Jeuxvideo-world

[Test] Resident Evil Operation Raccoon City

22 Mars 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

Capcom a éprouvé de nombreuses difficultés pour séduire les fans de la licence Resident Evil avec la sortie de titres peu convaincants lors de la génération précédente (PlayStation 3 et Xbox 360). En effet on trouve dans le lot un Resident Evil 5 peu séduisant au même titre que Resident Evil 6. Resident Evil Revelations était un plus solide mais l'épisode le plus surprenant, c'est ce fameux Resident Evil Operation Raccoon City. Un spin-off orienté multijoueur dans l'espoir de donner un souffle nouveau à la série. Un pari réussi ?

Décidément, la série possède de grosses difficultés à offrir une réalisation convaincante. Avec cet épisode, on tombe toujours face à une technique datée et à une pauvreté générale qui pose problème. Une mise en scène timide, des animations extrêmement rigides, des textures moyennes, une modélisation peu séduisante... Difficile d'être sous le charme de cet opus. On pourra tout de même apprécier l'ambiance du jeu qui parvient à offrir des décors assez variés dans l'ensemble dans un style qui convient bien à la série, c'est sombre et sanguinaire.

Au niveau des personnages, que ce soit les alliés ou les ennemis, rien de bien original, sans être mauvais il est difficile de parler d'une prouesse en matière de charisme. L'impression visuelle s'avère plus satisfaisante dans les situations extérieures, les phases à l'intérieur démontrent davantage de lacunes avec des couleurs ternes et un souci du détail absent. La finition n'est pas vraiment au rendez-vous, les bugs étant nombreux en plus de murs invisibles qui n'arrangent rien à l'expérience de jeu.

Au niveau du gameplay, c'est déjà un peu plus rassurant malgré quelques problèmes d'équilibre. On fait face à un TPS avec une visée à l'épaule, jusqu'ici c'est intéressant. Cependant le jeu tourne rapidement dans une expérience de jeu orienté action plutôt que horreur ou survival-horror. L'autre élément qui démontre ce résultat, c'est l'esprit d'équipe et donc le virage coopératif de cet épisode. Cependant contrairement à d'autres TPS offrant une jouabilité extrêmement souple avec des possibilités de déplacements intéressants (saut, roulade, esquive acrobatique), ce Resident Evil là concentre son gameplay sur une expérience plus rigide tout en conservant un esprit jouissif avec des vagues de zombies et d'ennemis humains. Que ce soit l'IA allié ou ennemi, il ne faudra pas s'attendre à des miracles, loin de là.

La profondeur dans le gameplay réside dans la présence de capacités actives (une seule à choisir) et passives, propre à chaque personnage. En parlant des protagonistes, le jeu propose 6 personnages correspondants donc à 6 classes avec des compétences différentes. On pourra donc trouver : Lupo un soldat classique, Beltway un spécialiste des explosifs, Four Eyes une scientifique , Bertha une médecin, Vector spécialiste de l'infiltration, Spectre spécialiste de la surveillance. Si les compétences sont effectivement variées avec une pertinence importante ou faible selon la situation et surtout le mode de jeu sélectionné, au niveau de l'arsenal, c'est la même chose pour l'ensemble des classes. C'est dommage de ne pas réellement assumer le système de classes en proposant un équipement propre à chaque classe.

Que ce soit pour les compétences ou l'arsenal, il faut cumuler de l'XP pour espérer découvrir des éléments qui valent le coup d'oeil sur le champ de bataille. On relève aussi une difficulté mal calibrée et une IA vraiment pas terrible avec un comportement qui vire systématiquement dans les extrêmes : une peur absolue du joueur en jouant à une distance lointaine et capable de vous faire un headshot après une sortie express de sa couverture. Mais parfois, l'ennemi va venir à bout portant sans aucune crainte. Il pourra même se mettre à couvert sur le même obstacle que vous... Bien entendu on parle ici de l'IA des ennemis humains. Même si ce n'est pas parfait, la critique possède moins de sens vis-à-vis d'un zombie.

La force du jeu réside certainement dans la durée de vie. L'expérience de jeu n'est pourtant pas longue en effectuant la campagne, au contraire même elle est ridicule. On a donc un mode campagne qui comporte seulement 7 missions qu'il sera possible de faire seul (mais attention à la frustration d'une IA alliée pitoyable) ou en coopération jusqu'à 4 joueurs, c'est là que se trouve le réel intérêt du jeu. Dans le rythme, la campagne enchaîne vague d'ennemis et boss sans originalité. La rejouabilité de la campagne est relativement faible, heureusement le jeu comporte d'autres modes de jeu plus percutant et jouissif.

On aura donc l'occasion de découvrir le traditionnel, mais efficace, mode match à mort par équipe mais aussi un mode héros qui permet d'incarner des personnages emblématiques de la série disposant d'ailleurs de propres compétences à débloquer, un mode fan service sans être renversant ou original. Par contre on note la présence de deux autres modes nettement plus séduisants : Biohazard et Dernier Survivant. Le mode biohazard propose aux deux équipes de partir à la recherche d'une fiole de Virus-G. Le but est de ramener cette fiole à la base avant l'autre équipe. Une fiole ramenée permet d'obtenir un point en sachant que la partie est remportée par l'équipe qui atteint un score de 5 points.

En plus d'un duel intéressant entre les deux équipes, les zombies s'invitent à la fête en arrivant sous forme de vagues de plus en plus importantes dès lors qu'une équipe s'approche du score de la victoire. L'autre mode qui s'intitule Dernier Survivant, qu'on aurait pu appeler "Survie" met en scène deux équipes de quatre joueurs dans une arène. Le but est d'attendre l'arrivée d'un hélicoptère, celui-ci arrive au bout de 5 minutes, tout en sachant que l'hélicoptère dispose de quatre places pour total de huit joueurs dans l'arène, pas besoin de faire un dessin pour comprendre la manière de choisir qui aura la chance de monter à bord de l'hélicoptère. 

On termine en évoquant la bande-son et le scénario, deux points particulièrement décevants. En matière d'ambiance sonore, cet épisode souffre de la comparaison avec d'autres jeux du même style. Lorsqu'on se lance dans un Resident Evil, on espère découvrir des thèmes musicaux marquants que ce soit pour jouer sur le rythme de l'aventure ou pour offrir une dimension supplémentaire à cette ambiance sombre et riche en zombies. Ici c'est complètement le contraire, peut-être à cause de son orientation action trop prononcée, le titre offre une bande-son discrète et sans saveur.

Sans être un problème ou radicalement mauvaise, le traitement sonore n'a pas fait l'objet d'un soin énorme, au contraire il est passé au second plan, ce qui est franchement regrettable. Et ce constat d'ignorance, on le retrouve au niveau du scénario, ce qui là encore va certainement refroidir les fans de la licence. Avec un tel opus, on pouvait s'attendre à un fan service encore plus fort qu'un épisode habituel, alors qu'à ce jour, on cherche encore les ingrédients pour les fans de la licence. Absolument pas généreux, très simpliste et finalement ridicule, le travail d'écriture ne décolle pas vraiment et se contente d'assurer un brin de cohérence avec l'univers de la licence.

Resident Evil Operation Raccoon City est un épisode très différent par rapport aux autres épisodes de la licence de Capcom. On fait face ici à un jeu qui présente un intérêt uniquement en coopération, jusqu'à 4 joueurs, où l'action domine largement les autres styles. Malgré la présence de classes et compétences apportent de la profondeur et une rejouabilité plutôt intéressante, on regrette par contre de découvrir un scénario très pauvre à l'image de la bande-son et de la réalisation. On apprécie par contre les nombreux modes de jeu qui entre la campagne et les différents modes multijoueur permettent d'assurer une expérience de jeu sur le long terme.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 12/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 10/20
Scénario : 10/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article