pro (12,9 pouces), iPod nano 7e génération, iPod touch 5e génération 32 Go / 64 Go, iPod touch 5e génération 16 Go, iPod touch 6e génération. Que dire si ce n'est que le câble d'Apple souffre énormément de la comparaison avec ici un câble de Dodocool qui offre une finition impeccable, une compatibilité identique, deux coloris et un prix quasiment trois fois moins cher...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ Prix
+ Excellente finition (toile tressée)
+ Deux coloris disponibles (bleu et rouge)
+ Certifié MFI (compatibilité sur les produits Apple assurée)

Les points faibles :
- On pouvait espérer des embouts plastiques pour protéger les connecteurs
- La gamme mériterait d'autres longueurs (ici uniquement 1m et 15cm)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

[Test] Hub USB-C 4 ports Aukey

20 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Autres)

[Test] Hub USB-C 4 ports Aukey

Vous disposez d'un ordinateur avec un faible nombre de ports, et surtout avec la présence d'un port USB-C. C'est le cas notamment sur les produits Apple avec le fameux Macbook. N'importe quelle marque est concernée, dès lors que l'appareil en question dispose d'un port USB-C, on pourra par exemple citer des produits du constructeur Lenovo, Dell, Huawei, HP... On parle d'ordinateur, mais les tablettes sont parfaitement concernées par ce produit. Vendu environ 25€, est-ce que le hub usb-c 4 ports du fabricant Aukey se montre vraiment pratique ?

[Test] Hub USB-C 4 ports Aukey

Premier contact, le package du produit. Pour un tel accessoire, difficile d'être surpris par le contenu du package. On trouve ainsi dans l'emballage compact : le hub, un manuel d'utilisation et un document de garantie. Ce fameux document sur la garantie, propre au fabricant Aukey dans sa présentation et sa présence systématique, offre donc une garantie de 24 mois pour cet accessoire. Du côté du manuel d'utilisation, la langue Française est bien présente et le manuel se montre complet. Pour un tel produit, le manuel n'a pas vraiment autant d'impact que d'autres produits où un passage dans le manuel est quasiment indispensable. Néanmoins on apprécie sa présence et l'effort d'offrir plusieurs langues.

Mais l'essentiel, c'est ce fameux hub. Esthétiquement, il est très sobre avec un coloris classique, le noir. Sa conception est en ABS Plastique, cela ne vous parle sûrement pas mais c'est un choix intéressant. En effet, en plus d'être léger et ne pas être dans un noir laqué, ce hub s'offre une finition tout à fait satisfaisante en plus d'une bonne solidité. Le contact avec le produit est vraiment convaincant, c'est propre. Le hub se présente sous la forme d'un rectangle avec les dimensions suivantes : 84 x 59 x 15 mm. Très compact, il est également très léger avec un poids de 60 grammes.

[Test] Hub USB-C 4 ports Aukey

Un hub qui possède 5 ports pour une entrée, le câble USB-C. Ce câble fixé sur le hub est d'une longueur un peu juste pour couvrir de nombreuses utilisations et situations selon votre installation. Il faudra se contenter d'un peu moins de 20cm environ, c'est un peu juste, 10 centimètres supplémentaires permettaient de couvrir bien plus de situations... Avant de faire le point sur les ports offerts par ce hub, on constate la présence d'une LED verte qui permet un coup d'oeil de vérifier l'état de fonctionnement du hub, c'est simpliste mais efficace. Quels sont les ports ? 4 ports USB 3.0 et un port VGA.

La présence du port VGA (Video Graphics Array) est vraiment pertinente et permet donc par exemple, de diffuser le contenu de l'écran de votre ordinateur sur votre téléviseur ou vidéoprojecteur avec une résolution maximale soutenue de 1920 x 1200 - 1080p Full HD. Les quatre ports USB 3.0 se montrent très pratiques et permettent de compenser l'absence de ce type de port sur les ordinateurs portables. Cette version permet d'obtenir un taux de transfert de données allant jusqu'à 5 Gb/s, soit environ 10 fois plus rapide qu'un port USB 2.0. Enfin, sa compatibilité est totale et sa mise en place idéale, le hub étant plug & play, pas besoin de pilotes à mettre en place.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ 4 ports USB 3.0 et un port VGA
+ Bonne finition

Les points faibles :
- Longueur un peu juste du câble USB-C

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite