Jeuxvideo-world

[Test] Sniper Ghost Warrior Contracts

12 Décembre 2019 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après un Sniper Ghost Warrior 3 plutôt moyen dans l'ensemble, la série signe son retour en cette fin d'année. Le studio CI Games poursuit donc son chemin avec la licence sauf que cette fois-ci, les développeurs procèdent à une tentative intéressante sur le papier. En effet plutôt que de s'inscrire dans la continuité dans sa mise en scène, ce nouvel épisode s'inscrit comme un spin-off de la série. Un épisode qui s'inspire d'une approche déjà vue du côté de la licence Hitman avec une série de contrats à accomplir sans forcément mettre en scène un monde ouvert comme l'opus précédent. Ce nouvel épisode s'intitule Sniper Ghost Warrior Contracts et s'offre une sortie sur PC, PlayStation 4 (version testée ici) et Xbox One. Une nouvelle orientation qui offre un meilleur rythme et équilibre pour ce type d'expérience de jeu ?

On l'a dit en introduction, ce nouvel épisode modifie son approche. Le monde ouvert de l'opus précédent laisse place à plusieurs zones fermées mais d'une taille assez grande à chaque fois. C'est l'un des aspects du jeu qui nous amène à faire une comparaison avec les derniers jeux de l'univers Hitman dont le concept est très proche. Ce choix offre d'ailleurs un peu plus de souplesse sur le plan technique et donc d'afficher une meilleure maîtrise.... Malheureusement on va vite se rendre compte que ce n'est pas vraiment le cas. Cette nouvelle aventure nous plonge dans un décor froid, au coeur de la Sibérie, où les montagnes et la neige sont les éléments majeurs du côté de l'environnement. Un voyage intéressant même si sur le plan visuel, le renouvellement est plus compliqué, heureusement quelques zones tentent d'offrir une ambiance moins gelée. Chaque zone du jeu dispose de son propre style visuel malgré une ambiance commune. La nuance se situe sur certaines parties du décor (bunker, port...) pour apporter une identité visuelle unique à chaque zone de jeu malgré une action centrée sur la Sibérie.

Autre soin très profitable pour chaque contrat : le level-design. La liberté d'approche est très accentuée dans cet épisode, on dispose de nombreux chemins différents pour venir à bout de nos objectifs. Un très bon équilibre avec surtout une verticalité que l'on apprécie et qui semblait indispensable pour un jeu de sniper. La conception des différentes zones est donc très soignée et riche en éléments pour renforcer le jeu sur l'approche infiltration des missions. Libre à vous de choisir votre approche mais le jeu mise clairement sur l'infiltration compte tenu du level-design proposé, rien de choquant pour la licence. Au niveau de sa dimension technique, il faut déjà savoir que le jeu fait appel au moteur du studio Crytek : le CryEngine. Un moteur déjà utilisé par les développeurs polonais avec une maîtrise en progrès mais pas parfaite. Ce choix de moteur graphique met tout de même en valeur la belle direction artistique du jeu.

La finition n'est pas irréprochable, le jeu souffrait de nombreux problèmes à sa sortie, les développeurs sont réactifs en déployant déjà des patchs tandis que d'autres sont prévus pour rendre l'expérience visuelle beaucoup plus stable et confortable. Pour l'heure difficile de ne pas subir des bugs plus ou moins gênants. On pourra citer des problèmes de textures, du clipping, des animations parfois médiocres, des problèmes d'affichage ou encore des problèmes de collisions avec le décor que ce soit notre personnage ou les ennemis. Le résultat est totalement aléatoire, on peut être simplement bloqué, on peut passer sous la carte ou alors on meurt à cause d'un décor. Ce qui est valable pour notre personnage est autant valable pour les ennemis. En parlant des différentes menaces, si on vous laisse le soin de découvrir que certains ennemis, le jeu propose très peu de types d'ennemis et sans une pointe d'originalité. On passe ainsi d'un simple soldat à un sniper ou un soldat intermédiaire (c'est-à-dire plus résistant qu'un soldat classique). Enfin, et ce détail assure une belle mise en scène en plus d'un dynamisme évident, on retrouve la fameuse killcam.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette mécanique de jeu, il s'agit d'un ralenti au moment du tir jusqu'à la pénétration de la balle sur l'ennemi. Cela peut paraître un détail mais ça procure toujours un petit effet à chaque tir. Le joueur incarne un soldat que l'on nomme le "Seeker", un spécialiste de l’infiltration et du sniper. Sobre, discret, classique, trois mots qui résument bien les objectifs et notre interlocuteur pour partir en mission. Si l'action se déroule à travers plusieurs zones assez grandes, la formule reste sensiblement identique par rapport aux opus précédents. On a une ou plusieurs cibles à éliminer, de la récupération de documents ou même de la destruction. Dès lors que les objectifs sont remplis, il faudra se rendre à un point précis pour s'exfiltrer de la zone et valider la séquence. Les ingrédients sont donc similaires avec la présence d'objectifs secondaires en plus des objectifs principaux sous la forme d'un jeu de tir à la première personne qui mise donc sur des tirs à longue distance et une bonne dose d'infiltration.

Vous pouvez aussi retrouver des phases d'actions, mais c'est rarement la bonne solution, néanmoins le jeu vous laisse le choix. Pour soigner son approche, le jeu permet une bonne liberté dans l'exploration en rendant possible l'escalade de nombreuses parties du décor. Ce dernier sert aussi de cachette dans certaines situations, on rentrera dans les détails lorsqu'on évoquera l'IA. Au niveau de l'équipement, on retrouve en plus des armes longues distances, des armes classiques comme le pistolet, le fusil d'assaut... Elles ont clairement un usage secondaire pour quelques occasions, mais ce n'est pas le coeur du jeu et d'ailleurs tout est fait pour que celles-ci se montrent quasiment inutiles. On pourra aussi compter sur les grenades, les mines et quelques gadgets. On apprécie également la présence de plusieurs types de munitions pour le sniper, un détail supplémentaire qui confirme clairement que le jeu est axé sur cette arme pour ceux qui avaient encore un doute. Le déroulement classique du jeu est de clairement identifier les cibles, se placer au bon endroit et enchaîner les éliminations. 

Si vous êtes repéré et que l'alerte est donnée, il faut fuir et se cacher avant de reprendre la mission. C'est clairement le schéma principal de l'aventure même si vous êtes libre de choisir d'autres stratégies. On a parlé de gadgets en plus de nos armes, mais il ne faut pas non plus oublier notre interface avec une technologie de pointe. En effet, notre interlocuteur mystérieux nous donne aussi un masque (avec jumelle intégrée) d'une efficacité redoutable. Celui-ci nous affiche tout un tas de données visuelles très pratiques. On pourra donc scanner l'environnement afin de repérer les éléments importants du décor mais aussi marquer les ennemis avec une évaluation de la distance. Un gadget indispensable qui pourra faire l'objet de plusieurs améliorations et pousser les données visuelles encore plus loin avec par exemple la possibilité d'observer les ennemis à travers les murs. Il faut vraiment prendre le temps d'analyser la zone de jeu pour la simple raison que la phase de tir avec un sniper est exigeante.

Il faudra tenir compte de plusieurs critères pour réussir son tir : direction du vent, puissance du vent, gravité, distance de la cible, menaces aux alentours... Chaque tir implique donc une grande observation et des calculs précis afin d'éviter l'alerte générale. Si votre coup est le bon, la récompense est immédiate par l'intermédiaire d'une killcam toujours aussi jouissive, un vrai régal dans la mise en scène sans aucune lassitude même après plusieurs dizaines d'éliminations. Mais si vous venez à rater votre coup et que l'alerte est donnée, rien de mieux qu'une bonne cachette pour laisser passer le temps et stopper la recherche des ennemis. Les planques sont nombreuses : caisse, hautes herbes, casier, poubelles... Les solutions sont nombreuses pour se mettre en mode invisible le temps que l'IA retrouve une certaine tranquillité. Malheureusement, à l'image de beaucoup de productions, l'IA n'est pas à la hauteur de l'événement. Elle ne cesse d'avoir des comportements étranges en se montrant suicidaire, en ne cherchant jamais à se mettre à couvert ou en affichant une grosse partie de son corps tout en restant plus ou moins à couvert.

Les groupes d'une même zone ne communiquent pas, cela implique donc qu'une extrémité de la zone est sous le feu sans que l'autre partie soit informée de l'action. Mais parfois, l'IA va réussir à nous surprendre en ayant une vue redoutable, peut-être trop d'ailleurs sans que l'on puisse apporter une explication. D'une phase de jeu à une autre, on sera potentiellement frustré par ce sens de l'observation imprévisible. Heureusement, certaines phases de jeu nous offrent des séquences où l'IA est équilibrée, mais c'est encore trop rare. Au niveau du contenu, ce spin-off se montre très correct mais surtout très classique dans sa profondeur. Le jeu comporte donc 5 régions différentes (Embranchement Sibirskaya-7, Forteresse d'Araktcheïev, Vallée de Beketov, Port de Kolchak, Montagnes de l'Altaï) pour un total d'une vingtaine de contrats. Pour arriver à la fin, on peut compter sur un temps de jeu de 12-14 heures environ en se concentrant sur les objectifs principaux. Un chiffre plutôt satisfaisant en sachant que le jeu comporte plusieurs types d'objectifs annexes pour varier les plaisirs et profiter à fond des différentes régions.

On pourra par exemple exécuter une prime liée à l'élimination d'une cible, mais attention de ne pas subir la concurrence. En effet, une activité annexe aléatoire intervient (peut-être trop rarement à notre goût) au cours de votre exploration : le "rival". Il s'agit en gros d'un mercenaire comme vous qui va tenter d'éliminer une de vos cibles ou carrément vous éliminer. C'est sympathique et permet d'amener un événement imprévu pour sortir de son rythme de confort d'un contrat à un autre. Pas d'inquiétude quant au degré de déclenchement de cette mécanique, elle se montre suffisamment rare pour en profiter de temps en temps sans sortir constamment de son objectif principal. En guise d'activités annexes, vous pouvez aussi tenter d'accomplir des défis dont le gain vous ouvre les portes de l'amélioration de votre personnage et de votre équipement. Concernant le personnage, le jeu met en scène un traditionnel arbre de compétence qui permet d'améliorer le masque, la combinaison ou encore les gadgets.

L'idée est d'acquérir à des technologies permettant d'être toujours plus discret (camouflage, bruit diminué) et d'obtenir toujours plus d'informations sur les ennemis (déplacements, pièges...) grâce au masque. Au niveau de l'équipement, on pourra acheter de nouvelles armes, procéder à un minimum de personnalisation (lunette, silencieux...) mais surtout améliorer une arme au niveau des statistiques : puissance, précision, stabilité, recul... On précise également qu'en dehors des défis, on récolte de l'argent en éliminant les ennemis. On n'avait pas spécialement des attentes sur le plan sonore de cette nouvelle aventure. Pas de miracle, les développeurs nous proposent une bande-son satisfaisante mais loin d'être renversante. On trouve des bruitages corrects que ce soit pour les bruits dans le décor ou les tirs, mais rien de très réaliste, le jeu conserve sa dimension arcade sur le plan sonore.

Les différentes musiques du jeu ne sont pas mauvaises mais discrètes et n'apportent rien de spécifique au rythme des contrats ou à une phase de jeu particulière. Que vous soyez en alerte ou pas, il n'y a pas d'évolution, elle accompagne le joueur sous la forme d'une musique de fond, rien de plus. Enfin pour les doublages, c'est le petit point positif avec des voix anglaises qui font le boulot pour ce type de jeu, certains joueurs regretteront peut-être l'absence d'un doublage français mais il faut avouer que le résultat est rarement étincelant dans ce genre de production. On termine en évoquant quand même la partie scénaristique de ce spin-off bien que, vous vous en doutez compte tenu de son approche, l'histoire n'est qu'un prétexte pour nous mettre dans la peau de notre personnage et enchaîner les contrats avec une technologie de pointe.

Dommage quand même que le peu d'écriture n'offre pas autant de fraîcheur que le décor de ce spin-off. Le joueur incarne donc le "Seeker" un soldat spécialiste de l'infiltration et du sniper. Son objectif est de rétablir l'ordre dans une région de la Sibérie, pour lutter face à une crise politique majeure qui menace de provoquer de gros dégâts sur le reste de la planète. Un résumé qu'on a l'impression d'avoir lu plusieurs fois que ce soit pour le cinéma ou le jeu vidéo. Néanmoins cela permet d'établir un petit fil conducteur pour le reste de l'aventure. Ensuite, on est uniquement en contact avec l'opérateur où chaque contrat est synonyme d'une présentation sous la forme d'un briefing.

Sniper Ghost Warrior Contracts est un épisode intéressant. On pouvait craindre un spin-off d'une qualité inférieure mais en réalité c'est bien le contraire qui se présente au joueur dès les premières missions. Les développeurs ont fait preuve d'un recul intéressant en sortant des structures classiques du genre pour aboutir à une formule bien plus maîtrisée et intéressante en matière de FPS avec un sniper. Le travail se concentre de manière efficace sur le gameplay et la conception des différentes zones pour offrir une expérience libre et technique sans forcément offrir un monde ouvert. Le choix est intéressant et sa mise en scène sous forme de contrats fonctionne bien pour ce type de jeu. Si la durée de vie n'est pas énorme et la rejouabilité moyenne, c'est surtout l'IA qui gâche un peu le spectacle avec un équilibre encore très mitigé. En tout cas si vous aimez la licence ou ce genre de FPS orienté "tir à longue distance", cet épisode mérite le coup d'oeil.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 13/20
Scénario : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article