Jeuxvideo-world

[Test] Demon's Souls

30 Novembre 2020 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

La PlayStation 5 est désormais disponible depuis le 19 novembre dernier et comme à chaque lancement, quelques jeux accompagnent la sortie de cette nouvelle console. S'il existe des titres cross-gen, on trouve aussi des jeux uniquement disponible sur PlayStation 5 et en exclusivité, souvent en guise de vitrine. On va justement s'intéresser à un jeu qui répond à ces critères : Demon's Souls. Oui il s'agit du fameux remake du premier jeu de la série de From Software. Sa sortie initiale remonte à 2010 sur PlayStation 3 et très rapidement ce titre s'est imposé comme une aventure incontournable, on connaît la suite avec un succès énorme de la trilogie Dark Souls mais aussi de Bloodborne ou plus récemment de Sekiro.

Même s'il s'agit d'un remake, difficile de cacher sa joie face à un tel jeu au lancement de la PlayStation 5. Et si certains remakes peuvent susciter des doutes, on est en confiance totale dans la mesure où c'est le studio Bluepoint Games qui est en charge de ce remake. Lorsqu'on voit le travail réalisé par les développeurs sur le remake de l'excellent Shadow of the Colossus, on peut considérer que c'est un atout supplémentaire pour débuter cette nouvelle génération. Une exclusivité PlayStation 5 à la hauteur de l'événement ?

Lorsqu'on est face à un remake et en plus au lancement d'une nouvelle génération de console, la partie graphique est clairement celle vers laquelle on se concentre pour observer ou pas les progrès réalisés. C'est aussi un bel indice sur le potentiel de cette nouvelle génération, si l'on est bluffé sur un jeu au lancement, le meilleur reste à venir. On lève le suspens, oui Demon's Souls est un remake absolument magnifique et confirme son statut de jeu incontournable au lancement de la PlayStation 5 à condition tout de même d'être un minimum sensible à ce style de jeu "die and retry". Le traitement réalisé par le studio est surtout sur la dimension technique. On retrouve donc une direction artistique respectée et toujours aussi sublime. Les progrès techniques permettent de renforcer cet univers sombre et fantastique en plus de sa construction d'une maîtrise totale.

Le level-design est l'une des nombreuses qualités des productions de From Software, à travers ce remake on retrouve cette maîtrise avec un plaisir intact, 10 ans après le charme de cette aventure est toujours aussi dingue. La vraie surprise et le gros boulot de Bluepoint Games, on le trouve sur la partie technique et le résultat est juste génial. Au niveau de l'affichage, le jeu propose deux modes : performance et cinématique. Le mode performance (qui a d'ailleurs clairement notre préférence) permet d'offrir un framerate de 60fps sans aucun ralentissement, cette fluidité exemplaire est d'un confort monstrueux surtout pour un tel jeu. La résolution sera par contre du 1440p upscalé en 4K, même si cette dernière n'est pas native elle est propose tout de même un grain visuel qui ne laisse pas indifférent.

Le mode cinématique propose lui une 4K native, c'est magnifique, mais par contre on doit se contenter d'un framerate de 30 fps avec de très légers ralentissements à de rares occasions. On souligne également l'absence de Ray Tracing pour ce remake. Pour le reste de la partie technique, on peut confirmer la qualité des textures, de la modélisation mais aussi de la lumière. S'il reste toujours très sombre, l'excellent travail de Bluepoint Games permet de renforcer la lumière présente dans le décor en plus de proposer de nombreux effets visuels qui renforcent nettement l'immersion du joueur dans le royaume de Bolétaria. Les animations progressent considérablement par rapport à la version originale. Une amélioration que l'on observe sur les mouvements du personnage, moins lourd et moins rigide, mais aussi au niveau du visage des différents personnages du jeu.

L'une des nouveautés à l'intérieur de la PlayStation 5, c'est la présence d'un SSD à la place d'un HDD. Un changement de vitesse important sur le papier, qui se confirme dans la réalité. Cette nouvelle technologie est largement profitable pour les temps de chargement. C'est bien simple, s'il existe toujours, dès que le jeu est lancé il faut une dizaine de secondes pour reprendre sa partie tandis qu'il faut 3 petites secondes pour réaliser un voyage rapide autant dire que c'est un réel confort pour l'expérience de jeu sur le long terme. Non seulement c'est très rapide mais en plus, c'est un chargement total et non en deux temps. Lors de la génération précédente, on pouvait souvent observer du clipping et des textures qui mettaient un certain temps avant d'apparaître, désormais ce n'est plus du tout le cas.

Dès que vous êtes dans le jeu, peu importe votre action, le clipping est absent. Si cet excellent résultat s'explique par les performances de la console, on peut aussi y voir un superbe travail d'optimisation de la part des développeurs. S'il fallait faire un petit reproche, on pourrait éventuellement signaler la présence de quelques problèmes de collision, un classique pour les productions From Software. Enfin pour finir ce tour d'horizon de la partie graphique, on pourra découvrir une nouvelle interface pour l'occasion, celle-ci est plus claire et agréable à la lecture. En matière de gameplay, on retrouve les ingrédients de la série. On va donc surtout s'intéresser aux nouveautés et différences de ce remake. On peut quand même rappeler le concept du jeu à ceux qui ne connaissent pas la série.

Vous contrôlez un personnage avec une vue à la troisième personne. S'il faut ne pas avoir peur d'attaquer les ennemis, le jeu exige une parfaite maîtrise de l'esquive ou au moins d'une défense (un bouclier). On peut cibler un ennemi mais aussi utiliser des objets dont les soins... Concernant la progression, chaque élimination est synonyme d'une quantité d'expérience obtenue. Tant que vous évoluez sans mourir, vous cumulez l'expérience jusqu'à atteindre le niveau requis pour passer un niveau en se présentant près d'une personne précise. Si vous venez à mourir, vous perdez tous vos points d'expérience mais il vous reste une chance. En effet à l'endroit de votre mort, il reste encore votre âme avec la quantité d'expérience avant votre mort. Si vous retournez jusqu'à votre âme sans mourir, vous pouvez la récupérer et donc sauver votre expérience économisée.

Par contre, si vous venez de nouveau à mourir avant même d'avoir récupéré votre âme, la perte est définitive... Comme pour les autres opus de la série, le jeu s'articule autour d'un hub nommé Nexus qui contient plusieurs personnages importants pour votre aventure. L'expérience de jeu promet donc un véritable challenge mais aussi un vrai plaisir de jeu si l'on apprécie le concept. L'effet de surprise est évidemment moins important si vous êtes un habitué de la série. Au niveau des changements constatés de ce remake, l'éditeur de personnage est différent en se montrant plus riche qu'à l'époque. La création de votre protagoniste est le point de départ de l'aventure avec le choix d'une classe. Pas d'inquiétude contrairement à certains RPG dont ce choix est radical dans la spécialité de votre personnage, ici ce n'est pas vraiment le cas. 

Le choix réalisé va légèrement influencer les statistiques de départ de votre personnage. Mais cela ne vous empêche pas de profiter de la magie et des différentes types d'armes et armures du jeu. La seule règle est d'avoir les statistiques nécessaires pour utiliser chaque équipement du jeu (vitalité, endurance, dextérité, force, intelligence, magie, foi, chance). Pour augmenter les statistiques, il faudra dépenser l'expérience obtenue pour gagner un niveau et donc choisir une statistique que l'on souhaite augmenter. Autre aspect qui implique une gestion rigoureuse, c'est le poids. En effet chaque équipement possède un poids, votre personnage dispose d'un poids max, plus on s'en rapproche et plus les mouvements sont lents (vitesse et roulade) sachant que l'agilité est un élément important dans les combats...

Deux nouveautés sont de la partie. Désormais l'herbe qui est un objet de soin pour recharger sa vie, possède un poids dans l'inventaire. Avant il fallait toujours de la place pour récupérer un objet, une limite frustrante. Si vous êtes au max mais que vous voulez quand même récupérer l'objet, vous pouvez celui-ci sera envoyé dans la réserve. Il faut voir ces nouveautés comme des petits détails pour apporter du confort et de la cohérence dans l'expérience de jeu. On continue au rayon des nouveautés avec cette fois-ci un petit point sur l'utilisation de la nouvelle manette de la PlayStation 5 : la DualSense. Une manette qui a vraiment évolué sur cette génération de console et qui nécessite donc pour chaque jeu d'établir les fonctionnalités exploitées sur celle-ci.

On confirme donc la présence des retours haptiques dans plusieurs situations qu'on vous laisse le soin de découvrir. Ce n'est pas toujours d'une grande utilité mais les sensations sont bien présentes, fréquentes et apportent toujours un petit plus dans l'immersion. Le haut-parleur mono intégré se montre lui aussi bien présent et complète parfaitement les sensations avec les vibrations. Au final, il n'y a que les gâchettes adaptatives qui ne sont pas spécialement exploitées. Il faudra utiliser l'arc pour ressentir une légère utilisation mais en dehors de cette arme, cette fonctionnalité intéressante étonne par son absence. Enfin il convient de préciser que les boss sont respectés au niveau des patterns, nous n'avons pas constaté une modification à l'image des différentes zones du jeu totalement fidèles de l'épisode original.

Pour ce type de jeu, c'est toujours difficile de donner une estimation sur la durée de vie. En effet cela dépend de votre expérience pour ce style de jeu, du nombre de morts.... On peut quand même dire qu'il faudra une vingtaine d'heures pour venir à bout de l'histoire. S'il y a des trophées pour prolonger l'aventure mais aussi la possibilité de refaire le jeu en NG+, le jeu comporte également un petit aspect multijoueur. Il existe deux approches différentes, la première est plutôt dans un esprit compétitif, en effet il est possible d'envahir un joueur (à condition qu'il soit en forme humaine) sous la forme d'une âme pour réaliser un affrontement (comme pour les autres épisodes, un objet précis est nécessaire). L'autre approche est plus coopérative et propose d'invoquer un joueur pour progresser en équipe (notamment les boss) dans ce monde sans pitié.

Un bon moyen d'évoluer dans une zone où le challenge est corsé. Là encore, un objet est nécessaire pour mettre en oeuvre cette connexion avec un autre joueur. On gagne en confort dans l'utilisation de ce multijoueur puisque l'on peut enfin mettre en oeuvre un mot de passe pour être de retrouver le joueur désiré. Enfin, il ne faut pas non plus oublier un outil qui revient dans chaque jeu ou presque : le mode photo. Si l'on pouvait douter de sa pertinence dans les différents opus de la série, la qualité visuelle de ce remake rend cet outil pour la première fois potentiellement intéressant. Une utilisation simple pour un mode complet et fidèle à ce que l'on peut trouver dans les productions du moment.

Ce remake est décidément d'une immense qualité, la preuve une nouvelle fois avec la bande-son. Il n'y a que des bons choix réalisés sur la bande-son de ce remake. On l'a dit en abordant la manette DualSense, le haut-parleur est bien exploité pour offrir de nombreux bruitages. On pourra aussi profiter de thèmes musicaux d'une superbe qualité qui offre une touche supplémentaire à cet univers si particulier, comme pour chaque "Souls". Les compositions sont souvent discrètes à base de quelques notes mais suffisent à plonger d'une belle manière une ambiance unique, l'immersion est garantie. Si les thèmes ne sont effectivement pas nombreux mais d'une grande qualité, on précise que ceux-ci ont fait l'objet d'un excellent travail de réorchestration pour cette occasion.

Un respect total une nouvelle fois de l'oeuvre original, la démarche est simplement de proposer un rendu technique au goût du jour. On profite aussi de bruitages dont la qualité est similaire, là encore le résultat ajoute une touche supplémentaire au côté épique des affrontements mais aussi à la violence générale qui règne tout au long du jeu. Afin d'enfoncer le clou et prouver qu'ils maîtrisent l'art du remake, les développeurs du studio Bluepoint poursuivent les bonnes initiatives en proposant un doublage français totalement inédit. On peut effectivement pointer du doigt la pertinence de ces doublages compte tenu du style du jeu qui n'a pas vocation à être bavard.

La série a pour habitude de mettre une forme de silence et de mystère malgré la présence de quelques protagonistes au cours de notre périple. En tout cas le travail sur la bande-son est d'une grande qualité. On termine quand même par le scénario du jeu même si cet aspect n'est clairement pas la force des différents productions de From Software, à l'exception peut-être du dernier en date (Sekiro). Cette histoire nous plonge dans le royaume de Bolétaria qui fait l'objet d'une attaque par un personnage sombre et puissant. Un brouillard s'installe tandis que des monstres débarquent dans un seul but, la destruction pure et simple des humains.

On va se contenter de ce court résumé qui permet d'avoir un petit goût de l'ambiance proposée par cet épisode. Si le résumé semble afficher une histoire classique, le travail d'écriture offre en réalité une profondeur suffisante et surtout captivante malgré un faible nombre de dialogues. Ce n'est clairement pas le jeu le plus bavard mais son ambiance et le petit travail d'écriture proposé suffisent amplement à proposer une aventure qui accroche le joueur jusqu'au bout. 

Demon's Souls est un remake absolument magnifique. Le studio Bluepoint Games prouve une nouvelle fois son talent pour offrir un remake de qualité. Une combinaison parfaite entre un respect pour l'oeuvre original et de petites modifications pour rendre l'expérience encore plus confortable et captivante. Une réussite totale qui fait de ce remake un titre incontournable au lancement de la PlayStation 5 à condition bien évidemment d'apprécier le genre. Une expérience de jeu sublime et solide qui donne le ton pour cette nouvelle génération.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 18/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 15/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 18/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article