Jeuxvideo-world

[Test] F1 2016

25 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un F1 2015 terriblement décevant à tous les niveaux, Codemasters souhaitait pour cette année corriger cette erreur de parcours et proposer un nouvel épisode capable de créer la surprise. Pas de changement au niveau du nom, celui-ci se nomme donc F1 2016 avec beaucoup d'attente de la part des joueurs espérant remettre la main sur un vrai jeu de la discipline. La belle surprise de ce mois d'août ou une nouvelle catastrophe ?

Visuellement, l'épisode précédent était étrangement sombre, fade, sans saveur. Cette nouvelle édition corrige parfaitement le tir et parvient même à surprendre, première belle surprise de la part des développeurs. Les différentes monoplaces sont parfaitement modélisées, sous licence, et avec de belles textures. Les couleurs sont nettement plus chaleureuses et pétillantes, ce n'est pas une claque graphique pour autant mais les progrès sont visibles. Le travail sur les différents circuits du championnat est convaincant dont le but est de s'approcher au maximum de la réalité. Un réalisme qui fait son effet avec de nombreux efforts pour rendre les circuits moins vides et tristes. Désormais en plus du cycle météo, chaque grand-prix se montre nettement plus vivant, un bon point pour l'immersion et le spectacle. D'ailleurs la mise en scène est à la hauteur avec un déroulement fidèle à la réalité et surtout avec quelques passages dans les stands et dans le motorhome convaincant mais perfectible.

Evidemment, le peu de temps que l'on passe en dehors des circuits n'est pas aussi chouette. Les personnages souffrent de quelques soucis de modélisations, textures... Une finition différente de ce que l'on peut voir sur le circuit. D'une manière générale, le jeu fait l'objet d'un soin bien plus important que l'opus précédent mais tout en démontrant quelques soucis techniques, de l'aliasing, du clipping et quelques ralentissements sur certains circuits. C'est globalement rare et cela ne gâche en rien le travail réalisé sur cet épisode pour rendre l'expérience visuelle plus propre et agréable. L'interface démontre également des progrès à l'image des menus sympathiques. On note également des améliorations sur les animations (sauf ceux des personnages dans le motorhome) et l'éclairage. Petit bémol à la synchronisation labiale complètement ratée, mais pour un tel jeu, cela n'a pas trop d'impact.

Au niveau du gameplay, on est agréablement surpris par toutes les améliorations et ajouts afin que le jeu colle au maximum à la réalité. Déjà rien que dans la jouabilité, on tombe enfin sur un compromis intéressant entre une conduite arcade et simulation. En sachant que le jeu dispose d'un potentiel monstrueux en matière de réglage selon vos envies, vous pouvez conserver une multitude d'assistance ou au contraire joue la carte de la simulation totale, le jeu laisse le choix. Que ce soit à la manette ou avec un volant et que vous soyez débutant ou expert du genre, vous parviendrez sans problème à prendre du plaisir à enchaîner les tours, signe d'un gameplay maîtrisé de la part des développeurs. Oui, F1 2016 dispose d'un mode carrière divisé en deux parties : carrière et carrière pro.

La différence étant sur les assistances, passage des vitesses... En mode carrière pro, on pousse le réalisme au maximum et donc une grosse dose de challenge. Vous serez amené à choisir une écurie avec des objectifs plus ou moins importants selon l'écurie. La nouveauté, c'est la présence de points de ressources pour valoriser l'expérience de jeu en dehors de la course. En effet, habituellement, on a tendance à se concentrer uniquement sur la course et faire abstraction de ce qui peut nous entourer, la réalité étant différente. Désormais, des points de ressources sont de la partie afin d'améliorer les performances de sa monoplace mais aussi de l'écurie d'une manière générale. 

Et l'obtention de ces points passent par l'accomplissement d'objectifs lors des séances d'essais ou encore se montrer plus performant que son rival. Ce système permet de rendre les séances d'essais plus utiles aux yeux des joueurs et d'avoir une progression cohérente dans la carrière. On pourra découvrir en course les petits détails qui renforcent l'expérience de jeu comme la présence du tour de chauffe, placement sur la grille, le démarrage manuel ou encore la Safety Car. On pourra également activer l'entrée et la sortie des stands en manuel, mais aussi de profiter de la répartition des types de pneus conformément au nouveau règlement. 

Le jeu de nombreuses vues, des sensations de conduites convaincantes et un moteur physique plutôt bon avec la présence d'une localisation des dégâts mais de manière simpliste, il y a une marge de progression de ce côté-là. Même si des améliorations sont visibles, c'est surtout l'IA qui doit encore progresser pour rendre les courses plus réalistes et passionnantes. On pourra ainsi subir des situations encore frustrantes, mais de manière assez rare, comme des chocs violents à cause d'un pilotage beaucoup trop agressif et surtout des adversaires encore trop performants et qui donnent l'impression de ne jamais subir de problèmes et d'aléas de course. Il sera également possible de communiquer avec l'ingénieur, via un menu à onglets assez simple à utiliser.

En matière de durée de vie, on espère aussi une belle surprise. C'est donc le cas avec le retour d'un vrai mode carrière. Aussi, étant qu'il s'agit d'un jeu sous licence officielle on bénéficie de tous les circuits, les écuries, les pilotes et les sponsors. Cela nous donne donc en chiffres, un total de 21 circuits, 22 pilotes et 11 monoplaces. En matière de mode de jeu, c'est globalement convaincant malgré une absence un peu gênante. En plus du mode carrière complet et très intéressant, on trouve un mode championnat du monde, un mode course rapide et un mode multijoueur (online uniquement). On regrette fortement l'absence d'un mode multijoueur en local qui a pourtant largement sa place pour un tel jeu. Il faut également préciser que la carrière débute directement en Formule 1, on aurait pu s'attendre comme c'est le cas dans les jeux de motos, à démarrer par les niveaux inférieurs, ou au moins en Formule 2.

Durant le mode carrière, il y aura au départ un petit instant "création" où vous devrez configurer votre pilote à partir d'une liste de visages, même chose pour le casque même si ce dernier pourra faire l'objet d'une modification de la couleur. On est loin d'un aspect customisation très poussé, c'est un bon début mais on espère un peu plus de liberté et de contenu à ce niveau pour les prochains épisodes tout en sachant que ce n'est pas le coeur du jeu. Concernant le multijoueur en ligne, celui-ci permet d'affronter jusqu'à 22 joueurs. Petite fonctionnalité très sympathique, c'est la possibilité de définir certains pilotes comme IA afin de pouvoir lancer la partie avec les personnes connectées. Au niveau réseau, pas de problème spécifique, c'est globalement rapide et stable, pas de déconnexions ou ralentissements particuliers.

Enfin on termine avec quelques mots au niveau de la bande-son de ce nouvel opus. C'est sûrement la partie la moins surprenante et convaincante de ce nouvel opus. On est bien face à des doublages Français mais dont la qualité n'est pas totalement au rendez-vous. On pourra également reprocher aux développeurs un travail sonore mitigé sur l'ensemble des bruitages du jeu, que ce soit dans les collisions, les moteurs... On peut donc clairement affirmer que cela fait partie des points à améliorer pour un prochain épisode afin de réussir à renforcer encore plus l'immersion du joueur avec des bruitages moteurs cohérents et des doublages Français plus percutant. Quelques problèmes de son interviennent lors de conversations ou lorsqu'on se trouve à proximité de plusieurs monoplaces.

F1 2016 est une belle surprise. Après la déception de l'an dernier, on s'attendait logiquement à un épisode qui corrige le tir mais pas autant. Codemasters a fait un effort considérable pour rattraper le temps perdu et s'appuyer sur la licence officielle en respectant le règlement et ses nouveautés de la saison en cours. Un travail appréciable qui va faire plaisir aux fans du genre et qui permet de dire qu'on tient ici l'un des meilleurs épisodes. Ceci dit la marge de progression reste encore importante que ce soit d'un point de vue visuel (technique encore trop faible) et d'un point de vue sonore. Un vrai plaisir de retrouver la licence à ce niveau.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article