Jeuxvideo-world

[Critique] Dragon Quest The Adventure of Dai tome 1 et 2

15 Mars 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Après des rumeurs et surtout une longue attente, le manga Dragon Quest The Adventure of Dai fait enfin son retour en ce début d'année 2022. Les éditions Delcourt/Tonkam sont en charge de cette nouvelle édition, la troisième en France depuis l'apparition de la série. En effet on l'avait découverte pour la première fois sous le nom de Fly chez l'éditeur J'ai Lu à partir de 1996 puis une seconde édition, bien meilleure, avait fait son apparition chez l'éditeur Tonkam sous le nom de Dragon quest : La quête de Dai à partir de 2007.

Dans les deux cas la série était composée de 37 tomes. Depuis le 2 mars 2022, on peut donc désormais profiter d'une nouvelle édtion nommée Dragon Quest The Adventure of Dai. Un lancement qui propose le tome 1 (EAN : 9782413042341) mais aussi le tome 2 (EAN : 9782413042488). Chaque tome est vendu au prix de 12,50€ dans un format classique (dimensions : 11,2 x 17,6 cm) pour un total de 336 pages. Une nouvelle édition qui fait honneur à ce très bon shonen ?

On commence avec une première précision, la critique concerne bien les deux premiers tomes de cette nouvelle édition. Un premier rappel s'impose, cette nouvelle édition s'apparente plus à une édition deluxe qu'à une perfect édition. On pouvait espérer un format plus grand tout en respectant l'approche d'une édition double comme c'est le cas ici malheureusement ce n'est pas le cas. Néanmoins on tient à préciser que Delcourt/Tonkam n'a visiblement pas eu une grande liberté dans la mise en oeuvre de cette nouvelle édition. En effet certains choix sont présents pour satisfaire pleinement les ayants droit au niveau éditorial. Les restrictions sont nombreuses, d'ailleurs cette nouvelle édition correspond à la dernière édition japonaise en date, celle débutée en octobre 2020 au Japon.

Cette nouvelle édition compile les 37 volumes d'origine en 25 tomes. Le format est donc identique à l'édition japonaise et inclut un nouveau découpage ainsi que des pages couleurs d'origine. Autre précision importante, une nouvelle traduction est de la partie, par exemple les attaques conservent leurs noms d’origines mais avec une petite traduction juste en dessous entre crochets (exemple : Sort de feu ! [Megaflamme]). Lors de cette édition, la traduction était visiblement soumise à une validation auprès du géant Square Enix, certainement dans un souci de cohérence avec d'autres produits de l'univers Dragon Quest. Même constat concernant le titre de la série, il n'y a pas d'erreur, il s'agit bien d'un titre anglais.

Cette nouvelle édition se nomme bien Dragon Quest The Adventure of Dai contrairement à l'édition précédente qui comportait bien la traduction française : Dragon Quest La quête de Dai. On évoque ici des petits détails qui, selon nous, ne gâchent en rien le plaisir de lecture. Cela peut surprendre lors de la découverte de cette nouvelle édition surtout pour les lecteurs qui connaissent une version précédente mais rien de vraiment gênant. Sur les deux premiers tomes, la couverture est vraiment jolie à chaque fois avec un code couleur précis (un bleu ciel) qui varie au bout d'un certain nombre de tomes dans l'édition japonaise, à voir si la transition du code couleur sera aussi effective sur la version française. On note aussi sur chaque couverture la présence du nom de l'arc en question.

La quatrième de couverture est plus sobre avec un petit résumé, pas d'illustration particulière. Lorsqu'on tient en main ces deux tomes, on note tout de suite un poids important par rapport à un manga classique, logique vu qu'il s'agit à peu près d'une édition double. Mais ce poids s'explique aussi par l'excellente qualité de l'édition en particulier sur le papier. Dès le premier contact, la qualité du papier est évidente, le grammage est épais et se montre d'une qualité supérieure à la moyenne. Les deux rabats ne proposent pas de contenu particulier. Pour le sommaire, on pourra constater l'absence de numérotation pour les chapitres qui se contentent simplement d'un titre à chaque fois (15 chapitres pour le tome 1, 16 chapitres pour le tome 2).

Si le premier tome ne comportait aucune page d'introduction avant d'aborder le sommaire, le second tome offre deux pages qui présentent brièvement plusieurs personnages, avec chacun une illustration, en plus de faire un résumé du tome précédent en l'occurrence le tome 1 ici. Au niveau des bonus, à la fin du tome, on pourra découvrir la présence de deux fiches d'incantations pour le premier tome et de quatre fiches d'incantations pour le second tome. Chaque fiche présente un sort avec plusieurs illustrations et un court résumé, simple mais tout de même sympathique. Avant d'aborder l'histoire, on peut déjà rappeler le scénariste de la série, Riku Sanjo, un auteur que l'on peut aussi découvrir avec le manga Beet the Vandel Buster.

On peut aussi rappeler le synopsis de la série : Le Roi du Mal est ressuscité ! Encore plus puissant qu'avant, Hadlar arrive sur l'île Dermline pour se venger de celui qui l'avait tué autrefois : Avan. Celui-ci n'a d'autre choix que d'affronter son ennemi de toujours pour protéger ses disciples. Mais sera-t-il à la hauteur pour terrasser Hadlar, alors qu'il vient de consommer presque toute son énergie pour l'entraînement de Daï ? Dragon Quest The Adventure of Dai est un grand classique en matière de shonen, un incontournable pour de nombreux lecteurs en particulier lorsqu'il s'agit de découvrir cette catégorie de manga. Pas de suspens, la série est un régal et ces deux premiers tomes provoquent des bons souvenirs, un moment nostalgique pour certains lecteurs tandis que ceux qui ne connaissent pas cette oeuvre vont vite comprendre le potentiel et le talent de l'auteur.

On fait connaissance du jeune Dai, un jeune garçon entouré de mystère qui va devoir parcourir un long périple et faire à de nombreuses menaces. Un voyage qui s'annonce épique et surtout en équipe. L'une des forces évidentes de cette série est le soin accordé à l'ensemble du casting. C'est vraiment très rare de découvrir un manga avec autant de personnages charismatiques. Chaque personnage même secondaire possède une importance et un minimum de développement. On a également un bon équilibre, même si peuvent donner l'impression de sortir du lot par certaines caractéristiques, chaque personne possède un impact, un poids et donc un intérêt dans la lecture et pas seulement pour remplir quelques cases. Alors oui, en ayant connaissance de l'ensemble du récit, on a tendance ici à parler de manière très large sur les qualités du récit. 

Evidemment qu'avec le tome 1, on va trouver une introduction qui joue son rôle de poser les bases et de dévoiler petit à petit les personnages sans pour autant offrir un rythme fou et des moments épiques. Le tome 2 poursuit ce travail tout en présentant des nouveaux personnages. Cette série dégage régulièrement ce goût de nouveauté et de surprise sans forcément sortir de son cap. Il y a bien la trame principale mais l'aventure sera aussi synonyme de quêtes secondaires aussi travaillées et visant à enrichir l'univers et les personnages à la manière d'un RPG. En effet si ce manga n'est pas l'adaptation précise d'un jeu vidéo de la série Dragon Quest, il exploite énormément cette dernière. On retrouve donc de nombreux codes du genre et de la licence : classes, bestiaire, armes...

Le récit ne s'oriente pas vers un unique style de combat, la notion de classe est clairement présente ce qui donne autant de combats avec des épées que la magie. D'ailleurs cette forme d'attaque est l'un des points de départ de notre héros qui va choisir sa voie, pas forcément celle du goût de son entourage... Alors oui c'est un shonen fantasy qui peut paraître parfois un prévisible, mais on n'arrive pas toujours à lire correctement l'aventure, il faut s'attendre à des rebondissements. Il faut également s'attendre, et ça se voit dès ces deux premiers tomes, à rencontrer des thèmes classiques sur la notion de courage, d'équipe, d'amitié mais aussi de force. Pour le moment la dose d'action reste légère sur ces deux premiers tomes mais c'est tout à fait logique, ceux-ci possèdent un tout autre rôle à l'image des autres grandes séries.

Cela n'empêche pas de découvrir quelques combats mais le meilleur reste à venir. Enfin si ce n'est pour le moment pas visible sur deux tomes, la série brille par sa qualité à apporter une évolution globale de son univers. Les personnages, alliés et ennemis, affichent une réelle progression autant sur le plan technique que sur le plan esthétique. Alors encore une fois, on propose un avis qui vise large de manière à bien situer le potentiel de la série, il ne faut pas juger la série sur ces deux premiers tomes. Si l'on se contente de prendre du recul sur ceux-ci, on trouve un univers intéressant avec de nombreuses références à la licence Dragon Quest sans chercher à être une adaptation d'un jeu vidéo précis. On pourra découvrir une introduction plutôt longue dans le but de bien poser l'histoire mais surtout pour commencer un périple qui ne va cesser d'être synonyme de nouvelles rencontres et de combats.

Le tome 2 confirme à merveille le soupçon du premier tome, celui d'un casting soigné, surprenant et franchement captivant. Si l'histoire, et d'une manière plus générale l'univers de la série, mérite vraiment qu'on s'y attarde, on le doit aussi aux dessins. En effet très rapidement, on découvre un dessin qui fonctionne parfaitement avec l'écriture. Plus tard, on comprendra même que l'exigence de l'histoire sera respectée, celle d'une évolution réelle et maîtrisée. Si les personnages font l'objet de progrès et de changements, il faut aussi le percevoir et c'est clairement l'une des forces de la série. Le dessinateur est Koji Inada, un artiste qui ne manque pas de talent et que l'on retrouve d'ailleurs avec le même scénariste sur le manga Beet the Vandel Buster.

Autre précision importante Koji Inada qui a travaillé en tant qu'assistant d'Akira Toriyama, le célèbre créateur du manga Dragon Ball. Cela n'empêche qu'il possède tout de même son propre style. Il faut également rappeler que lors de la création de la série Dragon Quest en 1986 par Yuji Horii, Akira Toriyama est en charge de l'environnement graphique ainsi que de la création des personnages. Il est donc tout à fait logique de constater des ressemblances dans l'univers Dragon Quest avec celui de Dragon Ball, un constat surtout valable pour le style de certains personnages. Malgré l'âge du manga, il ne faut pas oublier que sa sortie initiale remonte à octobre 1989, le dessin vieillit plutôt bien. Néanmoins s'il dégage un coup de vieux, c'est justement sur les premiers tomes que l'on s'en rend compte.

Mais encore une fois, il ne faut pas s'arrêter à ces deux premiers tomes, la série mérite d'être jugée sur un plus grand nombre de tomes. Au départ et donc pour ces deux tomes, le dessin paraît mignon et léger parfois même un peu trop simpliste. Un côté basique que l'on trouve dans le décor et un peu dans les personnages. Sauf que très rapidement on va découvrir une vraie et franche évolution, le dessinateur s'affirme et reste en cohérence avec la montée en puissance de la série. On gagne donc clairement en profondeur dans le dessin sur les prochains tomes, le niveau de détails va vraiment progresser.

Dès les premiers tomes, on peut profiter d'une belle maîtrise des phases d'action, les combats sont impressionnants et surtout parfaitement lisibles. Le style est fluide et dynamique pour apprécier la mise en scène de ces séquences. Les expressions des visages s'offrent aussi un travail particulier pour accentuer les moments humoristiques. A l'image de l'histoire, le dessin est d'une richesse folle et ne va cesser de progresser au fil des tomes. Enfin concernant cette nouvelle édition, on rappelle la qualité d'impression et celle du papier avec un grammage épais. Ce sera aussi l'occasion découvrir des pages couleurs d'origine.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Dragon Quest The Adventure of Dai est de retour dans une superbe édition. Si certains lecteurs pourront reprocher le format qui reste classique, contrairement à d'autres mangas en perfect edition, ou encore la traduction des attaques par exemple, il faut tout de même reconnaître que cette nouvelle édition est de très bonne qualité. Un papier épais, des pages couleurs d'origine, un nouveau découpage, c'est clairement une séance de rattrapage idéale si vous appréciez la lecture de shonen fantasy ou l'univers Dragon Quest.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article