Jeuxvideo-world

[Test] Anima : Gate of Memories

11 Juillet 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Si l'on vous dit Anima, ça vous parle ? Jeu de cartes ? Livres ? Oui, la licence évoquée ici est déjà connue dans ces deux secteurs. Mais ici on parle bien d'un jeu vidéo, un action J-RPG qui s'intitule Anima : Gate of Memories. Il s'agit là d'un jeu disponible depuis peu et dont le développement est devenu possible grâce à une campagne Kickstarter convaincante, la somme de 90,000$ était demandée par le studio, au final la récolte est d'environ 110.000$. Une campagne qui remonte à la fin d'année 2012, quatre longues années pour parvenir à un résultat sur plusieurs supports : PlayStation 4, Xbox One et PC (par l'intermédiaire de Steam). On va s'intéresser ici à la version PlayStation 4, une bonne surprise ?

Il est évident qu'avant même de lancer le jeu, on pouvait craindre le résultat final étant donné qu'il s'agit d'un petit projet issu d'un site de financement participatif, néanmoins ce type de naissance ne donne pas lieu systématiquement à un échec ou une déception, on peut aussi avoir le droit à une petite perle inattendue. On s'attarde donc sur la partie graphique du jeu, et là c'est très satisfaisant. Alors effectivement, on ressent tout de même que les moyens étaient limités dans le sens où le n'est pas incroyable techniquement, mais que dire de cette fabuleuse direction artistique qui vraiment tape dans l'oeil dès les premières minutes. Le jeu nous plonge dans le monde de Gaia, un endroit où l'on mélange à merveille un style Fantasy avec un style plus médiéval mais par petite touche.

Malgré une bonne variété dans les environnements (mais qui sont un peu vides), on pourra reprocher au jeu d'offrir une expérience visuellement très sombre et terne malgré quelques passages où la couleur fait basculer le jeu dans une mise en scène somptueuse. Graphiquement, on fait face à un rythme où les décors sont étranges presque angoissant pour en un instant grâce à une attaque offensive de votre part ou de celle d'un ennemi, offrir un spectacle qui fait son petit effet. Malgré cet univers glauque, la palette de couleurs et les différents effets proposés sont franchement séduisants. L'interface est sobre à l'image du jeu, alors oui le charac-design et le level-design ne démontrent pas une grande inspiration ou originalité, mais cela reste très convenable dans l'ensemble. Une précision importante surtout pour un tel titre, le jeu bénéficie de sous-titres en Français, plutôt rare pour un tel jeu.

Et le gameplay alors ? Une prise en main délicate, une profondeur de jeu suffisante et quelques problèmes. Déjà, on incarne une demoiselle sans connaître son nom, on sait simplement qu'il s'agit d'une "porteuse". Avec elle, on trouve un livre magique qui contient un monstre à l'intérieur dont vous pourrez également prendre le contrôle et qui lui se nomme Ergo Mundus. Là où le duo sort de l'ordinaire, c'est qu'ils sont liés malgré eux, on est loin d'un jeu de sentiment entre un duo fort en émotion bien loin. Ceci dit d'un point de vue de la jouabilité, cela permet de varier les plaisirs et combiner le potentiel de chacun des deux personnages puisqu'il sera possible de passer d'un personnage à un autre à l'aide d'une touche. Par rapport à la prise en main, celle-ci s'avère peu performante dans le sens où le jeu vous lâche dans la tour d'Arcane sans vraiment montrer les possibilités offertes aux joueurs et la marche à suivre.

Cette pratique n'est pas totalement mauvaise, on reproche souvent aux jeux d'être trop dirigistes mais là c'est carrément l'inverse, l'idéal est un équilibre entre les deux. On a donc une vue à la troisième personne où vous pourrez, grâce à un arbre de compétence à améliorer, sortir des combos et sorts pour faire face aux ennemis et aux boss. Au niveau du système de lock des ennemis, on fait souvent face à une erreur, le ciblage étant difficile dès lors que plusieurs ennemis débarquent subitement et qu'en plus, la zone de combat est petite. Ce ne sera d'ailleurs pas l'unique problème puisque ces mêmes zones trop confinées pourront provoquer des problèmes de caméra. Les temps de chargement, lors du passage d'une zone à une autre sont également longs et nombreux.

On y trouve quand même un avantage, celui de la sauvegarde automatique dans ces fameux temps d'attente, vu qu'ils sont nombreux, votre progression sera sécurisée. On apprécie le rythme entre phases d'exploration, plateforme, combat, boss. Certaines séquences passent sur un plan 2D vraiment chouette et renforcent la direction artistique et la variété générale du titre. On regrette par contre que ce concept de deux personnages en un n'offre pas autant de différences que prévu dans les techniques et autres bonus. S'il faudra parfois gérer stratégiquement les deux protagonistes pour venir à bout d'un ennemi, on aurait tendance à dire qu'en dehors de ces obligations, les différences ne sont pas marquantes, la spécialité de chacun ne saute pas aux yeux. On le répète mais le mélange action, réflexion et exploration permettent d'obtenir une expérience de jeu complète et captivante au point de masquer un bon nombre de petits soucis.

De son côté, le contenu s'en sort plutôt bien. Alors oui certains diront que pour le genre c'est peut-être un peu juste mais ce serait une erreur de s'arrêter à la comparaison de la concurrence. En effet il vous faudra entre 15 et 20 heures environ pour venir à bout de l'aventure, ce qui est déjà très correct. Le jeu regorge de collectibles dans le but de devenir plus fort, du simple objet de soin ou de magie à une arme ou un anneau. C'est toujours intéressant même si un marchand est de la partie dans le cas où la recherche de collectible ne vous convient pas. L'arbre de compétence est assez classique dans son ensemble mais il vous faudra du temps et des points de compétences pour pouvoir découvrir l'immense potentiel de vos personnages.

C'est dommage que pour un tel jeu, la partie personnalisation soit très légère avec quelques skins dans les tenues mais uniquement profitable dans le cas d'une nouvelle partie. Si certains diront que ce n'est pas plus mal, la grosse partie cosmétique du genre n'est que très peu présente. Par contre, la pointe d'originalité et surtout l'élément qui permet au jeu de devenir nettement plus costaud avec une rejouabilité pertinente, c'est son système de choix et donc de fins multiples. Et là clairement, on ne s'attendait pas à un tel système pour un action J-RPG, comme quoi cette production est pleine de surprise. En effet, vous aurez l'occasion de rencontrer des personnages mystérieux enfermés dans des cellules. Il vous faudra chercher la clé dans le but de libérer le personnage en question et de découvrir son identité en sachant que vous ne pourrez pas libérer l'ensemble des prisonniers...

On termine avec la partie sonore du jeu. Effectivement, la partie scénaristique n'a quasiment pas fait l'objet de mention ou même de détail, et ceci de manière bien volontaire. Le travail d'écriture est tellement soigné et pourra provoquer des "coups de coeur" auprès de certains joueurs que forcément on ne va pas faire preuve de maladresse à ce niveau-là. L'ambiance sonore est tout aussi élégante avec des compositions musicales que l'on pourrait qualifier de mélodies énigmatiques et qui collent à merveille avec l'univers du jeu. Une qualité que l'on retrouve sur les doublages du jeu avec donc la présence des sous-titres en Français, un soin que l'on apprécie.

La partie sonore moins excitante se trouve dans les bruitages mais rien de dérangeant. Allez quand même, par rapport au scénario, on va tout de même rappeler que l'histoire met en scène La Porteuse et Ergo, deux agents d’une ancienne société appelée Nathaniel qui a protégé l’humanité de l’obscurité pendant des siècles. Nos deux protagonistes ont pour mission de retrouver une relique volée : "Le Byblos". Dans le monde Gaia, nos héros vont découvrir la tour d'Arcane où les labyrinthes et les pièges sont nombreux...

Anima : Gate of Memories est une bonne surprise. Franchement venant d'un projet Kickstarter avec des prétentions mais des moyens limités, on ne s'attendait pas à un résultat aussi efficace. Une personnalité très forte ressort de cette aventure qui reste tout de même amusante entre ces nombreux dialogues. C'est varié, ça implique le joueur de manière importante avec des choix et ça nous plonge dans une histoire parfaitement écrite et accompagnée d'une ambiance sonore idéale. Alors oui, on fait face à quelques petits soucis techniques, quelques aspects classiques, quelques problèmes d'équilibre mais rien qui pourrait empêcher les joueurs de passer à côté de cette production surprenante et qui bénéficie en plus d'une traduction Française, une finition que l'on apprécie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 16/20
Scénario : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article