Jeuxvideo-world

[Test] Rainbow Six Siege

11 Décembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Cela fait longtemps que les joueurs attendent un nouvel épisode de la série Tom Clancy's Rainbow Six. Une attente désormais récompensée avec la sortie en ce début du mois de décembre de Rainbow Six Siege. Après un Rainbow Six Vegas 2 très sympathique, Ubisoft dévoile un autre complètement différent dans son approche. Un nouvel épisode très orienté multijoueur, beaucoup plus que les épisodes précédents tout en conservant cette notion d'équipe. On intègre toujours des unités d'élites lourdement armées pour éliminer les terroristes. Le FPS incontournable de cette fin d'année ?

D'un point de vue visuel, Rainbow Six Siege se montre convaincant sans pour être une claque graphique, il existe des FPS plus spectaculaires à ce niveau-là. Mais ce serait une erreur de s'arrêter à ce jugement puisque la force du titre n'est pas là, c'est l'immense qualité de son level-design qui donne une leçon au marché du FPS à l'image de la mise en scène. Le jeu met en place un affrontement entre deux types d'opérateurs, les attaquants et les défenseurs, il faut comprendre par là soit vous êtes un membre d'une unité d'élite, soit vous êtes un terroriste.

Sans être d'un charac-design bouleversant, le soin apporté aux différents opérateurs apporte une touche de réalisme très efficace en plus d'être varié (GIGN, SWAT, Spetsnaz, SAS ou GSG9). La qualité apportée à l'ensemble des maps du jeu apporte une dimension et une immersion impressionnante à chaque partie jouant sur plusieurs formes d'approches avec une verticalité percutante si nécessaire. L'essentiel se passe à l'intérieur, cela n'empêche pas au jeu d'offrir des décors différents (hivernal, chantier, avion, urbain) que ce soit de jour comme de nuit.

Aussi en matière de fluidité, on fait face à ce qui se fait de mieux en multijoueur sur le marché, un atout très intéressant dans le confort des parties surtout pour un jeu axé multijoueur. Actuellement on constate pas mal de bugs pouvant se montrer problématique, notamment liés au moteur physique où l'on va passer dans le décor et rester bloqué mais aussi des textures qui ne chargent pas. Des petits soucis de finition qui seront certainement supprimés lors de la ou les prochaines mises à jour d'autant que je le jeu sera particulièrement suivi par les développeurs lors des prochains mois.

Ce nouvel épisode change radicalement de style tout  en conservant son petit esprit charmeur que l'on pouvait observer dans Rainbow Six Vegas 2. Néanmoins ici on est clairement dans une dimension tactique et d'équipe, des notions que l'on n'avait pas spécialement ou très peu dans les précédents épisodes. D'ailleurs si auparavant on avait une expérience solo soigné et un multijoueur en guise de bonus, cette épisode inverse complètement la tendance. Oui vous avez toujours une partie solo dans Rainbow Six Siege, sauf que celui-ci se présente comme un didacticiel afin de comprendre les différentes possibilités offertes par le jeu dans les deux camps d'Opérateurs.

On est toujours face à un FPS mais avec des armes, des accessoires et donc des "classes" très nombreuses et variées. La série perd au passage une mécanique de jeu pourtant appréciable, celle du système de couverture. En effet dans les épisodes précédents, dès lorsque l'on se met en couverture, on bascule sur une vue TPS qui permettait de poursuivre son offensive avec précision tout en étant à couvert. Désormais, le système de couverture maintient la vue FPS et permet simplement de basculer la caméra légèrement sur le côté, comme cela fait dans d'autres FPS. 

Ce n'est pas mauvais pour autant et c'est même plus immersif de cette manière, mais cela démontre l'éloignement de cet épisode vis-à-vis de la série. D'une manière générale, le gameplay est complet, jouissif dans les deux camps, avec des situations et un armement extrêmement variés. En matière de réalisme, on pourra par exemple souligner la différence d'impact sur un mur en fonction de l'arme, un pistolet et un fusil à pompe à distance égale ne font absolument pas les mêmes dégâts aux décors, cela peut paraître évident mais jusqu'à présent dans les jeux vidéo, ça ne sautait pas aux yeux.

La présence de décors énormément destructibles renforcent la violence des affrontements, l'immersion mais aussi l'aspect tactique. Au niveau des accessoires, ceux-ci seront évidemment différents en fonction de votre camp, on pourra par exemple faire appel au grappin, aux grenades (fragmentation, flash, IEM), piège électrique, fil de barbelés, c4, drone, mine, tourelle, bouclier... de quoi rendre les parties encore plus piquantes et augmenter le nombre de situations différentes.

Cette richesse de jeu et ce concept parfaitement étudié ne s'arrête pas là puisque si vous êtes défenseur et que vous êtes mort, vous pouvez observer l'affrontement des deux camps par l'intermédiaire des caméras si celles-ci ne sont pas détruites. Ainsi vous pouvez transmettre des informations à votre camp, voilà donc un autre exemple qui renforce l'esprit d'équipe et l'importance de la communication dans cet épisode.

En matière de durée de vie, le jeu se montre séduisant sur certains points, un peu moins sur d'autres mais des explications permettent de comprendre le potentiel de cet épisode. En effet l'éditeur, Ubisoft, a clairement annoncé que le suivi du jeu sera important et sur le très long terme avec un ajout régulier de contenu et notamment du contenu gratuit assuré sur la première année, de quoi rassurer les joueurs trouvant l'ensemble un peu trop léger. Le contenu de base reste tout de même conséquent avec 20 opérateurs (10 attaquants et 10 défenseurs), une longue liste d'armes (et des équipements supplémentaires pour chaque arme) et d'accessoires.

Le jeu totalise actuellement 10 maps, c'est déjà pas mal et surtout elles sont toutes de qualité. Plusieurs modes de jeu sont de la partie, le mode Situation (la partie solo du jeu), le mode multijoueur en 5 contre 5 avec un visage Teamplay indéniable, mais aussi un mode Chasse aux terroristes jouable seul ou à plusieurs. La progression se révèle ni trop lente, ni trop rapide, il faudra être efficace et enchaîner les parties pour atteindre le niveau 50. En plus de gagner de l'expérience, de débloquer des opérateurs, on remporte de la monnaie virtuelle. Celle-ci permet de modifier son arme en ajoutant des accessoires ou encore modifier le skin de l'arme. 

On a parlé de la variété des armes, des maps mais les objectifs sont également à la hauteur du reste. Vous aurez donc au choix l'occasion d'effectuer une extraction d'otage (ou de protéger l'otage selon le camp) de désamorcer une bombe, une arme biochimique (ou l'inverse dans le cas où vous êtes dans l'autre camp). Concernant la difficulté de l'IA dans le cas où vous jouez par exemple en chasse aux terroristes avec une équipe d'amis, on constate que la difficulté réaliste porte bien son nom peut-être même un peu trop nombreux car les adversaires ne paraissent vraiment plus humain lors de certaines situations, que ce soit hardcore c'est tant mieux mais tout en étant crédible et réaliste, ici certaines situations démontrent l'inverse.

On termine en évoquant la bande-son mais aussi le scénario. Concernant ce dernier, on ne va pas parler bien longtemps si ce n'est même pas du tout puisque contrairement aux autres opus, il n'y a pas un vrai scénario dans cet épisode. Ce n'est qu'un simple prétexte pour organiser les parties, les opérateurs... sans jamais avoir de détails, de précisions sur la mise en scène offerte. On a pourtant l'impression au départ que l'histoire à sa place dans ce nouveau volet mais la fin donne raison à une histoire en guise de prétexte, pas mieux.

Par contre, du côté de la bande-son, on est agréablement par le soin apporté à l'ambiance sonore et à l'immersion qu'elle procure au fil des parties. Si les musiques passent évidemment au second plan pour un tel jeu, c'est surtout au niveau des différents bruitages que le jeu se montre bluffant. Avec un bon casque, vous pourrez entendre le moindre bruit avec une grande précision que ce soit des bruits de déplacements, de légers impacts et d'armes précises.

En plus d'être réaliste au niveau des dégâts effectués, les armes sont également soignées au niveau des bruitages, de quoi rendre les parties vraiment impressionnantes d'un point de vue sonore. Le travail du son est clairement au-dessus de ce que l'on peut voir sur le marché en matière de FPS. Cela permet de rappeler que c'est un jeu qui se joue un casque afin de profiter de cet excellent travail mais également de communiquer avec votre équipe pour partager les différentes informations et mettre en place une stratégie menant vers la réussite de l'objectif.

Rainbow Six Siege est une très bonne surprise. Avant le coup, il était difficile de prévoir si le retour de la licence allait se montrer gagnant ou pas. Après quelques parties seulement, on découvre un titre mature, réaliste et immersif. Malgré la présence d'ingrédients solo, le jeu est orienté multijoueur mais pas du multi solitaire, un multijoueur où une équipe affronte une autre équipe.

Extrêmement précis et riche dans son gameplay et sa bande-son, on découvre des affrontements tactiques et sans pitié mais sans le moindre élément déséquilibré. Le seul petit bémol quelques jours après sa sortie, c'est son contenu un peu maigre mais l'éditeur promet une année complète de DLC gratuit et d'un suivi important pour corriger les petits bugs constatés et rendre l'expérience de jeu encore plus confortable et intéressante.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 18/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article