Jeuxvideo-world

[Test] Horizon Forbidden West (PS5)

25 Février 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

En 2017, le studio Guerrilla Games (Killzone) a dévoilé une nouvelle licence séduisante sur PlayStation 4 : Horizon Zero Dawn. Les développeurs changent de cap après une longue période convaincante dans l'univers du FPS pour proposer cette fois-ci un jeu d'action et d'aventure dans un monde ouvert. En ce mois de février 2022, une suite fait son apparition à la fois sur PlayStation 4 et PlayStation 5 sous le nom de Horizon Forbidden West. Les aventures d'Aloy se poursuivent avec, on l'espère, des nouveautés en plus d'être une nouvelle vitrine technique pour la nouvelle génération après l'excellent Ratchet and Clank Rift Apart.

On commence en abordant la partie visuelle. Première précision importante, ce test est réalisé à partir de la version PlayStation 5. Sincèrement, les développeurs frappent, très fort. On se doutait bien avant le coup que le titre serait joli mais dès les premières minutes, il arrive à nous surprendre, difficile de refuser son invitation tellement le travail réalisé est splendide. Un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas la licence, l'aventure se déroulent aux Etats-Unis dans un cadre post-apocalyptique, au moins mille ans plus tard où la vie sur terre s'effondre avec une domination des animaux robotiques. On précise d'ailleurs que le jeu démarre avec une cinématique qui résume de manière efficace les événements importants du premier épisode.

Si l'effet de surprise n'est naturellement pas le même si l'on a déjà eu la chance de vivre la première aventure, on arrive quand même à être marqué dès les premiers instants par la prestation visuelle de ce nouvel épisode. Le travail artistique est absolument magnifique, ce monde post-apocalyptique est d'une richesse incroyable. Il est vivant, varié, coloré, difficile de ne pas tomber sous son charme. Un voyage somptueux direction l'ouest des États-Unis. Un monde ouvert qui fait l'objet d'un soin totalement dingue et très souvent inspiré. Les effets visuels sont nombreux avec des particules, des insectes en plus d'un excellent travail sur l'eau, le sable et le ciel. Le travail sur la lumière est à la hauteur de la performance artistique et offre de superbes panoramas.

L'éclairage met en valeur les différents décors du jeu avec une météo dynamique qui ne fait que renforcer l'immersion de ce terrain de jeu. En matière de superficie, les développeurs estiment que la taille est un peu plus grande que celle du premier épisode. On peut confirmer qu'elle est très grande, généreuse et dont la conception nous semble bien meilleure. On gagne en verticalité et la répartition des activités, des ennemis et des objets semblent meilleure au sein de la carte. Le réalisme participe aussi à cette réussite avec un niveau de détail bluffant sur la faune et la flore. On ajoute aussi la présence de belles scènes d'action et vous obtenez une claque visuelle évidente, c'est superbe. Si les environnements sont variés et soignés, les personnages, humains et robots, profitent également d'un traitement particulièrement soigné.

La galerie de personnages s'enrichit avec l'arrivée de nombreux personnages humains mais aussi de nouvelles espèces robotiques. Aloy fait également l'objet d'un travail particulier pour la rendre encore plus charismatique grâce à sa coiffure, sa tenue, son visage mais aussi sa personnalité. On distingue cette volonté de développer sa personnalité en affichant clairement son caractère à travers ses animations et les dialogues. En tout cas d'une manière plus générale les visages sont bluffants avec de nombreux styles, détails et animations. On peut par contre reprocher quelques petits soucis par moment. En effet il arrive de distinguer, de manière assez rare, des soucis au niveau des yeux (regard vide, observation incohérente) en plus de coiffures qui peuvent faire l'objet de mouvements surprenants en particulier celle d'Aloy.

Concernant les robots, le travail visuel est encore plus crédible, impressionnant et varié avec de nombreuses animations convaincantes. Avec une telle prestation artistique, on ne pouvait s'attendre qu'à une prestation technique aussi impressionnante. Sur cette version PlayStation 5, on confirme que le jeu est une véritable démonstration technique. Sur cette version PS5, on peut donc choisir entre deux modes d'affichage, résolution et performance. Si ce dernier permet un vrai confort dans le framerate avec un solide 60 fps, il faut par contre accepter un peu d'aliasing mais vraiment rien de méchant. Pour le mode résolution, si vous disposez d'un téléviseur 4K, c'est particulièrement tentant compte tenu de la beauté du jeu tout en sachant que le 30 fps est lui aussi solide. Vous l'aurez compris le jeu est d'une fluidité redoutable, sans le moindre ralentissement et avec des temps de chargements bluffants pour ne pas dire inexistants.

On l'a dit, les textures sont splendides à l'image de la modélisation et des animations. Son statut de vitrine technique est clairement confirmé, la performance visuelle est impressionnante. Alors forcément avec un tel monde ouvert, on peut logiquement s'attendre à des petits bugs au niveau des collisions par exemple. Mais c'est tellement rare et la plupart du temps sans conséquence que ces défauts sont anecdotiques surtout quand on voit le niveau de finition du jeu dès sa sortie. Du côté du gameplay, les développeurs font évoluer la formule en douceur en reprenant les bases du premier épisode tout en proposant des nouveautés et ajustements. Cela pourra paraître léger et un peu trop prudent pour certains joueurs mais la différence est visible sur cette deuxième aventure et profite autant à l'exploration qu'à l'action.

Afin de laisser une certaine surprise à tous ceux qui vont se lancer dans l'aventure ou qui sont déjà sur le terrain, on ne va pas rentrer dans les détails des différentes nouveautés. Premier ajout que l'on apprécie et dont la prise en main n'est pas trop mal, c'est l'escalade. Alors on parle d'escalade mais il y a plusieurs situations complètement différentes. Il faut entendre par là que le jeu améliore sa verticalité d'une manière générale. Désormais, on peut scanner l'environnement pour apercevoir les différentes prises possibles. Une approche nettement meilleure par rapport à un code couleur sur le décor. Ce dernier reste présent mais de manière plus discrète et cohérente. L'autre mécanique de jeu qui améliore la verticalité de l'héroïne, c'est l'arrivée d'un grappin. La précision n'est peut-être pas exemplaire mais cet outil se montre redoutable pour s'accrocher sur divers éléments.

D'ailleurs son efficacité est valable pour l'exploration mais aussi pour l'action où certaines zones de combat proposent des colonnes que l'on peut exploiter dans les affrontements. Le grappin est également utile pour faire évoluer l'environnement en déplaçant des objets, en tirant des caisses... L'objectif étant de se construire un passage dans certaines situations. Cet outil permet donc de gagner en mobilité et en variété pour les combats mais aussi l'exploration de certaines zones. Toujours dans le registre de l'exploration, on pourra faire connaissance d'un accessoire qui connaît une belle popularité dans les récents mondes ouverts : la paravoile du dernier Zelda. Ici, il faut l'appeler Ailegide avec donc un rôle de planeur classique mais efficace pour éviter les lourdes chutes. 

Ensuite, on avait pu le comprendre à travers la promotion du jeu, Aloy peut désormais nager, des phases sous-marines sont de la partie. L'apport peut paraître timide au premier coup d'oeil mais il est profitable pour l'ensemble de l'aventure. Il permet de pousser encore plus loin les environnements avec notamment des grottes ou mines dont la conception est plus originale. Cela permet d'amener de nouveaux collectibles et d'enrichir le paysage sans que cet ajout ne se présente comme une difficulté pour Aloy. Enfin, si le jeu intègre des voyages rapides au niveau des feux de camp, on peut aussi se déplacer rapidement en utilisant des robots. Si l'exploration est donc plus agréable et variée, le combat se dote lui aussi de quelques nouveautés visant à approfondir les bases du premier épisode. La prise en main est toujours aussi bonne avec régulièrement des messages d'informations que l'on peut retrouver dans un menu dédié. L'arme incontournable de la licence, c'est l'arc.

Une gâchette pour cibler et tendre l'arc, une autre gâchette pour tirer tout en sachant que l'on peut ralentir brièvement le temps à l'aide d'une touche. Pas besoin d'être à l'arrêt pour profiter de ce ralentissement, ce qui donne des séquences dynamiques avec des courses et des glissades avec des ralentissements pour tenter de viser le point désiré. Si vous voulez jouer au corps-à-corps, vous pouvez parfaitement avec deux touches, une touche pour l'attaque faible mais rapide et une autre touche pour une attaque lourde plus lente mais forcément plus puissante. La nouveauté dans le registre du corps-à-corps est l'arrivée de différents combos en plus d'une lance capable d'accumuler de la puissance par exemple. Malgré deux touches pour ce type d'attaque, le jeu met en place plusieurs combos pour rendre les combats plus variés et visuellement plus spectaculaire avec de jolis enchaînements.

Un système équilibré, à la fois technique mais assez accessible. Le seul aspect offensif qui n'évolue pas concerne les pièges (au sol ou avec les lances-câbles) qui conservent une utilisation strictement identique mais toujours aussi efficace. On revient sur les nouveautés avec par exemple un système de bravoure qui permet d'activer une compétence spéciale pendant un court instant. Il existe plusieurs compétences avec un bonus différent. Pour les armes et les pièges, on retrouve la notion d'altérations d'état et donc d'attaques élémentaires à travers plusieurs logos explicite en plus des valeurs en matière de dégâts. Ce système élémentaire est évidemment un ingrédient incontournable dans l'univers d'Horizon et contribue au style des différents robots avec la mise en place de résistances et de faiblesses d'une créature à une autre obligeant le joueur à une analyse pour définir l'attaque élémentaire appropriée.

On en vient ainsi à rappeler que foncer tête baissée n'est clairement pas la meilleure option, le jeu exige une approche discrète offrant même la possibilité de réaliser des attaques silencieuses. Il faut toujours se baisser avec des déplacements dans les herbes hautes pour s'approcher discrètement des créatures dont le système de détection est à l'image du jeu, un code couleur pour connaître le niveau de méfiance de la machine. Enfin, si l'action est au rendez-vous, le jeu propose avec votre grappin d'accéder à des points aériens, des poteaux par exemple, pour prendre de la hauteur et se dégager rapidement d'une situation périlleuse tout en sachant que ce même point peut être détruit par la machine. Pour soigner son approche et sa stratégie lors des nombreux affrontements, il faut utiliser une fonction indispensable pour l'aventure, et pas seulement pour les combats : le focus. 

En effet le scanner d'Aloy est en deux étapes, une simple pression permet de faire un petit scan de la zone pour mettre en évidence des éléments dans le périmètre mais sans procéder à une analyse complète. Il faut maintenir la même touche pour basculer dans un scan nettement plus complet où un ennemi fait l'objet d'une analyse qui permet d'évaluer chaque partie de son corps, de mettre en évidence ses forces et faiblesses en plus des parties détachables. Ce même focus permet également de collecter certains objets et d'obtenir des informations sur différents collectibles. Ce système dont l'utilisation était déjà indispensable lors du premier épisode doit absolument être maîtrisé autant pour l'exploration que les combats. Qu'importe par la suite si cela se transforme en un duel épique ou un combat direct face à plusieurs robots, l'important est d'obtenir les informations de ses adversaires pour réaliser des attaques pertinentes.

D'ailleurs, le seul point un peu décevant au niveau des combats se situe, comme dans la plupart des jeux, au niveau de l'IA. On ne distingue pas d'évolution majeure par rapport à l'opus précédent, certains choix et déplacements peuvent donc surprendre de la part de l'adversaire. Aussi il convient de faire un point sur l'exploitation de la DualSense, un point classique désormais pour les jeux PlayStation 5. Le résultat est à la hauteur de la réalisation du jeu, c'est très bien exploité et renforce un peu plus l'immersion à travers de nombreuses vibrations, des gâchettes adaptatives mais aussi du haut-parleur. Le résultat est équilibré, pas trop envahissant ou démesuré, c'est vraiment agréable en main.

Il est temps maintenant d'aborder le contenu du jeu et donc sa durée de vie. Si cela dépend évidemment de la difficulté et de votre façon de jouer, on estime qu'il faut entre 20 et 25 pour terminer la quête principale en se concentrant vraiment sur l'histoire sans trop chercher à réaliser le contenu secondaire du jeu. Si vous cherchez vraiment à accomplir le jeu à 100%, la durée de vie se situe aux alentours de 60 heures, un score très satisfaisant. Au lancement, le jeu cherche à se montrer le plus accessible possible en proposant 5 niveaux de difficulté mais aussi de nombreux paramètres afin d'obtenir une configuration qui correspond à vos attentes. On peut donc définir le niveau d'affichage désiré en matière d'ATH mais aussi des différents marqueurs tout au long de l'aventure. Cette liberté au niveau des options est une excellente initiative de la part du studio.

Au niveau de l'histoire principale, sans gâcher la surprise, les objectifs proposés sont soignés et variés de manière à avoir un sentiment de surprise et de vrai découverte au fil des missions. Une différence dans la mise en scène, les objectifs, les zones... La progression de l'histoire et la mission principale d'Aloy est donc très agréable à faire évoluer. Forcément, comme c'est souvent le cas avec ce type de jeu, les missions secondaires sont plus répétitives et moins inspirées. Ceci dit, on a été plus d'une fois surpris par la qualité de certaines missions secondaires dont le soin et l'originalité se rapprochaient fortement d'une quête principale. On ressent clairement la volonté d'apporter un minimum d'écriture et de fraîcheur dans ces quêtes annexes, dans l'ensemble cette démarche est visible et convaincante tout en restant encore perfectible. 

En dehors des quêtes secondaires, ce nouveau monde ouvert offre aussi de nombreuses activités de différentes formes : chasse, course, énigme, creuset, grand-cou, coffres, ruines, panoramas... On note aussi des activités sympathiques en ville comme la fosse de combats ou encore l'Attakth, un jeu de stratégie sur un plateau avec des pièces à collectionner. On pourra donc trouver des nouveautés en plus des activités déjà présentes dans l'opus précédent. Un constat également valable du côté des armes, ce nouvel épisode propose de nouvelles armes dont on vous laisse le soin de découvrir. Si la qualité ne fait pas défaut, on pouvait espérer un peu plus au niveau de la quantité. On constate par contre la mise en place d'un tir spécial en plus du tir classique, là encore il faudra faire connaissance avec les compétences possibles.

La transition parfaite pour justement aborder l'arbre de compétence ou plutôt les arbres de compétences de ce nouvel épisode, c'est l'une des belles surprises de cette suite. En effet le jeu propose 6 arbres différents : guerrier, trappeur, chasseur, survivant, infiltré, chef des machines. Il faudra définir des priorités lors de la dépense de vos points de compétences au fil de la montée des niveaux en plus d'en obtenir en récompense à la fin des missions. Chaque arbre se concentre sur un thème précis, la santé, le piratage, l'arc, l'infiltration... Cette montée en puissance permet de débloquer des aptitudes, des tirs alternatifs, des bonus passifs mais aussi les fameux sursauts de bravoure. Chaque arbre contient plusieurs dizaines de points à débloquer en sachant qu'il faut parfois plusieurs points de compétences pour un seul point.

Cette progression de notre héroïne ne s'arrête pas là. Il est également possible de faire usage des établis pour améliorer les armes, les armures, les tenues ou encore les sacoches. les établis sont une autre nouveauté vraiment intéressante dans l'amélioration du personnage. Enfin on précise également l'existence d'une réserve pour stocker les collectibles lorsque l'inventaire est plein, ou encore un système de cuisine, à l'image de nombreux jeux dont Monster Hunter où la consommation d'un plat permet d'acquérir des bonus temporaires. Il faut aussi parler de la bande-son du jeu, là encore c'est un régal. Alors un peu à l'image de la réalisation de ce deuxième épisode, on s'attendait à un chouette résultat mais on parvient tout de même à être surpris. Les différentes compositions musicales sont sublimes et donnent du volume supplémentaire aux aventures d'Aloy.

Des mélodies parfois nerveuses, parfois douces mais toujours avec justesse et cohérence. Le son et l'image s'offrent une parfaite cohésion pour produire régulièrement des frissons et de l'émotion, on monte d'un cran en matière de spectacle et de scènes marquantes. Cette réussite et surtout cette immersion renforcée grâce au travail sonore, on l'explique aussi par l'excellent travail réalisé sur les bruitages. Les effets sonores sont nombreux, variés et donnent vraiment l'impression d'être au coeur de cet environnement post-apocalyptique. Enfin pour produire cette superbe ambiance, le doublage devait également être à la hauteur. Vous vous en doutez c'est le cas qu'importe votre choix entre le doublage anglais et français.

Vous pouvez foncer sur le doublage français sans crainte, la qualité est au rendez-vous pas seulement pour Aloy. Enfin on souligne l'excellent travail sur la synchronisation labiale même si cela peut arriver de ne pas être toujours irréprochable, mais cela reste rare. Même remarque concernant la restitution des voix où il possible d'avoir une impression d'un son plus fort ou au contraire plus lointain lors de rares conversations. On termine en évoquant brièvement le scénario de cette suite. En effet, on va reprendre quelques aspects du jeu et offrir un sentiment global de cette suite mais sans trop en dire, pas d'inquiétude, on ne va pas se risquer à communiquer des détails, on vous laisse le plaisir de la découverte.

L'histoire de cette suite se déroule 6 mois après la fin des événements du premier épisode. Aloy pensait tenir sa victoire face à la menace du premier opus, malheureusement elle va vite se rendre compte que malgré les efforts et ce succès, le combat est loin d'être terminé, ce n'était qu'une première étape vers la paix. Elle va vite comprendre que la suite de son aventure la mène vers l'Ouest prohibé. Les robots envahissent toujours plus les lieux, la faune et la flore souffrent à cause d'une algue mystérieuse et les clans humains ne cessent de s'affronter. L'eau et la nourriture deviennent rares rendant la vie compliquée. Aloy se présente donc plus que jamais comme la sauveuse d'un monde qui sombre petit à petit dans le chaos. On ne va pas aller plus loin dans la présentation de cette nouvelle aventure.

En tout cas, le travail d'écriture réalisé sur cette suite est vraiment excellent et se montre à la hauteur des autres prouesses du jeu. Une histoire captivante et agréable où l'on passe par diverses émotions avec une certaine maîtrise, parfois triste, parfois drôle mais toujours de manière dynamique. Le caractère développé sur notre héroïne participe à ces séquences touchantes et amusantes. On profite aussi de plusieurs surprises et rebondissements au cours de l'histoire. L'écriture de cette suite va plus loin dans le développement des personnages et de l'univers du jeu.

Le premier opus se concentrait surtout sur les événements du passé et donc la naissance d'Aloy avec les multiples découvertes et réponses à ses questions. Désormais cette suite se concentre plutôt sur le présent, sur le monde qui entoure l'héroïne et sur la crainte d'un futur potentiellement apocalyptique. La répartition est plus équilibrée car on conserve cette volonté de donner des informations du passé avec des découvertes à l'image des activités sur les panoramas. Le jeu développe également mieux les conflits et les différentes tribus. Les développeurs renforcent donc sérieusement l'écriture dans son ensemble pour cette suite.

Horizon : Forbidden West est très clairement un titre incontournable sur PlayStation 5. Le studio Guerilla Games frappe une nouvelle fois très fort pour offrir une aventure absolument superbe. Aloy est de retour de la meilleure des manières avec une prestation visuelle sublime, un gameplay qui s'enrichit et s'améliore, une bande-son délicieuse, un travail d'écriture plus profond et soigné et enfin un contenu énorme. Pas de doute, c'est un sérieux concurrent au titre du jeu de l'année 2022. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 18/20
Gameplay : 18/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 18/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 18/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article