Jeuxvideo-world

[Test] DiRT 5

14 Novembre 2020 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Après DiRT 4 et DiRT Rally 2.0, Codemasters ne lâche pas sa série bien au contraire puisqu'en cette fin d'année, un nouvel épisode débarque et profite d'ailleurs pour s'installer sur un maximum de consoles. On revient sur la formule classique étant donné que ce nouvel épisode s'intitule DiRT 5. En effet la série est composée de deux orientations : la catégorie DiRT Rally, très sérieuse dans son approche avec une orientation simulation et la catégorie DiRT suivie d'un numéro où l'approche est plus fun, plus folle avec une orientation arcade.

DiRT 5 débarque donc en ce mois de novembre 2020 sur une multitude de supports : PC, PS4 (version testée ici), PS5, Xbox One, Xbox Series et sur Stadia l'année prochaine. On l'a bien compris depuis son annonce, le jeu revient aux sources avec la volonté d'un pilotage amusant, pas trop exigeant où il faudra faire le show en gymkhana. Une formule inchangée pour un épisode qui s'inscrit trop dans la continuité ?

Avec ce nouvel épisode, on met clairement de côté le sérieux et ce visuel un peu froid de la série DiRT Rally pour découvrir une ambiance nettement plus fun et coloré. Oui la couleur ne manque pas dans ce DiRT 5 avec carrément des tons flashy qui pose vraiment un style décontracté au jeu. Une direction artistique qui colle parfaitement à la série et que l'on pouvait déjà retrouver dans des épisodes précédents comme DiRT 2, DiRT 3 ou même DiRT Showdown. C'est pétillant du début à la fin et ça commence dès les menus, la cohérence est totale. Cette fête est mondiale avec un joli tour du monde proposé au niveau des destinations : Etats-Unis, Brésil, Norvège, Grèce, Afrique du Sud, Chine... Chaque pays offre un visuel dans l'esprit de cet opus et non un réalisme absolu.

On essaye plutôt d'avoir la plus belle carte postale avec toujours beaucoup de couleurs avec un délire festif avec toutes les couleurs de l'arc-en-ciel et un spectacle permanent. Les décors sont soignés avec de nombreux détails et surtout de nombreuses animations. Les effets visuels sont nombreux avec des particules et des néons sans modération. Pour enrichir encore plus le spectacle tout en touchant le pilotage, les développeurs mettent en oeuvre une météo dynamique. C'est clairement l'un des ajouts majeurs de cet épisode d'autant que la tentative est totalement convaincante. On passe d'une météo à une autre avec les différents changements que cela implique que ce soit dans le ciel ou sur la piste avec une évolution de l'état. 

Cette dernière influence le visuel mais aussi le pilotage de quoi rendre les parties intéressantes et surprenantes d'un tour à un autre. En dehors d'un soleil étincelant, la pluie et la neige seront de la partie et cerise avec des effets de lumière renforcés par cette météo dynamique. La terre pourra se transformer en boue, l'asphalte devient rapidement glissant, la neige et la brume rendent la visibilité compliquée... Cette météo possède un vrai impact sur le jeu. Artistiquement parlant, c'est donc une vraie réussite et heureusement car sur le plan technique le jeu n'affiche pas de gros progrès, la prestation est très correcte (malgré quelques petits soucis de finition qui seront corrigés par la suite). On note par exemple une modélisation encore perfectible et des textures pas toujours flatteuses. D'ailleurs on pourra choisir de miser sur les graphismes mais avec une fluidité qui se bloque à 30fps ou au contraire s'offrir une fluidité jusqu'à 60fps mais avec une partie graphique légèrement plus modeste.

Une option qui pourra paraître anecdotique pour certains joueurs mais on nous laisse le choix c'est déjà mieux que rien. En matière de bugs, les développeurs ont réalisé un gros effort dès la sortie du jeu, on pourra parfois obtenir encore des collisions légèrement bizarres mais rien de vraiment problématique pour la continuité de l'épreuve en cours. Avant le coup on s'en doutait et dès les premiers tours ça se confirme, ce nouvel épisode n'a rien à voir avec DiRT Rally. On est bel et bien face à un retour aux sources avec une orientation totalement arcade. DiRT 4 cherchait un peu à obtenir un équilibre entre les deux orientations, ici on assume complètement le 100% arcade. Forcément au niveau du pilotage rien de précis, on fonce avec une conduite violente sans avoir peur de percuter l'environnement ou les autres pilotes.

Aucune finesse, on enchaîne les dérapages avec des dépassements sans le moindre respect, un vrai bazar pour toujours plus de fun. L'IA est dans le même délire avec un comportement très agressif, elle n'a pas peur de l'impact et elle ne cesse de prendre des risques sans se préoccuper des éventuels frottements avec les autres pilotes. Forcément avec un tel réglage, c'est vite le bordel dans certaines épreuves. Pas d'inquiétude par contre concernant votre véhicule. Avec une telle orientation, le jeu ne propose pas de gestion des dégâts. On constate bien des dégâts visuels mais en dehors de la partie esthétique, il n'y a pas de changement suite à des collisions ou accidents, les performances sur une épreuve restent identiques du début à la fin. On a donc bien compris que c'est un gameplay arcade avec la qualité d'être accessible pour un plaisir de jeu immédiat. Mais derrière cette excellente prise en main, on trouve tout de même de bonnes sensations.

La partie automobile n'est pas totalement générique et ne s'arrête pas à une différence visuelle. En effet manette en main on va vite rapidement découvrir que chaque véhicule possède sa petite particularité. Les comportements sont différents et en ajoutant les différents terrains, on va vite comprendre que le pilotage demande tout de même une certaine maîtrise pour chaque catégorie si l'on veut espérer sortir vainqueur des différentes épreuves proposées. Au niveau du contenu justement, ce nouveau volet se montre plutôt généreux dans l'ensemble. On pourra découvrir 125 épreuves pour un total de 10 catégories, une trentaine de tracés et 10 lieux pour voyager à travers le globe. Des chiffres flatteurs avec également plus de 60 voitures disponibles, les modèles sont variés pour que chacun trouve le ou les styles appréciés. Les épreuves sont variées de la simple course avec plusieurs pilotes au duel en passant par une dimension "scoring" avec le gymkhana.

Le mode carrière est évidemment le coeur du jeu pour enchaîner les épreuves et donc gagner des récompenses (monnaie virtuelle et réputation) pour acheter et débloquer des véhicules. On pourra aussi obtenir des éléments de personnalisation où il faudra réussir des défis en plus de la victoire. Au niveau des modes, on pourra lancer le mode arcade (un classique avec la création de l'épreuve selon ses envies) mais aussi le mode Playgrounds où l'on pourra créer une arène et une épreuve. Un outil intéressant mais comme bien souvent pas toujours très simple à prendre en main. Ce même mode possède un potentiel avec l'utilisation des différents types d'épreuves mais il manque encore quelques éléments pour profiter au mieux de la dimension online (fantôme du meilleur score notamment). En parlant de multijoueur, le jeu soigne cet aspect avec un mode multijoueur en local et en ligne.

C'est tellement rare qu'il faut féliciter la mise en oeuvre d'un multijoueur en écran splitté jusqu'à 4, c'est vraiment excellent. Pour la partie online, on pourra lancer des épreuves jusqu'à 12 joueurs avec une multitude de modes, du plus classique au plus original avec une certaine nostalgie. Enfin on souligne également la présence d'enregistrements audio en guise de liaison d'une épreuve à une autre dans le mode carrière. Les interventions sont anecdotiques dans le contenu mais la présence de celles-ci permet d'apporter une certaine dynamique à la carrière plutôt que d'enchaîner simplement les épreuves. On n'a pas encore abordé la partie sonore du jeu qui mérite tout de même quelques précisions.

On reproche souvent pour ce style de se contenter d'offrir des bruitages classiques et une liste de morceaux sympathiques. Pour cet épisode, les développeurs mettent en oeuvre des idées intéressantes et le résultat est vraiment bon. Même si le jeu possède une vraie orientation arcade, le studio réalise un bel effort pour offrir une certaine crédibilité sur les bruitages moteurs. On peut d'ailleurs distinguer trois sources sonores sur chaque véhicule : le moteur, le passage des rapports et l'échappement. Chaque véhicule possède un mixage différent avec un résultat différent selon la vue sélectionnée (cockpit ou large).

Concernant les différentes musiques du jeu en course ou dans les menus, non seulement celles-ci s'accordent avec le délire et l'univers du jeu mais surtout le jeu essaye de renforcer le côté "show" du jeu. En effet cette nouvelle approche profitable à l'immersion du joueur consiste à proposer une diffusion des musiques par des points précis dans l'environnement. L'idée est d'avoir l'impression que des hauts-parleurs sur la piste diffusent les différents morceaux. C'est peut-être un détail pour une majorité des joueurs mais en matière de bande-son l'initiative est intéressante et fonctionne très bien, sans être une révolution.

DiRT 5 signe un vrai retour au pilotage arcade. Ce n'est pas une surprise en proposant une série régulière suivie d'un chiffre et une série "DiRT Rally" le message est très clair et permet rapidement de comprendre où l'on met les pieds. Avec ce cinquième épisode, c'est donc un vrai show avec une conduite arcade et un combat permanent sur la piste où l'on conserve rarement son véhicule sans le moindre dégât.

Un épisode fun, facile à prendre en main tout en proposant un minimum de technique et de réalisme pour plaire à un large public. Un contenu solide, une belle bande-son et surtout un visuel vraiment séduisant. Néanmoins on est vraiment dans la continuité, il n'y a pas de grosse nouveauté et donc la formule proposée n'est pas originale. On regrette aussi ce petit manque de finition (quelques bugs) malgré des efforts dès la sortie du jeu avec une mise à jour. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 16/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article