Jeuxvideo-world

[Test] Devil May Cry 5

25 Mars 2019 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

La série Devil May Cry signe son retour en ce début d'année 2019 et d'une manière particulièrement alléchante cette fois-ci. En effet après un reboot sympathique (DmC Devil May Cry par le studio Ninja Theory) et de nombreux portages, la série revient enfin avec des ambitions. Ce n'est pas une suite du reboot mais bel et bien la suite de Devil May Cry 4. Un retour aux sources pour poursuivre l'histoire de la série tout en sachant que Capcom s'offre les services une nouvelle fois de Hideaki Itsuno, responsable des anciens épisodes. Ce nouvel épisode s'intitule donc Devil May Cry 5 et s'annonce comme un hit incontournable depuis sa première présentation jusqu'à la démo récente du jeu. Un opus qui fait honneur à la licence ?

Un retour gagnant dont il est difficile de parler sans trop donner de détails, mais pas d'inquiétude, il n'y a pas de spoil dans ce test. L'idée est toujours de proposer une impression globale en affichant les points forts et faibles. Les détails donnés se limitent à ceux des différentes annonces de l'éditeur à travers les photos et les vidéos et les communiqués. Bref, on se lance dans le vif du sujet en commençant par faire un point sur la réalisation du jeu. Sérieusement ça démarre très fort, le ton est donné, on est bien face à une belle surprise. Pas besoin de conserver un quelconque suspens plus longtemps, on fait face à un cinquième épisode absolument sublime. Cela devient rare un jeu avec une telle finition dès sa sortie.

S'il n'atteint pas le stade de la grosse claque graphique dont très peu de jeux sont capables, il intègre sans le moindre doute la catégorie des plus beaux jeux de cette génération. Un travail soigné qui fait appel au RE Engine, le moteur de jeu initialement mis au point sur Resident Evil VII et qui dévoile petit à petit son potentiel pour un résultat pétillant et réaliste. Techniquement difficile de ne pas cacher son admiration face à ce résultat. Si l'on peut éventuellement reprocher quelques rares soucis de collisions, le reste du jeu est propre et c'est vraiment agréable tout au long de l'aventure. Le jeu est parfaitement fluide et ceci qu'importe le niveau d'action ou d'animations à l'écran.

Une stabilité qui s'accompagne d'une belle palette de couleurs, d'un superbe travail sur la lumière mais aussi d'un soin impressionnant sur les personnages et l'environnement. Les textures, la modélisation et les animations des différents protagonistes sont bluffantes. Que ce soit les visages, les cheveux, les vêtements, le résultat est d'un réalisme et d'une finesse qui fait vraiment plaisir à voir, l'immersion est clairement renforcée et le spectacle encore plus étincelant. C'est bien simple la transition avec les cinématiques, qui bénéficient également d'un grand soin, est quasiment transparente signe d'une belle démonstration technique. Cette qualité technique s'associe à l'excellente direction artistique. Ce jeu affiche clairement un retour aux sources avec de nombreux clins d'oeil, le résultat est génial. On tombe donc dans un univers doté de différents styles : gothique, apocalyptique.

C'est sombre, froid, une odeur d'enfer règne à chaque coin rue. Oui, l'aventure nous plonge dans la ville de Red Grave City qui ne manque pas de charme tout en dévoilant des aspects répugnants qui collent à merveille avec la série. Le travail sur les décors est bon, c'est forcément un peu linéaire mais c'est un aspect du genre. Par contre, on pourra un peu reprocher cette vilaine tendance de Capcom à offrir des décors qui se ressemblent un peu trop lors de certaines séquences. La variété reste suffisante en sachant que les environnements évoluent en fonction de l'action. Vos armes pourront faire apparaître des fissures, casser des décors... On parle des qualités de l'environnement, des personnages principaux, mais il ne faut pas oublier les boss et surtout le bestiaire.

Là encore, les développeurs frappent très fort avec un bestiaire qui brille pour sa variété et sa qualité, un vrai soin qui contribue à l'excellente expérience de jeu tout au long de l'aventure. Rien qu'en évoquant la réalisation du jeu, il ne fait aucun doute que ce nouvel épisode est sur le bon chemin avec des moyens conséquents et une finition superbe qui fait souvent défaut à la sortie du jeu. Non seulement la partie visuelle est excellente mais on va le voir, le reste du jeu est du même niveau confirmant son statut de hit incontournable en ce début d'année 2019 pour tous ceux qui apprécient le genre (beat'em all). Si l'approche du jeu est sensiblement proche des précédents opus de la série, quelques nuances viennent apporter une touche supplémentaire à l'aventure.

Pas d'inquiétude, on va exposer les nouveautés et la profondeur du gameplay mais en conservant quelques surprises, on se contente de l'essentiel du gameplay. Devil May Cry 5 ne cesse de créer la surprise, même au niveau du gameplay avec une richesse étonnante. Comment ? Avec la mise en scène de 3 personnages jouables : Dante (qu'on ne présente plus), Nero et V. On va donc faire un point sur chacun des personnages jouables en précisant tout de suite que les différences sont présentes et que du coup, on se retrouve avec trois styles de jeu. C'est fun, jouissif et complet à chaque fois. Nero par exemple mise sur des prothèses de bras : les Devil Breakers. Chaque bras possède une qualité unique : ralentir le temps, , onde de choc, attaque électrique...

Vous pourrez ainsi créer des combos longs et dévastateurs. Attention vos bras ne sont pas éternels, la destruction est possible soit à cause de l'ennemi, soit par vous-même, une stratégie parfois payante. L'idée est d'avoir un personnage complet, dynamique afin de s'adapter à chaque situation et donc de connaître le potentiel des bras. Ce dynamisme est visible en combat, c'est jouissif évidemment, mais aussi lors des phases d'exploration (oui en plus d'être un beat'em all, c'est aussi un jeu de plateforme) puisqu'un grappin est de la partie pour atteindre des zones difficiles d'accès dans des conditions normales. Le second personnage se nomme V et là encore, on se trouve face à une belle surprise. Le gameplay est complètement différent. Ce n'est clairement pas la même approche que Nero, et pourtant V peut se montrer redoutable si vous maîtrisez son potentiel. Il s'agit donc d'un jeune garçon particulièrement faible qui l'empêche de se battre de manière direct.

Il est donc toujours éloigné des ennemis autrement, il ne résiste pas longtemps et il réplique difficilement (des coups de canne qui permettent d'achever un ennemi avec peu de vie). Heureusement c'est un magicien, il fait donc appel à des invocations et joue ainsi à distance. Il peut invoquer deux démons, Griffon et Shadow, pour battre les ennemis pendant qu'il organise ses mouvements sur le champ de bataille. Il pourra même invoquer un colosse, Nightmare, encore plus fort dès que la jauge de Devil Trigger est pleine. Ce personnage est donc complètement différent et implique au joueur de faire preuve d'une grande vigilance de l'ensemble des ennemis pour ne pas se faire surprendre. Enfin, vous vous en doutez, Dante est toujours aussi énorme. Non seulement il est redoutable en combat mais en plus il soigne la mise en scène, c'est jouissif, nerveux, violent. 
Les habitués de la série ne manqueront pas de retrouver des sensations, des réflexes.

En effet on retrouve le système de style que l'on pouvait voir pour la première fois dans Devil May Cry 3. Il s'agit des styles Swordmaster, Trickster, RoyalGuard et Gunslinger. Un potentiel énorme pour les combats afin de varier les plaisirs et de réaliser des combos toujours plus dingues en matière de dégâts et de longueurs. Du côté des armes, là aussi le choix est large et séduisant. On retrouve des armes blanches (Rebellion par exemple) mais aussi des pistolets (Ebony et Evory). Une polyvalence renversante afin de pouvoir se montrer offensif autant au corps-à-corps qu'à distance et que ce soit les pieds à terre ou à travers des mouvements aériens. La jauge de Devil Trigger permet toujours de se transformer en démon, pour libérer une puissance encore plus grande et ainsi une dose de fun supplémentaire. Si de nombreuses armes sont reconduites, il y a aussi de la nouveauté.

On pourra citer par exemple une moto qui se nomme la Cavalière et qui possède la capacité de... se découper en deux pour obtenir des lames, délirant, étonnant mais redoutable. Lorsqu'on se trouve face à ce style de jeu plus ou moins linéaire. On peut logiquement se poser des questions sur sa rejouabilité, la profondeur de son contenu et justement l'équilibre dans sa gestion des couloirs parfois trop dirigistes et répétitifs. Une nouvelle fois, on est surpris par les qualités du titre et les bons choix des développeurs. Pourtant le schéma est bien fidèle au genre. On part d'un point pour rejoindre un objectif en traversant une zone susceptible tout de même d'avoir plusieurs chemins, dont certains sont temporairement bloqués. Sans aller jusqu'à dire que des énigmes sont de la partie, il faut parfois prendre un léger recul pour poursuivre sa progression, rien de bien compliqué.

Le jeu se découpe en missions (une vingtaine environ) pour un temps de jeu de 15-16h en prenant son temps. Une durée de vie très correcte d'autant que la rejouabilité est bonne avec notamment le système de rangs allant de D à SSS. Plusieurs modes de difficultés sont également de la partie pour pimenter l'aventure. En plus d'a voir un rang selon ses performances, on obtient de la Démonite Rouge qui correspond à la monnaie du jeu. Celle-ci permet d'acheter des équipements, des compétences afin d'obtenir des armes toujours plus fortes et des combos toujours plus dingues à mettre en oeuvre. Un petit aspect personnalisation est aussi de la partie (disponible à chaque début de mission) afin de préparer au mieux son protagoniste. La rejouabilité est donc plutôt bonne et le contenu global s'inscrit parfaitement dans la continuité des précédents opus. On ajoute qu'un mode coopération en ligne est proposé.

Attention, on précise tout de suite que c'est une forme de coopération indirecte. Lors des missions il sera ainsi possible de voir des joueurs dans la partie. Une fonctionnalité gadget à l'exception tout de même de pouvoir obtenir une démonite dorée en fin de mission, ça reste quand même un détail. Sur le plan sonore, Capcom comptait bien offrir une ambiance digne de ce nom pour accompagner la violence et l'action presque permanente des différentes missions. Elle est variée et vivante cette bande-son, voilà donc sa force. Chaque personnage possède un style musical qui colle parfaitement, du métal à l'électro en passant par le jazz, ça fonctionne super bien.

C'est dynamique et ça évolue même selon le rang atteint en combat, la gestion sonore est vraiment soignée. Même constat pour les bruitages et surtout les doublages. Là aussi les choix sont bons. Alors effectivement de nombreux joueurs pourront regretter l'absence de voix Françaises. Mais il faut avouer que des éditeurs s'imposent ce choix sans y mettre les moyens et au final le résultat n'est pas à la hauteur. Capcom préfère ainsi conserver une certaine souplesse quitte à décevoir une partie des joueurs. Une frustration de courte durée dans la mesure où les voix Japonaises et Anglaises sont soignées avec les sous-titres en Français évidemment.

Vous aurez donc le choix mais dans les deux cas, le résultat est parfaitement à la hauteur pour l'ensemble du casting. Enfin on termine par l'histoire, enfin du mois un sentiment après avoir terminé une fois le jeu sans pour autant creuser le travail d'écriture. D'ailleurs on se contentera de dire que l'histoire se montre intéressante et régulière dans sa trame, le rythme est bon, c'est équilibré. On apprécie également le côté fan-service avec de nombreux clins d'oeil des opus précédents. Comme pour les autres aspects du jeu, le scénario respire le soin total de la part des développeurs.

Devil May Cry 5 s'impose comme l'un des meilleurs épisodes de la série. Si l'on espérait un retour gagnant, il faut avouer que Capcom frappe très fort avec ce cinquième volet qui se montre bluffant à tous les niveaux. Un soin que l'on retrouve dans la réalisation, le contenu, la bande-son et même le scénario. Le gameplay est d'une richesse étonnante et enfonce le clou avec des approches différentes et un plaisir constant. Que vous soyez fan de la licence ou simplement de ce style de jeu, ce nouvel épisode se présente clairement comme un jeu qu'il faut absolument découvrir. La très belle surprise de ce début d'année 2019.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 18/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 17/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 18/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article