Jeuxvideo-world

[Test] Just Cause 3

14 Décembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après Mad Max, une bonne surprise disponible depuis début septembre, Avalanche Studios refait parler de lui en cette fin d'année 2015 avec un autre jeu. En effet les aventures de Rico Rodriguez sont de retour avec Just Cause 3. Après un second volet très convaincant, Avalanche Studios et Square Enix reviennent pour un troisième opus sur la nouvelle génération de consoles. On a hâte de voir l'évolution de la série que ce soit au niveau de la réalisation, du gameplay, du contenu... La belle surprise de fin d'année ?

Graphiquement, si vous avez eu la chance de faire Just Cause 2, vous n'aurez aucun mal à découvrir les progrès de ce troisième opus. Le moteur graphique d'Avalanche Studios permet d'obtenir une expérience visuelle très chaude et très fine. On se trouve donc dans un nouveau monde ouvert nommé Medici et dont la superficie est d'environ 1000 km², de quoi offrir un terrain de jeu immense. Une surface de jeu qui permet d'obtenir une île principale ainsi qu'un archipel où l'on pourra découvrir plusieurs petites îles. En plus d'une superficie monstrueuse digne d'un gros GTA-like, le jeu propose des environnements extrêmement variés, une belle surprise là encore.

Le précédent volet proposait déjà une variété plutôt correcte au niveau des décors mais ce troisième opus va encore plus loin. On pourra se promener (et surtout tuer) dans des champs, des forêts mais surtout en mer (et sous l'eau) dans les montagnes ou encore sur les larges plages du jeu. Une île extrêmement complète avec une multitude de bâtiments même si certains endroits pourront paraître un peu vide, logique vu la taille de la carte. Le level-design n'est pas aussi basique et s'avère complet avec une bonne verticalité pour varier les situations et mettre en scène les équipements de Rico.

Techniquement le jeu s'en sort pas trop mal lorsqu'on connaît la taille de la carte. Néanmoins vous ne serez pas surpris d'apprendre que quelques textures restent perfectibles et que quelques ralentissements sont de la partie. Ceci dit la performance reste excellente face à la très bonne distance d'affichage, la modélisation soignée et avec cet univers très coloré. On est agréablement surpris par la qualité des phases d'actions et notamment d'explosions où les effets et la mise en scène sont immersifs (un cycle jour/nuit est de la partie) grâce à des décors destructibles (une grosse partie de la map).

Avec Just Cause 3, Avalanche Studios ne prend pas de risque et propose la même formule. Une immense sensation de liberté et où nous sommes ridicules face à cette île démesurée. D'ailleurs Just Cause s'appuie tout au long du jeu sur cette forme de démesure. Que ce soit dans des séries d'explosions, d'éliminations de dizaines d'ennemis, d'acrobaties, tout est là pour réaliser son spectacle à sa guise et sans limite. Vous disposez donc d'un arsenal important et varié qui va s'enrichir au fur et à mesure de l'aventure et des différents objectifs accomplis. Une prise en main immédiate pour obtenir une jouabilité jouissive et fun dès les premières minutes.

On dispose d'un parachute, d'un grappin ou encore le fameux wingsuit. Dans tous les cas, l'utilisation est simple, rapide et à volonté. C'est idéal pour se déplacer rapidement tout en sachant que le jeu propose des voyages rapides pour passer d'un coin à un autre de la map. Vous pouvez également prendre un véhicule pour la promenade, que ce soit une voiture, une moto, un avion, un bateau, le choix est large au niveau des moyens de transport en sachant que le plaisir de conduite est convaincant à l'exception des voitures qui exigent un petit coup de main à prendre car assez rigide les premières fois.

D'ailleurs il faudra également un petit temps d'adaptation pour le grappin d'autant que le potentiel est énorme. On peut s'accrocher un peu partout (véhicule compris), sortir du véhicule et tirer tout en restant sur le véhicule, mais aussi accrocher deux éléments pour un résultat étonnant. Vous pouvez ainsi attacher un ennemi sur une voiture, un baril explosif... Les possibilités sont nombreuses ce qui permet de varier les plaisirs d'une mission à une autre. Au niveau de l'arsenal on trouve toujours l'arme idéale, du pistolet au fusil en passant par la mitraillette, lance roquettes, lance grenades, largement suffisant pour faire le show malgré une IA vraiment pas top.

Le contenu de ce troisième volet est immense, autant que le précédent. La carte est divisée en 29 provinces pour un total de 130 points à libérer de la dictature et de 112 défis pour par la suite pouvoir modifier ses armes et ses véhicules. Un menu "Modification" est de la partie pour gérer les modifications après la réussite de défis en sachant qu'un autre menu, Radio, permet de se faire livrer objets et véhicules à un endroit précis de la carte.

Un contenu gigantesque qui s'accompagne d'un grand nombre de collectibles (227 objets divers, 71 enregistrements, 47 véhicules à rapporter) et d'une trame principale découpée en trois actes pour un total de 25 missions. Le seul bémol se trouve peut-être dans la répétitivité des objectifs à accomplir. On relève 4 types de missions (exploration, libération, protection et destruction) où il faudra donc libérer des bâtiments, arrêter la campagne de propagande, détruire les statues... Sur ce point c'est relativement proche de ce que l'on devait accomplir dans Just Cause 2, cela démontre que le concept est le même. 

En matière de bande-son, les développeurs soignent particulièrement un critère : les bruitages. On se trouve face à des bruitages vraiment soignés et réalistes pour une immersion garantie à la moindre explosion, au moindre coup de pistolet. C'est tellement rare un tel souci de finition pour les bruitages que cela mérite clairement d'être signalé. Autrement les musiques de fonds ne sont pas aussi marquantes que les bruitages et parfois même absentes. Les musiques d'ambiance propre à la dictature sont d'une qualité similaire au précédent opus et apportent une petite touche amusante. On regrette que le menu Radio se contente de proposer des échanges entre les alliés, pas de musiques. D'une manière générale, les doublages sont convaincants mais du minimum, certains manquent clairement de naturels.

On termine en évoquant le scénario. L'histoire proposée dans le second opus était simpliste pour ne pas dire un prétexte pour l'ensemble du jeu. On s'attendait à un vrai travail d'écriture dans ce nouvel épisode, malheureusement ce n'est toujours pas le cas. D'ailleurs l'univers est très proche, puisqu'il est toujours question d'une dictature et donc d'un général à éliminer, son nom : Di Ravello. Celui-ci est à la recherche d'un minerai particulier avec son équipe et décide de prendre le contrôle de la zone pour effectuer son extraction tout en étant tranquille, c'est là que Rico Rodrgiuez intervient. Heureusement la mise en scène permet de prendre un peu de plaisir à suivre les cinématiques mais il faudra s'attendre à une histoire très légère, classique et donc peu intéressante.

Just Cause 3 s'inscrit dans la continuité du précédent volet. Les développeurs ne bouleversent pas le concept, on est ici face à une mise à jour next-gen d'un univers toujours aussi fun. Un terrain de jeu immense, des explosions dans tous les coins, une grande variété au niveau des décors, des armes, des véhicules... Très riche en contenu, il vous faudra plus de 35 heures si vous cherchez à faire le 100%.

Une réalisation séduisante malgré quelques petits bugs pas trop gênants, un gameplay qui permet de prendre du plaisir dès les premières missions ou encore une bande-son qui met en valeur la moindre petite explosion, le spectacle est soigné. Le seul regret c'est l'absence de grosses nouveautés pouvant séduire d'autres joueurs qui n'auraient pas accroché au concept jusqu'ici. Le scénario mériterait également un peu plus d'originalité et de profondeur.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article