Jeuxvideo-world

[Test] La Terre du Milieu : L'ombre du Mordor

5 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après le jeu Gardiens de la Terre du Milieu plutôt moyen dans l'ensemble, voilà que le duo Warner Bros Interactive et Monolith Productions sont de retour pour un nouveau titre qui se présente dans la continuité puisqu'il s'agit de La Terre du Milieu : L'ombre de Mordor. Très prometteur lors des différents salons et vidéos proposées par l'éditeur, tient-il toutes ses promesses ?

On se dit que sur le papier, l'univers paraît assez riche pour que l'on puisse découvrir un titre capable de surprendre au niveau de sa réalisation. C'est à peu près le cas même si finalement ce n'est pas la direction artistique mais bel et bien la technique qui l'emporte au niveau de la réalisation. En effet, le jeu est particulièrement soigné que ce soit au niveau des textures, de la modélisation ou de la fluidité.

On ne prend pas pour autant une "claque next-gen" mais le titre ne fait pas honte aux nouvelles consoles, de quoi déjà satisfaire les heureux possesseurs de consoles next-gen. Sauf que derrière cet univers riche et captivant, on découvre un vrai manque d'inspiration au niveau des environnements.

A la fois sans saveur et répétitif, les décors n'offrent pas l'expérience visuelle que l'on pouvait attendre malgré, à quelques rares occasions, un level-design sympathique. Les fans de monde ouvert toujours plus grand, pourront également se plaindre d'un terrain sûrement un poil trop petit, mais cette remarque reste relativement subjective puisque le terrain offert reste déjà très convaincant et suffisant pour ne pas avoir un jeu linéaire et dirigiste.

On découvre ici un action/aventure à la troisième personne fun et jouissif. Tuer des orques deviendra rapidement une addiction, une qualité obtenue grâce à un système de combat dynamique et à un contrôle de Talion, notre personnage, simple et précis. Les déplacements de notre héros sont agréables et permettent de prendre un vrai plaisir à explorer chaque recoin et se lancer dans des combats face à des dizaines d'orques. 

Un gameplay solide qui s'accompagne de quelques éléments qui contribue fortement à l'identité du titre. Quoi donc ? Le Nemesis System. Terriblement original, ce système permet de voir progresser un personnage au fil des rencontres tout en sachant que chaque retrouvaille ne laisse pas le personnage indifférent. Concrètement lorsque vous serez amené à vaincre un capitaine orque, celui-ci sera susceptible d'évoluer vers un grade supérieur malgré une défaite face à vous lors de votre première rencontre.

Le système ne se contente de simplement faire évoluer de grade puisqu'en cas de décès, celui-ci sera remplacé et Talion pourra ainsi convaincre son remplaçant d'être de son côté par exemple. On fait donc ici clairement face à LA feature du jeu qui fonctionne à merveille. Ceci dit quelques défauts sont rapidement visibles au niveau de la jouabilité. 

L'IA n'est pas totalement convaincante, une certaine répétitivité s'installe rapidement ou encore le côté infiltration reste anecdotique. Aussi, le titre s'inspire fortement (peut-être trop ?) de quelques grandes licences comme les jeux Batman de Rocksteady ou les jeux Assassin's Creed d'Ubisoft. Si parfois l'inspiration est intelligente et agréable, elle peut se montrer parfois trop "copier coller" et ainsi masquer la vraie identité de cet opus. 

D'une manière générale, le titre s'offre une durée de vie plutôt honnête pour son genre. Il vous faudra ainsi 15-20 heures pour terminer la trame principale en prenant son temps. A cela s'ajoute plusieurs heures supplémentaires pour découvrir chaque recoin du jeu et venir à bout de toutes les missions secondaires, nombreuses mais répétitives. On prend également beaucoup de plaisir à améliorer son personnage afin qu'il puisse devenir le guerrier que l'on souhaite. Le Nemesis System contribue également à enrichir la durée de vie et varier les plaisirs. Enfin, les trophées/succès seront là pour prolonger encore plus l'expérience de jeu.

On pouvait se douter, ou du moins espérer, une bande-son épique capable de mettre le joueur dans la meilleure ambiance possible tout en collant parfaitement avec l'univers du jeu. C'est avec une certaine joie que l'on peut confirmer que le travail sonore est de qualité que ce soit dans les doublages ou les différentes compositions du jeu. D'ailleurs, vous n'aurez pas de mal à reconnaître quelques voix issues des films de Peter Jackson, un vrai bonheur.

On termine avec la partie scénaristique du jeu. Bizarrement, si ce point-là on pouvait penser que c'était "gagné d'avance" et bien c'est radicalement le contraire. Loin d'être mauvais, le scénario ne séduit pas plus que ça, ça manque de profondeur pour au final proposer une trame trop légère. Un rythme complètement irrégulier dans la mesure où on appréciera certains passages, qui sont d'ailleurs d'un réel intérêt alors que l'on fera aussi face à d'autres instants, un peu trop présent pour remplir la légèreté de l'histoire. C'est dommage car le potentiel et la richesse de l'univers devraient suffire à proposer une histoire solide et intéressante.

La Terre du Milieu : L'ombre de Mordor est une bonne surprise en cette fin d'année. Loin d'être un hit attendu, Monolith Productions signe ici un vrai titre next-gen qui propose une aventure jouissive et intéressante. De l'originalité mais aussi une bonne dose d'inspiration sont au menu pour offrir une expérience vidéoludique vraiment solide et addictive pour l'on accepte le voyage du début à la fin. Quelques légers soucis d'IA, une répétitivité générale trop présente ou encore un scénario un peu simpliste sont les quelques zones d'ombres de ce titre qui reste quand même très convaincant.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article