Jeuxvideo-world

[Test] LastFight

28 Septembre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

LastFight, ça vous parle ? Il s'agit là d'une adaptation du manga Lastman (chez l'éditeur Casterman depuis 2013). C'est un manga Français toujours d'actualité (8 tomes disponibles, le neuvième en approche) grâce au talent de 3 auteurs : Bastien Vivès (Dessin et écriture), Balak (écriture) et Michaël Sanlaville (dessin). Développé et édité par le studio Piranaking, le jeu LastFight s'inspire donc du manga des Français pour réaliser un jeu de combat. Disponible depuis mai 2016 sur PC, le jeu débarque enfin sur PlayStation 4 et Xbox One. Le jeu de combat que l'on n'attendait pas en cette fin d'année ?

Si LastFight s'inspire effectivement de l'univers du manga Lastman, on constate très rapidement d'autres inspirations. Celles-ci ne concernent pas un autre ouvrage mais bien d'anciennes productions vidéoludiques comme un certain Power Stone (jeu Dreamcast) et d'une manière générale, les anciens jeux de combats. Le jeu rend ainsi autant un hommage au manga qu'aux classique du genre. Le joueur est plongé est dans un univers délirant, très coloré et dans un style cartoon qui renforce son adaptation et sa fidélité au manga. Même les cinématiques respectent le style du manga, avec la patta des développeurs naturellement.

Du côté de la partie technique, on constate agréablement la très bonne finition du jeu avec des textures cartoon très propre à l'image de la modélisation de l'environnement et des combattants mais aussi un travail sur la lumière efficace. La particularité de LastFight est d'offrir non pas une vue 2D classique pour un jeu de bastion, mais une vraie vue 3D où les personnages se déplacent librement dans l'arène, un gros clin d'oeil à PowerStone justement. Si les arènes sont assez nombreuses et variées, elles manquent peut-être de profondeur dans les décors et surtout dans les décors exploitables en combat.

Un gameplay jouissif ? Oui mais à court terme car il est probable qu'un bon nombre de joueurs trouvent une certaine lassitude avec cette jouabilité, la faute à un manque de profondeur, d'originalité et d'équilibre. La prise en main est simple et immédiate, c'est déjà un bon point. Vous avez donc la possibilité de réaliser un coup faible, un coup fort, un saut, une prise, un blocage ou encore une esquive. Très léger pour les amateurs du genre mais sûrement suffisant pour les joueurs en quête d'un jeu de baston simple à prendre en main pour s'amuser rapidement. On a quand même une spécificité qui apporte un peu de piment aux différents combats, c'est la possibilité de saisir de ramasser et d'utiliser des objets du décor présents dans l'arène.

Cela permet d'apporter un brin de folie et un gameplay plus nerveux mais, comme dit précédemment, on regrette que cette possibilité soit restreinte dans certaines arènes. En tout cas plus de doute, c'est clairement une forte inspiration du jeu PowerStone qui proposait également cette possibilité. Vous pourrez aussi, au cours d'un combat, ramasser des gemmes (il en faudra trois sans prendre le moindre coup sinon on perd les gemmes déjà récupérées) afin de se transformer en un combattant bien plus fort avec des attaques forcément plus percutantes.

L'équilibre des combattants n'est pas parfait, l'IA de son côté se montre particulièrement tranchante laissant peu de place à une erreur de votre part. Le mauvais choix tactique, la moindre tentative offensive ratée et c'est la foudre qui va s'abattre sur vous. La réactivité des combattants n'est pas spectaculaire entre le moment où vous appuyez et le moment où il déclenche l'action désirée. Ainsi, si vous commencez par subir un enchaînement de coups ou de toutes formes d'attaques offensives, il sera bien difficile de s'en sortir ou alors dans un état déplorable au niveau de votre jauge de santé.

Et le contenu alors ? Son arrivée sur les consoles de salon s'accompagne de nouveautés justement au niveau de la durée de vie. Tout d'abord, le jeu comporte un total de 10 combattants et 8 arènes. Mais c'est surtout au niveau des modes de jeu que cette nouvelle version se renforce considérablement pour combler ses lacunes de contenus que l'on pouvait lui reprocher avec la version PC. On trouve donc un mode histoire, un mode 1vs1, un mode 2vs2 mais également 4 nouveaux modes. Le premier s'intitule "Chacun pour soi", un mode où chaque joueur est seul contre tous, le dernier survivant sera déclaré vainqueur. Le second mode se nomme "Compétition (hors-ligne)", dans celui-ci les joueurs affrontent des adversaires afin de gagner des points et gravir les échelons.

Le troisième mode inédit s'intitule "Infini" où le joueur doit vaincre le plus d'adversaires possible en ne disposant que d'une unique barre de vie. Enfin le quatrième mode qui débarque pour l'occasion, c'est le mode "Flipper" où les attaques n'infligeront aucun dégât. Dans ce mode, la seule façon de gagner est de lancer des boules de flipper sur les adversaires. Des nouveautés importantes qui permettent de gagner en variété et en originalité. On apprécie également de pouvoir jusqu'à 4 joueurs en local. C'est déjà mieux que la version PC qui, on le précise, a reçu une mise à jour majeure ajoutant le contenu inclus dans les versions consoles. Concernant le prix du jeu, il est disponible au prix de 14,99€.

Enfin on termine en faisant le point sur la bande-son du jeu ainsi que le scénario. Pour la partie scénaristique, elle est bien présente, mais très classique. Le scénario nous plonge dans des évènements qui ont eu lieu avant le premier tome du manga de Lastman. On incarne le duo Richard Richard Aldana et Duke Diamonds dont le but est d'aller sauver la charmante Tomie capturée par des méchants. Vous pouvez ainsi constater que le travail est léger et classique, pas vraiment surprenant pour un jeu de combat.

Une bonne dose d'humour est également de la partie, si ça fonctionne timidement au départ, cet humour ne se montre pas aussi percutant par la suite. Enfin pour l'ambiance sonore, la qualité est au rendez-vous. Les compositions musicales sont excellentes et contribuent énormément à l'univers et le style du jeu. Des thèmes dynamiques qui s'accompagnent de voix Françaises convaincantes, à l'image des bruitages du jeu. Le travail sonore est vraiment soigné et renforce à la fois l'humour et l'action du jeu.

LastFight débarque sur les consoles de salon avec quelques arguments supplémentaires par rapport à la version PC du mois de mai dernier. C'est au niveau du contenu que la différence est visible avec l'ajout de plusieurs modes pour varier les plaisirs et obtenir une expérience de jeu sur le long terme que ce soit seul ou à plusieurs. Néanmoins, malgré des efforts appréciables, on note toujours un gameplay très classique et peu profond en plus d'une réalisation séduisante mais perfectible et d'un scénario pas très poussé. Pour la bande-son, on est face à un excellent travail pour accompagner le joueur que ce soit dans les combats ou les cinématiques. Un jeu qui pourra trouver son public mais peut-être pas celui espérer initialement : les fans des jeux de combat.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article