Jeuxvideo-world

[Test] Little Nightmares

2 Mai 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Entre les sorties des grosses productions, on apprécie de plus en plus de découvrir ses petites perles vidéoludiques capables d'offrir un vent de fraîcheur vidéoludique qui séduit de plus en plus de joueurs. On peut citer Bastion, Limbo, Unravel... Ces titres offrant une expérience de plateforme avec une identité très forte. Forcément sur le calendrier des sorties en ce mois d'avril 2017, une potentielle perle était de sortie : Little Nightmares. Au fil de ses présentations et informations que ce soit par l'intermédiaire d'images ou de vidéos, le jeu développé par le studio Tarsier dévoilait un charme fou et une attente de plus en plus importante. Edité par Bandai Namco, que vaut ce petit jeu de plateforme ?

On commence par parler de la réalisation du jeu, sa véritable force sans le moindre doute possible. La direction artistique est sublime pour plonger le joueur dans un univers sombre et angoissant. Les couleurs sont sombres, le gris, le noir et le marron occupent une immense place dans les décors dont la variété est au rendez-vous. On profite également à travers chaque niveau d'un level-design soigné et d'un superbe travail sur l'éclairage, une lumière maîtrisée dont celle-ci constitue en partie l'identité visuelle du jeu. Cette ambiance a pour but d'offrir un malaise, une expérience cauchemardesque par les éléments du décor, les couleurs, la lumière et les différents protagonistes dont certaines apparences sont trompeuses, il est toujours question du mal. Ce malaise est visible par une technique maîtrisée qui offre des textures qui renforce l'âge, la décomposition et l'état sale des nombreux objets du décor. Une expérience parfaitement fluide de bout en bout avec une modélisation soignée et des animations convaincantes, c'est très propre. Le brin de couleur, cette lueur d'espoir est incarné par le personnage que le joueur contrôle. Il s'agit d'un personnage féminin en ciré jaune sans visage. Une expérience visuelle originale, rafraîchissante sans forcément faire face à un univers très coloré et futuriste, c'est sobre et efficace.

Pour un tel jeu de plateforme, on espère un gameplay accessible, souple et suffisamment profond pour ne pas s'ennuyer. De grosses attentes qui répondent présentes puisque déjà, la prise en main est très bonne. Votre personnage va pouvoir réaliser de nombreuses actions que ce soit en matière de verticalité, de vitesse ou d'observation. Tout d'abord, vous disposez d'un objet très pratique dans cet environnement très proche des ténèbres : un briquet. Celui-ci vous permettra d'éclairer les zones sombres dès que vous le souhaitez afin d'avoir une meilleure vue de l'environnement qui vous entoure et ainsi percevoir le bon chemin ou la solution à un obstacle. On retrouve également des actions plus traditionnelles pour le genre : sauter, se baisser, courir, glisser, pousser, grimper, porter et lancer des objets ou encore réaliser divers manipulations avec des éléments du décor (ouvrir une porte, tourner des leviers...).

Le jeu laisse donc place à une grosse partie exploration mais aussi infiltration. En effet mieux vaut aborder l'aventure dans un but de discrétion car vous ne serez pas le seul être vivant dans cette ambiance mystérieuse, mieux vaut être prudent et se cacher. En plus de l'infiltration et de la compréhension des décors afin de progresser dans les niveaux, certaines séquences demanderont d'agir vite et de manière précise. Ces séquences de fuites dynamisent par petite touche, l'aventure et viennent ainsi compléter un tableau varié en matière de situations de jeu. Une jouabilité aussi parfaite que son aspect visuel ? Presque à quelques petits détails près. En effet on pourra simplement mentionner quelques petits soucis de collisions au cours de l'histoire ainsi que de légers problèmes de caméra mais absolument rien de méchant.

Au niveau de la durée de vie, Little Nightmares n'est pas aussi étincelant que le reste du jeu, mieux connaître son contenu d'avance afin de ne pas être déçu par la suite. Oui, l'aventure est intense, étrange mais surtout très courte. Il faudra compter entre 4 et 5 heures pour venir à bout de l'aventure (5 niveaux), c'est vraiment très léger. D'ailleurs plusieurs précisions à son sujet, tout d'abord le jeu est disponible en version digitale mais aussi en version boîte au prix de 19,99€. Avec cette information, le temps de jeu commence à mieux passer même si ça n'enlève en rien le caractère expéditif de l'aventure. La rejouabilité est d'ailleurs très maigre, l'intérêt sera simplement de découvrir d'éventuels objets et personnages facultatifs que l'on aurait pu oublier lors du premier passage. Un contenu creux avec un détail très rare concernant la version PlayStation 4 du jeu. En effet concernant les trophées, si le jeu dispose bien d'une liste de trophées (13 trophées pour être précis), il n'y a pas de trophée platine à l'horizon. Cela reste un détail pour de nombreux joueurs mais pas pour les chasseurs de trophées qui risquent d'être forcément un peu déçu d'autant que c'est très rare qu'un jeu commercialisé en version boîte ne dispose pas d'un trophée platine.

On arrive désormais à la bande-son du jeu ainsi qu'à son étrange scénario. L'ambiance sonore joue la carte de la légèreté, de la justesse et de la cohérence avec la situation dans lequel notre personnage se trouve. Les différentes compositions parviennent à montrer de la variété tout en respectant ce niveau de cohérence à travers les différents décors et phases de jeu. Ce n'est pas simplement un très bon travail d'accompagnement au fil de l'aventure, c'est un ingrédient qui contribue à provoquer ce malaise au sein de chaque environnement, elle participe avec la direction artistique à provoquer une gêne, une inquiétude ainsi que la notion de stress. On peut donc apprécier des thèmes soignés et des bruitages qui fonctionnent à merveille. Pour le scénario, les développeurs tentent un pari avec un risque important, peut-être trop dans la mesure où certains joueurs seront déçus sur ce point. En effet, il n'y a quasiment aucune explication, un travail d'écriture minimaliste qui offre beaucoup de questions pour un minimum de réponse, un jeu mystérieux du début à la fin. On pourra quand même évoquer le nom de notre personnage féminin : Six.

Little Nightmares incarne bien la fraîcheur espérée. Il semble bien difficile de ne pas craquer face à cette telle direction artistique et ce soin offert à l'aspect visuel du jeu, autant sur la partie artistique que technique. Un univers qui provoque de nombreux sentiments et appuyé par un travail sonore parfaitement maîtrisé. L'immersion est garantie sans pour autant que le gameplay soit mauvais, loin de là. On prend plaisir à prendre le contrôle de notre personnage dans diverses situations autant dans l'infiltration que dans des séquences plus dynamiques. Un voyage qui ne laisse pas indifférent mais qui frustre pour sa durée, un peu plus de 4 heures seulement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 10/20
Bande-son : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article