Jeuxvideo-world

[Test] Sword Coast Legends

9 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après une sortie sur PC pas spécialement séduisante en fin d'année 2015, Sword Coast Legends est de retour en ce milieu d'année 2016 pour cette fois-ci les consoles de salon : PlayStation 4 et Xbox One. Une version annoncée depuis plusieurs mois qui on l'espère va inverser la tendance en proposant quelques nouveautés et ajustements pour rendre cette expérience, inspirée de l'univers Donjons et Dragons, plus captivante et amusante. Toujours aussi moyen ?

Visuellement le jeu n'a pas évolué par rapport à la version PC, ce qui est plutôt logique vu le court laps de temps entre les deux versions. On retrouve ainsi un jeu dont la direction artistique n'est pas brillante et finalement très classique pour le genre. Frustrant ? Forcément surtout lorsqu'on apprend que dans l'équipe de développement, certaines personnes ont participé à un jeu comme Dragon Age Origins. Ici ce n'est pas totalement mauvais, surtout d'un point de vue technique malgré un petit manque de finition. L'univers manque simplement d'une vraie identité, c'est trop froid dans les couleurs, trop simpliste dans la conception des niveaux et sans saveur au niveau des décors. 

On parvient quand même à prendre du plaisir à parcourir le jeu car l'ambiance "Fantasy" est bel et bien de la partie mais on s'attendait logiquement à une mise en scène plus passionnante, dynamique et surprenante. Au niveau de l'interface, c'est un peu le même constat mais avec quand même un résultat satisfaisant. Pas de pointe d'originalité, on est face à une interface proche d'un hack'n slash, c'est-à-dire une barre en bas de l'écran avec l'ensemble des sorts et compétences que l'on va pouvoir utiliser et qui feront l'objet d'une recharge. Oui on est plus d'un hack'n slash que d'un RPG classique. Ce type d'organisation à l'écran n'est pas un vrai problème pour les consoles de salon (version PlayStation 4 testée ici) mais il est vrai que ce n'est pas non plus le meilleur choix pour une manette.

Et le gameplay alors ? L'adaptation n'est pas trop mauvaise même si quelques soucis de caméra sont de la partie. On a donc une vue de dessus là encore à l'image d'un hack'n slash classique, tel un diablo par exemple. Une équipe de quatre protagonistes dont vous incarnez un personnage. L'IA n'est pas franchement plus convaincante que lors de la sortie de la version PC, on se retrouve donc avec des déplacements parfois brouillons susceptibles d'être gênant lors des combats. Malheureusement, les sensations négatives de la version PC sont toujours de la partie. 

Cela signifie que le rythme est extrêmement mou la faute à des compétences qui mettent trop de temps à se recharger, même pour une compétence de base à faible niveau. Pas de travail sur la mise en scène, et une trop grande répétitivité dans les objectifs contribuent à cette impression mitigée du jeu lorsqu'on tient la manette. On apprécie quand même la présence de dialogues avec des choix, mais cela ne suffit pas à rendre l'aventure plus captivante et vivante. Le problème vient aussi de l'équilibre du jeu, malgré quelques classes et races, le jeu ne joue jamais la fidélité attendue vis-à-vis de l'univers Donjons et Dragons. 

On est trop rapidement riche, et le loot est trop généreux, ce qui est normalement contraire à ses racines annoncées, du coup on a tendance à s'y perdre entre les annonces visant à rassurer d'un titre fidèle à l'univers Donjons et Dragons et dont on espère le génie de Dragon Age Origins et donc ce fameux résultat bien plus fade et classique. La partie personnalisation du personnage se montre convaincante avec l'attribution des caractéristiques de base mais aussi l'apparence (même si pour le coup, on en profite pas beaucoup avec une telle vue) et les compétences. D'ailleurs le jeu abuse des arbres de compétences sans pour être très clair et être synonyme de profondeur, on espérait une tout autre forme d'arbre de compétence, plus original.

D'une manière générale, ce genre de jeu ne souffre que très rarement de sa durée de vie. La preuve ici avec une expérience de jeu potentiellement très longue que ce soit en solo ou à plusieurs avec une rejouabilité plutôt bonne. Alors on a donc le fameux mode histoire où l'on aura donc le choix à travers plusieurs races (Humain, Elfe, Demi-elfe, Halfelin, Nain) et plusieurs classes (Prêtre, Guerrier, Magicien, Rôdeur, Roublard, Paladin) dont une nouvelle classe nommée Sorcier. Ce qui est franchement appréciable, c'est la possibilité de se lancer à plusieurs dans la campagne, jusqu'à 4.

Cet aspect multijoueur permet d'effacer légèrement quelques aspects négatifs que l'on pourrait rencontrer en solo, même si le rythme et la répétitivité générale qui règnent sont toujours de la partie. Enfin, il y a ce fameux mode Maître du Donjon qui part d'une bonne idée mais où sa mise en oeuvre est sous-exploitée. En gros, vous organisez la partie pour faire en profiter à d'autres avec tout un tas d'outils et de ressources à disposition (ainsi que 10 tilesets exclusifs), plus de 700 objets à placer, 100 monstres uniques... Néanmoins on parviendra assez rapidement à trouver les limites du concept qui a tout de même le mérite d'offrir une excellente prise en main.

On précise également que cette version console dispose du DLC Rage of Demons. Ce contenu nous plonge dans la bataille aux côtés du légendaire drow, Drizzt Do’Urden pour découvrir les menaces de l’Underdark. La version console s'enrichit donc sur de nombreux points par rapport à la version PC, de nouvelles capacités, des centaines de nouveaux objets à placer pour les Maîtres du donjon ou encore quelques options de gameplay pour ceux qui souhaitent une aventure très précise.

Enfin on termine avec quelques sur le scénario et surtout la bande-son. Cette dernière ne se montre pas trop mauvaise dans l'ensemble même si là encore on espérait mieux. Les différentes compositions collent parfaitement avec l'aventure mais manquent peut-être d'une plus grande implication au niveau du rythme et de certaines séquences de jeu. Les bruitages sont satisfaisants à l'image des nombreux doublages anglais du jeu. Une ambiance sonore rassurante dans l'ensemble, ce qui n'est pas vraiment le cas du scénario. Si là encore ce n'est pas spécialement mauvais, on fait face à un travail d'écriture classique, fidèle à ses origines mais qui ne sort vraiment pas du lot de RPG Fantasy du même genre.

Ainsi l'aventure prend place dans les Royaumes Oubliés, un univers que les fans de Donjons et Dragons connaissent parfaitement. A la suite d’un cauchemar que l'on peut considérer d'introduction, la guilde de l'Aube subit des attaques et vous ferez connaissance démon enflammé avec des cornes. Voilà donc brièvement le contenu scénaristique de départ qui ne va pas vraiment séduire par la suite jouant la carte de la prudence et surtout une écriture très classique et sans saveur, une déception lorsqu'on répète de nouveau le passé de certains développeurs (Dragon Age Origins).

Sword Coast Legends débarque enfin sur Playtation 4 et Xbox One, quelques mois après sa sortie sur PC. Un portage qui bénéficie de quelques ajustements et d'un contenu plus conséquent mais qui ne cachent pas les défauts connus du jeu. Une réalisation mitigée, un gameplay pas franchement jouissif et un scénario bien loin d'être renversant. Dommage car quelques bonnes idées sont de la partie, avec notamment la possibilité de jouer en coopération, mais ça ne suffit à combler les lacunes... Un jeu qui souffre de la comparaison avec d'autres jeux du même genre comme Divinity Original Sin par exemple.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 12/20
Gameplay : 12/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article