Jeuxvideo-world

[Test] Dragon Quest Builders

20 Octobre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Depuis le succès de Minecraft, son concept a fait l'objet de nombreuses reprises sans grand succès. Mais ça, c'était avant le talent de Square-Enix. Après un épisode beat'em all rafraîchissant en fin d'année dernière dont le but était de reprendre le concept d'un Dynasty Warriors, la licence Dragon Quest refait parler en cette fin d'année dans un tout autre registre. Si un épisode très classique est disponible depuis le mois de septembre sur Nintendo 3DS, la PlayStation 4 et la PlayStation Vita s'offrent un épisode bien plus original en ce mois d'octobre qui s'inspire justement du concept du jeu du studio Mojang : Minecraft. Son nom ? Dragon Quest Builders. Est-ce une énième copie sans saveur ou au contraire la meilleure inspiration à ce jour ?

Pas de doute, les développeurs s'inspirent de Minecraft, la preuve avec ces blocs. Sauf qu'on n'oublie pas pour autant la licence Dragon Quest bien au contraire, celle-ci est merveilleusement exploitée. Ainsi on découvre un jeu richement coloré avec une lumière maîtrisée (un cycle jour/nuit est présent) et une technique vraiment propre. Si les blocs sont de la partie, l'aspect pixel est nettement moins prononcé que Minecraft, la modélisation et les textures sont nettement plus soignées, d'ailleurs le jeu n'est pas totalement constitué de blocs contrairement à Minecraft.

En effet dans le cas de Dragon Quest, les différents personnages du jeu, le bestiaire ainsi que certaines parties du décor, sont modélisés normalement dans la plus grande fidélité du charmant univers de Dragon Quest. On peut clairement parler d'une patte artistique qui fait son effet avec une interface efficace. Le monde de d'Alefgard se révèle séduisant et intrigant au fil des missions, en sachant que contrairement à la vue à la première personne de Minecraft, Dragon Quest Builders mise sur une vue à la troisième personne. Autres détails démontrant une finition redoutable, la présence d'une traduction Française impeccable et surtout aucun bug constaté.

Vous pensez que le jeu mise sur la construction, le crafting, vous avez raison, il s'inspire du concept de Minecraft. Sauf qu'il va plus loin et s'organise d'une manière totalement différente. Premièrement, l'aventure est scénarisée offrant ainsi une structure précise tout en laissant une liberté totale au joueur. Oui vous avez une dimension construction, mais on trouve aussi une dimension plus épique comme un action-RPG grâce à la présence de combats. Ceux-ci ne sont pas le cœur du jeu, loin de là, mais ils permettent d'obtenir une expérience de jeu plus variée et amusante en conservant l'esprit Dragon Quest basé sur des combats de monstres. On pourra donc retrouver le bestiaire de la série avec un réel plaisir, soit lors de quêtes, soit lorsqu'on sera amené à défendre son village d'une attaque de monstres. Oui, le but du jeu est de bâtir un village complètement dévasté lors de notre arrivée. On repart de zéro, pour espérer faire revenir les villageois et ainsi la joie dans le monde de d'Alefgard.

On est libre mais avec des restrictions pour pousser le joueur à réfléchir et à obtenir un peu de challenge de manière astucieuse. Ainsi, il faudra bâtir des bâtiments dans un périmètre précis. Le jeu détecte automatiquement la nature du bâtiment souhaité, dès lors que quelques éléments sont significatifs à la pièce en question, par exemple en créant un lit dans une pièce, vous obtiendrez une chambre tandis qu'en mettant un tournebroche ce sera une cuisine. On considère une pièce dès lors que votre création comporte pièces quatre murs avec une hauteur minimale de deux briques, une porte et une source de lumière. Comme vous pouvez le voir, le toit n'est pas considéré comme un élément indispensable pour établir une pièce dans votre village. Chaque création dans votre village vous permet de remporter des points, nécessaire pour poursuivre la trame principale.

Pas d'expérience pour votre personnage et donc pas de niveau mais la possibilité de découvrir de nouvelles recettes, de nouveaux équipements mais aussi de nouveaux types de bâtiments. Aussi, chaque bâtiment donne lieu à un bonus non négligeable pour votre aventure. Vous obtiendrez régulièrement des quêtes qui vous mèneront à des récoltes mais aussi des combats. Si cet ajout offre un peu d'action, son intégration reste minimaliste dans la mesure où chaque combat se résume à une attaque, une bonne esquive et une nouvelle attaque jusqu'à ce que la jauge de l'ennemi soit vide. On est loin d'un gameplay en profondeur pour les combats d'autant que l'IA n'est pas particulièrement brillante. Si la caméra à la troisième personne se montre globalement convaincante, on pourra constater quelques soucis lors de certaines situations mais rien de bien gênant.

En matière de durée de vie, on n'est pas spécialement inquiet avant le coup compte tenu du concept. Cependant, le jeu adopte un mode principal scénarisé, ce qui n'est pas le cas dans Minecraft. Ainsi le jeu se découpe en 4 chapitres différents mais tout en étant liés au scénario du jeu. Il vous faudra entre 10 et 20 heures pour venir à bout de chaque chapitre, selon votre manière de jouer. Pour chaque chapitre, qui se compose de 4 îles avec des ressources propres à chaque fois, on change totalement de zones et surtout on doit repartir de zéro. Attention, si c'est bien un "reset" de vos constructions et donc du village du chapitre précédent, vos formules sont par exemple conservées. S'il existe bien une zone précise où vous devez bâtir votre village, rien ne vous empêche de réaliser des constructions en dehors de cette zone, sauf qu'un petit détail intervient : votre score. En effet le jeu adopte pour chaque chapitre un système de scoring. Cela reste léger dans l'ensemble, mais ça permet d'imposer un challenge et de comparer ses scores avec les autres joueurs. 

Ainsi, si vous décidez de réaliser une construction en dehors de la zone limitée, vous n'obtiendrez pas de points spécifiques à ces constructions. Pour chaque chapitre, vous obtiendrez de nombreuses quêtes annexes qui permettront de vous faire grandir au niveau des formules et équipements. Très addictif, le jeu se montre toujours percutant dans ces fameuses quêtes grâce à un intérêt systématique pour la suite de l'aventure. On est loin des quêtes secondaires de certains jeux dont le but principal est de faire du remplissage sans saveur. Enfin, il est probable que de nombreux joueurs espéraient simplement découvrir un mode bac à sable comme Minecraft, où il n'y a pas d'histoire ou de quêtes, simplement de la matière et un terrain pour réaliser de folles constructions. Pas d'inquiétude, ce mode est bien présent, lorsque vous aurez terminé le premier chapitre, un nouveau mode fait son apparition : Terra Incognita. C'est dans celui-ci que vous pourrez réaliser les constructions de manière totalement libre avec même la possibilité de partager ses créations avec les autres joueurs.

On finit par évoquer la bande-son ainsi que le scénario du jeu même si ce dernier reste relativement simple. On retrouve avec un réel plaisir les qualités sonores de la licence Dragon Quest grâce aux musiques de Kôichi Sugiyama. Une merveille pour nos oreilles et qui permet de renforcer l'univers du jeu en plus de réaliser des moments nostalgiques pour les fidèles de la licence. Quant au scénario, il s'appuie sur le premier Dragon Quest. En effet on apparaît dans le monde d'Alefgard après l'apocalypse de Lordragon, le méchant du premier Dragon Quest. Le joueur incarne un héros, ou une héroïne qui s'avère être ma seule personne de ce don à disposer encore d'un don de construction après l'apocalypse. L'histoire part donc de cette base assez légère mais pas déplaisante d'autant que la suite est un enchaînement de clins d’œil que ce soit au niveau des quêtes ou du bestiaire.

Dragon Quest Builders se présente clairement comme l'une des plus belles surprises de cette fin d'année. Avant le coup, c'est un drôle de pari de la part de Square Enix de reprendre le concept de Minecraft à la sauce Dragon Quest. Mais sa conception est intelligente et ne se contente pas de surfer sur le succès de la licence de Mojang. Le jeu démontre une vraie identité dans sa réalisation, son gameplay, son contenu et même son ambiance sonore et son scénario.

Si la finition est vraiment bonne et son contenu solide, on pourra juste reprocher quelques détails au niveau du gameplay comme une caméra parfois délicate, une IA très moyenne ou encore un aspect combat très léger malgré une présence intéressante. Si vous aimez la licence de Mojang et celle de Square-Enix ou que vous êtes simplement à la recherche d'un jeu qui sort de l'ordinaire, vous devriez être agréablement surpris par l'aventure proposée.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 15/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article