Jeuxvideo-world

[Test] Seasons After Fall

23 Mai 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après une sortie sur PC en septembre 2016, Seasons After Fall refait parler de lui en ce mois de mai 2016 (depuis le 16 pour être précis) avec cette fois-ci une disponibilité sur PlayStation 4 et Xbox One. On retrouve, ou l'on découvre si vous êtes passé à côté, avec un réel plaisir cette petite perle Française indépendante. Développé par le studio Swing Swing Submarine, se situant à Montpellier pour la petite info, et édité par Focus Home Interactive, on va donc pouvoir vérifier si cette version console est similaire à la version PC avec peut-être des nouveautés. Toujours aussi poétique ?

Vous allez rapidement découvrir que Seasons After Fall est une d'une beauté fascinante. C'est bel et bien un véritable travail d'artiste, un enchaînement de tableaux, des heures de peinture, une merveille pour les yeux. Oui la direction artistique du jeu est simplement fabuleuse, on y découvre une nature à travers quatre saisons offrant une palette de couleurs renversantes et des textures rafraîchissantes. Un travail monstrueux de la part des développeurs pour une finition impeccable où le jeu s'en sort parfaitement sur le plan technique, les animations sont fluides et tout aussi légères que cette aventure et ce décor magique et vivant. Même le level-design est soigné et intelligent tout au long de notre périple pour séduire le joueur même si derrière cette beauté se cache une faiblesse potentiellement frustrante : la lisibilité.

C'est surprenant d'émettre cette critique tellement le sentiment d'être face à une succession de tableaux est réel. Sauf que cette charmante exposition se traduit par une absence de repère ou d'un quelconque moyen pour connaître le potentiel du décor. On parvient difficilement à distinguer ce que l'on peut faire évoluer afin de poursuivre notre chemin, la faute à un décor trop parfait, c'est bizarre de dire ça mais c'est pourtant vrai. On peut penser qu'un système de surbrillance ou une capacité spécifique pouvait permettre de contourner de manière simple ce petit souci de lisibilité, qui n'est pas systématique mais qui pose parfois problème. Visuellement on peut quand même dire que c'est une vraie perle, un travail d'artiste qui ne laisse pas indifférent.

Souvent, on redoute un gameplay et même d'une manière plus générale un jeu un peu léger et vide manette en main lorsqu'on fait face à une direction artistique aussi soignée et profonde. Ce n'est pas vraiment le cas avec Seasons After Fall même si son gameplay n'est évidemment pas sa première force. Si la prise en main est évidemment simple et immédiate, on va rencontre quelques petits bémols au cours de l'histoire, rien de méchant mais cela mérite d'être évoqué en fonction de vos attentes. Il s'agit donc d'un jeu façon Metroid-like, en scrolling horizontal qui mêle phases de plateforme et d'énigmes. Rassurez-vous, les énigmes ne sont pas tordues, elles sont bien conçues et ne posent jamais un gros problème. D'ailleurs le challenge est carrément absent du début à la fin, sans aucune opposition physique, c'est bien plus une opposition technique qui fait son apparition à petites doses. Le joueur incarne un renard charmant possédé par un esprit qui souhaite résoudre un problème dans la nature, celui des saisons. Vous allez donc acquérir un pouvoir redoutable, celui de basculer d'une saison à une autre.

Et si la transition est absolument géniale d'un point de vue visuelle, elle va permettre de modifier les niveaux par petites touches afin de progresser jusqu'à votre objectif et résoudre les énigmes. Cela se traduit par une évolution de la nature totalement logiquement suivant la saison sélectionnée. On pourra par exemple évoquer la croissance d'un champignon durant l'automne pour atteindre certaines plateformes ou alors traverser un petit lac gelé durant l'hiver, une action impossible les autres saisons. Ces petits changements de la nature permettent donc d'avancer jusqu'à son objectif d'une manière vraiment élégante, naturelle mais peu évidente la faute à ce fameux souci de lisibilité par moments. On note également un léger manque de précision dans le comportement du renard, mais il s'agit simplement d'un petit temps d'adaptation afin de comprendre son comportement selon la touche appuyée. Vous pourrez donc effectuer des sauts mais aussi pousser des cris aigus pour évoluer dans la nature en plus du changement de saison.

Vous vous en doutez mais la durée de vie n'est pas le point fort du jeu, c'est très souvent le cas face à ce genre de production. La rejouabilité n'est pas non plus renversante mais qu'importe le charme reste au rendez-vous. Une belle aventure qui va durer environ 6 à 7 heures selon votre façon de jouer et les rares séquences où vous allez prendre un peu de temps à réfléchir et observer le décor. Lorsqu'on prend du recul sur cette expérience de jeu, on aurait tendance à diviser celle-ci en deux parties. Une première phase très plaisante avec l'effet de surprise et le concept rafraîchissant proposé. Le jeu est agréable et propose une évolution progressive de la mission du renard. Puis on bascule dans une deuxième phase qui va nettement moins séduire les joueurs.

Une impression agaçante, où le jeu paraît bien plus répétitif et surtout accumule les allers-retours particulièrement pénibles même si cela permet de découvrir des zones de jeu sous un autre oeil, une autre saison. On aura même tendance à s'y perdre d'autant que le jeu ne propose pas de carte ou de repère spécifique assumant son style léger et épuré. On apprécie tout de même le soin des énigmes jouant sur le concept des saisons et qui malgré quelques lourdeurs, procurent un joli plaisir de jeu. Le jeu dispose de trophées (dont un trophée platine) et succès selon la version pour les chasseurs, une chasse qui ne devrait pas être trop longue et problématique pour obtenir l'intégralité des trophées.

Enfin on termine par la bande-son et le scénario. L'ambiance est aussi magique, envoûtante et poétique que la réalisation du jeu. Déjà on découvre un doublage Français pétillante celui d'une unique voix Française, la narratrice Adeline Chetail. Une voix-off qui accompagne le joueur de la plus belle des manières, on a rarement pu profiter d'un doublage Français aussi juste et soigné, en voilà un excellent travail sonore. Derrière cette première couche séduisante, on va découvrir petit à petit cette incroyable harmonie entre la direction artistique et les compositions musicales. Une association qui fonctionne à merveille et procurer cette ambiance unique et délicate avec cette pointe de poésie qui assaisonne l'aventure d'une belle douceur. Vous aurez l'occasion de profiter de différents instruments de musique toujours justes dans les notes sans jamais sombrer dans l'agression ou la lourdeur, un ingrédient supplémentaire pour renforcer la dimension artistique du jeu.

Même les bruitages se montrent très satisfaisants et enfoncent le clou sur cet excellent travail sonore des développeurs. En ce qui concerne la partie scénaristique, le travail d'écriture sera logiquement tendre mais appréciable, on va se retenir de donner des informations trop importantes, on pourra tout de même poser les bases de l'histoire. Un esprit va donc prendre possession d'un renard au coeur de la nature afin de rétablir le cycle des saisons. Celui-ci va donc devoir trouver les quatre gardiens des quatre saisons. On s'arrête sur cette petite introduction, en sachant que son but de trouver les gardiens n'est qu'un objectif à court terme qui va prendre par la suite de l'ampleur.

Seasons After Fall dispose toujours d'un charme fou sur le plan esthétique et sonore en plus d'un scénario très frais et agréable. Evidemment, un jeu vidéo se doit d'offrir un gameplay et une durée de vie à la hauteur, ce qui reste tout de même le cas dans cette perle indépendante Française même si forcément, quelques zones d'ombre sont de la partie. Celles-ci sont identiques à la version PC, d'ailleurs il n'y a pas de différence entre la version console et la version PC du jeu. On retrouve les mêmes forces et les petites faiblesses du jeu. Un petit manque de lisibilité, de précision et quelques lourdeurs au niveau des allers-retours au coeur de la nature. Mais ce serait dommage de passer à côté de cette expérience de jeu pour quelques petits bémols car le travail artistique est grandiose, le doublage Français est enfin soigné pour apporter et confirmer toute la poésie qui règne au fil de l'aventure.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 18/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 11/20
Bande-son : 19/20
Scénario : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article