Jeuxvideo-world

[Test] Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : le jeu vidéo officiel (PS4)

28 Juin 2021 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

Suite à la crise sanitaire en 2020, les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont fait l'objet d'un report en 2021. Le lancement approche avec un début fixé au 23 juillet jusqu'au 8 août 2021. Un événement planétaire attendu avec au programme plus de 11000 athlètes pour un total de 33 sports, 50 disciplines et 339 épreuves. Pour l'occasion de nouveaux sports sont intégrés lors de cette édition, on trouve : le karaté, le basket-ball à trois, l'escalade sportive, le skateboard, le surf et enfin le BMX freestyle.

L'éditeur Sega profite de l'occasion pour proposer un jeu vidéo qui s'intitule Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : le jeu vidéo officiel. Une tentative sportive disponible depuis le 22 juin dernier et qui débarque sur PlayStation 4 (version testée ici), Xbox One, Nintendo Switch et PC. Si l'on apprécie la démarche de tels jeux, on reste souvent déçu du résultat la faute généralement à un manque de moyens. Avant le coup, on espère donc être surpris afin de faire honneur à cette grande compétition. Une parenthèse sportive convaincante ?

On commencer par parler de la réalisation du jeu et déjà il y a plusieurs précisions importantes. En effet jusqu'à présent les jeux olympiques s'offraient deux formes d'adaptations en jeu vidéo, une approche sobre et sérieuse et une approche fun dès que Nintendo passait par là avec l'univers Mario et Sonic en guise d'athlètes. Cette nouvelle édition se déroule à Tokyo au Japon, et visiblement les développeurs ont tenté de faire un mixte des deux approches. On peut féliciter la prise de risque car ce choix risque de diviser les joueurs même s'il faut voir cette orientation artistique comme un bon oeil. L'idée est de rendre hommage à la culture japonaise et donc d'offrir un visuel un peu cartoon drôle dans des environnements sérieux et fidèles.

L'aspect officiel du jeu se retrouve ainsi dans les environnements avec une modélisation fidèle du stade olympique ainsi que les autres lieux (piscine) où les épreuves se dérouleront. Un visage officiel qui partage la vedette avec un visuel décalé concernant les athlètes. En effet le charac-design est étonnant si ce n'est même perturbant au premier contact. On s'attendait avant le coup à faire face à des athlètes masculins et féminins avec une approche visuelle réaliste à l'image des lieux des différentes épreuves. Finalement la direction artistique offre un virage plus mignon, cartoon, drôle qui va ouvrir la voie à de nombreuses folies en matière de costumes et de personnalisations.

On va donc pouvoir incarner un athlète avec un costume de Sonic ou bien une combinaison spatiale... Une folie que l'on accepte et que l'on apprécie au fil des épreuves une fois l'effet de surprise encaissé. En dehors d'une référence à la culture japonaise, on peut aussi y voir une tentative de l'éditeur à s'ouvrir à un public large qui serait sensible à ce potentiel cosmétique même si cela possède un impact sur le côté réaliste de la compétition. Au niveau de l'interface, les menus sont sobres et lisibles, pas de folie particulière. Sur le plan technique, cette version PlayStation 4 se montre vraiment moyenne pour ne pas dire décevante.

Evidemment qu'on ne s'attendait pas à une claque visuelle pour un tel jeu mais compte tenu de la fin de la génération PlayStation 4, on espérait une dimension technique plus flatteuse et maîtrisée. Ce n'est pas totalement moche, mais on peut dire avec certitude que le jeu ne cherche en aucun cas à pousser la PlayStation 4 dans ses retranchements. Certaines textures sont vilaines, d'autres un peu plus rassurantes. La modélisation souffle elle aussi le chaud et le froid mais le pire vient des animations vraiment mauvaises dans certaines activités. On peut accepter une partie technique modeste pour ce type de jeu mais on espère quand même un minimum de confort et de réalisme. D'ailleurs ce type de jeu est sujet à de nombreux retours aux menus et de nombreuses transitions d'un sport à un autre, rien de choquant si ce n'est que les temps de chargement sont beaucoup trop longs.

Même en jouant sur PlayStation 5, cela reste pénible, la différence n'est vraiment pas énorme. C'est dommage car un tel jeu avec un minimum de soin permet de profiter d'une belle ambiance et d'une mise en scène agréable. Même si la direction artistique est spéciale, on aurait vraiment une technique plus poussée pour rendre les épreuves crédibles et agréables à l'oeil. N'espérez pas non plus un travail particulier sur l'éclairage, par contre le jeu ne souffre pas de gros bugs à son lancement. Si la réalisation n'est pas forcément l'aspect majeur d'une telle production, le gameplay lui se doit d'être à la hauteur de l'événement. Le résultat est mitigé, les sensations et commandes proposées sont plus ou moins satisfaisantes d'un sport à un autre.

Mais ce qu'il d'abord souligner c'est que dans l'ensemble conserve cette approche arcade avec une bonne prise en main. Un genre de jeu accessible de manière, une nouvelle fois, à toucher un large public. La prise en main, à l'image du gameplay d'une manière plus générale, reste tout de même variable selon le sport pratiqué. C'est d'ailleurs l'un des défauts du jeu, celui d'être irrégulier dans le gameplay. Par exemple les sports collectifs comme le football, le basket-ball ou le rugby, peinent vraiment à convaincre. Bien loin d'être fun, ces sports proposent des commandes lourdes. Les déplacements sont rigides, les animations sont dépassées. Il ne s'en dégage aucune technique, aucune précision. Les phases de jeu deviennent vite imprévisibles en sachant que l'IA est la plupart du temps ridicule.

D'ailleurs concernant l'IA, on passe d'un extrême à l'autre selon le sport, parfois complètement absente, l'intelligence artificielle est capable de sortir des records complètement dingues. Il y a un vrai manque d'équilibre malgré un système de difficultés. Pour revenir au gameplay des autres sports, ceux-ci s'en sortent avec même quelques bonnes surprises. On retrouve le concept du dosage de touche mais aussi celui-ci d'appuyer très rapidement. Un système de jeu que l'on retrouve surtout pour la partie athlétisme. La partie natation affiche un système un peu plus technique. Mais les bonnes surprises se trouvent surtout du côté du tennis de table, du beach-volley, du BMX, de la boxe, de l'escalade ou encore du judo. Non seulement la prise en main est bonne mais surtout le gameplay fait usage des sticks analogiques d'une façon intéressante avec une restitution crédible du déroulement à l'écran.

Oui cette notion de crédibilité est importante pour un tel jeu mais les développeurs n'en font pas une totale priorité bien au contraire. A l'image de la direction artistique, ceux-ci tentent d'ajouter au gameplay quelques nouveautés un peu plus fantasy. Pour preuve, il sera possible de profiter d'un boost au départ mais aussi de coups spéciaux dès que la jauge est pleine. Ces mécaniques sont clairement étonnantes pour un tel jeu et font vraiment écho à la formule proposée par Nintendo avec le jeu Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Il n'est clairement pas certain que la majorité des joueurs apprécient cette orientation. On passe maintenant au contenu du jeu et là aussi il y a une bonne dose de frustration. Contrairement aux précédentes éditions, cette année il faut se contenter de 18 épreuves olympiques...

On est bien loin de la réalité d'autant qu'il y a des absences importantes à nos yeux. Voici donc la liste des épreuves : natation (100m nage libre et 200m 4 nages), athlétisme (100m, 110m haies, relais 4x100m, saut en longueur, lancer du marteau), football, rugby à 7, basket-ball, beach-volley, baseball, tennis, tennis de table, BMX, boxe, judo et enfin escalade. Une liste bien trop courte à notre goût, au rayon des absences, on peut citer le tir à l'arc, la gymnastique, l'haltérophilie, l'équitation, l'aviron... C'est bien dommage pour un jeu officiel. Pour chaque épreuve, il existe trois niveaux de difficulté : normal, difficile, extrême. Il sera possible d'affronter le champion d'une épreuve dès que vous obtenez votre première médaille dans l'épreuve en question. Par rapport aux modes de jeu, on peut aussi parler de déception à la lecture des modes proposés.

Il n'y a pas de mode solo scénarisé. En solo, il faudra se contenter de deux modes : mode Jeux Olympiques (objectif simple, faire un podium et si possible remporter la médaille d'or sur une épreuve) et mode entraînement. Heureusement il y a des modes multijoueur mais là aussi, c'est le strict minimum. On a donc un mode multijoueur en ligne jusqu'à 8 joueurs mais aussi un mode local... à deux joueurs maximum. Une limite frustrante quand on connaît le potentiel d'un tel jeu sur un même écran. On note tout de même la présence d'un mode en ligne jouable à deux joueurs sur le même écran. Autrement pour le multijoueur en ligne, on va surtout enchaîner les parties classées avec de nouvelles épreuves très régulièrement. L'avantage de ce mode est aussi de pouvoir comparer ses records avec les autres joueurs. 

On pouvait s'attendre éventuellement à une partie online un peu plus riche mais ce n'est pas le cas, néanmoins le contenu proposé est correct. Par rapport aux records, il convient une nouvelle fois de mettre en lumière l'équilibre étrange du jeu. En effet, s'il y a bien un aspect dont on aimerait une cohérence c'est justement sur celui-ci. On a constaté que les temps et distance des épreuves sont parfois loin de la réalité. Sans aller jusqu'à vouloir la perfection sur les scores réalisés, on aurait aimé au moins des scores assez près de la réalité, or dès les premières tentatives de certains sports, les scores seront déjà trop éloignés de la réalité...

En évoquant cette notion de réalité très approximative dans cette édition, il faut aussi revenir un peu plus en détail sur la personnalisation offerte par le jeu. Pour le coup, même si l'outil n'était pas indispensable pour un tel jeu, il faut avouer que c'est sympathique et particulièrement riche. On pourra trouver un éditeur d'avatar complet (cheveux, visages...) afin de concevoir un personnage à son image ou de partir dans un visuel délirant. On précise aussi que vous pouvez définir les capacités des athlètes en ajustant trois caractéristiques : puissance, vitesse et technique. Il est possible de changer les compétences en remportant des points que l'on obtient en participant à des épreuves. Une nouvelle fois, cet aspect du jeu est étonnant mais cela lui donne un peu de profondeur et participe à la bonne rejouabilité du titre.

Autre point discutable mais tout de même amusant, la présence de costumes complètement décalés. En effet le jeu propose plus de 50 costumes (Sonic, astronaute, pirate...) que l'on peut acheter avec les points gagnés dans les différentes épreuves. Le jeu propose de débloquer d'autres contenus comme des astuces et des titres. Enfin il faut aussi rappeler que le prix de vente à sa sortie est de 40€. Un prix de départ légèrement plus bas qu'une sortie classique mais qui ne suffit pas à combler la déception du manque de contenu du jeu (sports, modes). Pour un jeu officiel, on s'attendait logiquement à entendre la musique officielle de la compétition. C'est effectivement le cas et pour le coup c'est positif. Le problème est que le jeu ne propose que ce thème musical qui passe donc en boucle dans les menus.

Dès que vous êtes dans des temps de chargements ou les menus, vous pourrez entendre uniquement le thème officiel, de quoi vite rendre l'ambiance très lourde alors que sur le papier sa présence reste une bonne idée. On aurait apprécié un peu plus de diversité de manière à prendre du plaisir à entendre la musique après le passage de différentes compositions. Cette répétition et cette lourdeur se retrouvent aussi du côté des voix off dont les interventions sont simplistes sans offrir un minimum de variété. On précise tout de même l'effort de proposer un doublage français. On profite donc d'une bande-son classique qui réalise le strict minimum en respectant son côté officiel.

Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : le jeu vidéo officiel est un moyen simple et accessible de s'amuser à plusieurs malgré des limites évidentes autant sur le plan visuel que sur le gameplay, le contenu et même la bande-son. Le genre de compilation que l'on voit rarement et qui possède pourtant un bon potentiel. Sega propose ici un jeu correct avec des idées amusantes et intéressantes mais son côté arcade n'est pas toujours bon d'un sport à un autre, en particulier les sports collectifs. Le contenu méritait également un peu plus de soin notamment au niveau de l'expérience solo. L'éditeur fait un effort sur le prix de lancement (40€), mais pas sûr que la démarche suffise à séduire les joueurs en quête d'un jeu sportif fun entre potes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 13/20
Bande-son : 12/20

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 13/20

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article