Jeuxvideo-world

[Test] Moto Racer 4

21 Novembre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

On peut dire que les jeux de moto tiennent la grande forme sur la nouvelle génération de consoles. Après Ride 2, MXGP 2, Mx vs ATV, MotoGP... Voilà qu'une célèbre licence fait son retour : Moto Racer. Après un premier épisode séduisant en 1997 sur PS1 et PC, puis deux autres épisodes sympathiques, la licence se reposait tranquillement. Sauf que les développeurs d'Artefacts Studio et l'éditeur Microïds décident de relancer la licence avec le jeu Moto Racer 4 sur PlayStation 4, Xbox One et PC. Un retour que l'on espère aussi fracassant que les précédents, à moins qu'il s'agit d'une grossière sortie de route...

Pas besoin d'attendre pour vous dire que c'est une immense déception à tous les niveaux. Visuellement, dès le premier contact on ressent comme un léger problème de finition dans ce jeu. Si le logo Unreal Engine 4 semble pourtant motivant, l'arrivée dans les menus est froid, austère avec une absence totale de mise en scène. D'ailleurs cette remarque est valable pour l'intégralité du jeu, même pour le mode carrière. Dès la première épreuve on découvre un jeu complètement dépassé sur le plan visuel, une tristesse absolue pour les amoureux de la licence. Techniquement il est extrêmement faible avec des chargements trop longs, des environnements vides (malgré un peu de variété), des textures plates, une modélisation d'un autre temps, de l'aliasing à gogo, du clipping constamment ou presque...

Une finition déplorable absolument pas digne d'un jeu vidéo de ces dernières années, et encore moins sur les consoles next-gen. Une seule caméra, de gros soucis avec le moteur physique, un framerate catastrophique, bref une absence totale de finition et d'optimisation. Allez on va quand même sortir quelques points positifs avec une interface classique mais satisfaisante et surtout un travail sur l'éclairage pas trop mauvais dans l'ensemble, quelques effets de lumière parviennent à se montrer sympathiques en pleine course.

Le gameplay est à l'image de la réalisation, il enchaîne les maladresses et les défauts pour qu'on arrive à peine à sortir un petit point positif, une énorme frustration et déception. Dès le lancement de la première épreuve, on découvre sans surprise que le jeu adopte une orientation arcade pour son style, jusqu'ici rien de choquant c'est fidèle à la licence. La prise en main est donc logiquement très bonne puisque simple et rapide. Sauf que les problèmes arrivent et ça commence par une jouabilité frustrante sans la moindre précision et qui regorge de problème. La direction de la moto est extrêmement difficile dans le sens où l'on possède de grosse difficulté à conserver une trajectoire en ligne droite tellement cette sensation de moto glissante est présente. On constate également de gros problèmes de collisions que ce soit avec un autre adversaire ou une partie du décor. Cela donne une idée du massacre dans les courses où l'on effectue des sauts et des figures... Le jeu dispose vraiment d'un problème de réglage et d'équilibre, à l'image de son IA aussi frustrante que le reste du gameplay et qui va sûrement décourager un grand nombre de joueurs. 

Une IA qui incarne la perfection, impossible à détruire et possédant un rythme de course d'un autre monde, boost illimité ? En gros le jeu va rapidement se résumer à appuyer constamment sur la touche boost pour espérer remporter une épreuve et il est probable que vous soyez autant sur une roue que sur deux roues, tellement la position en roue arrière est plus stable et agréable avec cette sensation d'être fixée au sol. Autre détail absolument dingue de ce jeu, c'est son système de pari sous forme d'étoiles avant chaque début d'épreuve. En effet avant de lancer une course, vous allez par exemple devoir définir votre résultat en indiquant une, deux ou trois étoiles. Le problème c'est que si vous réalisez une meilleure performance que celle prévue, vous perdez. Si vous insistez, que vous parvenez à obtenir une étoile et que vous décidez de chercher la seconde étoile, en cas d'échec, vous perdrez votre unique étoile obtenue... Un système complètement bancal. Allez on pourra tout de même apprécier un détail, la sensation de vitesse procurée par le jeu.

Du côté de la durée de vie, Moto Racer 4 se montre plutôt généreux, à condition d'avoir le courage et la patience de profiter de ce contenu. On trouve donc plusieurs modes de jeu : carrière, partie rapide et multijoueur. Le mode partie rapide est très basique et classique pour lancer rapidement une épreuve. Le mode carrière propose de son côté une succession d'épreuves et de championnats afin de débloquer du contenu : nouvelle piste, nouveau pilote et points d'améliorations. En effet chaque pilote dispose de quatre aptitudes (accélération, vitesse max, maniabilité, turbo) que l'on pourra améliorer. Le mode multijoueur propose des parties online jusqu'à 10 joueurs mais aussi des parties en écran partagé et ça c'est une bonne surprise. Concernant les différents types de course, c'est assez classique avec par exemple de l'élimination, slalom, course simple, time-attack... Vous aurez le choix entre 10 pilotes dont chacun dispose d'une moto de course et d'une motocross.

Ce ne sont pas de simples pilotes, d'un point de vue esthétique il est question de costumes très particuliers (Power Rangers par exemple). Au niveau des destinations, le jeu propose 14 pistes différentes, c'est un bon début pour ne pas sombrer dans une trop grande répétitivité. En matière de personnalisation, il ne faudra pas espérer des modifications mécaniques ou esthétiques très poussées, vous pourrez seulement changer la peinture de votre moto. Enfin il faut savoir que le jeu est disponible dans une édition deluxe qui comporte un DLC, le season pass ainsi qu'un steelbook. Le jeu est également compatible avec le PlayStation VR pour ceux qui disposent le casque en sachant que la compatibilité est mince et s'arrête à deux modes : Time Attack et Hop Lap. Mais les développeurs prévoient d'étendre la compatibilité PSVR dans les mois à venir.

On termine cette douloureuse expérience par quelques mots sur la bande-son qui risque d'achever plus d'un joueur. Oui, l'ambiance sonore est aussi faible que le reste du jeu et enfonce complètement le clou. Même si le style des compositions musicales pourrait sembler crédible avec un mélange électro et pop, cela reste discret, répétitif et en arrière-plan beaucoup trop souvent. Jamais cette bande-son n'apporte le punch et la nervosité que l'on pourrait attendre dans un jeu arcade comme Moto Racer. Mais le pire se trouve du côté des bruitages qui sont minables et vraiment pénibles. Il est probable que la plupart des joueurs poursuivent le jeu sans sa bande-son ou alors en baissant considérablement le volume car c'est plus une souffrance qu'un réel plaisir pour nos oreilles. 

Moto Racer 4 démontre que faire revivre une belle licence ce n'est pas simple. Il ne suffit pas de poser l'étiquette Moto Racer 4 pour espérer sortir un épisode digne du premier. On pensait détenir la nouvelle référence arcade du deux roues, finalement ce sera l'exemple à ne pas suivre, le plus mauvais de sa catégorie. Une réalisation qui manque cruellement de soin et pas digne des nouvelles consoles. La jouabilité n'offre aucun plaisir à l'image d'une bande-son qui échoue à tous les niveaux. On pourra juste apprécier quelques détails et un contenu pas trop mauvais à condition d'accepter l'énorme liste de défauts du jeu...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 9/20
Gameplay : 9/20
Durée de vie : 13/20
Bande-son : 8/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 9/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article