Jeuxvideo-world

[Test] Ratchet & Clank : Rift Apart

18 Juin 2021 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

Après l'excellent Returnal, le catalogue PlayStation 5 de Sony poursuit son chemin avec cette fois-ci la sortie du très attendu Ratchet & Clank : Rift Apart. Il s'agit une nouvelle fois d'une exclusivité PlayStation 5 particulièrement attendue et qui se présente avec le statut de vitrine technologique. Une licence appréciée, accessible, dont le développement est assuré par le talentueux studio d'Insomniac Games. Un hit en puissance depuis son annonce qui est donc enfin disponible depuis le 11 juin dernier. Un épisode génial et incontournable ?

On commence par faire un point sur l'aspect visuel du jeu. L'arrivée de la licence sur la nouvelle génération attire forcément les regards d'autant qu'Insomniac Games est aux commandes. Quand on voit le travail réalisé sur le dernier Marvel's Spider-Man : Miles Morales, on peut logiquement attendre une très grosse prestation visuelle, d'où le statut annoncé de vitrine technologique. Dès les premières secondes, le verdict tombe : l'expérience visuelle est fabuleuse. C'est magnifique, brillant, on n'a rarement vu une réalisation aussi sublime au point de se rapprocher d'un film Pixar. Une véritable démonstration qui contribue à cette joie à chaque session de jeu. Notre réaction est simple, on a l'impression d'être un enfant émerveillé par ce qu'il se produit à l'écran.

La finesse des textures et le niveau de détail sont impressionnants, les animations sont nombreuses et bluffantes. Les effets visuels sont nombreux, variés et renforcent considérablement l'immersion du joueur dans des planètes variées et inspirée. C'est très coloré, vivant avec de superbes arrière-plans. La distance d'affichage est énorme, le travail sur la lumière participe lui aussi à ce résultat pétillant. Oui c'est une immense claque visuelle sans transition, sans lourdeur, sans chargement c'est fluide en permanence. Artistiquement parlant le jeu parvient à rester solide avec des environnements variés, c'est un vrai plaisir d'explorer chaque planète.

Si l'on ne doutait pas des efforts pour exploiter la PlayStation 5, on pouvait craindre un petit manque d'inspiration sur l'univers de la série. Un doute très rapidement levé, le bestiaire est amusant, les protagonistes toujours aussi percutants (avec de l'inédit), la série démontre une nouvelle fois son immense potentiel et surtout son plus beau visage. On préfère ne pas donner d'exemples sur les différents biomes de cette aventure ou sur ces petits détails amusants que vous pourrez découvrir. En tout cas l'univers est vivant, coloré avec cette petite touche d'humour propre à la série. 

Une opération séduction qui s'accompagne forcément d'une partie technique maîtrisée avec différents modes visuels : fidélité, performance et performance RT. L'approche est donc similaire au dernier Spider-Man. Le mode fidélité mise sur la résolution en 4K native pour un framerate stable à 30fps. Un mode séduisant qui permet de profiter à fond des effets visuels du jeu dans une résolution à tomber par terre et avec la présence du ray-tracing. Ensuite le mode performance cherche absolument le confort et la fluidité max avec un framerate bloqué à 60fps. C'est un régal pour l'expérience de jeu mais il faut accepter une résolution 4K dynamique, pas de ray-tracing et avec un peu moins d'effets visuels mais la différence est mince et n'empêche de savourer le travail artistique.

Enfin il existe une forme de compromis avec le mode performance RT qui joue toujours la carte de la fluidité comme le mode performance sauf qu'il rajoute le ray-tracing et donc un peu plus d'effets mais toujours dans une résolution en 4K dynamique. Forcément, avec trois propositions et donc un choix à faire, on peut se trouver face à un doute de ne pas faire le bon choix par rapport au jeu, ses attentes et son équipement. Pas d'inquiétude, il faut y voir dans le cas présent comme un bonus, un privilège mais qu'importe votre choix, vous pourrez profiter de belle manière au jeu. Il s'agit là d'une option pour répondre aux demandes de joueurs exigeants sur la résolution ou la fluidité, mais encore une fois, il n'y a pas de mauvais choix.

Le jeu intègre donc cette liste des titres qui sortent de belle manière dès le premier jour. Pas de scandale ou de gros problème, on a juste constaté de très rares bugs de collisions. Il faut vraiment se forcer pour donner un petit point négatif sur la réalisation du jeu dont l'état est quasiment irréprochable. Finalement, le vrai piège de cet épisode se situe, avant le coup, plutôt dans le gameplay et le contenu. On a bien compris que tout est mis en oeuvre pour obtenir une claque graphique et vanter le potentiel et les capacités de la PlayStation 5. Mais derrière cette façade absolument sublime, il faut tout de même retrouver les belles sensations de la série mais aussi quelques nouveautés. Là aussi le doute se lève en quelques secondes.

Si l'on commence à bien connaître le lombax Ratchet et le robot Clank, ce nouvel épisode intègre un nouvel épisode jouable : Rivet. Lombax au féminin, ce protagoniste est la belle surprise de cet épisode tout en respectant le gameplay de base de la série. Un ajout profitable pour le rythme et la variété des séquences. Une autre nouveauté mérite d'être mise en lumière. Pour poursuivre la démarche de mettre en valeur le potentiel de la PlayStation 5, cet épisode (qui est d'ailleurs une forme de suite de l'épisode Nexus) mise sur des failles dimensionnelles. Heureusement elles ne sont pas comme une forme de démo technique mais présente une cohérence avec l'histoire de cet épisode et sert à merveille le gameplay. Alors oui, elles prouvent les qualités du SSD de la console, et c'est d'ailleurs très impressionnant.

Mais cette facilité déconcertante de changer radicalement de zone sans attente, c'est bluffant. Pas de transition, on bascule d'un style à un autre et cela offre un rythme nerveux et dynamique qui apporte un punch aux séquences en question. L'effet provoqué fonctionne jusqu'à la fin de l'histoire, c'est étonnant, efficace et addictif. Cette mécanique de séquences alternatives est une prouesse technique qui offre un plaisir de jeu et une vraie rupture avec les phases d'explorations et d'actions plus classiques pour le genre. On retrouve les solides bases de la licence avec déjà une prise en main vraiment simple et rapide. On peut sauter, mettre des coups avec la clé/marteau, viser et tirer avec les armes (deux crans donc deux modes de tirs) mais aussi courir ou encore esquiver (nouveauté sympathique).

Si l'on peut mettre en lumière des nouveautés, on va rester prudent de manière à vous laisser la mesure des nouveaux ajouts. Il faut surtout bien comprendre que le jeu maîtrise totalement son gameplay avec une base classique et de l'inédit pertinent. Les séquences sont variées, des zones où l'action est roi, des phases de plateforme mais aussi un peu de puzzle afin de mettre un peu de réflexion. L'exploration est aussi de la partie en cherchant les trésors cachés (boulon d'or par exemple). Le rythme est bon avec un arsenal et des gadgets toujours aussi drôles et variés. On se balance avec le grappin, on court sur les murs, on plane avec les bottes, on marche sur des surfaces qui défient la gravité grâce aux bottes, on se téléporte vers des failles, on ouvre des portes vers d'autres mondes...

Pour les armes même constat avec un potentiel de progression sous forme de niveaux et d'améliorations. On passe rapidement d'une arme à une autre avec une traditionnelle roue des armes. On peut aussi citer la présence de rails, d'arènes, de boss... C'est vraiment très riche et dynamique tout au long de l'aventure. Il faut aussi souligner un level-design inspiré et une belle régularité dans la conception des planètes, l'équilibre est très bon. Si l'on incarne des lombax, le jeu offre aussi des passages où l'on prend le contrôle de Clank. Une manière supplémentaire d'apporter de la variété à une aventure déjà très riche et plaisante.

Des séquences dans un style puzzle qui se montre amusant tout en respectant son approche accessible. Le jeu va même encore plus loin avec d'autres séquences qu'on vous laisse découvrir mais la mention suffit à indiquer le soin accordé à l'aventure, on ne s'ennuie jamais. Comme pour la partie visuelle, s'il faut absolument se forcer à évoquer un léger point négatif, on pourra éventuellement parler d'une caméra dont le placement peut déplaire lors de très rares situations. Mais revenons aux qualités de cet épisode en parlant désormais de l'exploitation de la DualSense. On s'en doutait avec un tel statut, le jeu allait mettre le paquet pour exploiter la manette dont le potentiel est immense.

Si le haut-parleur est vraiment bien utilisé et de manière équilibrée, les retours haptiques et les gâchettes adaptatives sont aussi au rendez-vous et le résultat est vraiment excellent. C'est clairement ce type de jeu qui prouve que cette manette est une réussite et que ses fonctionnalités renforcent l'immersion du joueur en plus de donner des idées aux développeurs. La preuve, Insomniac Games intègre les gâchettes adaptatives au coeur même du gameplay, pas uniquement pour jouer sur les sensations mais pour définir deux modes de tirs pour chaque arme avec un résultat différent. Non seulement l'idée est intéressante mais les sensations sont convaincantes. Même constat pour les vibrations aux multiples nuances selon l'environnement (les matières au sol, l'ambiance sonore, la météo...).

Au niveau du contenu, on retrouve un épisode très classique dans sa proposition. Pour la durée de vie, il faut compter 10-11 heures pour terminer le jeu en ligne droite ou presque. Si vous cherchez vraiment à finir le jeu à fond et potentiellement faire les trophées (47 au total en comptant le trophée platine), le temps de jeu se situe entre 17 et 20 heures maximum. En dehors des objectifs principaux qui font avancer l'histoire, le jeu propose des objectifs secondaires. Pour motiver à l'exploration, de nombreux collectibles sont de la partie. On peut déjà mentionner le raritanium, une matière nécessaire à l'amélioration des armes.

Autrement on pourra partir à la recherche des boulons d'or (chaque boulon est synonyme d'un bonus), des ours en peluche, des robots ou encore des lorbes. Ces deux derniers types d'objets permettent d'en apprendre un peu plus sur l'histoire. Au niveau de la progression des personnages et des armes, l'évolution est commune. Une souplesse appréciable à l'image de la monnaie (les boulons). Il existe donc une montée de niveau pour le personnage qui permet d'accroître sa santé tandis que chaque arme augmente au fil de son utilisation. Chaque niveau d'arme permet d'étendre son potentiel d'amélioration.

L'achat d'une amélioration (sous forme de cases) est possible uniquement en faisant usage du raritanium. Il existe aussi des améliorations passives qui se débloquent en fonction des pièces obtenues pour les différentes armures du jeu. Chaque armure est divisée en trois pièces, dès que vous avez le set complet, vous débloquez un atout passif qu'importe si vous équipez cette armure. Chaque armure possède donc un casque, un plastron et des jambières. On peut obtenir une pièce en réalisant des missions secondaires mais aussi en visitant des failles dimensionnelles qui proposent une épreuve de plateforme.

Enfin on souligne que le jeu comporte un mode "new game plus" pour refaire l'aventure en conservant sa progression au niveau des armes, mieux encore le plafond des niveaux augmente pour l'occasion. Au niveau de l'ambiance sonore, les développeurs sortent là aussi le grand jeu. On pourra profiter de très bons thèmes musicaux, à la fois nombreux et pertinents en fonction de ce qui se déroule à l'écran. La variété est au rendez-vous et l'ensemble des morceaux s'intègrent parfaitement à l'univers de licence, pas la moindre fausse note. Un constat positif également valable pour les bruitages dont certains sortent des haut-parleurs de la manette.

Pour enfoncer complètement le clou sur le traitement sonore, ce nouvel épisode nous offre des doublages français excellents. Une fois encore, pas de fausse note, les voix collent à merveille avec le casting avec en prime une synchronisation satisfaisante. Enfin on termine avec le scénario du jeu. Ce n'est sûrement pas le meilleur aspect de ce nouvel opus mais contrairement à ce que l'on pouvait craindre, l'écriture est soigné et inspiré. Il ne s'agit pas d'un simple prétexte pour faire voyager notre duo loin de là. Cet épisode fait d'ailleurs écho à l'épisode PlayStation 3 Ratchet & Clank Nexus.

Ce nouveau voyage est toujours aussi coloré, toujours aussi drôle avec son lot de nouveautés et de clins d'oeil. Nefarious est évidemment de la partie avec pour coeur de l'histoire les fameuses failles dimensionnelles. Le charme opère toujours, c'est toujours aussi frais et équilibré même si le déroulement est classique pour le genre. Une aventure pétillante qui démontre le potentiel de la console mais aussi de la licence qui possède encore de beaux jours devant elle. Vous l'aurez compris, l'histoire est simple mais captivante et amusante.

Ratchet & Clank : Rift Apart est une exclusivité incontournable sur PlayStation 5. Visuellement magnifique, le titre réalise une très grosse performance artistique et technique. On retrouve le gameplay solide de la licence avec des nouveautés inspirés qui renforcent le plaisir de jeu tout en restant accessible. Un fun évident qui s'accompagne d'une superbe bande-son mais aussi d'une histoire séduisante. Le contenu est sérieux sans faire de miracle pour sa catégorie. Si vous avez une PlayStation 5, vous pouvez foncer les yeux fermés, ce serait une erreur de ne pas découvrir cette belle aventure.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 19/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 18/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article