Jeuxvideo-world

[Test] Sam le Pompier : A la Rescousse !

14 Février 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests 3DS

L'éditeur Avanquest Software propose sur Nintendo 3DS des jeux destinés à un public jeune et surtout sur une licence précise à chaque fois. On avait ainsi pu découvrir Thomas et ses Amis comme adaptation en jeu vidéo du dessin animé il y a quelques semaines. Désormais, depuis peu, on peut mettre la main sur un jeu Nintendo 3DS basé sur la série animé Sam le pompier avec le titre suivant : Sam le pompier A la rescousse ! Un jeu destiné aux joueurs de 3 ans et plus dont le public visé est donc très jeune et adepte de la série animé. Une adaptation sympathique et convaincante ?

C'est systématiquement le même constat et la même frustration lorsqu'on fait face à un jeu destiné à un public très jeune et adapté d'une série animée. La réalisation est vraiment moyenne, cela manque d'une vraie finition. Et si techniquement ce n'est pas très réjouissant, visuellement l'adaptation est vraiment maigre et peu inspirée. Ce n'est pas parce que ce jeu est destiné à des jeunes joueurs potentiellement peu exigeant, qu'il faut se contenter du minimum. Sauf que là on joue la carte du minimum à tous les niveaux, même les plus jeunes risquent de trouver une pointe de frustration s'ils possèdent une attente précise autour de la série.

Déjà le jeu n'exploite à aucun moment la 3D, pour un jeu Nintendo 3DS c'est moche et ça mérite la précision. Techniquement ce n'est pas à la hauteur avec un cruellement manque de soin. Des textures baveuses, une modélisation perfectible et des animations parfois étranges. On espérait au moins un fan-service très fort de la licence, malheureusement même sur ce point les efforts sont minimalistes. On ne découvre par exemple aucune cinématique susceptible de dynamiser l'expérience de jeu et captiver les plus jeunes joueurs. Il faudra se contenter d'une succession d'images parfois intéressantes, parfois complètement inutiles.

Au niveau du gameplay, le côté simpliste est déjà moins négatif. En effet compte tenu du public visé, on peut comprendre que cela reste léger dans le but d'être simple et efficace. La prise en main est d'ailleurs extrêmement simple et immédiate. Chaque mini-jeu est doté d'une courte explication au niveau des commandes. On aurait tout de même apprécié une explication plus complète et plus explicite pour vraiment offrir une prise en main parfaite et s'assurer que n'importe quel joueur puisse comprendre le but du mini-jeu et les commandes offertes pour réaliser le meilleur. Ici ce n'est pas mauvais mais largement perfectible.

Au niveau de chaque mini-jeu, la répartition des écrans de la console de Nintendo est là suivante : l'écran du haut met en avant le score du mini-jeu en question, le personnage lié au mini-jeu (illustration et nom) ainsi que des symboles désignant le nombre d'essais (au nombre de 5) avant la fin du mini-jeu (une présence qui ne concerne pas tous les mini-jeux). On en vient maintenant à ces fameux mini-jeux qui peinent à convaincre. Déjà peu nombreux, ceux-ci s'avèrent extrêmement simplistes et peu intéressants à quelques exceptions. Ceux-ci n'exploitent pas assez la licence et se montrent peu intéressant sur le long terme. 

On a donc un mini-jeu où des pompiers descendent d'une barre, il faut appuyer avec le stylet sur le pompier autant de fois que le nombre indiqué sur le pompier avant qu'il ne tombe totalement en bas de l'écran. Un autre mini-jeu demande d'aligner de manière horizontale ou verticale au moins trois motifs identiques (jumelle, sceau, extincteur, plan...). Ce mini-jeu est strictement identique à celui que l'on pouvait découvrir dans le jeu Thomas et ses Amis, c'est dire du recyclage et surtout de la frustration causée lorsqu'on découvre le nombre de mini-jeux... Dans un autre mini-jeu, on fait face à trois tapis roulant, il faut bouger le camion afin que l'élément du tapis roulant soit rangé au bon endroit.

Un mini-jeu propose de reconstituer le tuyau d'un point A à un point B, un autre d'éteindre un maximum de feux de camp avant la fin du temps. On a également un mini-jeu qui n'est autre que le jeu puissance 4. Vous aurez aussi l'occasion de gérer la trajectoire d'un bateau pour récupérer des caisses et éviter les obstacles. Un mini-jeu propose la même chose sauf que vous dirigez un skate. Enfin un mini-jeu vous propose de gérer le déplacement d'un trampoline afin de sauver un chat sautant d'un arbre. Il faudra le faire rebondir sans lui faire toucher le sol jusqu'au coffre du véhicule. Voilà donc un aperçu des différents mini-jeux proposés. Certains pourront séduire les plus jeunes, d'autres passeront à la trappe compte tenu de la faible difficulté ou d'une grande répétitivité dès que l'on aura fini le mini-jeu une première fois...

En matière de durée de vie, c'est là encore ridicule comme trop souvent. Le jeu Thomas et ses Amis proposait déjà un contenu ridicule à tous les niveaux. Le constat est identique avec Sam le pompier. Encore une fois, ce n'est pas parce que le jeu se destine à un public très jeune et globalement peu exigeant qu'il faut se contenter d'offrir 9 mini-jeux. Oui vous ne rêvez pas, à l'image de Thomas et ses Amis, cette adaptation offre seulement 9 mini-jeux pour un temps de jeu inférieur à une heure. On distingue deux modes de jeu, un mode histoire et un mode libre où l'on peut refaire les mini-jeux, la rejouabilité s'arrête ici.

Aucun contenu spécifique à débloquer, pas le moindre élément fan-service à l'horizon... Alors le jeu propose le choix entre trois niveaux de difficulté mais aussi un système de score pour essayer à chaque fois de battre son record. Malheureusement il est peu probable que l'aspect scoring intéresse sur le long terme les jeunes joueurs. Quant au mode histoire, il faut moins d'une heure pour en venir à bout. Il se compose de trois missions regroupant plusieurs mini-jeux. Bien évidemment, il ne faudra pas s'attendre à le moindre aspect multijoueur.

On termine avec la bande-son et la partie scénaristique du jeu. Allez, un petit point positif qui devrait certainement plaire aux jeunes joueurs, le jeu possède la bande originale de la série Sam le pompier. Une présence qui paraissait évidente avant le coup mais étant donné les mauvaises surprises, on se doit de préciser sa présence. Heureusement qu'elle est de la partie, les bruitages sont quelconques et n'apportent rien à une ambiance sonore triste et vide à côté de la bande originale. D'un point de vue scénaristique, le jeu propose un petit travail d'écriture qui pourra plaire aux très jeunes joueurs, c'est simple et facile à lire (l'écran tactile). Cel reste très léger et surtout très court. A chaque fois qu'une petite trame scénaristique est de la partie, l'écran du haut offre une image fixe dont la pertinence est de temps en temps douteuse.

Sam le Pompier : A la Rescousse est une adaptation décevante, offrant une expérience de jeu aussi frustrante que celle de Thomas et ses Amis. Un contenu ridicule ou encore une réalisation vraiment moyenne sont de la partie. Heureusement le peu de mini-jeux présents devraient amuser les jeunes joueurs mais pendant combien de temps si c'est le cas ? La rejouabilité est réduite à un aspect scoring très léger, aucun contenu spécifique à débloquer, un mode histoire qu'on ne parcourt qu'une seule fois et... rien d'autre. Excepté la partie sonore se résume à la présence de la bande originale, le reste étant ridicule ou quelconque. Une adaptation 3DS sans 3D difficilement recommandable, à moins d'être face à un très jeune joueur pas du tout exigeant, dont la fréquence de jeu n'est absolument pas élevée, et qui aime la série Sam le pompier.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 9/20
Gameplay : 12/20
Durée de vie : 6/20
Bande-son : 11/20
Scénario : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 10/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article