Jeuxvideo-world

[Test] Injustice 2

26 Mai 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Suite à l'excellent et surprenant Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous, il était tout à fait logique d'attendre une suite à cette nouvelle licence dans la catégorie "Combat". Malgré une rude concurrence, les nombreuses qualités et bonnes idées du premier épisode laissent penser que les développeurs de chez NetherRealm Studios (à l'origine également d'un autre jeu de combat tout aussi bon nommé Mortal Kombat) ne craignent personne avec la sortie de ce second volet, sobrement intitulé Injustice 2, où l'on espère des nouveautés et une formule aussi séduisante. Un bon moyen de s'amuser entre deux sorties au cinéma de films DC Comics ?

Visuellement les développeurs ne cachent pas une certaine ambition pour d'une part respecter les différents univers représentés mais aussi offrir une mise en scène renversante. Un objectif qui sent bon la réussite malgré une partie technique qui possède toujours une bonne marge de progression. On retrouve en tout cas un univers soigné à travers différents environnements. Les décors sont vivants (mais peuvent l'être encore plus) pour garantir une belle immersion à travers les différents combats. Une ambiance relativement sombre et terne au niveau des couleurs avec de nombreuses et excellentes cinématiques. Un jeu de bastion qui ne manque pas de charme et qui possède la qualité d'offrir quelques tentatives appréciables d'un point de vue esthétique. On pourra ainsi découvrir une certaine liberté dans la conception des différents personnages du casting, si certains surprennent au niveau de l'arme, d'autres font sensation par un design remis au goût du jour, on pense par exemple au Joker ou à l'Epouvantail. 

Des choix qui comme toujours pourront plaire ou déplaire aux fans mais cette volonté d'offrir un peu de fraîcheur est largement appréciable. Sans être mauvais, loin de là, la partie technique n'offre pas pour autant une claque visuelle, c'est sa mise en scène, son degré d'action et la reproduction de l'univers "Justice League" qui séduit considérablement. On pourra donc faire face à des textures parfois moyennes, une modélisation perfectible surtout au niveau des personnages. Même constat pour certaines animations malgré l'excellente fluidité du jeu. En effet, si les coups sont nombreux, variés et violents, les visages ne sont pas encore totalement convaincants en matière d'animations. Des petits détails techniques qui n'enlèvent en rien les nombreuses qualités de la réalisation où la finition reste très bonne, la direction artistique maîtrisée et un travail de la lumière encore plus pétillant. Ce deuxième épisode affiche de nombreux progrès par rapport au premier volet pourtant déjà très séduisant.

Au niveau du gameplay, on fait logiquement face à un résultat qui s'inscrit dans la continuité des solides bases posées par le premier épisode. Déjà on retrouve la première grande qualité de la série, l'excellente prise en main. En effet difficile de trouver meilleure prise en main dans cette catégorie. Certaines licences impliquent de l'entraînement avant d'espérer pouvoir réaliser de jolis combats et donc de superbes combos. Ici on possède un équilibre très intéressant qui permet autant à un débutant de s'amuser et sortir des coups spectaculaires qu'à un joueur expérimenté capable d'offrir de gros combos et des enchaînements dévastateurs. On retrouve donc trois types de coups différents : faible, moyen, fort. Vous pourrez effectuer des sauts, bloquer les attaques de l'ennemi ou encore charger une attaque pour offrir une belle projection. D'ailleurs selon l'endroit de la projection et l'arène en question, vous pourrez assister à une forme de transition dans l'environnement et basculer dans une variante de l'arène avec une courte séquence aussi violente que le reste du combat. Il est toujours possible de saisir certains éléments du décor ou profiter de ces éléments. En effet un même élément du décor ne sera pas utilisé de la même manière suivant votre personnage. 

Si les plus faibles en profitent pour gagner de la hauteur et contourner l'adversaire, d'autres saisissent ce même objet pour s'en servir de projectile. Vous pouvez aussi faire une prise redoutable, utiliser un atout propre à chaque personnage et qui se recharge via un système de jauge ou encore le fameux coup ultime qui implique les quatre jauges pleines de votre barre ultime. Ce fameux coup spécial, propre à chaque ennemi, se lace en appuyant sur les deux gâchettes basses de la manette et permettent de découvrir (si l'adversaire n'évite pas ou ne bloque pas l'attaque) une petite cinématique d'une extrême violence où votre ennemi subit de très lourds dégâts. Mais parfois, mieux vaut conserver cette même jauge ultime afin de remporter un duel en plein combat nommé Choc. Lorsque l'un des deux combattants lance cet événement nommé Choc, vous devez miser une ou plusieurs barres de votre énergie dans le but de remporter le duel (en tant qu'attaquant ou défenseur) et ainsi obtenir des bonus par rapport à votre jauge de vie. 

Si la mise en scène des cinématiques est géniale, celle des débuts et fin de combat se révèlent plus légères. Une simple réplique en guise de lancement et un genoux ou deux à terre pour annoncer la fin du combat. Par contre on apprécie l'absence de chargement et même de transition entre le round 1 et 2 d'un combat. En gros, vous avez deux jauges, une jauge grise et une jauge rouge (lorsque vous subissez des coups, celles-ci diminuent en étant de couleur jaune avec les dégâts chiffrés). Lorsque votre première jauge est vide, un petit effet de combat se produit, ralentissant brièvement le duel pour relever le personnage en difficulté et repartir dans une forme de second round. Avec un tel gameplay, on pourra donc s'amuser et offrir un joli spectacle visuel sans être un maître du genre. Néanmoins, on va découvrir une réelle profondeur dans le gameplay avec une belle liste de combos qui va sans problème séduire les fans du genre.

En matière de contenu, on va rapidement découvrir les nouveautés apportées par les développeurs avec de belles idées et une rejouabilité encore plus intéressante qu'auparavant grâce à l'ajout d'une composante RPG. Mais avant d'aborder ce sujet, on va s'arrêter quelques instants sur le casting de ce nouvel épisode et dire que vous aurez le choix entre 28 personnages différents. Dans les nouveaux, on pourra citer Gorilla Grodd, Brainiac, Blue Beetle ou encore Firestorm. Par contre on regrette la disparition de certains personnages du premier volet : Nightwing, Doomsday, Sinestro ou encore Lex Luthor par exemple. Mais ce qui est véritablement frustrant c'est la politique exercée en matière de DLC. Si plusieurs personnages sont annoncés en DLC (Starfire, Red Hood, Sub-Zero) dans de prochaines semaines, on découvre la présence dès la sortie d'un personnage en DLC au prix de 5,99€ : Darkseid. Il reste néanmoins offert si vous avez précommander le jeu autrement il faudra passer par la case DLC.

Au niveau des arènes, la variété est au rendez-vous avec un total de 12 environnements différents en sachant que ce chiffre ne tient pas compte des possibles transitions dans certaines arènes (toutes les arènes ne disposent pas de transition). Il sera d'ailleurs possible de démarrer un combat en choisissant l'une des deux variantes de certaines arènes. Autrement, on pourra profiter d'un menu sobre annonçant plusieurs modes de jeu. On note donc la présence d'une section Solo où l'on pourra découvrir un mode histoire. Celui-ci est découpé en 12 chapitres pour un total de 5 heures et 76 combats. Ce mode regorge de cinématiques et propose même de faire un choix entre deux personnages. Cela implique des variantes pour la suite de l'histoire ce qui sera synonyme d'une petite rejouabilité. Le jeu dispose également de deux fins différentes. Toujours dans cette section Solo, on pourra découvrir un mode Versus IA, un mode entraînement, un mode didacticiel ou encore un mode Multivers.

Ce dernier est original puisqu'il s'agit des missions ouvertes de manière limitée dans le temps avec à la clé de belles récompenses (équipements et boîtes mères) si vous relevez les défis. Ensuite, on trouve une section Multijoueur qui correspond à la partie locale du jeu où l'on trouve les modes suivants : Versus, Tournoi et Simulateur IA. Il est possible que certains passent énormément de temps dans cette section pour jouer sur un même écran face à ses amis. L'autre section s'intitule En ligne et propose cette fois-ci l'aspect multijoueur en ligne du jeu. C'est ici que l'on pourra profiter des modes suivants : Match avec ou sans classement, Roi de la colline et enfin combats privés. Le mode roi de la colline permet au gagnant de rester sur le trône et d'enchaîner les combats. La particularité de ce mode se situe dans la mise en scène. Le mode se présente sous la forme d'une liste d'attente où les joueurs qui espèrent affronter le roi doivent d'abord patienter en observant les différents combats du roi jusqu'à leur tour. 

Pour chaque combat il sera possible d'émettre un vote sur le gagnant et ainsi obtenir quelques crédits en guise de récompense. La section qui incarne la nouveauté, c'est la section Personnalisation. En effet si habituellement dans un jeu de baston, on peut modifier la tenue, la couleur du personnage, Injustice 2 va nettement plus loin. Il ajoute une composante RPG où il sera possible de modifier l'équipement d'un personnage afin d'améliorer ses statistiques en plus de l'aspect visuel. Il sera possible de modifier la tête, le torse, les bras, les jambes ou encore la ceinture. Une pièce d'équipement dispose d'un niveau ainsi que d'une couleur selon sa rareté (commun, rare ou épique). Pour profiter d'un équipement, il faudra que le niveau de son personnage (niveau max 20) soit au moins identique à celui de l'équipement. Du coup, chaque personnage dispose de statistiques (Points de Vie, Force, Capacité, Défense) qui pourront varier selon l'équipement en plus de bonus spécifiques sous forme de pourcentage. Il sera également possible de modifier la capacité spéciale de son personnage (l'atout que l'on déclenche via un bouton de la manette et qui se recharge) et enfin la couleur sous forme de plusieurs combinaisons. 

Une autre section étroitement liée avec celle de la personnalisation des personnages, c'est la Chambre forte de l'oeil. C'est à cet endroit précis que vous pourrez ouvrir les packs obtenus afin de débloquer de nouveaux équipements. Une pratique de plus en plus courante et dont le principe est celui du loot aléatoire. On parle ici de décodage de boîtes mères de différents niveaux (bronze, argent, or, platine et diamant). On en vient aussi à parler d'une section orientée multijoueur, la section Guildes. Vous aurez ainsi l'occasion d'intégrer une guilde afin d'obtenir diverses récompenses dès que vous accomplissez des défis. une guilde dispose d'un nom et d'un logo sélectionné par le créateur en plus d'un recrutement différent, soit ouvert (soumis à l'acceptation du créateur) soit réellement libre et donc une entrée sans condition si ce n'est votre niveau général (niveau 5). Enfin dernière section du menu principal, c'est la partie bonus où l'on pourra effectuer de nombreux réglages dans les options, gérer les vidéos de combat mais aussi modifier sa carte de héros (fond de la carte et personnages présents).

On termine par un petit tour d'horizon de la bande et du scénario, deux points tout aussi importants que le reste pour un tel univers malgré que l'on soit face à un jeu de combat. Au niveau de l'ambiance sonore, le doublage est très satisfaisant au niveau des voix anglaises pour ne pas dire impeccable. Par contre si l'on apprécie la présence des voix Françaises, certaines voix sont meilleures que d'autres, en plus d'une synchronisation labiale pas toujours top. Sinon en ce qui concerne les compositions musicales et les bruitages, c'est parfaitement dans l'esprit d'un spectacle de super-héros avec des compositions parfois discrètes, parfois plus imposantes qui accompagnent à merveille des situations autant heureuses que malheureuses. Enfin pour le scénario, cela peut sembler étrange d'avoir des attentes pour un travail d'écriture dans un jeu de baston, mais face à un tel univers et les qualités d'écriture du premier opus, on s'attend à un aussi bon travail. 

Pas d'inquiétude, c'est effectivement le cas avec une suite directe du premier volet et un scénario aussi passionnant dans l'action que dans l'émotion avec son lot de surprise toujours appréciable. On est bien face à un scénario mettant en scène la Justice League et où Batman et Superman sont toujours dans une opposition avec une vision différente de la justice. Sans aller trop loin dans l'histoire, on pourra seulement dire que le scénario va évoluer pour modifier l'écriture de départ et offrir des modifications d'équipes du côté des héros comme des méchants dans l'idée d'être plus fort. Le but étant d'obtenir une cohésion d'équipe et une grande complémentarité afin de lutter face aux plus puissants ennemis de l'univers. Une histoire courte mais passionnante que les fans apprécieront ainsi que les joueurs qui affectionnent les univers de super héros.

Injustice 2 ne déçoit pas et offre même quelques nouveautés très intéressantes pour un jeu de baston. L'idée de mettre en avant une composante RPG permet surtout au jeu de varier les plaisirs et gagner en rejouabilité. Si certains n'avaient sûrement pas besoin d'une telle nouveauté pour avoir la volonté d'enchaîner les combats, d'autres y trouveront une belle raison de se plonger de nombreuses heures dans ses combats épiques et variés. Une histoire captivante, une bande-son plutôt soignée, un contenu costaud malgré une politique de DLC irritante, un gameplay pour tous les joueurs mais aussi une excellente réalisation. NetherRealm Studios parvient à faire grandir la licence avec un épisode qui progresse d'une belle manière par rapport au premier épisode pour le plus grand plaisir des joueurs.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 16/20
Scénario : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article