Jeuxvideo-world

[Test] Tom Clancy's The Division 2

23 Mars 2019 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Il y a maintenant 4 ans, Ubisoft parvenait à faire un petit effet au joueur avec Tom Clancy's The Division. A l'image d'une autre licence comme Watch Dogs, The Division soufflait un bon vent de fraîcheur au catalogue du studio avec une dimension coopérative intéressante tout en laissant le choix au joueur de parcourir le jeu en solo. Avec une composante RPG et une dimension multijoueur originale, cette première tentative était un succès à tous les niveaux, même sur le plan visuel avec des décors urbains lors d'un hiver difficile.

L'attente était longue mais nécessaire, en ce mois de mars 2019, Tom Clancy's The Division 2 est de sortie. Un nouvel opus que l'on espère aussi bon et joli, et qui surtout ne doit pas tomber dans une impression d'épisode 1.5 comme c'est souvent le cas. Un deuxième opus aussi bon que le premier, tout en proposant des nouveautés ?

On se souvient du premier opus où l'on plongeait dans la ville New York durant un hiver particulièrement rude mais qui dégageait une ambiance sublime, sombre, froide et étrange. Cette fois-ci direction la capitale, Washington, pour un style complètement différent et qui produit un effet différent. On aura tendance à dire que le résultat penche vers une prestation visuelle moins originale mais maîtrisée. En effet ici on retrouve des décors plus chauds, colorés tout en conservant une dimension post-apocalyptique. C'est bien simple, sous certains angles et lors de certaines mises en scène, on a vite tendance à faire des références avec d'autres jeux ou d'autres films dans des univers post-apocalyptiques, signe que la direction artistique est moins croustillante.

Néanmoins, on reste sous le charme de ce nouveau décor qui regorge de qualité. On constate en guise de nouveauté d'un cycle jour/nuit et d'une météo dynamique, deux éléments qui permettent clairement d'assurer le spectacle et varier les plaisirs à travers les différentes missions et activités du jeu. On note aussi un excellent travail sur la lumière pour profiter régulièrement de jolis paysages et effets visuels, que ce soit en exploration ou en mission. Si ce nouvel environnement perd clairement son style propre et efficace, il gagne énormément en diversité tout en conservant un minimum de verticalité à travers son level-design même si ça ne saute pas aux yeux lors des premières heures. Il y a clairement un travail sur les ambiances, où chaque quartier contient son ingrédient unique pour offrir un bout de voyage au joueur.

D'ailleurs les missions sont orientées sur cette volonté de mettre en scène systématiquement le joueur dans un environnement unique et surprenant, que ce soit dans des phases extérieures ou intérieures (un musée par exemple, on vous laisse la surprise pour les autres lieux). Il y a donc un vrai changement sur le plan artistique, certains apprécieront tandis que d'autres seront plutôt nostalgiques du décor du premier opus. Par contre sur le plan technique, les changements ne sont clairement pas flagrants et c'est bien dommage. En effet si le premier opus était particulièrement beau, celui-ci ne fait pas un bond supplémentaire et s'inscrit clairement dans la continuité.

La finition est donc assez bonne avec un joli souci du détail et une modélisation soignée au niveau des environnements. Maintenant, on note quand même des textures parfois moyennes et qui tardent à s'afficher, une fluidité pas spectaculaire avec donc de nombreux ralentissements à l'heure actuelle. On ajoute également un lot de bugs encore important depuis sa sortie, en plus des textures, des problèmes de collisions sont de la partie. Ubisoft et Massive Entertainment ont parfaitement connaissance des problèmes rencontrés et commencent déjà à faire le nécessaire pour que l'expérience de jeu soit la plus propre possible.

Si les changements sont évidents sur le plan visuel, le gameplay lui ne subit pas une refonte mais plutôt des ajustements. En effet on se retrouve toujours face à un jeu de tir avec une vue à la troisième personne (c'était le cas aussi dans le dernier épisode de la série Ghost Recon). On fait toujours face à cette dimension de coopération et surtout d'approche calme. L'idée de foncer dans le tas, debout en plein milieu d'une rue, c'est la mort assurée. Il faut constamment surveiller les alentours que ce soit devant ou derrière. Il faut également savoir profiter du décor pour se mettre à couvert, un réflexe là aussi indispensable que l'on pouvait retrouver dans l'opus précédent. Ceux qui ont donc pu mettre la main sur l'aventure du premier épisode ne seront pas surpris du gameplay de cette suite. De toute façon, même pour les nouveaux, pas d'inquiétude avec cette jouabilité qui offre une prise en main très simple et immédiate.

Que ce soit dans les déplacements ou lors des phases d'actions, le jeu se montre toujours aussi fun et nerveux. Il conserve également son style RPG avec le code couleur pour les armes et donc le farming, le loot et le système de niveau. On est toujours face à cette addiction de trouver le meilleur équipement possible pour obtenir le niveau le plus haut et avoir accès à toujours de plus de lieux et de missions comme dans le premier opus où l'on pouvait se rendre dans les quartiers avec un niveau minimal requis. On retrouve donc tous les ingrédients de la série pour notre plus grand plaisir et surtout avec une interface claire qui permet de se balader sans problème dans les menus et surtout d'avoir une gestion agréable de son personnage. On a toujours les mêmes emplacements avec 2 armes principales en plus d'une arme secondaire mais aussi l'intégration des gadgets. 

Ces derniers permettent toujours de mettre en avant les différentes technologies exploitables et non négligeables au cours de l'aventure, on ne rentre pas dans les détails pour laisser la surprise mais sachez qu'elles complètent à merveille le gameplay de la série au point de contribuer fortement à son identité par rapport à un TPS plus classique. Dommage par contre que l'on retrouve des aspects frustrants, comme une IA encore largement perfectible même si l'on arrive tout de même à être surpris par l'approche et les déplacements des ennemis dans certaines situations, cela reste encore trop rare. Aussi, impossible de ne pas parler de l'existence de sacs à PV, et clairement on parle ici de gros sacs. Vous vous en doutez, cela concerne les différents boss du jeu et même si là aussi, les développeurs tentent de proposer une approche intéressante, ça ne suffit absolument pas à combler la lourdeur du concept.

Pour atténuer cette impression de sac à PV et, par la même occasion, valoriser un peu la stratégie, on pourra tenter de détruire l'armure d'un ennemi avec des dégâts localisés. Une fois une partie de son armure retirée, vous pourrez ainsi profiter de la petite zone sans armure pour accélérer la mort du gros sac à PV. Même avec ce brin de profondeur pour les boss, il faudra s'attendre à vider son chargeur, que ce soit dans une expérience solo ou en coopération. On ne s'y attarde pas sur le sujet mais on le précise au cas où vous ne connaissez pas du tout la licence, l'un des aspects de la série est de pouvoir jouer seul ou à plusieurs l'intégralité du jeu. C'est simple et rapide pour pouvoir profiter de Washington seul, avec des amis ou même avec d'autres joueurs au hasard en quête de former une équipe.

Le bémol du premier opus se situait du côté de son contenu, du moins lors de son lancement. Le suivi du jeu était très sérieux avec du contenu gratuit et payant pour aboutir après plusieurs mois à un résultat solide. Néanmoins beaucoup de joueurs n'avaient pas eu la patience d'attendre que le titre montre son plus beau visage. Le message est clairement passé du côté des développeurs puisque l'on peut assurer qu'à sa sortie, Tom Clancy's The Division 2 est très solide du côté de son contenu et c'est une belle surprise. Même si un season pass est toujours de la partie et que du contenu gratuit est à venir (on pense notamment aux Raids), le contenu de base est nettement supérieur à celui du premier opus, et là la différence est visible pour la plus grande joie des joueurs. Concernant l'histoire principale, son découpage est malin puisque le jeu s'offre un énorme vent de fraîcheur après la fin du jeu pour finalement donner l'impression que cette histoire se déroule en deux immenses actes.

Pour arriver au bout de l'aventure, il faudra déjà 25-30 heures, ce qui est très correct. Mais en réalité la fin du jeu prend un virage, on se contente de ce terme sans donner trop de détail, pour nous faire revivre l'aventure avec du challenge et un loot encore plus intense. En effet le niveau maximal actuel est le niveau 30 mais ensuite on peut, comme c'est le cas une fois encore dans le dernier opus de la série Ghost Recon, basculer dans le système de niveau Tier pour toujours plus de challenges et de récompenses. Ce nouveau souffle permet aussi de débloquer trois classes uniques : Tireur d'élite, survivaliste et démolisseur. Cela permet d'avoirs accès à des armes spéciales : fusil sniper, arbalète, lance-grenade. On pourra aussi découvrir un petit arbre de compétence pour approfondir ce nouveau contenu. 

Vous l'aurez compris, une fois la fin de l'histoire, ce n'est pas terminé, le jeu prend un tout autre virage pour prolonger l'aventure et avec son lot de nouveautés et modifications. Derrière cette trame scénaristique particulièrement séduisante et en deux temps, on retrouve la Dark Zone. Oui vous vous vous souvenez de cette zone sans pitié, où l'on s'y rend pour du loot, évidemment votre ami peut devenir votre ennemi, chaque joueur peut rapidement basculer du côté obscur, mais attention les autres vous le rendent bien si vous dérapez... Dans ce second volet on note trois Dark Zones, avec de sérieux avantages mais aussi des modifications. En effet la structure est légèrement différente ce qui signifie des zones plus petites.

Mais attention, cela permet de se croiser bien plus souvent et surtout celles-ci disposent d'un meilleur level-design. Par contre, compte tenu des modifications, ce n'est plus 24 joueurs mais 12 joueurs désormais. Rien d'alarmant puisqu'on le répète, c'est plus compacte et l'environnement mieux travaillé pour obtenir des rencontres nettement plus fréquentes que dans le premier épisode. Autrement le concept est le même avec des extractions par hélicoptère du loot contaminé et différents niveaux de statuts en cas de mauvais comportement. Il existe certaines subtilités notamment pour une Dark zone qui permet de pimenter encore plus le concept de ce lieu, on ne vous en dit pas plus en tout cas ça vaut clairement le coup d'oeil que ce soit à court ou long terme. 

Enfin, afin de réellement confirmer la prise de conscience sur un contenu trop maigre au lancement du premier opus, les développeurs proposent une dimension multijoueur un peu plus classique. Ce mode multijoueur se nomme "Conflit" et permet de lancer des parties en PvP à travers deux modes de jeu : Escarmouche et Domination. C'est classique et ce style de jeu se prête pas forcément à cette forme de PvP mais ça reste franchement appréciable et nul doute que cette orientation du multijoueur trouvera son public en quête de varier les les modes de jeu en ligne. Pour clôturer l'aspect contenu de ce deuxième volet, on pourra tout de même mentionner quelques éléments importants.

Tout d'abord le jeu met en scène un QG (la Maison Blanche pour être précis) où l'on retrouve tout un tas de possibilités : boutique, champ de tir ou encore un établi pour les armes et accessoires. On trouve également un coin pour l'apparence de notre personnage. L'occasion d'ailleurs de préciser que la personnalisation du personnage est toujours d'actualité avec des vêtements et émotes. Par contre rien à voir avec le premier opus, on en trouve beaucoup moins afin de mieux mettre en avant l'intérêt de la boutique où l'on peut acheter des caisses... Enfin, en plus des trophées/succès, on n'oublie pas les collectibles (enregistrements, échos ou même oeuvre d'art) pour enrichir la nouvelle zone de jeu.

Il nous reste maintenant à évoquer la bande-son du jeu ainsi que son scénario. Autant le dire tout de suite, on va rester très bref sur l'histoire de ce second volet afin de conserver un minimum de surprise. On va par contre donner notre sentiment sur cette nouvelle aventure qui, à l'image de l'aspect visuel, n'est pas mauvaise mais elle ne possède pas le même charme que le premier épisode. Parfois classique mais d'un soin redoutable dans la mise en scène avec la volonté de faire découvrir un décor nouveau, l'aventure met en scène des clans, des survivants et un monde dévasté après les événements. C'est cohérent et l'immersion est très bonne, mais le travail d'écriture reste léger au point d'être un prétexte pour établir ce contexte, les décors et les ennemis. Quelques détails parviennent à se montrer accrocheur mais dans l'ensemble, le scénario n'est pas aussi croustillant et étonnant que d'autres productions Ubisoft.

La bande-son fait l'objet d'un meilleur soin même si là aussi ce n'est pas parfait. Une nouvelle fois, le doublage Français souffle le bon et le moins bon mais on contient notre critique car ce qu'il faut surtout souligner c'est la présence de ses voix Françaises. Les différentes compositions musicales s'intègrent parfaitement dans le jeu et surtout elles bénéficient d'un bon équilibre et d'un respect du rythme. Chaque thème est cohérent en fonction de la situation, action ou discrétion. Enfin pour les bruitages, à quelques armes près, les sons proposés sont convaincants et participent positivement à l'ambiance sonore lorsque la dose d'action grimpe sévèrement. 

Tom Clancy's The Division 2 est une très bonne suite qui évite le piège d'un épisode 1.5 mais sans pour autant offrir une révolution au niveau de sa formule. En réalité il s'inscrit énormément dans la continuité mais pour éviter l'impression d'une simple extension au premier opus, les développeurs assument et procèdent franchement à des ajustements et modifications. Cela devient suffisant pour apporter un résultat différent du premier. Les choix sont cohérents avec une dimension multijoueur soignée et un contenu nettement plus costaud que le premier volet à sa sortie.

Le concept au niveau du gameplay est reconduit avec quelques nouveautés et ajustements qui profitent à l'expérience de jeu sans bousculer les bases. Visuellement, c'est différent sans être aussi accrocheur que le premier opus qui provoquait un effet supplémentaire que l'on ne retrouve pas forcément dans cette suite. Néanmoins à l'exception de quelques problèmes techniques qui seront certainement corrigés, le jeu dispose d'une bonne finition dès sa sortie. Si vous avez aimé le premier opus, vous pouvez foncer sans problème. Et si jamais vous découvrez la licence à l'occasion de la sortie de ce second volet, cela ne pose aucun problème de se lancer avec cet épisode.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 16/20
Scénario : 14/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article