Jeuxvideo-world

[Test] Hot Wheels Unleashed (PS5)

30 Septembre 2021 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

Certaines marques de jouets font l'objet d'une adaptation en jeu vidéo. Dans le domaine des jeux de course, on peut par exemple citer la série MicroMachines. Cette dernière voit débarquer une sérieuse concurrence en ce mois de septembre 2021 avec l'arrivée d'un jeu qui exploite la franchise Hot Wheels. Une autre marque que l'on ne présente plus en matière de petites voitures et qui traverse sans mal de nombreuses générations. Autant dire que cette adaptation peut prétendre à viser un public très large.

Le jeu s'intitule Hot Wheels Unleashed avec comme studio de développement un certain Milestone. Un nom qui parle à ceux qui s'intéressent aux jeux de course sur ces dernières années. En effet les développeurs du studio italien possèdent une expérience solide sur de nombreuses licences : WRC, MotoGP ou encore Ride. Un jeu disponible sur de nombreux supports du PC à la Nintendo Switch en passant par la PlayStation 4, la PlayStation 5 (version testée ici), la Xbox One et la Xbox Series. Un univers fun et arcade qui parvient à séduire manette en main ? 

On commence par bien rappeler que ce test est réalisé à partir de la version PlayStation 5 du jeu. Il faut donc logiquement s'attendre à des différences notamment dans la prestation visuelle du jeu sur d'autres versions (PlayStation 4, Nintendo Switch...). On rassure tout de suite ceux qui pouvaient craindre à un jeu étrange et trop décalé du concept original, le jeu joue dans la même cour que la série MicroMachines confirmant ainsi un respect de la licence. Il est donc bien question de petites voitures qui foncent dans des circuits avec des portions en plastique orange, des loopings... Il est également d'un petit voyage dans la maison avec comme cadre le salon mais aussi le sous-sol, la cuisine... La formule Hot Wheels est bel et bien au rendez-vous, les fans apprécieront.

Un constat positif qui se poursuit lorsqu'on se penche plus en détail sur la conception des niveaux. Alors effectivement sur le long terme on va faire face quand même à une certaine répétitivité (6 environnements différents), mais au niveau du respect de la licence, les ingrédients sont là. Les circuits parviennent à se montrer exigeants et respectent les codes de la marque avec les fameux loopings, des parties délicates avec des routes étroites, des tremplins mais aussi des virages qui invitent à produire de longs et magnifiques dérapages. Avec une Hot wheels, on passe autant de temps dans les airs qu'en dérapage ou à vive allure, une vitesse de jeu dont la retranscription est très bonne à l'écran.

L'aspect un peu moins convaincant dans la conception se situe au niveau des différents pièges que l'on peut rencontrer. La mise en oeuvre manque d'inspiration et de justesse, le déploiement de certains pièges est parfois trop punitif en donnant une trop grande place au hasard. On aurait apprécié un meilleur équilibre avec effectivement des déclenchements aléatoires mais aussi des pièges que l'on parvient à contourner et anticiper en récompense des nombreuses heures passées sur les circuits. Du côté de la partie technique, le jeu s'en sort très bien au point même de surprendre. Il est vrai qu'avant le coup l'adaptation de cette licence peut susciter quelques craintes sur le budget et donc la prestation finale du jeu. Visiblement les moyens sont déployés pour l'occasion et en association avec le talent des développeurs de Milestone, on obtient un jeu très joli, très fluide et donc qui met parfaitement en valeur les produits de la marque.

Sans aller jusqu'à dire qu'il s'agit d'une claque visuelle, cette version PlayStation 5 est vraiment convaincante avec une fluidité permanente et surtout un soin particulier aux véhicules. Ceux-ci dont l'objet d'une modélisation soignée et précise en plus de textures réalistes mettant parfaitement en avant l'aspect métal des véhicules. C'est vraiment très propre à l'image des décors pour l'aspect plastique en cohérence avec le concept. On pourra simplement reprocher au jeu un peu de clipping (mais cela reste très rare sur cette version PS5) mais surtout un moteur physique pas totalement maîtrisé. En effet certaines collisions donnent lieu à un résultat imprévisible et potentiellement frustrant. C'est dans un premier temps hilarant à l'écran puis dans un second temps, chaque contact est redouté.

Le résultat de la collision n'est pas tout le temps cohérent et se montre radical en offrant un accident spectaculaire mais sans une grosse perte de temps ou au contraire un arrêt net et brutal qui va coûter cher pour la suite de la course. On en vient justement à parler du gameplay proposé par les développeurs pour cette adaptation. Avant le coup, on s'attend logiquement à une conduite arcade. C'est effectivement le cas et l'équilibre proposé est idéal non seulement pour cette licence mais aussi pour séduire un large public. En effet la prise en main est simple et immédiate, le plaisir des épreuves débarque très rapidement sans forcément être un maître du genre. Une approche simpliste mais complète avec une touche pour accélérer, une touche pour freiner et donc provoquer des dérapages et enfin une touche pour utiliser le boost.

C'est difficile de faire plus simple, le travail va plutôt consister à maîtriser les dérapages, la vitesse, le boost, les sauts... En effet pour les sauts, on pourra gérer l'inclinaison de la voiture afin de lui donner l'angle idéal pour son retour sur le sol. Concernant le gain du boost, il s'obtient en réalisant des dérapages. On pourrait craindre des sensations génériques avec une telle approche mais ce n'est pas le cas car chaque véhicule est différent grâce à la mise en oeuvre de cinq caractéristiques (vitesse, accélération, freinage, maniabilité et boost) qui varient d'une voiture à une autre. Pour ce style de jeu, on pouvait difficilement espérer mieux comme gameplay, ce n'est pas original mais d'une efficacité redoutable.

Concernant cette version PlayStation 5, les développeurs n'oublient pas d'exploiter les fonctionnalités de la DualSense. Les vibrations sont de la partie, une présence sympathique mais pas spécialement tranchantes, on espère mieux de cette fonctionnalité de retours haptiques. Pour les gâchettes adaptatives, les sensations sont plutôt bonnes avec une évolution des gâchettes sur l'accélérateur et le frein qui sont susceptibles de devenir plus dures au fil de la course. On passe maintenant au contenu du jeu et globalement c'est très satisfaisant même si certains aspects sont discutables et perfectibles. On trouve donc un mode carrière "Hot Wheels City Rumble" mais aussi un mode exhibition, un mode multijoueur et un mode éditeur de circuits. Lorsqu'on découvre le menu principal pour la première fois, la lecture est prometteuse et le jeu semble complet.

Avant d'aborder plus en profondeur chaque mode de jeu, on souligne la présence de plusieurs niveaux de difficulté : facile, normal, difficile, extrême. Le mode carrière tente de jouer un clin d'oeil amusant en mettant en scène un tapis de jeux pour petites voitures en guise de cartes d'épreuves. Une mise en scène anecdotique mais dont le clin d'oeil devrait plaire aux fans de la marque. Le déroulement est moins inspiré, pas de travail d'écriture particulier, le jeu est un enchaînement d'épreuves, cela se résume à une cinquantaine de défis. En matière de durée de vie, on tourne autour de 6 heures environ, un score que l'on peut doubler si l'on cherche à finir à fond ce mode. Pour revenir sur le déroulement, on découvre avec regret trois formes d'épreuves : course classique, contre-la-montre, course contre un boss.

Cela manque cruellement d'originalité à l'exception des affrontements contre les boss qui font l'objet d'un décor plus personnel et donc sympathique à découvrir. Mais même dans ce type d'épreuves, on conserve la structure des courses classiques avec donc 12 adversaires. Avec une telle licence, on pouvait espérer mieux au niveau des types d'épreuves, cela manque de folie. Autre sujet qui va faire débat, le catalogue des voitures du jeu. Le nombre est satisfaisant au lancement avec une soixantaine de voitures, le problème réside plutôt dans la forme de l'acquisition des véhicules. Les voitures sont tirées du catalogue réel de la marque avec des modèles classiques mais aussi des modèles plus originaux dont on vous laisse le soin de découvrir.

Par contre le modèle économique risque de déplaire à une partie des joueurs avec un système de boîtes mystère rappelant des loot boxes dont la réputation n'est pas sensationnelle dans le milieu du jeu vidéo sur ces dernières années. Pour agrandir son garage et donc sa collection il faudra ouvrir des boîtes mystères encore et encore. Si certaines épreuves annoncent avant le coup le gain d'un véhicule très précis, la plupart du temps, le gain d'un véhicule passe par l'ouverture d'une boîte. Il est possible d'avoir des doubles, si c'est le cas, on peut convertir par une monnaie du jeu : des pièces d'or ou des pièces mécaniques. Les pièces d'or permettent d'acheter des boîtes mystère tandis que les pièces mécaniques permettent d'améliorer les véhicules. Une boutique est également de la partie et renouvelle régulièrement une liste de quelques véhicules à acheter avec la monnaie virtuelle mais dont les prix sont forcément plus élevés.

On insiste bien en disant qu'il est possible d'acquérir l'intégralité des voitures simplement en jouant, cela implique par contre de nombreuses heures mais aussi de nombreux doublons pour cumuler de la monnaie virtuelle. Néanmoins si vous n'avez pas la motivation et la patience, il est possible d'accélérer cette collection de voitures en dépensant de l'argent réel. On revient sur le sujet de l'amélioration des voitures, cette dernière concerne à la fois l'aspect esthétique et mécanique de chaque véhicule. Pour la partie visuelle, les modifications sont assez nombreuses avec le changement de la couleur (carrosserie, roues...) et l'ajout de stickers. Pour la partie mécanique, l'évolution est modeste et se résume à faire passer un palier supplémentaire à chaque caractéristique du véhicule, le potentiel est donc limité pour chaque véhicule mais on apprécie tout de même cette petite forme d'amélioration.

Si vous voulez goûter à une autre forme d'expérience que cette dimension solo, vous pouvez tenter l'aventure du mode multijoueur qui propose de réaliser des courses jusqu'à 12 joueurs en ligne. On note également une belle surprise, celle de la présence d'un multijoueur en local en écran partagé à deux joueurs. Enfin, et c'est une autre belle surprise, le jeu propose un éditeur de circuits. Il est recommandé de finir le mode carrière avant de se lancer dans cette expérience de manière à avoir accès à l'ensemble des éléments pour profiter au maximum du potentiel de ce mode en matière de personnalisation. La création débute par l'exploitation de l'un des six environnements du jeu puis par votre sens à construire des tracés surprenants, délirants avec tout un tas d'atouts et de pièges.

Comme à chaque fois face à un tel mode de jeu, on a tendance à dégager le même commentaire où ce mode implique, patience, exigence, investissement et un esprit créatif. C'est effectivement le cas ici mais on est agréablement surpris par le côté intuitif de l'outil sans forcément chercher à exploiter à fond l'éditeur de circuits. En très peu de temps et sans être spécialement inspiré, on peut réaliser un circuit drôle qui peut suffire pour s'amuser. Forcément, il est possible de mettre en ligne sa création, un partage qui donne de la force à la durée de vie du jeu sur le long terme. Même si cela ne comble pas les lacunes des types d'épreuves, le jeu se montre forcément moins répétitif en profitant des créations. Enfin, une mention sur la bande-son s'impose avec un résultat assez convaincant dans l'ensemble.

Les développeurs réalisent des bons choix dans l'ensemble même si certaines compositions sont lourdes et pénibles d'autant que la liste n'est pas très grande, une répétitivité sonore s'installe au fil des heures. On note surtout quelques musiques électro pas toujours pertinentes et qui cassent même la bonne ambiance globale du jeu. Les autres styles musicaux sont agréables et moins radicaux. On apprécie surtout les bruitages qui collent à merveille avec l'univers de la marque Hot Wheels, ce qui signifie de très bons bruitages moteurs ainsi que des bruitages percutants au niveau des dérapages. L'ambiance sonore est donc globalement soignée et accompagne plutôt bien le joueur à travers les différents modes. L'essentiel est bien là, l'esprit de la franchise est respecté.

Hot Wheels Unleashed est un jeu de course fun qui respecte plutôt bien la franchise. Un retour séduisant avec une version next-gen très propre. Au fil des heures on découvre de très bonnes intentions mais aussi les limites du projet. Malheureusement le jeu démontre trop vite un manque de profondeur au niveau du contenu. En effet la folie des véhicules et des circuits ne se retrouvent pas dans les épreuves et les modes de jeu. Il faut se contenter de simples courses classiques avec un gameplay arcade, jouissif mais simpliste. Le contenu est donc un peu léger et son organisation est discutable avec le système de boîtes aléatoires. Malgré quelques défauts, nul doute qu'il parviendra à trouver son public sans être pour autant la nouvelle référence dans sa catégorie.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 13/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article