Jeuxvideo-world

[Test] God of War

28 Avril 2018 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Santa Monica Studio revient dans l'actualité avec une pépite, une perle : la licence God of War. Après un succès et un plaisir immense sur PlayStation 2 puis PlayStation 3, on était dans une attente insoutenable sur PlayStation 4. On avait d'ailleurs pu  patienter d'une belle manière avec un retour de God of War III sur PlayStation 4. L'attente est terminée, la licence signe un retour très attendu avec un nouvel épisode qui s'intitule... God of War. Un titre simple qui peut surprendre mais qui s'avère parfaitement logique dans la mesure où l'arc de Kratos sous la forme d'un beat'em all dans la mythologie grecque est bel et bien terminé pour laisser place à de nombreux changements. On espérait un jeu aussi spectaculaire, nerveux et brillant, et que dire si ce n'est que le résultat est démentiel. Attention GOTY en approche !

Avant de se lancer dans le vif du sujet, on précise d'avance que s'il s'agit effectivement d'une critique du jeu, nous allons éviter au maximum de dévoiler des éléments du jeu qui mérite d'être découvert par vous-même. La partie scénaristique sera donc un avis personnel sans trop aller dans le détail concernant les personnages et environnements du jeu, l'objectif étant de conserver l'effet de surprise. On commence dans un premier temps par évoquer la partie visuelle qui laisse sans voix tellement le travail réalisé est époustouflant à tous les niveaux au point d'être la nouvelle référence technique de la PlayStation 4 à tous les niveaux. Une nouvelle fois, la série se présente avec un épisode qui est synonyme de claque visuelle et c'est d'autant plus fort que tous les modèles PlayStation 4 sont concernés. On pouvait craindre à juste titre que le jeu dévoile son vrai potentiel sur la PlayStation 4 Pro tout en restant honnête sur PlayStation 4 mais en réalité pas du tout.

Le jeu est simplement magnifique sur n'importe quel modèle autant sur le plan artistique que technique. Justement à propos de cette direction artistique, le challenge était immense pour la bonne raison que cet épisode est un virage important dans la série. Si sur le plan chronologique il s'inscrit dans la continuité des épisodes précédents, il fait un véritable un saut en matière d'environnement et d'ambiance. Auparavant, on décourait l'histoire de Kratos au coeur de la mythologie grecque à travers un beat'em all. Désormais on découvre l'histoire de Kratos au coeur de la mythologie nordique à travers un jeu d'action et d'aventure avec une vue rapprochée à la troisième personne, à l'image de ce que propose la trilogie Batman Arkham. On entend par là que la caméra est nettement plus rapprochée de Kratos et surtout qu'elle est orienté sur une épaule ce qui en résulte un placement légèrement décalé de Kratos à l'écran, il n'est pas centré mais légèrement sur la gauche, un style que l'on peut apercevoir de plus en plus et qui fonctionne parfaitement dans un jeu où l'on mêle action et exploration.

En plus d'être d'un charme fou avec cette aventure colorée qui s'offre également une variété folle, une forme de révolution s'installe et explique ainsi le titre basique du jeu qui pourrait prétendre à un nouveau départ. Autre changement important qui accompagne cette nouvelle caméra et façon de jouer, c'est l'interface. Non seulement elle est complètement différente mais surtout elle associe des mécaniques efficaces avec un brin d'originalité et de personnalité. Là encore, certains pourront ne pas être totalement séduit par certains choix des développeurs mais le vent de fraîcheur est bien présent et fonctionne parfaitement dans l'idée de concevoir une nouvelle identité. Ainsi on pourra bénéficier en haut au centre de l'écran une boussole qui permet d'avoir un repère sur l'aventure au niveau des missions principales et secondaires. Votre jauge de vie et de rage ?

Elles se trouvent en bas à gauche de l'écran, en voilà une idée amusante. Non seulement elles sont plus discrètes, mais surtout ce positionnement libère les angles supérieurs. Quelques informations supplémentaires se trouvent en bas en gauche (armes, runes actives) et même en bas à droite, nombre de flèches disponibles de son allié, son fils. L'unique bémol, rapidement corriger par la mise en place d'un réglage, c'est la taille du texte par défaut. Il est vrai que la taille de l'écriture est vraiment petite. C'est vous dire jusqu'où il faut aller pour espérer émettre une petite critique du jeu sur le plan visuel. Après certains choix ne seront pas appréciés mais l'ensemble respire la cohérence et les bonnes initiatives. Techniquement impeccable, il sera bien difficile de bouder son plaisir face aux effets de lumière, à la mise en scène, bref un bonheur pour les yeux.

Si l'on n'avait pas mal d'éléments à mettre en avant pour la partie graphique suite à de nombreux changements et ajustements, en matière de gameplay c'est également une révolution. Surtout n'espérez pas un nouvel beat'em all, ce n'est pas du tout le chemin adopté pour cet épisode. Un choix discutable compte tenu que la formule fonctionnait très bien avec ce gameplay addictif et nerveux qui renforçait l'identité de notre personnage et la violence des affrontements. Mais l'erreur est de sous-estimé le talent du studio Santa Monica qui parvient avec un réel brio à faire basculer la série dans un nouveau genre tout en conservant certains ingrédients qui rassurent le joueur en démontrant que la violence et la démesure de la série sont toujours de la partie. On essaye au maximum de ne pas donner des détails sur l'aventure mais pour expliquer le gameplay du jeu, il faudra tout de même aborder quelques éléments inédits comme celui de la présence d'un enfant à ses côtés. Son fils, Atreus, va donc faire équipe avec son père. C'est une première dans God of War puisque, jusqu'à présent, Kratos était livré à lui-même au cours de ses aventures.

La présence de ce jeune garçon n'est pas seulement scénaristique dans la mesure où vous avez un contrôle sur lui d'une manière intéressante. En effet l'enfant est équipé d'un arc avec un nombre de flèches limité. Chaque tir implique une recharge. Vous ne contrôlez pas ses déplacements mais seulement la partie action du personnage puisqu'à l'aide d'une simple touche (une pression, un tir) vous pourrez ordonner à votre enfant de tirer une flèche sur un ennemi. Mieux encore avec la petite cible de Kratos, vous pourrez indiquer l'ennemi désiré, autrement c'est le plus proche par défaut. Cela permet d'attirer l'attention, de diminuer les dégâts voir de tuer un ennemi mais aussi d'augmenter une jauge pour accomplir un étourdissement. En effet chaque ennemi dispose d'une jauge de vie mais aussi d'une jauge d'étourdissement qui lorqu'elle est pleine, permet au joueur de lancer une séquence souvent violente et décisive où Kratos attrape l'ennemi pour lui infliger un coup terrible (démembrement, coup titanesque...).

Evidemment les nouveautés s'accompagnent des bases classiques comme la fameuse jauge de rage qui permet à Kratos d'être plus rapide et plus fort pendant un court instant. En temps normal, il faudra un petit temps d'adaptation pour basculer sur ce nouveau genre et s'offrir des combats jouissifs. Il faut équilibrer son approche et surtout s'adapter à l'ennemi en fonction de ses forces, faiblesses et déplacements. Vous disposez désormais d'une hache redoutable où l'on peut réaliser des coups normaux mais rapides ou des coups puissants mais plus lents. On peut lancer la hache (en s'aidant de la cible) toujours la forme d'un coup normal ou puissant avec une petite subtilité. Lors d'un lancer, qu'un impact soit validé ou non, votre hache ne revient pas dans vos mains. Il faut systématiquement appuyer sur une touche (la touche triangle) pour faire revenir votre arme dans votre main et peut-être blesser vos ennemis lors du chemin retour (à l'image de Thor et son marteau pour rester dans le thème). Cela peut paraître lourd mais une fois le réflexe adopté, cela devient dynamique et jouissif d'autant que l'on réalise le potentiel d'une telle mécanique de jeu.

Lorsque la hache est lancée, votre attaque se résume à un enchaînement de coups de poing. Cela signifie que l'on peut frapper avec la hache pour éliminer un ennemi, lancer une hache dans la tête d'un autre, tuer un ennemi avec des coups à mains nues puisque faire revenir la hache pour poursuivre le carnage. On va déboucher à des séquences jouissives et renversantes à l'écran avec une variété sur le plan offensif. Le jeu n'oublie pas la défense, avec la notion d'esquive mais aussi avec la présence d'un bouclier qui permet de faire des parades et faire basculer des affrontements en réalisant des contres décisifs. Certaines compétences permettront même par la suite de renvoyer des projectiles... Au niveau des ennemis la variété est au rendez-vous à l'image des précédents opus que ce soit au sol ou en l'air avec des petits et des gros monstres. Sans être un monde ouvert, le jeu offre une liberté d'exploration et d'action nettement plus importante que les épisodes précédents avec des téléportations possibles dans les zones visités et surtout la présence de missions secondaires. 

Après le visuel splendide et le gameplay différent mais complet et nerveux, on pouvait logiquement avoir quelques interrogations au sujet de la durée de vie du jeu. En basculant dans un nouveau genre, une nouvelle approche, le contenu s'annonce différent tout en reprenant quelques codes de la série, on pense notamment à la présence de coffres permettant à Kratos d'avoir toujours une plus grande jauge de vie et une plus grande rage. Sauf que dans cet opus, ce n'est pas aussi basique que les précédents sur le plan des collectibles et objets. Le changement de genre est d'ailleurs extrêmement bénéfique pour la licence puisqu'elle devient nettement plus dense dans contenu tout en proposant une expérience de jeu assez longue que ce soit pour boucler l'aventure ou terminer le jeu à 100%. C'est bien simple, en ligne droite, on estime qu'il faut entre 20 et 25 heures environ pour arriver à la fin.

Ce chiffre peut facilement être doublé pour parvenir à découvrir l'ensemble du jeu. Pour un tel genre, c'est très satisfaisant d'autant que la variété est au rendez-vous. Les changements sont nombreux et ça commence par les menus. On peut lire tout un tas d'onglets : armes, armures, compétence, ressources, codex, carte, objectifs... Les collectibles sont nombreux visant à améliorer Kratos ou simplement pour prendre de l'expérience, comme c'est le cas pour la chasse aux oiseaux d'Odin tout au long du jeu. Au cours de l'aventure on gagne de l'expérience et de l'argent. L'expérience permet par la suite d'acheter des compétences que ce soit pour Kratos ou Atreus. Il y a un total de 3 arbres, 2 arbres pour Kratos (combat à distance, combat rapprochée, défense...) et un arbre pour Atreus (puissance d'attaque de l'arc, cadence de tir...). L'argent est utile pour procéder à l'achat d'équipements que ce soit pour Kratos ou Atreus. Les emplacements ne sont pas nombreux mais pertinents. Pour Kratos, sur le plan offensif, vous pourrez améliorer votre hache et mettre en place deux runes et un manche.

Les équipements adoptent un système de code couleur très fréquent dans un RPG : vert pour commun, bleu pour rare.... Sur le plan défensif, il est question de trois emplacements (torse, bras...) et d'un emplacement talisman. La gestion offensive et défensive pour Atreus est encore plus légère et se résume à un emplacement qui permet de modifier sa tenue globale. Les équipements font varier les statistiques de Kratos, il en existe 6 : force, rune, défense, vitalité, chance et récupération. Ce système d'amélioration est complètement inédit à la série et offre plus de profondeur au contenu du jeu avec une progression différente concernant notre personnage. On pourra même améliorer nos équipements qui comportent des niveaux et ajouter des enchantements si un ou plusieurs emplacements sont disponibles. Ce sera donc à vous de définir vos propriétés au niveau des caractéristiques de Kratos, la force et la défense sont évidemment les deux statistiques les plus importantes. 

La présence d'une carte et d'une boussole amène logiquement l'aventure à offrir de nombreux passages secondaires, des petites zones à explorer avec des énigmes et surtout des quêtes secondaires, une première pour la série. Un signe qui démontre le soin et la profondeur de ce nouvel univers et de l'écriture, c'est ce fameux codex où de nombreuses références sont intéressantes sur la mythologie de cet épisode. Sur le plan des objectifs, on relève aussi un système de compteurs très sympathique où l'on obtient de l'expérience sous forme d'étape : exemple éliminer un nombre précis d'ennemis, faire tomber un nombre précis d'ennemis... L'expérience de jeu est donc plus longue et plus variée que dans les précédents épisodes de la série avec un premier pas vers un monde semi-ouvert avec une exploration libre et la possibilité de revenir dans toutes les zones du jeu pour tenter d'obtenir 100% dans chaque région. En effet il sera très souvent impossible d'accomplir une région à 100% lors d'un premier passage, la faute à un niveau trop faible de son personnage ou des obstacles qui impliquent des améliorations au cours de l'histoire un petit peu plus tard.

Terriblement séduisant jusqu'ici, le jeu enfonce définitivement le clou lorsqu'on aborde la bande-son et le scénario. Que dire de l'aspect musical si ce n'est que le travail est génial pour nos oreilles. Que ce soit au niveau des compositions musicales, des bruitages ou des doublages, le travail sonore réalisé est crédible, juste et renforce considérablement l'immersion du jeu que ce soit dans les phases d'actions ou d'émotions, c'est une réussite totale. Ce soin se retrouve aussi dans l'écriture, ce qui est fantastique dans la mesure où le challenge était important avant le coup avec un tel virage de la série. Il ne s'agissait pas de faire une suite ou un spin-off, il fallait faire franchir un cap à la licence, et tourner la page d'une époque de la vie de Kratos pour se positionner sur un autre espace-temps et dans un autre univers. Mais le talent ne manque pas au sein du studio Santa Monica puisque l'on fait face à une aventure absolument renversante, capable de conserver les codes de la série tout en apportant son lot de nouveautés. 

Le fil conducteur est complètement différent des épisodes précédents et notre héros doit vivre avec son passé tout en tentant de comprendre le présent qui lui échappe suite à certains événements. La présence d'un enfant permet d'aboutir à des séquences variées avec de l'humour et de l'émotion en plus d'un air d'apprentissage très intéressant. On conserve évidemment l'extrême violence de la série, la mise en scène renversante où il est question d'une surenchère que ce soit sur les dimensions ou les attaques des affrontements. D'ailleurs quelques QTE sont de la partie, à l'image des précédents opus, sans jamais être dans l'abus, uniquement pour faire participer le joueur dans des phases décisives et conserver un certain rythme. Difficile d'en dire plus sur l'histoire sans faire un spoil, on ne va donc pas aller plus loin mais sachez que l'histoire est à la hauteur de l'ensemble du jeu. D'un point de vue chronologique, le scénario se situe après tous les épisodes de la série des consoles précédentes.

God of War est une merveille sur PlayStation 4 et PlayStation 4 Pro. Visuellement époustouflant, la console de salon de Sony tient ici l'un des meilleurs de sa génération et capable de faire office de référence technique à l'image de la série Uncharted. C'est d'autant plus surprenant que le jeu s'offre une finition remarquable dès sa sortie ce qui est plutôt rare de nos jours. Le peaufinage poursuit son cours avec quelques patchs et prochainement un mode photo mais en l'état c'est déjà exceptionnel. Avant le coup si l'on pouvait espérer un très bon jeu, on pouvait tout de même craindre le virage important de la série avec un changement d'univers, de mythologie et surtout de gameplay. Adieu le beat'em all place maintenant à un action/aventure qui change complètement le feeling au niveau des combats. Les nouveautés sont nombreuses et pertinentes pour aboutir à une aventure grandiose que ce soit sur le plan scénaristique ou sonore. La durée de vie est très satisfaisante, le gameplay est complet et varié, bref il s'agit bel et bien d'une perle vidéoludique ou encore d'un GOTY. N'ayez crainte vous pouvez foncer que vous ayez ou non un passé avec Kratos, l'aventure sera épique et magique de la première à la dernière seconde.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 19/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 19/20
Scénario : 19/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 19/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article