Jeuxvideo-world

[Test] Sackboy : A Big Adventure (PS4)

25 Novembre 2020 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Le charmant et délirant Sackboy est de retour. Notre peluche en laine revient dans une nouvelle aventure en cette fin d'année sur PlayStation 4 (version testée ici) mais aussi sur PlayStation 5 (test à venir) pour accompagner la sortie de la nouvelle console de Sony. Non, le jeu ne s'intitule pas LittleBigPlanet 4 mais Sackboy : A Big Adventure. Un nom différent mais un concept et univers très proche à quelques nuances près. Ce n'est pas non plus MediaMolecule qui est en charge de ce nouveau jeu mais le studio Sumo Digital. Rien d'inquiétant puisque si les deux premiers opus sont du studio MediaMolecule, LittleBiglanet 3 était développé par Sumo Digital qui connaît donc très bien l'univers particulier de la série. Un changement de nom pour un changement de style ? Plate-forme et univers coloré semblent toujours être de la partie... Une exclusivité incontournable ?

Avant même de se plonger dans cette nouvelle aventure, c'est toujours un plaisir de revoir en scène ce personnage nommé Sackboy. Un héros qui a fait sensation dès la première aventure dans LittleBigPlanet sur PlayStation 3 avec un univers attachant et un look que l'on peut vraiment personnaliser. Pourquoi ce nouveau voyage ne se nomme pas LittleBigPlanet 4 ? En dehors du studio, c'est surtout le changement de la formule par rapport à la trilogie. Si une grosse partie du concept est reconduite, on trouve tout de même des changements qui suffisent à impliquer ce nouveau titre comme une forme de spin-off. Premier constat qui saute aux yeux par rapport aux autres épisodes de la série, on fait face à un jeu de plateforme en 3D.

Auparavant c'était une vue 2D avec plusieurs plans, désormais on bascule clairement en 3D avec une caméra spécifique, on y reviendra. Mais il y a un aspect qui ne change pas, c'est la qualité de la direction artistique. Sur ce point, on conserve l'esprit et le style de la licence LittleBigPlanet, un charme qui fait toujours son petit effet. Contrairement à d'autres pattes artistiques, ce style ne cherche pas du tout à viser un public précis. L'univers de cette nouvelle aventure est donc toujours aussi mignon et coloré avec des décors variés qui mettant en scène une conception "arts plastiques" propre à la licence.

On retrouve ainsi de nombreuses formes de tissus, de plastiques, de laines, de cartons et bien d'autres matières différentes pour établir des environnements avec une certaine identité comme une ville ou une forêt avec un thème précis. On va d'ailleurs rester prudent sur la construction des niveaux pour conserver l'effet de surprise car derrière cette belle patte visuelle, on profite aussi d'un excellent level-design. Malgré le passage en 3D qui pouvait casser l'esprit initial de la série, les développeurs affichent de superbes idées pour proposer des niveaux intelligents et variés. C'est toujours différent, surprenant et surtout amusant, une vraie réussite en matière de mise en scène.

Sur le plan technique, Sackboy : A Big Adventure offre une belle prestation pour cette version PlayStation 4. Le jeu est parfaitement fluide, nous n'avons pas rencontré le moindre ralentissement. Il est stable (pas de crash ou d'erreur) avec une bonne finition au niveau des textures de la modélisation mais aussi des animations. Le travail sur l'éclairage est également très bon et participe à ce joli rendu des différents niveaux du jeu. On précise également que les temps de chargement affreusement longs de LittleBigPlanet 3 sont nettement réduits pour cette version PlayStation 4, nul doute que la version PlayStation 5 fera encore plus fort sur ce point (mise à jour du test à venir pour la version PlayStation 5). Au niveau du gameplay, là aussi on conserve les grandes bases mais par les changements de l'aspect visuel et notamment de cette vue en 3D, il y a quelques différences.

Celles-ci nécessitent d'ailleurs un petit temps d'adaptation car le passage à la vue 3D pour ce jeu de plateforme s'accompagne d'une caméra en pilote automatique dont les placements sont en règle générale très bon. Il arrive tout de même d'être plus ou moins gêné par certaines séquences où le calcul de la distance peut paraître délicat et donc aboutir à des déplacements imprécis. Cela reste occasionnel et pas du tout dérangeant mais ce type de vue implique des perspectives qui nécessitent une certaine maîtrise pour réussir les actions du premier coup. Autrement d'une manière générale, le jeu s'offre une excellente prise en main sans forcément chercher à séduire les jeunes publics. On a trop tendance à lui coller cette image d'expérience de jeu pour les plus jeunes notamment sur cet épisode, c'est une erreur.

Le travail réalisé est uniquement dans un but de séduire un public très large sans forcément définir un équilibre qui pourrait désigner un public précis, il suffit d'ailleurs de se souvenir du challenge proposé par les niveaux du mode histoire des opus précédents de la série. Il est vrai que cet épisode se montre moins difficile mais il offre tout de même un certain challenge, ce n'est pas une simple balade. Au niveau des actions réalisées par le Sackboy, on retrouve dans un premier temps des mouvements classiques pour ce genre de jeu. On peut sauter, frapper, s'accrocher avec un comportement et une précision dont le résultat est relativement proche des opus précédents.

Il faut entendre par là que les mouvements sont souples mais peuvent manquer de précision dans certaines situations. Le système de lock demande également un petit apprentissage. Derrière cette première couche de mouvements, on pourra trouver des équipements pour offrir un peu de folie et des séquences amusantes. On va volontairement rester très mystérieux sur ces fameuses séquences, on va juste dire qu'il est question de grappin, de boomerang...

Enfin concernant la progression des niveaux, on retrouve le concept des bulles qui débloquent des objets cosmétiques en plus de pouvoir récolter des orbes. Celles-ci sont éparpillées dans les différents niveaux et il est important d'avoir un oeil sur cette collecte car le passage d'un niveau à un autre n'est possible que si vous avez récolté le nombre requis. On l'a dit la difficulté est progressive et dès qu'une séquence vous donne du fil à retordre, rien n'est lourd dans la démarche du jeu. On trouve de nombreux checkpoints avec une récupération totale de la vie du personnage. Si vous venez vraiment à ne plus avoir de vies, il faudra recommencer le niveau mais là encore rien de très lourd dans la mesure où la progression de la collecte des orbes est sauvegardée.

Sans donner une quelconque précision, on ajoutera que le jeu propose des défis avec un objectif précis pour offrir une dose supplémentaire de challenge. Concernant l'aventure principale, le jeu se décompose en 5 grands mondes qui contiennent plusieurs niveaux. Comme dit quelques lignes auparavant, la progression d'un niveau à un autre est soumise à la collecte d'un nombre d'orbes pour se présenter jusqu'à la dernière épreuve du jeu, le boss final. En prenant son temps, vous pouvez compter sur une petite dizaine d'heures pour finir l'histoire. On retrouve également l'un des aspects séduisants de la série : la personnalisation de son Sackboy.

Un point important qui est toujours présent avec une approche similaire dans la profondeur de la personnalisation (tête, corps, bas, accessoire...). Des objets cosmétiques à obtenir dans les bulles mais aussi dans les boutiques avec l'argent gagné dans les mondes. On note également la présence d'un système d'émote, un ajout anecdotique mais qui reste amusant surtout dans des parties multijoueur... Justement on y vient à cette dimension multijoueur. Oui, il est possible de jouer à l'intégralité du jeu jusqu'à 4 joueurs.

D'ailleurs certains niveaux sont spécialement orientés vers cette approche coopérative avec des mécaniques que l'on avait déjà pu voir dans les épisodes précédents (gérer un interrupteur, porter un sackboy...) en plus des mouvements pour provoquer ou agacer le joueur (attraper pour le ralentir, pousser le joueur, mettre des gifles...). Car s'il s'agit bien d'une approche coopérative pour arriver à la fin du niveau, il y a tout de même une forme de compétition entre les joueurs avec à la fin d'un niveau une mise en scène d'un podium avec un système de classement et donc un gagnant pour celui qui réalise le meilleur score. Si l'aventure est sympathique en solo, elle possède un goût encore meilleur à plusieurs à l'image de la série LittleBigPlanet. Par contre précision importante, le multijoueur en ligne n'est pour le moment pas disponible. Il faut se contenter du mode local jusqu'à l'arrivée d'un patch prévu dans les prochaines semaines.

Le véritable bémol du contenu de cette nouvelle aventure, c'est la disparition totale de l'aspect création. L'outil était puissant avec de superbes créations réalisées par les joueurs... Malheureusement toute cette partie n'est pas présente dans ce nouveau jeu. Une fonctionnalité majeure qui vraiment mal à la rejouabilité du titre d'autant que c'était une grosse partie de l'identité de LittleBigPlanet. Peut-on espérer l'ajout de niveaux par les développeurs ? C'est peu probable en tout cas si l'on veut absolument créer des mondes il faut retourner sur LittleBigPlanet 3 ou Dreams, l'autre pépite de MediaMolecule.

Au niveau de la bande-son, on est agréablement surpris par le travail réalisé des développeurs. Des choix inspirés qui nous permettent d'obtenir une superbe ambiance. On retrouve déjà les bruitages sympathiques que l'on pouvait entendre dans LittleBigPlanet comme celui des bulles. Ensuite, on constate la présence d'un doublage français très convaincant tout au long de l'histoire alors qu'il s'agit d'un critère sans attente particulière pour un tel jeu, une bonne surprise là aussi. Enfin on est totalement séduit par la composition de la playlist du jeu. Non seulement on trouve des morceaux inédits pour l'occasion qui collent parfaitement au style du jeu mais on pourra aussi profiter de musiques connues qui font l'objet d'une légère modification pour l'occasion.

On vous laisse découvrir les différents artistes, nul doute que vous n'aurez aucun mal à reconnaître certains titres malgré le mix rajouté pour chaque morceau. Une bande-son complète, variée avec une démarche originale qui accompagnent à merveille les aventures du Sackboy. En parlant d'aventures, la succession des mondes n'est pas sans lien. Le jeu propose un travail d'écriture et pas qu'un peu, s'il n'est pas original, le travail d'écriture est plus présent que les épisodes de la série LittleBigPlanet.

Attention il ne faut pas s'attendre à un déroulement original. Il s'agit d'abord d'un prétexte pour justifier les mondes avec des positions classiques sur le plan scénaristique. Le joueur incarne un héros, notre Sackboy, afin de faire face à une menace. Celle-ci est un méchant qui cherche à détruire les différents mondes. Un court résumé d'une histoire pas spécialement inintéressante mais pas non plus captivante ou surprenante. On apprécie tout de même les efforts des développeurs pour soigner le contexte et offrir quelques passages sympathiques avec notamment la présence de cinématiques avec souvent une mise en scène amusante.

Sackboy : A Big Adventure est une nouvelle expérience sympathique aux commandes d'un Sackboy toujours aussi attachant et délirant. Sumo Digital parvient sans problème à reprendre l'esprit de la série LittleBigPlanet pour offrir un visuel très proche et une ambiance joyeuse à tous les niveaux. Techniquement très propre et stable, le jeu s'offre une bande-son particulièrement soignée et un scénario simple mais agréable à découvrir.

Le gameplay est tout aussi bon sans forcément offrir de grosses nouveautés malgré un passage à la 3D. On note bien même la mise en oeuvre de quelques idées mais cela reste léger, la prise de risque est minimale. S'il y a bien un mode multijoueur (uniquement en local pour le moment), on regrette l'absence d'un outil de création autant dans la position du créateur que dans celui qui découvre des mondes inédits réalisés par les joueurs. Une aventure qui mérite tout de même le détour et idéalement à plusieurs.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 13/20

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article