Jeuxvideo-world

[Test] FlatOut 4 Total Insanity

26 Mars 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

La série FlatOut est de retour pour le plus grand plaisir des fans. Il faut avouer que ce type de jeu n'est pas aussi commun sur les nouvelles consoles qu'auparavant. On espère toujours découvrir un nouvel épisode de la licence Burnout ou même Motorstorm par exemple. En attendant, c'est bel et bien FlatOut qui revient avec un quatrième opus sur PlayStation 4 et Xbox One sous le nom suivant : FlatOut 4 Total Insanity.

Après la terrible catastrophe provoquée par le troisième opus complètement mauvais et indigne de la licence, les développeurs espèrent bien signer un retour gagnant. Avant le coup c'est possible dans la mesure où le studio de développement n'est pas le même, c'est désormais le studio Kylotonn (WRC 5 et 6) qui se charge de ce nouvel opus. Un studio qui commence à bien connaître le genre, ce qui semble encourageant sur le papier même si cela n'empêche que les moyens seront sûrement limités... Un nouvel échec ou au contraire un épisode digne des deux premiers ?

On ne s'attendait pas à un miracle sur le plan visuel, et ce n'est pas plus mal car la déception n'est pas aussi grande que si de vrais espoirs étaient fondés. En effet, visuellement le jeu laisse plus l'impression d'une version PS3/360 plutôt que d'un jeu sur la nouvelle génération de console. Même si dans un jeu, il n'y a pas que les graphismes, il faut avouer que c'est quand même un peu frustrant. Techniquement, c'est vraiment très moyen avec de vilaines textures, une modélisation largement perfectible, une gros dose d'aliasing, de clipping... La liste des problèmes est longue, très longue. Une finition décevante à l'image de la fluidité qui théoriquement se contente de 30 fps mais sans offrir l'assurance d'une parfaite stabilité, de nombreux ralentissements sont à prévoir...

Dommage également que la gestion de dégâts se montre minimaliste avec de simples évolutions visuelles des véhicules. On arrive tout de même à sortir quelques détails encourageant comme la conception des circuits avec de nombreux raccourcis intéressants. Les environnements sont variés et colorés (montagne, forêt, désert ou encore zone plus grises dans un style urbain et industriel). Les décors sont donc variés et surtout loin d'être vides, cela reste agréable même si à pleine vitesse, on en profite rarement. D'ailleurs c'est cette richesse dans les décors qui sera souvent synonyme de ralentissement. On apprécie également le soin apporté aux effets de lumière et aux effets météo. On note des problèmes au niveau de la physique avec des collisions très étranges avec certaines parties du décor et des adversaires...

Pas brillant dans sa réalisation, le jeu se montre également moyen dans son gameplay. Malgré une très bonne prise en main comme la plupart des jeux de course orienté arcade, le plaisir de jeu est complètement croqué par la frustration de chaque épreuve. Les problèmes viennent de la technique du jeu, beaucoup trop problématique pour espérer s'en sortir sans gravité. Ainsi, les épreuves s'enchaînent où la différence s'effectue sur la stabilité du jeu. Si les chutes de framerate ne sont pas la cause d'un accident, ce sera la physique du jeu. Un contact avec le décor sera souvent très négatif, mais c'est surtout les contacts avec les autres pilotes qui risquent de frustrer une grande partie des joueurs. Les collisions sont très aléatoires et donnent systématiquement l'impression de favoriser votre adversaire. Cela complique la prise en main pourtant bonne au départ mais avec quelques heures au compteur, on parvient à réaliser les bons choix en course. Si l'on apprécie la destruction des environnements pour rendre les courses plus vivantes et impressionnantes, c'est bien la nitro et donc la sensation de vitesse qui sont vraiment sympathiques dans ce nouvel opus.

Une bonne sensation de vitesse mais une mauvaise sensation dans le comportement des véhicules qui semblent glisser sur la route... Au niveau des commandes, vous avez une touche pour accélérer, freiner, utiliser la nitro, utiliser le frein à main... rien de particulier pour ce type de jeu. Malgré de nombreux défauts, on a envie de lui laisser une chance et d'enchaîner les épreuves pour s'amuser dans des courses fun avec une mise en scène explosive qui correspondent parfaitement à l'identité de la licence et aux excellents souvenirs des deux premiers épisodes de la série. Au niveau de l'IA, si vous n'aurez pas trop de problèmes à vaincre lors des premières épreuves, le challenge va rapidement faire son apparition en sachant que l'IA est sans pitié. En matière d'interface, le jeu se montre très classique : temps, position, nombre de tours, compteur, carte dynamique.

Jusqu'ici et malgré quelques qualités, il faut avouer que ce quatrième opus accuse de nombreuses faiblesses. Heureusement il reprend des couleurs au niveau de son contenu franchement séduisant. On distingue d'abord un jeu divisé en quatre modes : Carrière, FlatOut, Partie Rapide et enfin Multijoueur. Mieux vaut s'orienter vers le mode carrière dans un premier temps afin de découvrir le jeu, obtenir des médailles d'or, de l'argent et du nouveau contenu. Le mode carrière se montre très classique avec un enchaînement d'épreuves variées, de la course classique au traditionnel contre-la-montre. On pourra par la suite se tourner vers le mode FlatOut et le mode Partie Rapide. Ce fameux mode FlatOut comporte 42 défis variés et vraiment amusants. On pourra ainsi participer à différents types d'épreuves : Assaut (course avec des armes), Carnage (faire le plus gros combo de destruction), Contre-la-montre, Survivant (détruire tous les adversaires dans une arène), Deathmatch (une variante du mode survivant avec des bonus), Contre-la-bombe (atteindre un checkpoint avant l'explosion de la bombe) ou encore Capture de drapeau. 

Impossible de ne pas parler du retour des fameuses cascades, un symbole de la licence. Au nombre de 12, dans des décors originaux (golf, curling...) celles-ci se montrent franchement amusantes et permettent de varier les plaisirs avec les autres épreuves. Pour le mode multijoueur, il est possible de jouer jusqu'à 8 joueurs en ligne et en local, de quoi prolonger l'expérience de jeu et s'amuser avec d'autres joueurs. Une précision importante concernant le multijoueur en local, il s'agit seulement d'un système de tour par tour pour les épreuves proposées, il n'est pas question d'un écran partagé, ce qui est franchement dommage pour ce type de jeu... Au niveau des véhicules, il existe trois catégories (Derby, Classic et Allstar) pour un total de 27 véhicules différents. Il est possible de procéder à une personnalisation à trois niveaux sur un véhicule : la peinture, le klaxon et le gaz d’échappement. Le jeu comporte 12 pilotes différents, 20 circuits et 4 arènes. Sur le papier, le contenu se montre très satisfaisant à l'exception donc de l'absence d'écran partagé.

Enfin on termine par une autre très bonne note, celle de la musique. La bande-son offerte par les développeurs devrait à coup sûr plaire aux joueurs tellement elle s'inscrit parfaitement dans le style et l'univers du jeu. Une ambiance sonore aussi folle que les courses avec des compositions musicales au style rock (et même hard-rock) ou encore métal qui renforcent le fun et l'explosivité de ce nouveau volet. Même les bruitages se montrent cohérents avec le type de véhicule et l'esprit du jeu, attendez-vous à des bruitages moteurs monstrueux, on est loin du silence d'un véhicule électrique... Non seulement cette ambiance sonore est soignée mais elle est également variée avec un total de 37 pistes différentes. Un plaisir et une mise en scène renforcée, pas de doute c'est bel et bien un FlatOut.

FlatOut 4 Total Insanity relève la tête de la licence avec ce nouvel épisode. Il faut dire que le précédent était tellement mauvais, cela lui laissait peu de chance de faire pire. Néanmoins malgré un retour prometteur le jeu va rapidement montrer des limites qui risquent de déplaire à de nombreux joueurs. Visuellement le jeu est digne d'une production de 2008 (soit 9 ans), à l'époque de la PlayStation 3 et Xbox 360. Une technique qui va avoir de lourdes conséquences pour nos yeux mais aussi pour le plaisir de jeu. En effet les collisions en course en plus d'une IA sans pitié seront véritablement l'élément de frustration qui pourra frustrer un grand nombre de joueurs. C'est dommage car c'est jouissif, facile à prendre en main et c'est dans l'esprit FlatOut. Le contenu est très convaincant avec de nombreuses épreuves et défis avec notamment les fameuses cascades. Le multijoueur est également de la partie, en ligne comme en local, mais avec un bémol important, le multijoueur local s'effectue uniquement en tour par tour, il n'y a pas d'écran partagé. Enfin, la bande-son colle à merveille avec l'univers FlatOut.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 11/20
Gameplay : 12/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 13/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article