Jeuxvideo-world

Articles récents

[Test] Dragon's Dogma Dark Arisen

15 Octobre 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

On se souvient d'un certain Dragon's Dogma, un action-RPG de chez Capcom dont la sortie remonte à avril 2013. Par la suite, une version PC pointait le bout de son nez ainsi qu'une extension nommée Dark Arisen. Capcom ne met pas sa licence au placard sans pour autant offrir un nouvel opus, simplement un portage. En effet en cette fin d'année on pourra profiter d'une séance de rattrapage sur PlayStation 4 et Xbox One avec Dragons' Dogma Dark Arisen. Une version ultime en matière de contenu et qui on l'espère a fait l'objet de quelques améliorations et ajustements pour masquer au mieux son âge et les faiblesses de la version originale... Une aventure plus agréable et complète ?

Etant donné qu'il s'agit d'un portage, on ne va pas revenir sur le jeu de base mais uniquement sur les changements et les apports de cette extension qui accompagne le jeu. Visuellement, on se souvent qu'à sa sortie ce n'était pas parfait mais sans être mauvais pour autant. Là on constate rapidement un progrès important, la fluidité du jeu. Oui le jeu est nettement plus stable et fluide que la version originale et rien que ça permet d'offrir un réel confort de jeu. Puis cette première belle impression laisse paraître une surprenante suffisance de la part de Capcom. Sans offrir une révolution visuelle, on espérait tout de même des améliorations et un travail d'optimisation pour ce retour sur la nouvelle génération de consoles. Malheureusement ce n'est pas le cas, le moteur graphique reste très proche de la version initiale. Sauf que ce qui était moyen à l'époque devient très faible si ce n'est médiocre de nos jours. Les textures sont beaucoup trop pauvres et parfois grossières, la modélisation manque de soin, les environnements sont parfois trop vides... Que dire de la pauvreté des couleurs. 

Si certains pourraient estimer que cette apparence particulière constitue son charme et son identité, il faut tout de même avoué que c'est très froid et très gris dans l'apparence... Autre point frustrant, la partie technique. Lorsqu'on connaît les capacités des consoles, difficile de ne pas cacher sa déception face à une telle technique, même pour un portage. Il se dégage clairement un travail minimaliste, pour preuve la présence plus forte de clipping... C'est quand même fort d'accentuer un problème technique déjà présent à l'époque. Autant le jeu est fluide par contre le clipping est toujours de la partie. Autrement sur le plan visuel on retrouve les mêmes qualités et défauts que le jeu de base. on souligne tout de même une aire de jeu beaucoup plus grande grâce à l'extension qui permet d'accéder à une nouvelle île gigantesque. Enfin quand on dit que le portage est rapide, il suffit de constater la qualité médiocre de l'interface toujours aussi peu lisible et agréable, terriblement agaçant.

Du côté du gameplay pas de changement, et là encore ça devient rapidement frustrant. Autant la prise en main n'est pas trop mauvaise et le plaisir de l'exploration est toujours là malgré des zones vides, autant l'IA c'est juste une catastrophe. C'est tout de même incompréhensible de proposer un jeu dont les gros problèmes d'intelligence artificielle sont toujours de la partie. Nos amis les "pions" sont toujours aussi bêtes, vous risquez d'être clairement agacé par la pauvreté de votre équipe. C'est le genre de résultat qui nous donne l'idée d'une coopération avec des humains, mieux vaut oublier l'idée, elle n'est pas arrivée jusqu'à Capcom. On retrouve quand même une jouabilité addictive avec des combats intéressants ou encore un système de pions qui part d'une bonne idée mais qui se frotte à un problème d'IA beaucoup trop important pour que cela soit un réel point positif.

La personnalisation est poussée, le challenge est au rendez-vous et encore plus dans l'extension Dark Arisen. On se souvient qu'à sa sortie de nombreux joueurs pointaient du doigt l'absence de voyage rapide. Une contrainte obligeant à parcourir de grandes distances avec un plaisir mitigé. Un problème remontée par une petite partie des joueurs mais une partie suffisante puisque Capcom s'est montré plus ou moins efficace en adoptant un système pour tenter de corriger le tir. Une correction pas spécialement incroyable mais tout de même efficace. En gros, vous pourrez désormais vous rendre d'un point d’intérêt à un autre, voir même à un point précis sur la carte en faisant usage d'un cristal de téléportation qu'il faudra avoir mis en place. Cela peut sembler un peu lourd mais c'est un réflexe à prendre d'autant que la manoeuvre est illimitée.

La grosse différence par rapport au jeu de base de 2013, c'est évidemment au niveau du contenu. Avec l'intégration de l'extension Dark Arisen, la durée de vie devient encore plus importante, un critère qui se montrait déjà très séduisant rien que pour l'aventure initiale. Dark Arisen rajoute une île qui s'intitule le Récif de l'Amertume. Cette zone est immense, offre du challenge et renforce le contenu de base. on pourra donc compter sur plus de 20 nouveaux ennemis, de nouvelles armes et armures ainsi que plusieurs dizaines d'objets inédits pour l'occasion. Chaque classe du jeu dispose désormais d'un palier de compétence supplémentaire avec de nouveaux talents et capacités. Concernant les pions, il est question d'une dizaine d'améliorations inédites. On note aussi une personnalisation légèrement plus poussée sur certains aspects. Ce point relève du détail que beaucoup restent indifférent mais l'ajout reste sympathique.

On apprécie que cette nouvelle zone face l'objet d'un vrai défi au sein du jeu. En plus d'offrir des quêtes secondaires supplémentaires, on ressent une forme de récompense pour les joueurs qui maîtrisent l'univers et qui ont terminé le jeu. Il vous faudra un personnage particulièrement puissant et complet pour espérer s'en sortir assez facilement. On peut en tout cas affirmer que face à un tel contenu, le prix de vente de ce portage reste honnête : 25€. Maintenant il faut se trouver dans le cas où vous n'avez jamais fait le jeu et que vous êtes prêt à passer outre les faiblesses techniques ou alors que vous avez eu l'occasion de faire le jeu de base et que vous voulez repartir à l'aventure sur la nouvelle génération de console avec la présence de l'extension que vous n'avez pas eu l'occasion de faire. Aussi, on peut préciser que cette version comporte pour la version PlayStation 4 (version testée ici) 9 trophées supplémentaires par rapport à la version PS3 (60 contre 51 pour la version initiale).

Enfin on termine par la bande-son et le scénario du jeu. Vous vous en doutez mais cette nouvelle version n'intervient quasiment pas sur ces deux critères. A vrai dire, on pourrait seulement dire qu'une nouvelle option fait son apparition mais autrement c'est strictement identique. Cette fameuse option, c'est la possibilité d'activer les voix japonaises du jeu, un ajout particulièrement sympathique. On retrouve avec plaisir les différents thèmes musicaux et les doublages dont la qualité est moyenne, l'apparition des voix japonaises est appréciable. On note toujours une synchronisation labiale vraiment mauvaise. Pour la partie scénaristique, le jeu ne parvient toujours pas à convaincre avec une pauvreté dans l'écriture. C'est pourtant captivant au lancement mais on découvre trop rapidement les limites de l'écriture avec des dialogues pas franchement renversants et un fil scénaristique beaucoup trop basique pour espérer se démarquer de la concurrence. C'est dommage car on relève de bonnes idées dans certaines mises en scène et situations, mais c'est trop rare pour remonter les faiblesses de l'histoire.

Dragons' Dogma Dark Arisen tente de séduire les joueurs avec un contenu colossal et un prix de vente attractif. Sauf que c'est aussi un portage minimaliste qui à l'exception de sa meilleure fluidité ne propose aucune amélioration technique. Non seulement il prend un petit coup de vieux mais aucun effort n'est présent pour tenter de le remettre un peu au goût du jour. Un constat regrettable surtout lorsqu'on constate que les problèmes d'interface et d'IA sont toujours de la partie. Les musiques sont soignées, le scénario nettement moins. Si vous n'êtes pas exigeant, que vous ne connaissez pas la série et que vous cherchez un action-RPG, cette réédition peut potentiellement vous séduire mais il ne faudra pas attendre de miracle surtout que dans cette catégorie, la concurrence beaucoup plus fraîche et récente est de la partie...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Housse de transport Nintendo Switch

15 Octobre 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #News Switch, #High-Tech (Autres)

Vous avez fait l'acquisition d'une Nintendo Switch ou vous vous apprêtez à le faire ? Dans ce cas il faut penser à un accessoire indispensable, la housse de transport. En effet Nintendo comme à son habitude tente l'originalité et sors des chemins classiques du marché du jeu vidéo en proposant une nouvelle console hybride à la fois console de salon et console portable. Même si cela n'empêche pas à la New Nintendo 3DS et 2DS de rester au catalogue, cette Nintendo Switch souhaite séduire les joueurs dans toutes les situations. Ainsi vous pourrez en profiter en mode salon, sur votre téléviseur simplement en insérant la console dans son dock relié à la télévision ou alors en mode portable.

Ce dernier mode implique donc des déplacements avec votre console portable dont le gabarit est supérieur à n'importe quel smartphone du marché et assez proche des petites tablettes du marché. En sachant que cette nouvelle console propose toujours des jeux en version physique sous forme de petites cartes comme pour les autres consoles portables de la marque, mieux vaut donc prévoir une housse. On va donc s'intéresser à un modèle de housse de transport pour Nintendo Switch dont la marque est Generic. Un bon rapport qualité/prix ?

On va commencer par évoquer le package, parfois susceptible d'offrir une ou plusieurs surprises sympathiques pour ce type de produit. Par exemple il arrive que des housses ou coques possèdent de petits accessoires amusants comme des stylets dans le cas où la console possède un écran tactile, un chiffon de nettoyage, une ou plusieurs boîtes de rangement pour les jeux, parfois aux couleurs d'un jeu vidéo... Malheureusement ici c'est un visage plus classique, sobre mais pas forcément négatif, l'essentiel est là. On pourra donc trouver la housse et.... rien comme supplément, pas même un éventuel document concernant une garantie, des recommandations particulières... On peut y voir un moyen de faire baisser au mieux le tarif du produit, qui est d'ailleurs de 17€.

Bref après une découverte sans saveur du package on va rapidement retrouver le sourire grâce aux différentes qualités de la housse qui assure systématiquement l'essentiel mais d'une belle manière. Au niveau des dimensions tout d'abord, celle-ci parvient à ne pas trop avoir l'impression d'avoir une grosse sacoche. Les dimensions sont : 25 x 12,5 x 5,5 cm environ. On ne l'a pas évoqué jusqu'ici mais le coloris est noir dans un ton classique. C'est dommage puisque souvent la concurrence est capable d'offrir de la couleur avec parfois même des illustrations aux couleurs de certaines licences de Nintendo, on pense à Mario, Pokémon ou encore Zelda. 

Une housse qui s'avère donc très sobre mais très efficace et dont le premier d'oeil dégage un produit rassurant. En effet les matériaux sont solides tout en se montrant assez léger afin de ne pas faire subir un poids trop élevé lorsque la housse est chargée. Celle-ci fait appel à un système traditionnel de fermeture éclair pour l'ouverture et la fermeture de la sacoche. A l'intérieur, on distingue une coque en deux parties, une partie haute et une partie basse avec une séparation tout aussi pertinente. La partie basse permet d'accueillir la Nintendo Switch ainsi que la paire de Joy-Con. Il est tout à fait possible de laisser attacher la paire de Joy-Con sur la Nintendo Switch, c'est pratique. Sur la partie haute, on distingue un filet sur touche la longueur intérieure de la housse.

On pourra ainsi mettre de la documentation, des câbles, carte MicroSD, un chiffon, bref n'importe quel accessoire susceptible d'être pertinent pour la console de Nintendo. Enfin la séparation entre les deux parties intérieures de la housse n'a pas un vrai but de protection mais plutôt de rangement puisque c'est ici que l'on pourra mettre ses jeux dont le format est celui d'une cartouche à l'image de ceux d'une Nintendo 3DS ou d'une PlayStation Vita. Cette séparation contient donc sur une face deux lignes de 5 emplacements élastiques soit un total de 10 rangements pour vos jeux.

Par rapport à l'emplacement de la Nintendo Switch et de la paire de Joy-Con, on distingue une protection renforcée. En effet, on pourra noter la présence d'une doublure interne particulièrement douce afin d'assurer une protection face aux éventuelles rayures et éraflures. Si la housse protège la console face aux chutes et chocs divers, la partie interne renforce donc la protection à hauteur de l'écran afin de garantir une sécurité sans faille. Sa mise en place est parfaite en sachant que des élastiques se trouvent à hauteur de la liaison de la console avec chaque Joy-Con. Cela permet de s'assurer que la console ne bouge pas malgré diverses secousses lors du transport. Enfin un dernier point qui est justement lié aux déplacements, cette housse dispose d'une sangle de transport, un détail particulièrement pratique.

Cela permet de transporter la housse d'une seule main avec une excellente prise en main et un bon confort grâce à une texture particulière au centre de la sangle. Cela ne fait que renforcer le confort et la sécurité de déplacement de la Nintendo Switch, un détail non négligeable lorsqu'on connaît le tarif de la console (330€ environ) qui n'a rien du tarif d'une console portable classique. Si vous cherchez une housse solide, discrète et qui protège parfaitement votre console en plus d'offrir quelques aspects pratiques comme des rangements pour vos jeux et câbles, alors vous pouvez considérer que cette housse répond à vos critères.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points positifs :
+ Très bonne protection
+ Finition très satisfaisante
+ Discrète et légère
+ 10 rangements pour vos jeux
+ Un filet pour transporter ses câbles et petits accessoires
+ Emplacement pour la console avec la paire de Joy-Con déjà en place
+ Sangle de transport


Les points négatifs :
- Un coloris noir imposé qui peut déplaire à certains acheteurs
- Un package qui manque de folie pour l'occasion (sticker, dragonne, chiffon...)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Enceinte Bluetooth Wifi iLuv Aud Click

10 Octobre 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #High-Tech (Autres), #High-Tech (Téléphone)

Les enceintes bluetooth possèdent actuellement une excellente popularité. Un succès qui s'explique par un marché extrêmement riche et varié où l'évolution technologie est constante et où la marge de progression est encore importante. De nombreuses marques tentent leur chance tandis que certaines sont carrément spécialisées dans cette catégorie, c'est dire du poids de ce secteur. On va s'intéresser à un modèle très spécifique qui adopte une avancée technologie très intéressante et qui se répand petit à petit dans plusieurs secteurs dont celui-ci. C'est une enceinte bluetooth wifi avec un système de reconnaissance vocale. Il s'agit d'un produit de la marque iLuv qui s'intitule Aud Click. Moderne et redoutable d'efficacité ?

Avant d'abord l'enceinte et ses différentes fonctionnalités, on peut déjà s'arrêter sur le package du produit. L'emballage est soigné et le contenu tout à fait correct mais pas de belle surprise pour autant. On pourra donc trouver à l'intérieur : l'enceinte, un câble micro usb, un document pour la garantie et enfin un document d'installation rapide (Quick Start Guide). Le câble se dévoile dans une taille particulièrement petite, inférieure à 30cm. D'un côté une entrée micro usb à brancher sur l'enceinte et de l'autre une entrée USB classique. Son but ? Recharger l'enceinte. Le document de garantie, comportant une multitude de langues dont le Français, précise que la garantie est de 2 ans pour ce produit. Un document classique pour une garantie classique. Enfin le guide d'installation se présente sous la forme d'un dépliant avec des illustrations, de la couleur et quatre langues : Français, Anglais, Espagnol et Allemand. Pour un tel produit, il n'est pas satisfaisant.

Il ne se montre pas suffisamment clair et accessible pour un utilisateur pas forcément confirmé en matière de connexion sans-fil. Si le réglage du volume ne posera pas de problème sans une notice, sa connexion Wifi risque par contre de frustrer de nombreux acheteurs peu confirmés dans le domaine. Vous l'aurez compris le contenu du package est perfectible mais le minimum est présent. On passe maintenant au coeur du sujet, cette fameuse enceinte. Celle-ci adopte une forme cylindrique avec deux coloris, la base en noir et le "chapeau" en gris. On entend par "chapeau" la partie haute de l'enceinte qui s'avère très particulière puisqu'elle fait office d'une commande précise, celle du volume, on y reviendra. Au niveau des dimensions, on pourra découvrir un modèle plutôt compact, 6,4 cm de diamètre environ pour 9,2 cm. Sous l'enceinte, en plus d'un bouton on trouve une surface antidérapante afin d'assurer une bonne stabilité sur la plupart des surfaces. Son style est très sobre, très simpliste et élégant. Sur la face avant du cylindre, en plus de la marque on distingue un voyant ainsi que le repère du volume précisant comment augmenter et diminuer le niveau sonore.

En effet il faut tourner (geste de visser ou dévisser) la partie grise de l'enceinte pour augmenter ou diminuer le son selon votre envie. Pour le voyant, il indique à la fois le mode dans lequel on se trouve (Wifi, Bluetooth) ainsi que le niveau de batterie. Au total il sera question de trois couleurs fixes (bleu, rouge et blanc) ainsi qu'un état clignotant pour le blanc. On avait repéré un bouton sous l'enceinte dont le logo était celui du wifi. Ce bouton permet donc de gérer la connexion Wifi de l'enceinte ainsi que la réinitialisation de celle-ci. Enfin le trois bouton est discret puisque c'est la partie supérieure de l'enceinte, le haut-parleur lui-même. Une pression, et on fait appel à l'assistante vocale Alexa, une double pression et l'on bascule d'un mode connexion à un autre. Enfin une pression maintenue et c'est la fonction "Play/Pause" qui se met en action. D'une manière intelligente, le fabricant parvient à concevoir une enceinte bluetooth tout en misant sur une apparence très sobre avec l'objectif de s'accorder dans n'importe quel environnement. D'un point de vue sonore, la prestation est tout à fait convenable sans être impressionnante.

Ici, on fait plutôt face à un bon traitement sonore où le but est d'aboutir au meilleur équilibre possible afin qu'aucun genre musical ne fasse l'objet d'un avantage. On pourra autant profiter des basses que des aigus ou des médiums, l'équilibre est presque parfait. Autre particularité, l'enceinte offre avec un tel design une projection du son étendue à 360° contrairement à d'autres conceptions où les haut-parleurs ne parviennent pas à un tel score. Mais la grosse fonctionnalité qui permet clairement à l'enceinte de se démarquer, c'est évidemment son système de reconnaissance vocale. Il s'agit du système Alexa de chez Amazon qui permet d'avoir un contrôle sur ses équipements connectés en plus d'avoir accès à des informations. Il est donc possible de lui demander la météo, l'actualité du jour, lire une musique ou un livre audio, programmer une alarme ou encore trouver un point-clé (restaurant par exemple). Ce système explique donc la présence de la connexion Wifi tout en sachant que le bluetooth est tout de même de la partie dans le cas où vous souhaitez simplement gérer votre musique avec votre enceinte sans faire usage du système Alexa.

Forcément, une application dédiée pour l'enceinte est disponible sur iOS et Android sous le nom de Aud Click by iLuv. Une application extrêmement sobre mais efficace combinant un gris classique avec une petite touche de bleu ciel. Les services compatibles avec cette enceinte sont nombreux : Amazon Music, Prime Music, iTunes, Apple Music, Tunein ou encore iHeartRadio, Spotify, Tidal. Vous l'aurez compris, on fait donc face à une enceinte moderne, innovante mais avec ses limites dont l'autonomie qui n'excède pas trois heures environ. Un chiffre qui dépend de votre utilisation mais il sera bien difficile de faire mieux, on pourrait même évoquer un chiffre situé entre 2h30 et 3h, ce qui n'est pas spécialement élevé. Avec un prix de vente de 50€ environ, on peut donc considérer qu'il s'agit là d'un moyen peu coûteux de découvrir une enceinte qui n'oublie pas le son mais qui mise sur des fonctionnalités technologiques récentes avec un système de reconnaissance vocale en plus d'être compacte et élégante.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points positifs :
+ Compacte et légère
+ Sobre (gris et noir)
+ Système de reconnaissance vocale Alexa (Amazon)
+ Son équilibré avec diffusion à 360°
+ Application dédiée simple et efficace

Les points négatifs :
- Autonomie perfectible (à peine 3 heures)
- Package moyen, câble micro USB très court, notice trop légère dans le contenu

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] WRC 7

4 Octobre 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un WRC 6 pas franchement séduisant en octobre 2016, voilà que la série débarque déjà pour un nouvel épisode soit une petite année d'intervalle. Ce nouvel opus s'intitule, sans surprise, WRC 7 et va donc tenter de rassurer les joueurs après un WRC 6 qui avait réalisé une sortie de route. Maintenant avec un intervalle d'une petite année entre les deux épisodes, on peut se demander s'il n'était pas plus judicieux de laisser passer une année sans nouvel opus afin d'éviter une seconde erreur de pilotage... En tout cas c'est toujours le studio Kylotonn qui est aux commandes de ce nouveau volet que l'on espère nettement meilleur d'autant qu'entre les deux épisodes, nous avons eu le droit à la sortie de la référence du genre et donc de son concurrent direct : DiRT 4. Enfin un épisode de référence pour la série ?

Graphiquement, le chantier était énorme en si peu de temps pour les développeurs. On pouvait donc logiquement craindre le pire et au final, on est agréablement surpris. Attention cette réaction n'est valable que par comparaison avec WRC 6, pas par rapport à la concurrence. Sans offrir une claque graphique, loin de là, les progrès sont visibles à tous les niveaux. Déjà sur le plan technique le moteur maison, le KT Engine, s'en sort beaucoup mieux. Les textures sont nettement moins vilaines et bien plus réalistes, la modélisation est soignée et la fluidité est presque parfaite. Le jeu tourne à 30 fps et offre quelques très rares ralentissements. On note aussi toujours un peu de clipping et tearing mais là aussi c'est très rare par rapport à l'édition précédente. Le moteur graphique a clairement fait l'objet d'une belle optimisation pour rendre le jeu plus stable, plus crédible et donc plus agréable. Le travail sur la lumière progresse également mais c'est surtout le soin apporté aux différents tracés et aux véhicules que ce nouvel opus qui va ravir les fans de la discipline. Les véhicules sont extrêmement fidèles et soignés tandis que les tracés sont nettement plus crédibles.

C'est beaucoup plus vivant et coloré avec un level-design plus proche de la réalité. En effet les dimensions sont plus proches de la réalité au niveau des longueurs et largeurs du tracé en plus du relief. On obtient enfin un épisode cohérent et agréable à l'oeil tandis qu'auparavant on avait le droit à des filtres visuels étranges qui rendaient l'ensemble très froid et sombre. Par contre avec si peu de temps, il ne fallait pas espérer des changements radicaux sur tous les points. Par exemple si plusieurs types de météo sont présents, cela n'offre qu'un changement visuel, pas plus. Le cycle jour/nuit est aussi perfectible malgré les efforts sur la lumière. Aussi si les environnements sont plus riches et crédibles, les différentes surfaces du jeu sont encore loin de la réalité en matière de grip et d'influence sur la conduite. Aussi, la partie interface du jeu et les menus restent inchangés à quelques détails près. La marge de progression est encore importante mais il faut tout de même saluer les efforts des développeurs pour proposer un bond visuel très important en seulement quelques mois nous laissant espérer que la série se situe sur le bon chemin.

En matière de gameplay, ce nouvel épisode tente de mettre en place une formule proposée par la plupart des concurrents, celle où la jouabilité tente de trouver un équilibre entre arcade et simulation. Une base qui permet de toucher un public très large et d'offrir une prise en main plutôt bonne dans l'ensemble. Mais là où cela devient très intéressant, c'est que cet équilibre n'est pas imposé par les développeurs. Ainsi on nous met à disposition tout un tas de réglages possibles afin de tomber sur la configuration selon nos envies et surtout de faire nous même le choix entre arcade et simulation. On peut donc considérer que l'approche des développeurs est vraiment bonne puisqu'elle permet à n'importe quel joueur de pouvoir profiter du jeu selon ses attentes. La conduite de ce nouvel opus est plus fine, plus précise et procure beaucoup plus de plaisirs. Evidemment si vous conservez pas mal d'assistances, vos performances seront moindres.

L'excellent travail sur les différents tracés du jeu permet d'aboutir sur des séquences où la moindre erreur ne pardonne pas et où la concentration est constante. Même en ligne droite, on doit adopter une vigilance de chaque instant pour ne pas se faire surprendre par un petit défaut de la route qui à grande vitesse serait suffisant pour nous faire sortir du tracé. D'ailleurs on peut également souligner que l'impression de vitesse est plutôt bonne dans ce nouvel épisode (un sentiment qui varie selon la caméra sélectionnée évidemment). Malgré de nombreux efforts, il faut avouer que le chemin est encore long pour les développeurs avant de pleinement satisfaire les joueurs en quête d'un épisode ultime. Il suffit d'observer la gestion des collisions très moyenne, de la localisation des dégâts bien trop loin de la réalité ou encore de cette conduite où le patinage artistique est un poil trop présent. Il reste du travail au niveau du grip afin de pleinement sentir la route et les défauts mais aussi sentir une différence notable et cohérente entre un sol sec, un sol humide, de la terre et enfin de la neige.

Du côté du contenu ce WRC 7 ne déçoit pas spécialement mais il ne se montre pas particulièrement éblouissant. On fait face à un contenu minimaliste sur pas mal de points avec une absence totale d'originalité. Par exemple, au niveau des modes de jeu on pourra choisir entre : le mode carrière, le mode partie rapide, le mode championnat personnalisé, le mode défi (avec un chrono jusqu'à la fin du défi dont la durée est de plusieurs jours) mais aussi le mode multijoueur. On ne parle pas des rubriques traditionnelles : classements, options, extras. On peut par contre préciser la présence d'une "Drivercard" qui fait office de petit tableau rapide comportant quelques statistiques de jeu. A la lecture des modes, cela semble correct mais sans surprise. C'est le même sentiment lorsqu'on se lance dans le mode carrière qui à l'exception de quelques rubriques supplémentaires liées aux médias et réseaux sociaux, les nouveautés sont absentes et rendent ce mode très classique mais tout de même amusant. Pour la partie multijoueur, ce n'est pas forcément plus original mais c'est au moins solide. On retrouve donc trois rubriques dans le mode multijoueur : multijoueur en ligne, écran partagé et hot seat. La présence de l'écran partagé est vraiment appréciable et tellement rare désormais que sur ce point c'est très séduisant de la part des développeurs.

La petite nouveauté c'est donc ce mode Hot Seat qui permet à plusieurs joueurs de s'affronter sur une spéciale chacun son tour en se passant la manette, simple mais efficace. WRC 7 propose un avantage non négligeable par rapport à la concurrence, il est sous licence. On pourra donc compter sur les logos, pilotes et voitures officielles de la saison en cours. Au niveau des catégories pour le mode carrière, on pourra démarrer en Junior-WRC pour ensuite se rendre en WRC-2 et enfin la catégorie WRC pour affronter les meilleurs pilotes de la compétition. Toujours en matière de contenu, ce nouvel opus propose donc les 13 rallyes de la saison pour un total d'une soixantaine de tracés environ. Pas de surprise une nouvelle fois à l'exception d'un petit détail sympathique : les véhicules de la saison précédente (WRC 6). Un moyen simple et rapide de gonfler le contenu ? Pas vraiment, cet ajout possède un sens puisque vous n'êtes pas sans savoir que la FIA a mis en place une nouvelle règlementation à l'occasion de cette saison. Afin de donner un petit coup de boost à l'image de la nouvelle règlementation en F1, les modifications du règlement permettent donc aux constructeurs de mettre en oeuvre des véhicules plus puissants. On pourra donc comparer les véhicules des deux saisons afin de découvrir les différences suite à ce changement de règlement.

On termine en évoquant la bande-son du jeu, là aussi les développeurs partaient d'assez loin. On se rend rapidement compte que ce point n'a pas fait l'objet d'une grande concentration de la part des développeurs. On imagine effectivement qu'ils ont d'abord misé sur la réalisation et le gameplay pour tenter de remettre la série sur la bonne route. Néanmoins, on note quelques progrès par rapport à l'épisode précédent mais en conservant une belle marge de progression. Les bruitages ne sont pas encore crédibles que ce soit pour la partie moteur ou pour les collisions avec le décor. On regrette également la voix du copilote qui là aussi manque cruellement de réalisme et de naturel. L'ambiance sonore ne fait pas l'objet d'un immense travail que ce soit dans les menus du jeu où en pleine spéciale. Ce n'est pas le coeur du jeu mais ça influence tout de même l'immersion du joueur, on espère de nettes améliorations pour l'avenir.

WRC 7 parvient en très peu de temps à offrir un épisode très encourageant. Le challenge semblait costaud avant le coup mais il faut avouer que les développeurs de Kylotonn nous livrent un épisode carrément plus soigné et plus séduisant manette en main. Très agréable à l'oeil, le jeu offre également du plaisir dans la conduite même si le chemin est encore long avant d'aboutir à une excellente finition et un gameplay maîtrisé. Le contenu n'est pas aussi étincelant en matière de nouveauté mais tout de même solide que ce soit seul ou à plusieurs. La bande-son affiche aussi quelques progrès mais cela reste insuffisant. On peut donc affirmer que la série relève la tête et semble être en bonne voie pour parvenir à un épisode de référence, peut-être même dès l'an prochain. En tout cas pour le moment ce WRC 7 rassure complètement les fans du genre après un WRC 6 beaucoup trop décevant.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[News] MaJ PlayStation Store - 02/10/2017

3 Octobre 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #MAJ PlayStation Store

PlayStation 4
theHunter: Call of the Wild - 2 octobre

Marvel Heroes Omega – Black Bolt Pack - 6 octobre

Battle Chasers: Nightwar - 3 octobre

Just Dance 2018 Demo - 3 octobre

DreamWorks Voltron VR Chronicles (Uniquement en Australia, NZ & UK) - 3 octobre

Expand - 3 octobre

Expand + Soundtrack Bundle - 3 octobre

Factotum 90 - 3 octobre

Mystik Belle - 3 octobre

Twin Robots - 4 octobre

Everest VR - 4 octobre

JYDGE - 4 octobre

Nebula Realms - 4 octobre

Digerati Bundle 5 Pack Part 6 - 4 octobre

LAWS OF MACHINE - 4 octobre

Vermintide: The Arrogance Lost Collection - 5 octobre

A Hole New World - 6 octobre

PlayStation Vita
Twin Robots - 4 octobre

Fallen Legion Bundle - 4 octobre

Save the Ninja Clan - 6 octobre

PS4 DLC
2 octobre
War Thunder
Object 120 Advanced Pack
3 octobre
Batman: The Enemy Within
Episode 2
Tom Clancy’s Rainbow Six Siege
Jäger Covert Set
Tortuga
INFINITE MINIGOLF

Voir les commentaires