Jeuxvideo-world

[Test] Rayman Origins

22 Décembre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests 3DS

En 2011, Ubisoft fait sensation en signant le retour d'une grande licence : Rayman. Après plusieurs années d'attente, on assiste à un retour splendide sur tous les supports de cette période (2011-2012) mais avec un intervalle pour certaines versions. En effet si les versions PlayStation 3 et Xbox 360 étaient disponible en novembre 2011, il aura fallu attendre 3 mois pour la version PlayStation Vita et surtout plus de 6 mois pour la version Nintendo 3DS. C'est justement cette dernière version qui nous intéresse, en sachant que sa suite Rayman Legends, n'a pas fait l'objet d'une sortie sur la console portable de Nintendo. C'est donc le dernier épisode en date en attendant un éventuel nouveau volet. En tout cas on parle bien ici de Rayman Origins, une version 3DS aussi pétillante que les autres versions ?

Une attente plus longue et dont le résultat ne procure pas le même effet que les versions console de salon. Attention cela ne veut pas pour autant dire que cette version 3DS est mauvaise, loin de là. Simplement, le constat visuel est plus mitigé sur de nombreux par rapport à l'impression visuelle qui s'en dégage des autres versions. Un portage tardif qui s'explique donc par des difficultés dans son intégration sur la console de Nintendo. Contrairement aux autres consoles, il y a déjà deux écrans, et rien que cet aspect est mal géré par le jeu. En effet l'action se déroule sur l'écran du haut tandis que l'écran bas permet... de visualiser une barre de progression du niveau en cours d'une manière extrêmement banale et avec un simple fond correspondant au thème du niveau. Cela permet donc en un coup d'oeil de voir si l'on se trouve à la moitié du niveau ou très proche de la fin. C'est toujours mieux que la présence d'une simple image mais on ne peut s'empêcher qu'avec un tel écran tactile, on pouvait faire bien mieux pour exploiter son potentiel. Et pour l'écran du haut alors, qu'en est-il de la 3D ? Elle est présente mais pas vraiment exploitée.

Cela s'explique par un développement pensé comme un jeu 2D, son intérêt ne saute donc pas aux yeux. On parvient à voir une différence entre les plans et quelques Lums qui tentent d'accentuer la 3D, mais d'une manière générale, elle est très discrète. On pourrait même dire qu'elle se montre rapidement fatigante, ce qui aura comme conséquence une désactivation de la 3D après quelques niveaux, nul doute que cette réaction sera valable pour la très grande majorité des joueurs. Mais derrière ces quelques frustrations, on retrouve le charme de cet épisode à savoir un style graphique absolument génial. La direction artistique est somptueuse et offre un énorme vent de fraîcheur à la licence Rayman avec ce côté cartoon.

On tient ici un univers très coloré avec une bonne variété des environnements et un level-design vraiment bon, une référence en matière de plates-formes. Sauf que cette dimension artistique n'est pas mise en valeur de la meilleur des manières, la faute à quelques petits soucis techniques sur cette version 3DS. On pourra ainsi constater une sensation de flou sur certains décors avec également une modélisation parfois moyenne, la finesse des versions PS3/360 n'est pas totalement là. On note également une lisibilité plus réduite (c'est déjà un peu plus prévisible compte tenu de la taille de l'écran) ainsi qu'une expérience de jeu pas aussi fluide que les versions sur consoles de salon.

Au niveau de gameplay, pas de changement, et c'est peut-être ça la petite déception. En effet si la jouabilité est excellente, son adaptation sur Nintendo 3DS pouvait être synonyme de quelques changements dans le but d'exploiter la console, ce qui n'est absolument pas le cas. Il n'y a donc pas de fonctions gyroscopiques, pas de commandes liées à l'écran tactile, une prise en main similaire aux autres versions. Vous aurez par contre le choix de la commande de déplacement de votre personnage. Vous pourrez donc choisir entre les flèches directionnelles, ou le joystick de la console portable de Nintendo, ce dernier étant conseillé. On retrouve donc avec joie un réel plaisir de jeu à travers les différents niveaux de ce nouvel opus. Un gameplay riche qui se dévoile au fil de votre progression. Au départ, vous pouvez simplement sauter, frapper ou courir. Par la suite, vous pourrez planer (façon hélicoptère avec ses cheveux), devenir minuscule pour passer dans des petits trous où la capacité est indispensable...

Si l'objectif initial est effectivement de terminer le niveau, mieux vaut ne pas oublier de collecter ces Lums pour pouvoir parcourir de nouveaux niveaux, autrement il faudra refaire des niveaux accessibles. Les phases de jeu sont variées avec des séquences encore plus dynamiques, lorsque vous êtes par exemple sur le dos d'un moustique. A chaque fois, le challenge est de la partie et demande un minimum de réactivité pour espérer se sortir de certaines phases particulièrement complexes. Pas de problème technique spécifique, si ce n'est donc cette fluidité un peu bancale et cette caméra un peu trop éloignée qui rend le jeu moins lisible et confortable que les autres versions. Ceci dit, on parvient quand même à prendre du plaisir, il s'agit juste de prendre l'habitude de cette caméra, surtout si vous avez eu l'occasion de faire le jeu sur un autre support.

Du côté de la durée de vie, cette version 3DS est plus décevante que les versions sur les consoles de salon. La version PS Vita incarnait cette déception mais tentait de rattraper le coup avec quelques ajouts inédits. C'est bien le cas sur cette version 3DS mais c'est tellement léger et anecdotique que cette fois-ci, la perte d'une belle partie du contenu initial fait vraiment mal. Néanmoins, la très grosse partie du jeu est bien présente, et c'est tout de même le principal. Ainsi on pourra découvrir une aventure découpée en 6 mondes (chaque monde correspond à un thème précis et différent des autres) pour un total de 60 niveaux. En matière de temps de jeu, cela devrait correspondre entre 15 et 20 heures environ. La vitesse de progression dépend aussi de votre faculté à récupérer des Lums dans les niveaux, l'idée du jeu étant de sauver les Ptizêtres.

La rejouabilité est vraiment bonne puisque tout un tas de bonus sont de la partie, en plus de chercher à réaliser des records, collecter les médailles... Du coup, on pourra doubler facilement le temps de jeu si l'on cherche un 100% qui s'annonce particulièrement périlleux grâce à une bonne dose de challenge. Et le multijoueur alors ? Il est complètement absent à l'image de la version PS Vita... C'est dommage car c'était un énorme atout sur la rejouabilité. Une disparition totale mais avec la présence d'un contenu inédit et exclusif à cette version 3DS. Malheureusement, cette nouveauté est bien maigre, il s'agit d'échanger ses statistiques via la fonction Street Pass (progression du jeu: temps de jeu, collection d'objets, bonus débloqués...). 

On en termine avec le scénario et la bande-son. Vous allez rapidement découvrir que le travail est minimaliste, un simple prétexte pour lancer Rayman et ses amis dans une folle aventure. Si l'histoire est légère, on apprécie quand même la forte présence d'humour qui renforce les personnages, un humour accessible à tous les joueurs. En ce qui concerne l'ambiance sonore, c'est simplement top. Celle-ci renforce de belle manière l'humour du jeu, ainsi que son côté cartoon. Le jeu s'offre donc une belle liste de compositions musicales qui s'accordent à merveille avec l'univers de Rayman mais aussi d'excellents bruitages, une bande soignée de bout en bout.

Rayman Origins sur Nintendo 3DS conserve les ingrédients magiques du retour de Rayman mais démontre quelques faiblesses techniques et un contenu moins percutant. Un résultat assez prévisible compte tenu des contraintes de la console, avec la présence de deux écrans qui disposent d'une taille réduite par rapport aux autres supports. Les limites de la console portable de Nintendo sont également impliqués dans les rares problèmes de finition. La disparition de l'aspect multijoueur n'est pas vraiment une surprise dans la mesure où c'est également le cas pour la version PlayStation Vita. En tout cas on reste quand même face à un épisode grandiose, amusant et coloré.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 18/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article