Jeuxvideo-world

[Critique] Assassin's Creed : l'histoire visuelle et complète

19 Novembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Vous êtes un fan de la série Assassin's Creed ou vous appréciez fortement l'univers, alors les éditions Larousse dispose d'un objet collector et indispensable pour vous. Il s'agit d'un ouvrage monstrueux par son poids mais surtout sa taille (33x24cm) qui s'intitule Assassin's Creed : l'histoire visuelle et complète. Pour accomplir ce sublime livre, du beau monde se cache derrière ce long travail que ce soit dans l'écriture ou les images. Le livre est écrit par Matthew Miller, écrivain mais aussi rédacteur pour le célèbre magazine Game Informer.

Le livre dispose d'une préface signée Raphaël Lacoste, directeur artistique pour Prince of Persia et Assassin's Creed (Il a remporté le prix de la Visuel Effects Society en 2006). La magnifique illustration de couverture est l'oeuvre de Jeff Simpson, le design graphique est signé Alexandre de Lamberterie. Une double page réservée au crédit est d'ailleurs présente à la fin du livre pour connaître les différents participants et notamment les employés d'Ubisoft, développeur et éditeur de la licence vidéoludique Assassin's Creed. 

Avant de parler du sommaire et de comprendre ainsi de l'organisation de ce livre, il ne faudra pas s'attendre à un livre de poche, à une simple retranscription littéraire du jeu vidéo. Malgré la présence d'une multitude de paragraphes où parfois on pourra lire les témoignages des développeurs du studio d'Ubisoft, le livre se présente comme une bibliothèque d'artwork du premier épisode de la série au dernier épisode en date, Assassin's Creed Syndicate. Il est donc extrêmement riche en artworks qui mettent en valeur les personnages mais aussi les différents lieux de la série. Un artwork capable de prendre une demi-page, une page entière et même une double page pour à certains endroits.

Evidemment chaque artwork dévoile une beauté fabuleuse avec des couleurs stupéfiantes et une direction artistique qui ne pourra que ravir les fans de la licence et les amateurs de tableaux, de belles images, d'oeuvres d'arts. Un livre extrêmement épais avec ses 320 pages dont le sommaire est le suivant : on commence avec une préface de Raphaël Lacoste (directeur artistique pour Prince of Persia et Assassin's Creed), on enchaîne avec une introduction  et on découvre 11 parties correspondant à une époque historique et donc à un épisode en jeu vidéo. En fin de page, nous avons une conclusion mais aussi les fameux crédits.

Concernant la préface, celle a pour but d'avoir quelques mots du directeur artistique de la série afin de comprendre l'univers et le principe de la série Assassin's Creed. L'introduction poursuit ses explications mais avec plus de détails (une page de textes dédiée à l'univers du jeu) sur le concept, le scénario et certaines explications sur les Assassins et les templiers (on peut voir dans l'introduction, une illustration de la cathédrale de Chartres qui donne sérieusement le ton sur la qualité des illustrations du livre). Les choses sérieuses commencent donc avec la partie 1 intitulée "Moyen-Age". Dans cette partie, on y trouve donc un lot d'artworks fabuleux (oui on se répète encore et encore) et quelques précisions sur le choix de cette période. Celle-ci correspond donc au premier volet de la série qui se nomme sobrement Assassin's Creed et dont le héros est Altaïr.

On y découvre donc plusieurs sous-parties qui s'arrêtent sur les différents protagonistes dont le héros que l'on incarne mais aussi sur les environnements. La partie 1 ne s'arrête pas là puisqu'elle évoque l'arsenal de l'assassin ainsi que le symbole de la confrérie qui n'a cessé d'évoluer au fil des épisodes (une page complète démontre cette évolution). La partie 2, beaucoup plus riche, évoque l'époque de la renaissance. Celle-ci s'arrête donc sur les aventures d'Ezio dans Assassin's Creed II, mais aussi Assassin's Creed Brotherhood et même Assassin's Creed Revelations. 

En effet il s'agit ici d'une trilogie dédiée à l'assassin Ezio Auditore. On y trouve tout un tas d'anecdotes et d'images sur Rome, les créations de Leonard de Vinci, la famille redoutable qui se nomme Borgia. Cette seconde partie évoque également, et c'est un signe de la fidélité et de la profondeur de ce livre, le jeu Facebook Assassin's Creed Project Legacy mais aussi le court-métrage Assassin's Creed Embers mettant en scène un Ezio Auditore prenant une retraite méritée. Jusqu'ici les chapitres respectent la sortie des différents jeux, du coup on trouve logiquement dans le chapitre 3 le thème lié à Assassin's Creed III : la guerre de l'indépendance des Etats-Unis.

Toujours accompagné d'artworks étincelants, ce chapitre illustre à merveille les nouveautés d'Assassin's Creed III, un terrain de jeu plus grand, plus varié mais aussi d'autres grosses nouveautés. Le mystérieux personnage nommé Haytham Kenway a le droit à une double page en plus d'une illustration et de quelques explications sur son identité et ce que sa présence offre de nouveau à la série (on ne rentre pans dans les détails pour éviter le vilain spoil). On pourra également découvrir des pages s'arrêtant sur le changement de saison, le champ de bataille de l'époque ou encore la navigation en mer, l'une des grosses nouveautés de cet épisode. Ensuite, le chapitre 4 s'arrête sur un épisode disponible dans un premier sur PlayStation Vita exclusivement : Assassin's Creed Liberation. Par la suite une version HD fera son apparition sur les consoles de salon.

 Ce quatrième chapitre se nomme donc "La guerre de sept ans, première partie"  et nous présente l'assassin de cette saison, une demoiselle au nom d'Aveline de Grandpré. Ce court chapitre nous parle de la Nouvelle-Orléans mais aussi les personnalités multiples d'Aveline, une capacité inédite pour la série. Le chapitre 5 se nomme "L'âge d'or de la piraterie" et évoque logiquement Assassin's Creed IV Black Flag, un épisode qui était disponible sur la nouvelle génération de console, le premier de la série. Le livre nous propose ici de sublimes illustrations liées à la mer et démontrant un changement décor radical, où le terrain de jeu n'est pas une ville mais la mer.

Le livre évoque donc la navigation en mer à l'image d'Assassin's Creed mais aussi l'ambiance de la piraterie et l'histoire de l'assassin de cet épisode. Le chapitre 6 correspond à la deuxième partie de la guerre de sept ans et donc la suite directe du chapitre 4. Ce chapitre présente Assassin's Creed Rogue, un épisode très particulier puisque sa sortie en fin d'année 2014 s'effectue au même moment qu'un autre épisode de la série, Assassin's Creed Unity. Un choix étrange de sortie 2 épisodes en même temps, la différence se situe sur les supports concernés, Assassin's Creed Rogue ne sera pas disponible sur la nouvelle génération de console. 

Ce chapitre 6 explique ainsi que le volet Assassin's Creed Rogue poursuite la navigation en mer et permet de donner des réponses aux nombreuses questions d'Assassin's Creed III et Assassin's Creed IV Black Flag. Le chapitre 7 s'arrête justement sur Assassin's Creed Unity qui met en scène la révolution Française. Sa présence sur les consoles next-gen permet avec cet épisode d'envisager des possibilités techniques jusqu'ici impossible, le livre y consacre donc de nombreuses lignes sur ce point. Ce chapitre s'arrête également sur l'immense travail des développeurs pour mettre en avant la qualité de l'architecture de l'époque que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, le charme de Paris à l'époque était vraiment un souci artistique pour les développeurs.

A l'image des autres chapitres, on pourra observer tout un tas d'artworks toujours plus impressionnant que ce soit sur les décors et les décors personnages tout en évoquant les sentiments de notre assassin, Arno, vis-à-vis d'Elise une demoiselle dont sa vie se trouve du côté des templiers d'après ses parents. On arrive au chapitre 8, celui qui évoque la révolution industrielle et correspond à la sortie d'Assassin's Creed Syndicate, l'un des hits de cette fin d'année 2015. On donc ici des pages qui se penchent sur l'univers industriel du jeu et notamment un passage dédié à l'arsenal moderne avec divers artworks sur les armes à feu, poings américains et même canne-épée.

Ce chapitre consacre également du temps et des artworks aux deux assassins de cet épisode : les jumeaux Jacob et Evie Frye. On arrive petit à petit à la fin du livre avec le chapitre 9 qui s'intitule Chronicles. Un chapitre dédié à une trilogie très particulière où l'on pourra se rendre en chine, en inde et en russie. Une orientation radicale de la série puisque la touche artistique change de ton, les artworks démontrent aisément ce changement mais aussi le système de jeu. Il s'agit là d'une trilogie où chaque épisode se présente comme un jeu de plate-forme en 2.5D tout en conservant l'esprit de la licence. Il aura donc fallu 9 chapitres pour offrir une présentation complète et riche en illustrations de la série Assassin's Creed.

Mais il reste une multitude de sujets à aborder et notamment celle de l'Animus, de Desmond Miles... Voilà donc le but de ce chapitre 10 qui s'intitule "Le Monde d'Avant" et permet de résumer le scénario de la série concernant la première civilisation, les fragments d'éden, les personnages divins. Des révélations que l'on a pu découvrir du premier épisode à Assassin's Creed III. En plus de précisions et d'illustrations sur l'animus, ce chapitre consacre également quelques lignes et images sur la société Abstergo Industries correspondant aux templiers modernes. On termine donc avec une conclusion mais surtout le chapitre 11, celui qui nous présente d'une belle manière les produits dérivés de la série avec toujours autant d'illustrations. 

On pourra ainsi faire face à une page sur les romans écrit par Olivier Bowden, les figurines, les statues, les bandes dessinées mais aussi la liberté de création autour de la série. Après la découverte de chaque chapitre, de chaque page, le livre Assassin's Creed : l'histoire visuelle et complète se présente clairement comme un ouvrage incontournable et collector pour un fan de la série Assassin's Creed.

La force du livre, c'est que même sans connaître l'univers ou très peu, on arrive facilement à se plonger dans les différents chapitres, l'immense qualité des illustrations est la raison première de ce pouvoir de séduction à un public plus large que les joueurs fidèles de la licence. Vendu au prix de 39.95€, ce livre fait figure de superbe cadeau avec l'assurance de séduire la personne concernée.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Un ouvrage fabuleux fortement recommandé que l'on soit fan (ou pas spécialement) de la série compte tenu de la qualité présente au niveau du texte mais surtout des différents artworks.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article