Jeuxvideo-world

[Test] The King of Fighters XV (PS5)

23 Février 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

En ce mois de février 2022, le studio SNK fait parler de lui avec la sortie de The King of Fighters XV. Annoncé lors de l'EVO 2019, ce nouveau jeu de combat compte bien séduire autant que l'épisode présent, le numéro XIV en août 2016. Ce dernier signait un retour très fort de la licence avec notamment un virage important sur le plan visuel qui n'avait pas spécialement fait l'unanimité. Ce nouvel épisode va donc s'inscrire dans cette continuité avec une première tentative sur la nouvelle génération de console. Toujours aussi riche, technique et percutant ?

Sans surprise, ce nouvel opus confirme le virage entamé avec KOF XIV. En effet, il faut dire au revoir au visuel 2D qui faisait le charme de la série. En effet auparavant, on profitait des animations sprites dessinées à la main désormais le côté pixel laisse place à un style 3D avec une autre forme d'animation. D'une manière générale, ce changement conserve une certaine fidélité avec l'univers de la licence mais il ne fera toujours pas l'unanimité. Pourtant la direction artistique se montre parfois charmante mais le résultat global est trop souvent générique ou douteux, autant dans le charac-design que dans les environnements. L'ambiance paraît moins pétillante que dans les précédents opus.

Ce design global veut clairement faire basculer la licence vers un style moderne mais le résultat manque d'équilibre dans les textures et les formes proposées pour les différents personnages. Ce n'est peut-être qu'une question de temps et de modifications pour réussir à un résultat plus marquant car pour le moment cela reste perfectible avec en plus une nostalgie encore très présente du travail artistique des épisodes précédents. Sur le plan technique, le résultat est mitigé. Si l'on constate une évolution par rapport à l'épisode précédent, le résultat reste perfectible. Le passage à l'Unreal Engine avec les modèles n'est pas encore au point sur cette version PlayStation 5. On note des textures peu convaincantes à la fois sur les personnages et les arènes.

Concernant ces dernières certaines s'en sortent mieux que d'autres dans l'impression de dynamisme et dans le style général. Les animations progressent mais là encore il y a toujours des imperfections. Même constat pour les couleurs, le travail sur la lumière, la modélisation... Chaque aspect du jeu affiche des progrès mais parfois un peu trop léger à notre goût. L'ensemble reste propre et surtout fluide mais la finition n'est pas irréprochable. On s'attendait à une différence un peu plus importante sur cette version PS5 par rapport à l'épisode précédent. Néanmoins, la licence conserve un certain charme et une mise en scène efficace grâce à des effets plus séduisants mais, encore une fois, la marge de progression est encore importante dans cette approche 3D de la baston.

Avec ce nouvel épisode, il ne faut pas s'attendre à une révolution dans le gameplay. On retrouve les bases solides qui font le succès de la série mais avec quelques ajustements et nouveautés pour tenter de séduire un plus large public sans trop froisser les fans. On retrouve ainsi des affrontements en 3 contre 3 (on peut faire du 1 contre 1 également) mais sans intervenir dans les combos. Contrairement à d'autres licences, il n'est pas question de passer rapidement d'un personnage à un autre dans l'optique d'établir un combo avec plusieurs personnages. Dans le cas présent, il est question d'établir une équipe avec un ordre de succession, on ne peut pas passer d'un personnage à un autre en cours de combat. Autrement au niveau des commandes et des sensations, les ingrédients de la série sont toujours là pour notre plus grand plaisir.

Des combats techniques, nerveux avec des combos à gogo, quart de cercle, demi-cercle, esquive, garde, coups faibles, coups forts... Les commandes sont nombreuses pour des combats dynamiques, le gameplay est toujours la force de la série. Forcément la prise en main n'est pas forcément simple mais ce n'est pas propre à la série, à l'image de la concurrence, la case entraînement est indispensable. Au niveau de l'affichage, la jauge de vie est toujours là au même titre que la jauge de garde. On retrouve aussi la jauge de puissance et la jauge Max en bas de l'écran. Concernant le déroulement en dehors de la présence du chrono, le round se termine dès que l'un des personnages est KO et donc que sa jauge de vie est vide. Le gagnant récupère de la santé en fonction du temps restant de ce même round.

Au niveau des mécaniques proposées, on peut rappeler les grandes lignes avec les nouveautés en commençant déjà par le rush mode. Un système qui participe à l'ouverture de la licence vers des joueurs qui veulent sortir des combos sans forcément maîtriser sur le bout des doigts le gameplay du jeu. le rush mode permet donc de développer un super combo de plusieurs coups de manière plus simple. Ce système ne déséquilibre pas pour autant le gameplay du jeu et si cela peut paraître un moyen plus simple de sortir des combos, il en faudra bien plus pour surprendre votre adversaire. En guise de nouveauté, on peut citer l'arrivée du shatter strike.

Un système qui permet de réaliser une contre-attaque redoutable au bon moment. Une technique qui vaut le détour à travers une combinaison qui fait appel à du quart de cercle en plus de la jauge de puissance. Enfin on peut aussi trouver une alternative au mode Max : le quick mode. le Mode Max classique mise sur le boost du personnage sur le plan de la force tandis que le quick mode mise sur la vitesse. On peut aussi réaliser des attaques EX sans être en mode Max. D'ailleurs en dehors des spéciaux EX, les mouvements Super et Climax sont aussi de la partie. Le titre ne manque pas de profondeur et tend vers un peu plus d'accessibilité même si la patience et l'entraînement sont toujours nécessaires pour parvenir à maîtriser les nombreuses possibilités offertes par ce nouvel épisode.

On en vient maintenant à parler du contenu et le résultat est plutôt mitigé. Lorsqu'on prend du recul sur le contenu global du jeu, il faut bien avouer qu'on espérait mieux, le strict minimum est présent et de belle manière mais c'est quand même frustrant de ne pas voir plus de modes. En clair, le contenu solo est très minimaliste tandis que la dimension multijoueur est vraiment excellente et permet de compenser très largement le contenu solo à condition d'y être sensible. En clair le contenu solo se limite à un mode histoire, un mode versus, un mode tutoriel, un mode entraînement ou encore un mode mission.

Le mode histoire est court, sans saveur avec une faible rejouabilité pour débloquer du contenu. Le tutoriel est un peu léger, s'il suffit pour présenter les nouveautés, il faudra s'investir d'une autre manière pour pleinement mesurer le potentiel du jeu. Le mode mission n'est pas ridicule et permet de découvrir les personnages mais là encore c'est simple et léger à notre goût. D'ailleurs on peut faire un point sur le nombre d'arènes et de personnages. On peut donc profiter de 15 arènes au lancement du jeu pour un total de 39 personnages dont trois nouveaux (Isla, Dolores et Krohnen intègrent très bien le casting). Si celui-ci est riche par rapport à plusieurs concurrents pour un lancement, il reste quand même décevant par comparaison avec KOF XIV qui en proposait 50 rien qu'à sa sortie.

Alors oui on imagine qu'une vague de DLC payant sera de la partie pour agrandir le tableau mais on espérait un chiffre plus proche de l'épisode précédent. Heureusement, même si contenu solo est sérieux mais trop léger, la dimension multijoueur est vraiment convaincante, l'une des plus grandes forces du jeu assurément. Dès sa sortie le jeu affiche un traitement online absolument impeccable, à la fois complet et stable. Une telle finition est rare au lancement d'un jeu de combat il faut donc clairement le souligner et insister sur le travail réalisé par les développeurs. La section multijoueur contient donc plusieurs modes : match classé, match amical, match de salle, entraînement en ligne, vidéos, profil, classement. Le système de création de lobby est une réussite, complet et agréable à parcourir, les options sont nombreuses avec différentes règles.

Le système de vidéo est complet et pertinent pour évaluer les joueurs et potentiellement progresser. On peut évidemment partager et visionner les vidéos avec un mode spectateur vraiment sympathique. Enfin, le netcode est vraiment au point. Cela peut paraître une évidence mais c'est loin d'être systématiquement le cas pour ce type de jeu et franchement dès le lancement, le travail réalisé est vraiment très bon sur ce point. Les parties sont fluides et stables. Les recherches sont assez rapides, aucun problème constaté, le jeu n'oublie pas aussi de sanctionner le manque de fair-play des joueurs, tous les ingrédients sont là pour passer de bons moments et de nombreuses heures à affronter d'autres joueurs.

La notion de rang et donc de classement sont bien de la partie et complètent à merveille ce mode multijoueur. Enfin une parenthèse sonore s'impose compte tenu des très bons choix réalisés à cette occasion. Non seulement la prestation sonore est de qualité mais surtout elle n'oublie pas l'approche nostalgique pour séduire les fans. On peut donc profiter des OST des précédents opus. Il est possible de modifier par exemple le thème des arènes, un détail pour certains joueurs mais pas pour les fans. En tout cas d'une manière générale, les voix, les bruitages et donc les différents thèmes offrent une ambiance sonore vraiment sympathique.

The King of Fighters XV reprend les bases du précédent en proposant des améliorations et nouveautés. Cela comporte aussi une continuité dans le virage visuel, un choix qui malgré des efforts peut toujours déplaire par rapport au passé de la licence. En tout cas le jeu est toujours riche et technique dans son gameplay, toujours aussi fluide et toujours aussi agréable au niveau sonore. Le contenu est moins convaincant que par le passé avec notamment un contenu solo très minimaliste. Heureusement le mode multijoueur en ligne est une totale réussite, fiable et complet. S'il n'est donc pas irréprochable, ce nouvel épisode possède de solides arguments.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 16/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article