Jeuxvideo-world

[Test] Yooka-Laylee

28 Avril 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après une campagne de financement participatif (sur le site Kickstarter) totalement convaincante et même au-delà des espérances des développeurs, le jeu Yooka-Laylee voit le jour et sur plusieurs supports. Initialement prévu sur PC, le jeu qui rend hommage à des séries comme Banjo-Kazooie ou encore Super Mario 64 et développé par Playtonic Games (des anciens du studio Rare) débarque sur PlayStation 4 et Xbox One. Une version Switch sera prévue plus tard dans l'année tandis que la version Wii U est annulée. Yooka-Laylee vise à procurer une nostalgie du jeu de plateforme 3D à un prix relativement doux pour un lancement (physique et digital) : 39,99€. La petite surprise savoureuse en matière de plateforme ?

Si l'intention d'offrir un effet nostalgique est très séduisante, il ne faut pas non plus que ce soit le coeur du jeu. Des craintes fondées (version PlayStation 4 testée) puisque si le moteur Unity parvient à tout de même à offrir une expérience visuelle sympathique, il y a de nombreuses failles. Déjà, d'un point de vue technique le jeu peine vraiment à s'imposer avec des ralentissements (même si depuis sa sortie, des patchs sont passés par là pour rendre l'expérience plus confortable) et dont la fluidité n'est pas incroyable puisque le framerate est bloqué à 30 fps (même chose pour la version Xbox One tandis que la version PC est la seule à pouvoir offrir jusqu'à 60 fps). Si son côté cartoon est attachant, cela n'empêche pas de faire face à de l'aliasing parfois très prononcé et à des textures souvent vilaines. Le jeu nous plonge dans différents mondes dont chacun dispose d'un thème au niveau des décors (neige, jungle, marécage, casino).

Clairement le jeu affiche une direction artistique très colorée avec de vastes environnements... mais terriblement vides. L'exploration est donc un peu lourde d'autant que les ennemis ne sont pas nombreux mais surtout, le level-design n'est pas vraiment inspiré. Un constat mitigé que l'on retrouve dans le charac-design. Si notre duo est clairement soigné et amusant, un caméléon et une chauve-souris, le reste du jeu est nettement plus pauvre. Le bestiaire est très faible, des boss que l'on va trop vite oublier et surtout des protagonistes ridicules dont le style ne passe pas vraiment avec le reste du jeu. Il souffre d'ailleurs de la comparaison avec notre duo. On trouvera donc des personnages très étranges dont chacun incarne un objet avec quelques éléments (un réfrigérateur avec des yeux... Le jeu ne parvient à acquérir aussi forte que ses inspirations, si l'on écarte l'excellent duo, le jeu se montre très léger.

Au niveau du gameplay comme pour les autres critères d'ailleurs, le jeu adopte un style "à l'ancienne". La prise en main est très simple et immédiate, un vrai plaisir de jeu dès les premières minutes pour un très large public. Sauf que ce plaisir de jeu va se montre répétitif et ennuyant, la faute à ce concept de nostalgie beaucoup trop respecté par les développeurs sans apporter le brin de magie qui ferait son identité. Notre duo, Yooka et Laylee, possèdent comme objectif de réunir suffisamment de Pagies (le nom donné à des pages d'un livre qui se sont arrachées). C'est cette fameuse monnaie qui va vous permettre d'évoluer dans les différents mondes du jeu afin d'en découvrir toujours plus et même d'agrandir un monde afin de découvrir toutes les zones possibles. Une grosse composante exploration vous attend avec tout de même de nombreux allers-retours pour quelques combats, sans saveur face à des ennemis basiques et répétitifs et des boss pas à la hauteur.  

En matière de mouvements et compétences, le jeu relève la tête heureusement en proposant des actions basiques au départ pour finalement devenir extrêmement complet : saut, roulade, attaque étourdissante, attaque circulaire, projection, vol plané... Il sera même question d'une technique avec des pouvoirs élémentaires (feu, eau, neige) avec le fruit adapté. Il est donc question de phases de combat, de plateforme mais aussi une bonne dose de puzzles et défis. Parfois le lancement pourra être frustrant puisque certaines épreuves sont soumises à des compétences spécifiques. Le jeu contient également son lot de mini-jeux (course de vitesse, course d'obstacles, parcours en chariot...). Si les commandes sont souples, ça manque parfois de précision mais le véritable problème se trouve du côté de la caméra, bien trop souvent capricieuse.

En matière de contenu, l'aventure s'annonce longue et riche si l'on accroche avec l'univers du jeu et ses différents objectifs basés sur la collecte. Le jeu contient donc 5 mondes différents avec un hub central : La Ruche, Tropiques Tribulantes, Glacier Glagla, Marais Marrant, Cash-Cash Casino et Galaxie Galère. Chaque monde se présente la première fois dans une forme légèrement bridée puisque chaque monde sera extensible en échange de pagies pour découvrir de nouvelles zones et donc de nouveaux défis. On va dire que globalement il vous faudra 10-15 heures pour terminer le jeu et facilement 30 heures si vous cherchez à obtenir tous les trophées/succès du jeu, synonyme au moins d'une collecte totale.

Le jeu contient donc 145 pagies et 1010 plumes (nécessaire pour acheter de nouvelles techniques auprès du serpent Trowzer). On regrette que l'expérience de jeu ne propose pas vraiment de challenge à quelques rares défis près. Le challenge, il faudra en être l'auteur en jouant avec des amis. En effet le jeu possède des mini-jeux très old-school (8 au total) jouables jusqu'4 joueurs sur un même écran. Yooka-Laylee possède également la quaité d'être entièrement jouable en coopération, à 2 joueurs en local. Enfin, vous pourrez toujours partir à la recherche de tous les Spectrauteurs et de tenter de déverrouiller tous les tonifiants du jeu (15 différents). C'est donc plutôt complet et intéressant dans l'ensemble surtout que l'on précise que le jeu est vendu dès son lancement au prix de 39,99€.

On termine par évoquer la bande-son ainsi que le travail d'écriture très simple mais avec une bonne dose d'humour et des messages très intéressant de la part des développeurs. Au niveau de l'ambiance sonore, grâce au duo David Wise (Donkey Kong Country) et Grant Kirkhope (Banjo-Kazooie) les compositions musicales se montrent douces et agréables malgré quelques thèmes répétitifs et agaçants. Par contre les bruitages ne sont pas spécialement percutants, au contraire ils se montrent lourd très rapidement à l'image des doublages... qui ne sont pas des voix mais des imitations de cris d'animaux et d'onomatopées, le rendu final est très spécial.

Si l'idée de départ devait peut-être apporter un résultat plus hilarant à l'univers du jeu, c'est raté. Au niveau de l'écriture c'est léger avec une grosse dose d'humour parfois sympathique, parfois un peu spéciale. Au cours des nombreux dialogues, on pourra souvent faire face à des mentions visant à piquer l’industrie du jeu vidéo. Pour le scénario, rien de bien original pour nous plonger dans la collecte et la découverte des mondes. Notre duo découvre que les pages de tous les livres du monde sont dérobées par une entreprise qui s'intitule Capital B dont le but est d'en faire un profit financier. 

Yooka-Laylee se présente comme un jeu amusant avec un goût de nostalgie qui fait sa force et sa faiblesse. Mais ses véritables problèmes sont techniques, de la réalisation timide avec le moteur Unity jusqu'à la caméra qui fait des caprices très facilement. D'un point de vue artistique, on trouve du très bon et du mauvais avec un problème, celui d'une identité moins forte et profonde que les licences dont ce jeu s'inspire beaucoup. Le contenu reste tout de même très honnête avec un gameplay complet et amusant mais sans jamais offrir du challenge. L'expérience de jeu s'oriente plutôt dans l'exploration et la collecte que les combats, même si une dose d'action est tout de même présente. Une aventure pas aussi mémorable que ses concurrents mais avec suffisamment de charme pour séduire petits et grands joueurs.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 13/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 14/20
Scénario : 12/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 13/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article