Jeuxvideo-world

[Test] Riptide GP 2

8 Avril 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un Beach Buggy Racing sympathique mais loin de ce que la PlayStation 4 est en mesure d'offrir, on va s'intéresser à un autre jeu des développeurs du studio Vector Unit : Riptide GP 2. Initialement disponible sur mobiles et tablettes, le succès du jeu a motivé les développeurs pour mettre en oeuvre une adaptation sur PC et surtout sur PlayStation 4 (la version testée ici) et Xbox One. Un style complètement différent de Beach Buggy Racing mais aussi des véhicules très particuliers. Un petit jeu de course sympathique ?

On se souvient que les développeurs proposaient avec Beach Buggy Racing un univers cartoon, très coloré mais aussi techniquement très moyen pour de la PlayStation 4. Riptide GP 2 propose lui une réalisation plus sérieuse mais avec une technique toujours aussi faiblarde sur PlayStation 4. Le jeu est globalement digne de la PlayStation 3 mais pas de cette nouvelle génération de console. Néanmoins certains aspects sont plus convaincants que d'autres, comme le travail sur le réalisme de l'eau et la texture de l'eau. Oui, Riptide GP 2 propose des courses de jet-ski futuristes dans un univers tout aussi futuriste où la direction artistique et la ligne des jet-ski laissent penser à quelques traits de ce que l'on peut voir dans Wipeout. On pourra ainsi réaliser des courses sur des circuits où les tremplins sont nombreux dans le but de réaliser des figures. L'environnement est timidement varié avec des courses la journée mais aussi la nuit.

Chaque jet-ski possède un design légèrement différent, le soin est globalement satisfaisant mais cela reste basique dans la conception. D'une manière générale, c'est à la fois un peu vide et répétitif avec un manque de détails pour apporter une autre ambiance. On pourra bien observer quelques tribunes de spectateurs... visuellement proche d'un public de Pro Evolution Soccer sur PlayStation 2, et encore c'est peut-être trop gentil. Le jeu a le mérite tout de même d'être fluide, pas le moindre ralentissement à l'horizon. Les temps de chargements sont peu nombreux et très courts, là encore c'est un bon point. Le moteur physique ne pose généralement pas de problème même si certains chocs et certaines trajectoires sont susceptibles d'offrir quelques instants délicats. L'interface est assez classique en course, les menus se montrent plus originaux mais démontrent également un point négatif : l'absence totale de traduction Française.

Au niveau du gameplay, on découvre une prise en main simple et immédiate. Une gâchette pour accélérer, une autre pour freiner, un bouton pour activer le boost et enfin les deux sticks analogiques pour réaliser des figures. En effet, votre pilote peut réaliser de superbes figures lorsque vous empruntez un tremplin ou lors d'une grosse vague vous offrant de la hauteur. Ces figures sont déclinées en niveau où le temps d'exécution est de plus en plus long (2x, 4x, 6x, 8x). Ces figures permettent surtout d'obtenir du boost, la quantité étant liée à la difficulté de la figure réalisée. Le boost est un ingrédient indispensable dans n'importe quel type d'épreuves, de la simple course au contre-la-montre en passant par les épreuves freestyle.

Si le comportement des jet-ski restent parfois étranges, la sensation de vitesse est au rendez-vous avec une réelle difficulté de pilotage dès que le boost est activé, mieux vaut améliorer son véhicule si l'on veut espérer s'en sortir s'en passer son temps à prendre des murs. Vous pourrez donc procéder à l'amélioration de votre bolide mais aussi à l'achat de nouvelles figures en fonction de votre niveau. Un niveau personnel qui augmente au fil des courses en obtenant de l'expérience en plus de l'argent. L'expérience de jeu est arcade mais exigeante lors des dernières séries d'épreuves. Certains estimeront un manque de profondeur dans le gameplay, un constat que l'on a tendance à dégainer au départ mais après plusieurs parties, on prend finalement du plaisir dès lors que notre engin possède des améliorations nous permettant d'être compétitif et où la vitesse devient vraiment sérieuse.

En matière de durée de vie, on pourra être déçu de ce Riptide GP 2. En effet malgré un chiffre sur le papier rassurant de 60 épreuves, on arrive rapidement à finir ces épreuves et surtout en trois étoiles. En matière d'épreuves, on trouve donc des courses classiques où il suffit de passer la ligne d'arrivée en premier, mais aussi une épreuve élimination où il faudra donc être le dernier survivant. On trouve également des épreuves contre-la-montre et des épreuves Freestyle. Quatre types d'épreuves qui permettent de varier les plaisirs même si cette variété reste limiter à l'image de la conception des différents circuits. A la fin de chaque épreuve on gagne de l'expérience et de l'argent.

Cet argent permet d'améliorer son jet-ski (accélération, vitesse maximale, maniabilité et boost) mais aussi d'acheter de nouveaux jet-ski (10 au total). Les prix démarrent à 25000 et terminent à 375000 ce qui peut paraître énorme en début mais qui devient finalement une formalité vu les récompenses du premier lors des dernières épreuves. En matière d'amélioration, il y a un plafond (barre grise lorsqu'on visualise les performances) avec donc 4 niveaux d'améliorations pour les quatre caractéristiques du jet-ski. Il vous sera également possible de modifier la couleur de votre pilote avec une roue de couleurs assez simpliste. Cette expérience de jeu évoquée concerne le mode carrière.

On trouve ensuite un mode multijoueur en local uniquement jusqu'à 4 joueurs. Un mode intéressant jusqu'à l'instant où l'on découvre que dans e mode il n'y a pas d'IA seulement les joueurs en local, les courses paraissent rapidement vides et tristes. Malheureusement et c'est même surprenant, il n'y a pas de mode multijoueur online... On trouve seulement un mode où l'on peut réaliser un chrono sur différents circuits et partager ce score dans un tableau où l'on retrouve nos amis, rien de bien original et franchement maigre comme aspect online. Le jeu dispose des trophées dont un trophée platine. Si vous prenez rapidement le bon coup de main et avec un choix judicieux du jet-ski et des améliorations, il vous faudra entre 4 et 7 heures au maximum pour venir à bout des trophées, c'est vraiment faible.

Enfin, s'il n'y a pas de scénario, on pourra découvrir une bande-son. En matière de bruitage, c'est vraiment basique que ce soit dans l'accélération du jet-ski, le boost, les chocs, on ne peut pas vraiment parler d'immersion ou d'effets réalistes loin de là. Du côté des différents thèmes musicaux, on peut dire que les développeurs misent sur des compositions capables d'offrir un rythme et une ambiance aux courses, une espèce de show à l'image d'un Motorstorm pour ne cité que lui. L'intention est vraiment bonne, et cela se traduit par des musiques dynamiques, un peu techno mais aussi électro. Cela manque légèrement de variété là encore mais cela reste tout de même sympathique en course.

Riptide GP 2 est un jeu de courses qui sort de l'ordinaire sur le papier en proposant des courses de jet-ski, c'est original. Malheureusement la mise en oeuvre de cette idée ne se passe pas comme dans un rêve avec des lacunes techniques évidentes pour une version PlayStation 4. Le gameplay est solide mais trop léger et où le plaisir ne vient que sur la fin. Le contenu est maigre et décevant avec notamment l'absence d'un mode multijoueur en ligne. Enfin, l'ambiance sonore tente de remonter le moral avec différents thèmes qui donnent la patate mais cela ne suffit pas à masquer les défauts d'un titre qui possède pourtant du potentiel.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 12/20
Gameplay : 14/20
Durée de vie : 12/20
Bande-son : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article