Jeuxvideo-world

[Test] Mass Effect Andromeda

28 Mars 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après l'excellente trilogie sur le commandant Shepard, Mass Effect ne s'arrête pas là. En effet les développeurs du studio Bioware espèrent bien proposer de nouveaux épisodes de ce Space Opera qui connaît de nombreux fans. Un mélange de plusieurs genres, action TPS et RPG, qui offrait une expérience de jeu longue et passionnante lors des trois épisodes. Du coup, si un nouvel épisode fait effectivement son apparition en ce mois de mars 2017, le challenge est tout de même assez grand pour les développeurs. Il va falloir proposer une nouvelle histoire avec des nouveaux protagonistes tout en apportant des nouveautés et une évolution logique puisque c'est le premier épisode à débarquer sur PlayStation 4 et Xbox One. Son nom ? Mass Effect Andromeda. Un voyage dans l'espace toujours aussi excitant ?

Visuellement, Mass Effect Andromeda souffle le bon et le moins bon. Clairement, d'une manière globale, la réalisation se montre plutôt décevante. Attention le jeu est loin d'être moche, simplement que les attentes étaient grandes et nombreuses par rapport aux trois opus précédents qui démontraient une progression sur le travail graphique. Le passage à la nouvelle génération de consoles n'est pas aussi étincelant que prévu mais cela mérite quelques précisions. La force du jeu, et même de la série car les autres étaient aussi bon sur ce point, c'est cette direction artistique. Un univers terriblement séduisant et original où les planètes sont vraiment différentes avec de jolis paysages en perspective. Le moteur Frosbite réalise une performance plutôt honorable avec notamment des effets de lumière vraiment chouettes. Les différentes zones ouvertes du jeu démontrent une excellente qualité dans la conception mais tout en montre des lacunes sur le plan technique à l'image de l'ensemble du jeu.

Quelques soucis de collisions, une multitude de bugs, des ralentissements parfois légers, parfois importants... La liste des défauts est longue bien plus que les opus précédents, il y a un vrai manque de finition. Même si certains protagonistes sont soignés, les différents personnages du jeu manquent de charismes, ils souffrent de la comparaison avec la trilogie. Mais la grosse faiblesse dans les personnages, ce sont les animations étrangement très mauvaises. D'une manière générale cet épisode souffre de la comparaison avec les opus précédents, si les environnements de cette aventure sont toujours aussi colorés, originaux que ce soit sur les planètes, dans le Nexus (la nouvelle citadelle du jeu) ou même le Tempête (le remplaçant du Normandy), le charme opère d'une manière plus mitigée que les précédents épisodes. Il faut tout de même noter que certains décors restent vraiment très agréable pour la rétine, le travail sur les différentes planètes est énorme. Mais derrière ces qualités, on en vient toujours à se plaindre de quelques problèmes, avec cette fois des lourdeurs au niveau de l'interface qui n'est pas la plus claire, simple et souple dans sa gestion et sa consultation.

Même si la trilogie est terminée et que l'on s'oriente vers une très probable nouvelle trilogie, cela reste un Mass Effect. On retrouve donc un jeu qui nous propose d'incarner un personnage (on ne va pas trop s'étaler sur son rôle, sa profession afin de conserver la surprise scénaristique) avec une vue à la troisième personne. C'est donc un jeu d'action, d'aventure mais aussi un RPG. Cette composante est d'ailleurs plus forte que Mass Effect 2 et 3. Ce n'est qu'une des nombreuses similitudes avec le premier épisode de la licence, on sent clairement la volonté des développeurs de reprendre une nouvelle trilogie de la même manière que la précédente. Une partie RPG plus forte mais aussi un système de combat plus dynamique, nerveux mais qui pourra ne pas plaire à tous les joueurs.

Ainsi dans cet épisode, on peut utiliser un jet-pack qui permettra d'effectuer des sauts prolongés mais aussi des poussées d'accélération dans une direction. Un atout indéniable dans les combats puisque cela permet vraiment de dynamiser les affrontements et d'apporter cette nervosité que l'on ne trouvait pas dans la licence. On n'est donc plus obligé de se mettre à couvert et attendre une sortie de l'ennemi pour enchaîner les éliminations. Mais derrière cet avantage, d'autres aspects se montrent moins percutants. Par exemple le jeu se dote d'un système de couverture automatique, ce n'est pas franchement une bonne idée d'autant que sa mise en oeuvre est délicate. On pourra aussi reprocher au jeu par ce choix dynamique de mettre de côté la partie tactique et stratégie des affrontements. 

Concernant l'IA, elle est plutôt bonne pour les ennemis mais toujours aussi pathétique du côté des alliés, ils sont du voyage mais jamais décisif. Dès les premiers échanges de tirs, on ressent rapidement de bonnes sensations avec les armes qui disposent pour le coup d'un vrai impact offensif, une bonne surprise sur ce point. Maintenant si l'IA n'est pas mauvaise, le challenge n'est pas vraiment de la partie. Mais le vrai problème concernant les ennemis, c'est ce bestiaire d'une immense pauvreté et des boss bien trop rares et pas franchement excitants. La vraie force du jeu, en dehors de quelques bonnes idées en combat, c'est l'exploration. Il y a clairement une dimension importante dans la conquête de nouveaux territoires, nouvelles planètes.

Une invitation a exploré l'univers qui nous entoure en faisant usage d'un scanner pour récolter de nombreuses informations. Certains y verront un petit côté "No Man's Sky" de très bon goût. On aura donc des notions de crafting mais aussi de recherche et développement dans le but d'améliorer son équipement et ses connaissances. Si l'exploration peut se faire à pied, vous aurez aussi à disposition un véhicule. Non ce n'est pas le Mako mais son successeur, le Nomad. Rien à dire à son sujet, la conduite est agréable, la prise en main est vraiment simple. Mass Effect, c'est aussi de nombreux dialogues avec des décisions importantes à prendre. Cette notion de choix à travers les dialogues s'avère nettement plus timide que dans les opus précédents, si certains choix possède un impact sur les événements, cela reste extrêmement léger par rapport à ce que l'on pouvait découvrir auparavant, une petite déception sur ce point.

En matière de durée de vie, l'expérience de jeu promet d'être longue à l'image de tous les épisodes de la licence. On découvre donc deux modes de jeu, le mode histoire et le mode multijoueur. En ce qui concerne le mode histoire, il vous faudra environ 15-20 heures pour venir à bout de la trame principal si vous vous contentez de faire les missions principales et sans trop d'activités annexes. Si vous cherchez par contre à accomplir le jeu à 100% et donc faire l'intégralité des missions secondaires, on s'oriente plutôt vers un temps de jeu de 50 à 60 heures. D'ailleurs la qualité des quêtes et notamment des quêtes secondaires ne sautant pas aux yeux.

Si certaines s'avèrent jouissives ou originales (on pense notamment au puzzle Sudoku), d'autres se montrent répétitives et souffrent du syndrome de livraison. Cette longue expérience de jeu se justifie aussi pour la partie exploration où les planètes à colonisées regorgent d'élément à découvrir, de trésors, de ressources et donc d'éléments où l'on devra faire usage de son scanner. Comme pour la plupart des RPG, le jeu met dès le départ un système de création du personnage. Si l'intention est donc très bonne, sa réalisation est bien décevante car trop pauvre en option. Les possibilités de personnalisation étaient plus nombreuses dans les précédents épisodes. 

On pourra donc choisir un visage (11 au total) une coiffure, la couleur de peau et quelques détails de maquillage, rien de plus. C'est tout de même surprenant de ne pas pouvoir aller plus loin avec des éléments comme les yeux, le nez, la bouche... Toujours par rapport à sa dimension RPG, le jeu se dote d'un arbre de compétence avec trois grandes branches : combat, biotique et technologie. Auparavant lorsqu'on sélectionnait une classe pour son personnage, il fallait bien réfléchir car on conservait la classe jusqu'au bout.

Désormais la classe sélectionnée au départ n'a plus autant d'importance, dans la mesure où l'on pourra passer de l'une à l'autre en fonction des besoins, une souplesse franchement agréable tout au long de l'aventure. Concernant la partie multijoueur, ce nouvel épisode reprend les solides bases de Mass Effect 3. On pourra donc affronter des vagues d'ennemies en coopération avec divers objectifs sur 5 cartes différentes pour un total de 3 types d'adversaires et 3 niveaux de difficultés. On trouve aussi des missions quotidienne que l'on pourra réaliser en jouant ou en envoyant son groupe d'assaut. Un aspect multijoueur solide et plutôt addictif surtout avec des amis.

On termine en évoquant la bande-son du jeu ainsi que son scénario, même si sur ce point on ne va guère aller plus loin que le synopsis. En effet vous vous doutez que le travail d'écriture est particulièrement profond et soigné de la part Bioware qui dispose d'une plume très appréciée par les joueurs à travers ses différentes licences. Pas d'inquiétude c'est toujours le cas avec ce nouvel opus, même si certains y verront quand même quelques lacunes au niveau de l'univers et des protagonistes. On apprécie le travail d'ensemble mais cela reste moins épique et moins captivant que la trilogie du commandant Shepard. Il faut dire que ce nouvel épisode tente de poser de nouvelles bases scénaristiques pour sûrement établir une nouvelle trilogie, du coup le lancement est un peu plus délicat et lourd mais au fil des heures et des missions, la saveur Mass Effect commence à prendre un très bon goût. Une histoire qui s'avère pourtant intéressante au départ sur le papier, suite à un long sommeil de 600 ans en cryogénisation, des explorateurs quittent la voie lactée pour découvrir la galaxie Andromède.

Ceux-ci possèdent comme mission de trouver de nouvelles planètes à coloniser pour accueillir plusieurs peuples dont les humains. Un épisode qui prend clairement un virage exploration par rapport aux autres volets. Pas d'inquiétude, il dispose tout de même d'une bonne dose d'action mais sa mise en scène est plus timide que les opus précédents. Du côté de la bande-son, le résultat est moins séduisant que les épisodes précédents mais reste plutôt correct dans l'ensemble. Les compositions musicales sont suffisamment nombreuses et variées mais pas aussi marquantes qu'auparavant. Pour les doublages, les voix Françaises ne sont pas à la hauteur à l'exception de quelques protagonistes. Le doublage Anglais s'en sort un peu mieux sans offrir une prestation incroyable, un constat valable autant sur les personnages principaux que sur les personnages secondaires.

Mass Effect Andromeda tente à la fois de poser de nouvelles bases tout en s'appuyant sur la trilogie du commandant Shepard. On obtient ainsi un résultat satisfaisant mais avec quelques choix qui ne plairont pas à tous les joueurs et notamment les fans de la licence. Aussi, on s'attendait à beaucoup mieux au niveau de la réalisation. Une finition vraiment moyenne avec de nombreuses lacunes techniques (mais qui vont se corriger au fil des patchs) qui surprennent pour une production du studio Bioware. Autrement on découvre un univers très intéressant avec toujours autant de dialogues et de choix à faire (même si l'impact est plus faible). Une aventure qui oscille plutôt de manière équilibrée entre phases de combat très dynamiques et phases d'exploration dans le but de découvrir chaque secret des planètes de la galaxie d'Andromède. Une histoire sympathique, une bande-son moyenne et un contenu solide seront également de la partie. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 14/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article