Jeuxvideo-world

[Critique] Collection romans Assassin's Creed

22 Novembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Vous êtes un fan de la licence Assassin's Creed ou vous avez une curiosité littéraire au-dessus de la moyenne mondiale, alors la collection Assassin's Creed en roman de l'éditeur Milady risque sérieusement de vous séduire, à moins d'avoir des attentes très précises qui ne seraient que très peu voir pas du tout de la partie à travers les romans. Une collection qui s'enrichit d'année en année, à l'image du jeu vidéo puisque nous en sommes déjà à 8 tomes, une matière suffisante à de nombreuses heures de lecture après par exemple quelques sessions vidéoludiques de la série Assassin's Creed.

Le but ici n'est pas de dévoiler le contenu, l'intérêt de la lecture serait de suite nettement plus faible. Il s'agit là de vous faire découvrir la collection complète en évoquant le contenu proposé par chacun des livres dont l'auteur se nomme Olivier Bowden. Anton Gill, également connu sous le nom d'Olivier Bowden, est né en 1948 en Angleterre. Il est écrivain mais aussi historien où son lieu de résidence est Paris. En plus de la collection Assassin's Creed, il est l'auteur d'une série de romans policiers historiques qui s'intitulent "Les Mystères égyptiens". 

Au niveau de la traduction de chaque roman, on découvre deux personnes, la première se nomme Claire Jouanneau et s'est occupée de 7 romans de la collection, tandis que c'est Cédric Degottex qui s'est chargé de la traduction d'un roman de la collection (Assassin's Creed La Croisade Secrète). Concernant la parution de chacun des romans cela commence le 9 avril 2010 avec Assassin's Creed Renaissance et cela s'arrête pour le moment à Assassin's Creed Underworld dont la date de parution est très récente, le 6 novembre 2015. Contrairement à ce que l'on pourrait croire l'ordre de parution des romans ne correspond pas tout à fait à l'ordre de parution des jeux vidéo, d'autant que tous les jeux ne sont forcément en roman. 

On retrouve uniquement les épisodes majeurs en jeu vidéo : Assassin's Creed, Assassin's Creed II, Assassin's Creed Brotherhood, Assassin's Creed Revelations, Assassin's Creed III, Assassin's Creed Black Flag, Assassin's Creed UnityAssassin's Creed Syndicate. Il ne faudra donc pas compter sur Assassin's Creed Libération, Assassin's Creed Rogue ou encore Assassin's Creed Chronicles (China, India et Russia). L'ordre de parution des romans n'est pas totalement le même que celui des jeux, notamment au début de la collection, en effet le roman évoquant le premier jeu Assassin's Creed (Assassin's Creed La Croisade Secrète) fait l'objet d'une sortie après les romans correspondant à Assassin's Creed II et Assassin's Creed Brotherhood

D'ailleurs si certains romans possèdent un titre différent du jeu (Assassin's Creed correspond au roman Assassin's Creed Renaissance) d'autres possèdent exactement le même titre : Assassin's Creed Brotherhood, Assassin's Creed Revelations, Assassin's Creed Black Flag ou encore Assassin's Creed Unity. Dans un format poche, chaque roman possède au moins 400 pages et un prix de 8.20€, un rapport prix/page très correct. Avant de donner le synopsis et la structure de chaque roman, il est intéressant de préciser que le roman de chaque jeu ne se présente pas comme une simple adaptation et ne cherche pas la carte d'une fidélité exemplaire. L'auteur se concentre systématiquement sur l'Assassin (ou les Assassins) que l'on incarne dans le jeu vidéo.

Contrairement au jeu vidéo parfois expéditif sur de nombreux points scénaristiques pour laisser place à l'action, l'aventure et à certaines contraintes vidéoludiques, le roman prend la peine d'offrir son lot de détails, d'anecdotes et de questions propres aux romans. Une lecture facile, agréable et dotée pour la plupart des romans d'un rythme très intéressant dans le même style que le jeu vidéo. Ceci dit, plusieurs passages ne seront pas une découverte si vous avez joué à l'ensemble des jeux, mais le style d'écriture de l'auteur permet toujours d'approfondir une situation, même basique et d'apporter de la profondeur à un scénario parfois trop superficiel dans le jeu vidéo. 

Enfin, chaque roman dispose d'une page de remerciement où certains noms parleront mieux que d'autres puis qu'il s'agit de certaines personnes travaillant pour Ubisoft et ses différents studios. Pour la présentation de la collection, j'ai décidé de présenter dans l'ordre de parution des jeux vidéo et non des romans, libre à vous de faire l'autre choix dans la lecture. On commence donc par Assassin's Creed La Croisade secrète qui correspond au premier volet de la série Assassin's Creed. Un roman de 480 pages où l'on pourra découvrir en plus de l'histoire, un prologue, un épilogue et une liste de personnages. Cette dernière est vraiment très intéressante puisqu'elle rassemble les alliées du héros mais aussi les ennemis et les autres protagonistes intervenant de près ou de loin dans l'histoire tout en sachant que l'auteur reprend des personnages-clés du jeu vidéo et s'autorise quelques ajouts personnels très intéressants.

Ce roman comporte donc 480 pages pour un total de 58 chapitres, vous comprenez ainsi que le rythme du roman est à l'image du jeu vidéo dans sa trame principale, composé de courtes et longues missions. On découvre ainsi Altaïr, sûrement le plus connu, le plus charismatique mais surtout le plus apprécié par les fans. Dans ce roman, l'histoire d'Altaïr est racontée par Niccolo Polo, père de Marco Polo, à son frère Maffeo. Un voyage du temps des croisades où l'on va découvrir l'affrontement entre la confrérie des Assassins et l'ordre des Templiers. Une invitation au voyage à travers Masyaf, Damas, Jérusalem, Acre et même Chypre car oui, l'auteur ne s'arrête pas au même endroit que la fin du jeu. 

C'est là où l'on comprend que le roman est un apport considérable à l'univers de la licence, on apprend des détails plus ou moins utiles mais qui permettent surtout de faire des connexions entre les différents assassins. Le roman correspondant à Assassin's Creed II se nomme Assassin's Creed Renaissance, un titre tout à fait convenable compte tenu de l'époque où se déroule l'histoire, en 1400 en Italie. Là encore un roman de 480 pages mais avec nettement moins de chapitres (28 au total) mais une structure légèrement différente. Si la liste de personnages en fin de roman est toujours de la partie, il n'y a pas de prologue ou d'épilogue dans ce roman. Par contre, on découvre en début de roman une carte de l'Italie durant la Renaissance, un détail vraiment sympa qui s'accompagne en fin de roman à un glossaire des termes italiens et latins du livre.

En effet l'auteur propose tout un tas d'expressions dans d'autres langues que celle de base dans la narration. On pourra par exemple citer le très célèbre "Requiescat in pace" signifiant "Repose en paix". Une phrase systématiquement prononcée par l'assassin Ezio Auditore lorsqu'il exécutait un personnage-clé de l'histoire. Après Altaïr c'est donc Ezio Auditore l'assassin de cet épisode dont le thème principal sera la vengeance. Toujours dans le même esprit de conflit, Assassin contre Templier, Ezio Auditore va se battre pour faire face à la puissante famille Borgia de l'autre camp. Un voyage en Italie, Florence, Rome, Venise où il fera la rencontre de personnages célèbres de l'époque dont l'incroyable Léonard de Vinci. 

On poursuit avec un troisième roman qui possède le même que le jeu vidéo : Assassin's Creed Brotherhood. Toujours composé de 480 pages, la structure se présente d'une manière similaire aux précédents romans. on y découvre ici un prologue, une liste de personnages mais aussi un glossaire des termes italiens, latins et même espagnols. L'organisation du livre s'éloigne du précédent roman puisque l'on découvre ici trois parties pour un total de 66 chapitres. Il s'agit là de la suite directe d'Assassin's Creed II et donc du roman Assassin's Creed Renaissance. On retrouve ainsi Ezio Auditore, qui s'impose comme un maître assassin puissant capable de diriger de belle manière la confrérie à travers la ville de Rome, l'action se déroule toujours en Italie pour lutter contre la famille Borgia qui incarne le mal absolu.

Si l'histoire était plus lente et dans l'idée de correctement mettre en place l'univers d'Ezio Auditore dans le précédent, on fait face à un rythme plus élevé où vraiment on découvre l'action et la réflexion de l'assassin à travers ses différents souhaits. L'humour est également de la partie et permet de relever le caractère de l'Assassin. La fin du roman chute peut-être un peu trop au risque de décevoir les lecteurs mais on apprécie toujours autant le soin et les détails apportés à ce qui entoure Ezio Auditore, les personnages historiques dont Léonard de Vinci. Le roman suivant possède également le même titre que le jeu vidéo associé : Assassin's Creed Revelations

On se retrouve encore avec Ezio Auditore pour clôturer sa trilogie. Un roman de 476 pages qui comporte trois parties pour un total de 92 chapitres, oui vous avez bien lu 92 chapitres pour 476 pages, cela vous donne une idée du rythme de cet épisode. Dans la structure, on fait l'agréable découverte d'une carte, à l'image du roman Assassin's Creed Renaissance, qui représente l'Empire Ottoman au XVI siècle. En fin de roman on découvre la traditionnelle liste de personnages mais aussi le glossaire des termes italiens, grecs, chinois et turcs. Malgré son âge, Ezio Auditore devenu plus sage, décide d'entreprendre un voyage à Constantinople, le coeur de l'Empire ottoman, pour partir à la recherche  de la légendaire bibliothèque d'Altaïr où réside le secret capable de mettre fin à la domination des templiers qui tentent de dominer la ville de Constantinople.

Très rythmé et riche en action mais aussi en révélations contrairement au jeu vidéo, le roman se montre vraiment intéressant si l'on veut approfondir ce que le jeu vidéo passe à quelques secondes et notamment le début de l'histoire qui mène Ezio Auditore à Constantinople, une belle conclusion. Le prochain roman se nomme Assassin's Creed Forsaken et correspond au jeu vidéo Assassin's Creed III. Celui-ci se compose donc de 432 pages mais avec une structure différente des autres romans. En effet si l'on retrouve mais un prologue, un épilogue et une liste de personnages, il n'y a pas de chapitre dans celui-ci. On découvre 4 parties tout en sachant que la narration s'effectue par l'intermédiaire d'un extrait du journal de Haytham Kenway, un templier qui est le fils d'Edward Kenway, et qui est surtout le père de Connor, l'Assassin de cet épisode.

Ce changement de structure ne change en rien la qualité rédactionnelle de l'auteur et surtout le rythme proposé. D'ailleurs il permet encore une fois de découvrir tout un tas d'éléments que l'on ne retrouve malheureusement pas dans le jeu vidéo et ce que l'on retrouve dans le jeu vidéo, se traduit dans le roman par des séquences d'actions rapides qui permettent d'offrir un peu de dynamisme entre quelques récits apportant de la profondeur à l'époque en question. On parle ici de l'Amérique du Nord, au milieu du XVIIIe siècle, pour vivre la guerre d'indépendance américaine. Cependant le roman ne parle pas de manière directe de Connor mais bien de la vie de son père Haytham Kenway. On apprend son histoire, l'évènement tragique lié sa famille qui va le conduire à faire des choix difficiles jusqu'à sa formation dans l'ordre des templiers, et ceci à travers son journal. Dans le prochain roman qui possède cette fois-ci le même titre que le jeu vidéo, Assassin's Creed Black Flag, il est toujours question de la famille Kenway.

Le roman est composé de 432 pages avec un retour d'une structure sous forme de chapitres et de parties : 4 parties pour un total de 73 chapitres. On y trouve également la fameuse liste de personnages comme pour les précédents romans. Dans ces nouvelles aventures, on s'intéresse donc au père du Haytham Kenway, qui se nomme Edward Kenway et qui va devenir un Assassin après quelques années de piraterie, puisque l'époque s'avère être ici celui de l'âge d'or de la piraterie, en 1719. Toujours aussi riche en détails exclusifs, cet épisode se présente de la même manière que le roman Assassin's Renaissance, à savoir un sentiment de vengeance très prononcé tout au long du roman. L'opposition entre Assassins et Templiers est bien évidemment toujours de la partie avec la dose d'action et de trahison comme d'habitude. Un tome qui permet surtout d'éclaircir et faire le point sur la famille Kenway, d'Edward à Connor en passant par Haytham. 

On se rapproche petit à petit de la fin de la collection à ce jour avec le roman Assassin's Creed Unity, un titre strictement identique au jeu vidéo. Celui-ci est le moins long de la collection, 408 pages mais tout en restant aussi complet et captivant. On retrouve comme pour les autres la liste des personnages en fin de roman, mais c'est surtout sa structure qui change par rapport aux autres tomes et qui fait preuve d'une belle inspiration pour peu que l'on effectue ou que l'on a terminé le jeu vidéo. En effet, cet épisode se déroule à travers la révolution Française en 1789 à Paris. Un épisode qui met énormément sur une relation sentimentale très forte entre Arno Dorian, un jeune homme qui va devenir petit à petit un assassin et Elise de la Serre, une demoiselle qui ne laisse pas indifférent notre héros et dont sa destin se joue du côté des Templiers. 

De cet angle, cela donne lieu à une relation improbable et impossible compte tenu du camp de chacun. Pour mettre en scène ce duo, pas de chapitres ou de partie, mais une alternance intelligente entre le journal d'Arno Dorian et celui d'Elise de la Serre. Une mise en scène que l'auteur avait déjà essayé avec succès dans le roman Assassin's Creed Forsaken. Un roman qui permet donc pour les deux protagonistes de comprendre l'environnement de chacun des personnages, mais aussi leurs idées et pensées tout en découvrant l'effroyable affrontement entre Assassins et Templiers. On termine avec le dernier roman de la collection à ce jour, tout en sachant (du moins on l'espère) qu'elle ne va pas s'arrêter là. Le dernier tome se nomme Assassin's Creed Underworld et correspond au jeu Assassin's Creed Syndicate. Il se compose de 480 pages, comporte un épilogue, une liste de personnages mais surtout de trois parties pour un total de 85 chapitres. 

On retrouve donc là un récit très rythmé avec de courts chapitres qui alternent informations, révélations mais aussi action. Au niveau de l'époque, cela se situe en pleine révolution industrielle, à Londres, en 1862. On fera ici la connaissance, avec une grande précision, d'Henry Green, le mentor des jumeaux Jacob et Evie Frye, les assassins que l'on incarne dans le jeu vidéo. Comme pour les autres romans, l'auteur ne se contente pas d'une banale retranscription des évènements du jeu vidéo mais tente de raconter les évènements d'un autre oeil et d'une manière plus profonde et moins spectaculaire tout en adoptant un rythme suffisamment captivant. Aussi, à aucun moment à travers la présentation des différents romans de la collection, il n'a été question d'un personnage nommé Desmond Miles.

Ce n'est pas hasard ni une erreur, l'auteur n'exploite pas ce personnage et préfère se concentrer à chaque fois sur l'assassin et l'époque pas sur Desmond Miles, l'animus et la période moderne donc. Si vous vouliez des éléments supplémentaires sur Desmond Miles, il ne faudra pas se tourner vers les romans, par contre si vous cherchez à approfondir l'histoire de chaque Assassin, vous allez croquer un par un les romans d'un auteur sans barrière qui respecte la série d'Ubisoft tout en ajoutant une bonne dose de contenu supplémentaire. Si vous êtes fan d'Assassin's Creed, chaque roman est une pépite, un objet de collection, un moyen de prolonger sa passion pour la série. Mais la force du roman, c'est de pouvoir séduire un public large et pas seulement arrêter aux fans ou aux joueurs de la licence grâce à  une écriture qui permet une lecture facile, agréable et dans un rythme qui permet de ne perdre personne en route. 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Une superbe collection où chaque roman permet de vivre de manière profonde une époque en faisant connaissance avec une multitude de personnages historiques et fictifs au coeur du célèbre duel entre les assassins et les templiers. Les fans pourront y voir comme un complément indispensable à chaque aventure pour récupérer la trop grande légèreté scénaristique des différents jeux, et ceci à moindre coût.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article