Jeuxvideo-world

[Test] Homefront The Revolution

26 Mai 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un premier épisode qui ne manquait pas d'idées mais de moyens et de soins, la licence Homefront fait son retour. Un second volet dont le développement est chaotique depuis le départ, l'effondrement de l'éditeur THQ n'est sûrement pas la seule raison. Intitulé Homefront The Revolution et disponible sur PlayStation 4, PC et Xbox One, ce nouvel opus est développé par Dambuster Studios et édité par Deep Silver. Un autre visage ou au contraire un bis repetita ?

On va rapidement découvrir que le jeu manque de moyens et que malgré des progrès et améliorations par rapport au premier volet, on reste toujours face à un jeu très moyen. Le jeu nous plonge toujours aux Etats-Unis dans une guerre où la Corée du Nord impose sa loi aux américains. L'action s'arrête à Philadelphie où la ville est divisée en plusieurs quartiers qui manquent cruellement de variétés et d'identités à quelques exceptions près. Techniquement avec un moteur comme le Cry Engine, on pouvait espérer une expérience visuelle à la hauteur. Malheureusement ce n'est pas le cas malgré quelques efforts. La direction artistique part d'une bonne idée puisqu'elle oppose deux styles répandus, une touche futuriste illustrant l'envahisseur et une légère touche post-apocalyptique afin d'illustrer les américains.

Si ça part d'une bonne intention, cela manque de maîtrise et de finition pour parvenir à une expérience visuelle propre et sans bavure. Les textures ne sont pas franchement convaincantes à l'image de la modélisation, des animations ou encore de la fluidité générale. En effet vous aurez régulièrement l'occasion de subir des ralentissements, d'autant qu'il se contente de 30 fps, et des temps de chargements beaucoup trop longs. Un constat technique valable autant pour les personnages que pour les environnements. Cela manque de charisme, de variété et c'est trop souvent vide et mou. Heureusement, on note quelques points positifs lorsque l'aliasing ou la longue liste de bugs détectés ne sont pas de la partie. Il n'est pas rare d'apprécier un endroit précis d'un quartier ou une mise en scène qui donne un bon coup de fouet à l'aventure, mais ces bons moments sont trop rares.

Le gameplay ne parvient pas à convaincre non plus même si là encore on relève quelques bonnes idées. Pas de problème pour la prise en main, mais gros problème de sensation et d'équilibrage. Vous incarnez la résistance dans le but de libérer les zones occupées par la Corée du Nord. Vous allez donc enchaînez des missions qui ne manquent pas d'action mais aussi des missions d'infiltrations.... où il faudra sérieusement être discret. Si vous commencez à vouloir faire le héros et sortir votre arme, vous allez ressentir un retour de bâton violent de l'arsenal ennemi, autrement dit un peu de silence ne fait pas mal. Dès lors qu'un soldat ennemi vous aperçoit, c'est l'affrontement immédiat, mieux vaut observer les alentours. Alors oui vous disposez d'un arsenal complet (pistolet, fusil à pompe, mitraillette, fusil sniper ou encore lance-roquette), mais c'est souvent insuffisant pour espérer sortir vainqueur.

Et là, on tombe sur la plus grosse et belle idée de cet épisode, un système de customisation simple et original qui permet de transformer votre arme selon les besoins du moment. Si par exemple vous disposez d'une arme légère et que vous souhaitez une arme lourde, vous passez par le système de modification et le tour est joué. Un système intéressant mais dont son impact est gâché par une IA très décevante qui parvient à réaliser des tirs surréalistes ou même en étant derrière deux ou trois murs blindés on pourra subir des dégâts, le génie de l'IA et du moteur physique. Au niveau des déceptions, on pourra évoquer le piratage qui part d'une bonne idée mais dont son exécution est très étrange et absolument pas fun et crédible, juste baclé. Vous aurez la chance de pouvoir conduire une moto, ça c'est la phrase valable avant de lancer le jeu. Une fois sur la moto, vous serez déçu d'apprendre que la maniabilité est très délicate, on repassera pour les sensations et le plaisir de pilotage.

Du côté de la durée de vie, Homefront The Revolution tente d'offrir un contenu solide et de varier les plaisirs, mais d'une manière trop légère pour que cela puisse réellement fonctionner. Les missions principales oscillent entre moments sympathiques et lourdeurs pour arriver au bout de l'histoire en un peu moins de 10 heures environ, en fonction de votre manière de jouer. C'est toujours mieux que le précédent volet qui se montrait nettement plus expéditif sur ce point. Le jeu ne s'arrête pas là en proposant une multitude de missions annexes à faire, offrant ainsi un contenu bien plus conséquent et qui fait plaisir à voir. Mais cette vague de contenu reste un ajout sans saveur dès lors que vous avez passé le stade de la découverte des missions annexes proposées (on pourra citer par exemple : missions photographies, missions exécutions ou encore missions exfiltrations), celles-ci se montrent rapidement répétitives.

Une expérience solo plus longue mais pas forcément plus passionnante. Oui, le jeu dispose d'un mode multijoueur qui s'intitule "Résistance" et qui permet à 4 joueurs de se lancer dans des missions scénarisées relativement proches des missions principales du mode solo. Vous aurez la possibilité d'améliorer votre personnage ainsi que vos armes avec les points d'expérience obtenus. Dans le type de mission, vous aurez l'occasion de conquérir une zone, hacker du matériel ou encore d'éliminer des ennemis. Un aspect multijoueur pas forcément original mais toujours sympathique sauf que celui-ci souffre des mêmes problèmes techniques que le mode histoire...

Enfin on termine avec la bande-son et le scénario du jeu. Au niveau de l'ambiance sonore, elle n'est ni exceptionnelle ni mauvaise. On pourra entendre quelques thèmes inspirés du compositeur Graeme Norgate afin d'obtenir une ambiance et un rythme qui rattrapent les erreurs visuelles du jeu, mais autrement les thèmes et doublages sont simplement corrects, rien de particulier à signaler sur ce point. C'est un peu le même constat concernant le scénario, d'une part pour ne pas risquer le moindre spoil mais surtout par son travail d'écriture très simple. Il y a clairement un potentiel avec le thème proposé mais à l'image du jeu d'une manière générale, c'est superficiel et ça manque sérieusement de profondeur et de finition. Vous incarnerez un américain de la résistance dont le but est de libérer le chef de la résistance :  Ben Walker.

Homefront The Revolution n'est malheureusement pas la révolution attendue après un premier volet décevant. Si l'on constate effectivement des progrès et la mise en oeuvre de bonnes idées, l'ensemble est gâché par une finition désastreuse à tous les niveaux... Le jeu est techniquement perfectible sur tous les points, même à 30 fps on subit des ralentissements et des freezes, tandis que les bugs sont très nombreux. Forcément avec un tel manque de soin, et sûrement de moyens, cela pénalise la partie visuelle mais aussi le gameplay qui devient rapidement lourd et pénible. En ce qui concerne la durée de vie, c'est un peu mieux que l'épisode précédent mais c'est encore léger et trop répétitif. Il y a un potentiel qui pour l'heure n'est pas exploité correctement, mieux vaut attendre...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 10/20
Gameplay : 11/20
Durée de vie : 12/20
Bande-son : 12/20
Scénario : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article

Esteban 02/06/2016 14:19

Bonjour,
Cette bande-annonce est tout simplement sensationnelle. J’ai hâte d’essayer ce jeu vidéo. Merci pour cette publication.
Au revoir