Jeuxvideo-world

[Test] Borderlands 3 Ultimate Edition (PS5)

8 Décembre 2021 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

Depuis novembre 2020, Borderlands 3 était disponible uniquement en version numérique sur les consoles next-gen. Un an plus tard, 2K Games le format physique dans une édition ultime : Borderlands 3 Ultimate Edition. Disponible depuis le 12 novembre dernier sur PlayStation 5 (version testée ici) et Xbox Series, cette version physique se présente comme l'ultime séance de rattrapage pour découvrir ce troisième volet en attendant la sortie de Tiny Tina's Wonderlands, un spin-off de la série Borderlands prévu pour mars 2022. Une édition complète pour de nombreuses heures délirantes seul ou à plusieurs ?

Cette édition ultime comprend donc le jeu de base ainsi que de nombreux contenus téléchargeables vendus séparément. On ne va donc pas revenir sur le jeu de base qui a déjà fait l'objet d'un test. On peut juste préciser que la finition est logiquement meilleure depuis sa sortie en septembre 2019. De nombreux correctifs sont passés par là pour rendre l'expérience de jeu à la fois plus stable et plus propre. Rien que pour le jeu de base, cette édition est le moment idéal sur les consoles next-gen. On profite du meilleur confort possible sans attendre une optimisation des développeurs. La grosse cerise sur le gâteau est évidemment la grosse quantité de contenus supplémentaires.

L'édition ultimate contient donc le season pass 1 qui inclut quatre campagnes additionnelles : Le Casse du Beau Jackpot, Flingues, Amour et Tentacules : Le Mariage de Wainwright & Hammerlock, Une prime sanglante, Krieg le Sadique et l'Incroyable Butin de Pordel. Cette édition contient également le season pass 2 qui inclut l'extension Designer's Cut, avec le tout nouveau mode "Butin & Surin" et un arbre de compétence supplémentaire pour chaque Chasseur de l'Arche. On profite également de l'extension Director's Cut, avec un nouveau boss de raid, de nouvelles missions du mode Histoire, des bonus sur les coulisses du jeu et trois cartes de l'Arche. 

Enfin il inclut également quatre packs d'éléments cosmétiques Forme finale et quatre packs d'éléments cosmétiques Disciples de l'Arche. En plus du contenu des deux season pass, du contenu additionnel (essentiellement sous forme de pack) est également de la partie : Pack Étalon du Cul (Pendentif, skin d'arme, mod de grenade Étalon du Cul), Pack cosmétique rétro (Skin de Chasseur de l'Arche, skin de système ÉCHO et skin d'arme), Pack cosmétique néon (Skin de Chasseur de l'Arche, skin de système ÉCHO, pendentif), Pack cosmétique Gearbox (Pendentif, skin d'arme), Pack d'armes Boîte à jouets (2 armes jouets, mod de grenade jouet, pendentif), Mods booster d'EXP et de butin.

Vous l'aurez compris, cette édition ultimate porte très bien son nom et permet de profiter à fond de ce troisième volet. Avant de s'attarder un peu plus en détails sur les quatre campagnes du season pass 1, on va revenir un peu plus en détail sur le contenu du season pass 2. On l'a dit, celui-ci ajoute de nouveaux modes et missions, un quatrième arbre de compétence pour chaque Chasseur de l'Arche et des tenues cosmétiques uniques. Pour l'extension Designer's Cut, on a donc accès à ce fameux mode Butin & Surin. Celui-ci nous propose un challenge que l'on peut refaire à volonté. Le défi se déroule dans un complexe militaire de Pandore où notre chasseur part de rien et doit trouver le meilleur butin possible sans mourir. 

Il faut voir ce mode comme une variante qui propose un rythme différent en combinant vitesse d'exploration et d'élimination en utilisant ce que l'on trouve sur le moment. Un contenu qui n'apparaît pas comme indispensable mais qui ajoute du fun et une approche différente par rapport à l'aventure principale. L'extension Designer's Cut offre également un arbre de compétence supplémentaire pour chaque classe de personnage ainsi que de nouvelles compétences. La seconde extension du season pass 2, qui s'intitule donc Director's Cut nous propose d'affronter un nouveau boss de raid, le plus redoutable des Salgauss.

Cette extension ajoute également de nouvelles missions histoire. Une nouvelle occasion de voyager à travers la galaxie pour par exemple mener une enquête suite à une série de meurtres. Un contenu inédit intéressant en sachant que trois nouvelles cartes de l'Arche sont aussi proposées dans le même temps. Celles-ci donnent sans surprise accès à du butin qui vaut le détour. Ce season pass 2 se montre donc intéressant en ajoutant du contenu mais aussi en repoussant le potentiel des différents chasseurs. La dose de packs et de butins enrichit à la fois votre puissance de feu mais aussi la dimension cosmétique du jeu.

On passe maintenant au contenu du season pass 1 qui contient donc quatre campagnes inédites. La première s'intitule "Le Casse du Beau Jackpot" et nous plonge dans un casino de l'espace, celui du Beau Jack, personnage mythique de la licence et surtout l'un des préférés des joueurs. Au niveau de l'histoire, le travail d'écriture est assez léger, l'idée est simplement de construire une équipe pour se rendre sur place et prendre le contrôle du casino, le rêve d'une certaine Moxxi, autre personnage phare de l'univers Borderlands. Cette première extension affiche clairement, et surtout assume, son côté fan service. L'histoire contient de nombreux clins d'oeil pour ceux qui ont eu la chance de parcourir l'excellent Borderlands 2.

Des enregistrements sont présents pour bien mettre en scène le décor et la nostalgie autour du Beau Jack. En parlant de décor, cette campagne nous propose une carte très grande avec une bonne variété et forcément un univers autour du casino. L'ambiance est vraiment cool sans forcément offrir une mise en scène inédite ou des mécaniques spécifiques à  quelques petites exceptions qu'on vous laisse découvrir. Forcément compte tenu de l'environnement et du contexte, il faut s'attendre à rencontrer des robots, les forces d'Hyperion seront présentes et en très grand nombre.

En ce qui concerne la durée de vie de cette première aventure annexe, il faut une petite dizaine d'heures pour terminer l'histoire principale mais aussi les quelques quêtes annexes et défis. Si l'histoire principale est intéressante, le contenu secondaire n'est pas énorme et surtout pas le plus intéressant. On précise également que l'extension offre de nouvelles armes et éléments cosmétiques. Enfin dernière précision, l'accès à cette campagne implique d'avoir déverrouillé la zone Sanctuary de l'histoire principale de Borderlands 3.

On s'intéresse désormais à la deuxième campagne additionnelle qui s'intitule Flingues, Amour et Tentacules : Le Mariage de Wainwright & Hammerlock. Le pitch de départ est une invitation à un mariage, celui de Wainwright & Hammerlock. Pour célébrer l'événement, le couple fait le choix d'une destination insolite, Xylourgos, une planète de glace avec en prime le corps d'un monstre géant. Forcément, cette journée ne s'annonce pas aussi simple et festive, un groupe tente d'interrompre la cérémonie. Derrière cette trame sérieuse et l'obstacle rencontré, l'humour occupe aussi une place importante, pas de doute on est bien dans l'univers de la série.

Si vous en doutez, il vous suffit de faire connaissance avec la personne en charge de l'organisation du mariage : Gaige, un personnage jouable de Borderlands 2 avec son robot Piègemort. Un nouveau clin d'oeil surtout destiné au fan de la licence. Heureusement, cette histoire offre également un joli casting en matière de personnages secondaires. Ce soin dans les protagonistes se retrouve aussi dans la mise en scène de cette planète glacière. De superbes plaines pour proposer un décor qui ne manque ni de charme, ni de variété.

On alterne avec joie entre village, grotte et montagne. Si la patte artistique est superbe avec ces différents environnements, la construction des niveaux est plutôt bonne. On pourra d'ailleurs trouver par exemple un manoir ou une bibliothèque en guise de décor, de quoi offrir différentes ambiances au sein de cette planète loin d'être paisible. Néanmoins malgré des efforts artistiques et un humour toujours aussi redoutable, le jeu se montre très classique dans sa progression et son contenu. A l'image de l'extension précédente, on trouve quand même quelques objectifs inédits mais cela reste globalement répétitif et parfois lourd. Les arènes et boss sont aussi de la partie impliquant d'être bien armé pour relever le défi.

En dehors des boss, on souligne l'effort de proposer un peu de nouveauté dans le bestiaire de cette extension. Enfin en matière de durée de vie, l'aventure est sensiblement aussi longue que la première extension avec une dizaine d'heures de jeu. On pourra profiter de la quête principale, de quelques quêtes annexes, des défis et des armes et équipements légendaires. Une aventure sympathique avec un brin de nouveauté mais pas incontournable pour autant.

On enchaîne avec la troisième extension qui se nomme : Une Prime Sanglante. Cette fois-ci rendez-vous sur la planète Géhenna avec un mélange surprenant où le Far West rencontre le Japon féodal. Un western étonnant qui très rapidement va rendre cette extension différente des deux précédentes, pas toujours de manière flatteuse mais qui a au moins le mérite de proposer une aventure différente. Avec un tel contexte rien de surprenant de découvrir une aventure qui nous amène à gagner de l'argent en réussissant une prime. Celle-ci nous demande de résoudre un problème local où des bandits sèment la terreur en éliminant un shérif et surtout en volant un immense cristal indispensable à une ville.

L'écriture est classique, presque un prétexte pour proposer cette ambiance sans forcément avoir une idée originale en matière de menace et de mise en scène. D'ailleurs par comparaison à la série et aux deux précédentes extensions, il se dégage plus de sérieux et donc moins d'humour dans cette nouvelle histoire. Il y a bien quelques délires mais c'est nettement plus léger et moins inspiré dans ce registre. Cela n'empêche pas d'être surpris de belle manière par exemple avec la rencontre de personnages mais surtout dans la manière de raconter l'histoire. En effet si l'écriture est classique, le jeu met en place un narrateur qui commente chaque action. Une idée amusante qui donne du punch à l'aventure.

Esthétiquement cette nouvelle histoire donne lieu à un mélange sympathique qui permet de proposer une ambiance une nouvelle fois unique même si le style peut laisser penser à certaines zones de Pandore. Les lieux proposés sont suffisamment nombreux et variés, on est loin de faire face uniquement à du sable et des plaines vides, on tombe également sur un côté industriel avec des entrepôts et des mines mais aussi sur des montagnes enneigées. Une direction artistique convaincante qui s'accompagne d'un level-design particulier pour mettre en valeur les nouveautés de gameplay de cette extension.

En effet contrairement aux deux histoires précédentes, le gameplay s'offre quelques petites nouveautés. Une construction particulière était nécessaire pour rendre l'ensemble pertinent. Le résultat est à la hauteur, il s'en dégage pas mal de nervosité. Concernant ces nouveautés, on peut citer l'ajout de propulseurs permettant de réaliser de très grands sauts, simple sur le papier mais terriblement efficace pour offrir des affrontements dynamiques et verticaux. Le jeu introduit aussi une plante spéciale qui libère des spores dès qu'on lui tire dessus. Ces spores permettent d'affecter les ennemis afin d'obtenir une assistance temporaire.

Des combats aériens, une équipe improvisée, les nouveautés ne manquent pas. On peut aussi citer la présence de cristaux qu'il faut frapper afin de stimuler ceux-ci pour qu'ils explosent sur les ennemis. Un spectacle jouissif qui n'oublie pas aussi les déplacements avec un véhicule. Un nouveau modèle fait son apparition, le jetbeast, une sorte de moto qui fait référence à un cheval cyborg. Si l'on apprécie la fraîcheur du gameplay à travers les quelques nouveautés, on regrette que cette histoire se montre un peu plus courte et simple que les précédentes. Il ne faut pas espérer une durée de vie de plus de 6-7 heures maximum. Les quêtes annexes sont courtes et peu nombreuses. 

On termine avec la quatrième et dernière extension : Krieg le Sadique et l’Incroyable Butin de Pordel. Une dernière extension très particulière au niveau de son approche. Un choix qui peut diviser et donc déplaire selon vos attentes. Si vous vous attendez à une liberté d'exploration, de grandes zones et une tonne d'ennemis, vous risquez d'être un peu déçu. Cette histoire est nettement plus linéaire et mise sur l'écriture en portant l'accent sur l'humour et la folie de la série. La scientifique Tannis nous propose une expérience unique : se rendre dans la tête d'un cobaye nommé Krieg afin de comprendre les problèmes liés à son état mental.

Un personnage qui n'est pas inédit dans l'univers Borderlands puisqu'il s'agit du fameux Krieg un personnage jouable à travers un DLC de Borderlands 2 doté de la classe Sadique. Krieg possède un trouble de la personnalité, une folie qui l'amène à posséder deux personnalités radicalement différentes. On est donc dans la tête de Krieg à découvrir des souvenirs, un voyage étonnant et délirant. Pour le coup, cette dernière extension fait honneur à la réputation de la série, celle de la folie. C'est donc une aventure drôle et variée même si elle se montre plus dirigiste, moins de liberté mais plus d'écriture. Si le concept peut laisser craindre dans des environnements abstraits, ce n'est pas du tout le cas au contraire.

Le voyage dans la tête de Krieg est synonyme d'un côté épique avec une mise en scène soignée. Les environnements sont variés et plutôt inspirés dans l'ensemble. Il faut donc s'attendre à des décors surprenants tout en proposant une construction intéressante des niveaux. On conserve la bonne verticalité de l'extension précédente tout en proposant quelques zones plus grandes laissant place à quelques combats nerveux. Néanmoins il faut bien avouer que ce n'est pas le plus jouissif des campagnes additionnelles, pas de gros challenge et des ennemis recyclés à une exception près.

On note tout de même une aventure qui met l'accent sur les boss dont le nombre est lui plus important que les histoires précédentes. On retrouve aussi le côté sac à PV qui peut frustrer même si cela reste l'une des identités de la licence, en particulier sur les extensions. Pour le gameplay, il ne faut pas non plus s'attendre à de l'inédit, bien au contraire. On retrouve les grands sauts pour exploiter la verticalité des niveaux. En dehors de cette mécanique que l'on apprécie toujours autant, le reste est classique et linéaire. Pire, le sentiment d'une aventure vide peut se faire sentir, encore une fois cela s'explique par l'orientation de cette quatrième extension.

Si certains attendaient une forme d'histoire ultime jouant la démesure, ce n'est pas le cas. On est dans une expérience de jeu effectivement différente mais qui se détache des habitudes que l'on pouvait avoir avec la série. Peu d'exploration, pas de grandes zones et des quêtes secondaires rares et pas spécialement percutantes. D'ailleurs l'aventure ne s'annonce pas longue, entre 3 et 4 heures environ.

Borderlands 3 Ultimate Edition est clairement la meilleure édition de ce troisième volet, encore plus avec cette version PlayStation 5. Visuellement plus propre, stable et confortable, le jeu affiche surtout un contenu colossal pour l'occasion. Un FPS explosif, drôle avec une touche de RPG qui lui donne une belle profondeur. Une aventure addictive et variée qui mérite le coup d'oeil dans cette édition, qui porte bien son nom, si vous n'avez pas encore eu l'occasion de parcourir ce troisième épisode. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 14/20
Scénario : 14/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article