Jeuxvideo-world

[Test] Digimon Story : Cyber Sleuth

16 Février 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Si vous avez une PlayStation 4, une PlayStation Vita, ou même les deux, vous devez sûrement savoir qu'une série comme Pokémon n'est pas disponible sur ces supports. Pourtant, vous aimez constituer des équipes de monstres et effectuer des combats au tour par tour avec différents types de monstres... Vous avez de la chance la licence Digimon n'est pas morte et revient même en grande forme sur PlayStation 4 et PlayStation Vita. Une arrivée qui va sûrement ravir un grand nombre de joueurs surtout ceux ayant eu la chance d'avoir mis la main sur un épisode précédent sur les consoles de Sony. Ce nouvel épisode proposé par Bandai Namco Games s'intitule Digimon Story : Cyber Sleuth, un brillant retour de la licence ?

Il est question ici de la version PlayStation 4 en sachant que les deux sont identiques et qu'on va rapidement se rendre compte que la version PlayStation Vita n'a pas à rougir, loin de là. Il faut surtout préciser que cet épisode qui débarque sur PlayStation 4 en Europe est un portage de la version Vita au Japon. Forcément, vu sous cet angle, on n'est plus surpris par la faiblesse générale du jeu d'un point de vue technique. Rien de catastrophique, on relève simplement des textures moyennes, une modélisation des décors et des personnages largement perfectibles ou encore des animations trop rigides. Heureusement, le titre se montre rassurant avec une parfaite fluidité et une mise à l'écart de temps de chargement, l'expérience de jeu reste ainsi confortable à défaut d'être visuellement pétillante.

C'est surtout la technique qui n'est pas à l'honneur car la direction artistique (Suzuhito Yasuda, Ito Ogure) reste séduisante au niveau des personnages et des digimons. Les environnements peinent à convaincre que ce soit le monde réel (Tokyo dans le jeu) ou le monde virtuel. Ce dernier présente des défauts prévisibles à l'image d'une adaptation vidéoludique de Tron. Les décors sont pauvres et répétitifs. Un level-design minimaliste qui n'arrange rien, l'ambiance générale se révèle peu vivante et chaleureuse à l'exception de quelques passages. On enfonce le clou en précisant que le jeu ne dispose pas d'une traduction Française... Il faudra faire face à une traduction Anglaise. Un point positif tout de même, l'interface de jeu que ce soit en exploration ou en combat se montre originale et claire.

Le jeu ne manque pas d'idées et de personnalité mais lorsque la technique ne suit pas, difficile de savourer le travail artistique et l'univers proposé. Heureusement le jeu dispose d'un gameplay solide qui devrait séduire les joueurs appréciant les RPG de ce style. Alors il ne faudra pas s'attendre à un système original dans les combats ou dans la partie exploration, néanmoins l'ensemble ne manque pas de profondeur et de cohérence avec l'histoire. Le joueur (garçon ou fille selon votre choix) sera amené à vivre une expérience particulière en passant du monde réel à un monde virtuel avec la gestion d'une équipe de digimons (trois digimons dans l'équipe au maximum).

On a donc un système de combat au tour par tour relativement classique en sélectionnant des attaques simples ou spéciales en tenant compte des attributs de vos combattants et de vos adversaires. En effet chaque digimon possède un type (virus, vaccin, donnée) et un élément précis (eau, feu, foudre...). Comme pour la série Pokémon, cela implique ainsi de bien comprendre les forces et faiblesses en fonction des types et éléments que l'on dispose et de nos adversaires. Cela reste classique mais ça permet surtout d'apporter un peu de réflexion et de stratégie aux combats. Si vous souhaitez agrandir votre collection de digimons, cela ne se passe pas par l'utilisation d'une pokéball, loin de là. 

Dans cet épisode, il faudra passer par un système de scan. Concrètement, vous devrez affronter plusieurs fois le digimon en question et faire progresser le pourcentage de scan en sachant que le taux augmente à chaque combat. Une fois le scan terminé, vous pourrez obtenir le digimon désiré. On regrette par contre que le jeu n'apporte pas plus de challenge ou du moins d'une manière plus cohérente et régulière. En effet il ne sera pas rare de faire face à des pics de difficulté sans raison apparente.

On note quand même un challenge plus élevé vers la fin du jeu. En dehors des combats, vous aurez l'occasion de faire des quêtes où le but est de réussir des enquêtes "keyword", univers numérique oblige. Cela implique de parler à un très grand nombre de PNJ et d'être attentif à chaque dialogue, plutôt frustrant lorsqu'on sait que le jeu est entièrement en Anglais. D'ailleurs les dialogues sont très nombreux, avec des longueurs, ce qui casse régulièrement le rythme de l'aventure. Il vous sera également possible de faire de petits choix dans les dialogues afin d'avoir l'impression d'y participer, dans une moindre mesure.

En matière de durée de vie, Digimon Story : Cyber Sleuth se montre plutôt rassurant. Le jeu comporte une multitude de quêtes principales mais surtout secondaires. Celles-ci peuvent se montrer répétitives et un peu lourdes compte tenu que cela implique énormément de dialogues en Anglais, mais l'idée des enquêtes numériques reste une bonne idée dans l'univers proposé. L'histoire se découpe sur un total de 21 chapitres et proposant une trame suffisamment longue afin d'arriver au bout de ce mystérieux problème numérique.

Le DigiLab est évidemment la force du jeu au niveau de son contenu puisque c'est lui qui va permettre d'obtenir de nouveau digimon, d'effectuer des évolutions ou encore d'organiser des entraînements. La bonne nouvelle, c'est que le jeu propose plus de 250 digimons, vous devriez donc en avoir pour un moment avant de tous les avoir, à l'image de Pokémon. Aussi, les trophées sont de la partie pour prolonger l'expérience de jeu avec un trophée platine que ce soit pour la version PlayStation 4 ou PlayStation Vita.

Au niveau de la bande-son, les développeurs font le nécessaire pour que celle-ci soit convaincante en confiant le travail à Masafumi Takada qui a travaillé sur des projets approuvés comme la série Danganronpa, The Evil Within ou encore No More Heroes. Du coup, ce n'est pas surprenant de tomber sur une ambiance sonore séduisante grâce à des thèmes qui contribuent à renforcer l'ambiance numérique et ce côté détective.

Ceci dit, ce n'est pas parfait, la bande-son monte en puissance au fil des chapitres, il faudra donc un peu de patience, les trois premiers chapitres, avant de découvrir son vrai potentiel.  malgré ses qualités, elle pourra paraître répétitive, les thèmes n'étant pas nombreux. En plus de compositions musicales qui collent à merveille à l'univers du jeu, on découvre avec un réel plaisir la présence des doublages japonais.

Enfin on termine avec la partie scénario du titre. Une histoire plutôt sympathique à suivre, même si certains pourront lui reprocher un manque d'originalité sur certains points. Sans vraiment entrer dans les détails, notre héros va devoir résoudre un mystère, concernant une maladie qui touche les utilisateurs d'EDEN, un monde numérique. Un corps dans le coma qui touche de plus en plus d'utilisateurs. Notre héros va ainsi se lancer dans une enquête en compagnie de Kyoko, un détective qui va l'aider dans sa mission. Voilà donc grossièrement le pitch de départ qui se montre intéressant et monte en puissance petit à petit tout en justifiant les deux mondes, le monde numérique et le monde réel.

Digimon Story : Cyber Sleuth signe un retour correct de la série sur les consoles de Sony. Malgré de nombreux points positifs, difficile de ne pas être déçu lorsqu'on apprend que le jeu n'est pas traduit... Bizarre pour un titre qui vise un public jeune et qui comporte une quantité astronomique de dialogues. On regrette également que le jeu se contente d'une réalisation moyenne sur une PlayStation 4 capable de largement mieux. Autrement le jeu offre un gameplay complet, intéressant et une durée de vie costaude. La bande-son et le scénario ne manquent pas de charme.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 13/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article