Jeuxvideo-world

[Test] GRID Legends (PS5)

7 Mars 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

Codemasters déroule un nouvel épisode pour la série GRID en ce début d'année. Le dernier épisode remonte à octobre 2019 et proposait une formule simple mais efficace pour remettre la série sur de bons rails. En ce début d'année, on va donc pouvoir se plonger dans un nouvel opus intitulé GRID Legends, le premier volet sur la nouvelle génération avec une sortie sur PlayStation 5, PlayStation 4, PC, Xbox Series et Xbox One. On espère ce coup-ci découvrir quelques nouveautés et des développeurs inspirés après un DiRT 5 sympathique mais pas totalement convaincant. Un jeu de course fun et accessible ?

L'une des attentes avec ce nouvel épisode concerne la partie visuelle. En effet comme on l'a dit, c'est la première tentative de la série sur la nouvelle génération malgré une sortie encore sur la précédente. D'ailleurs cela va sûrement justifier cette impression de tenir devant un jeu développé pour la génération précédente mais avec une mise à niveau. On précise d'ailleurs que ce test est réalisé à partir de la version PlayStation 5. C'est souvent le cas avec les productions du studio, le jeu est synonyme de voyage, de Dubaï à Londres en passant par Paris, Tokyo ou encore San Francisco. Des circuits dans chaque coin du globe qui permettent d'obtenir un brin de variété sans être trop cliché.

D'une manière générale, les circuits offrent un visuel agréable et se montrent suffisamment vivants en plus de profiter d'une très bonne modélisation à quelques détails près. Sans être d'une trop grande exigence, on pourra juste pointer du doigt le rendu de la végétation encore perfectible. Si les environnements sont soignés, les bolides profitent d'un soin encore plus important, un constat classique là encore. Le catalogue est riche et très varié, les véhicules sont parfaitement modélisés, très agréable à l'oeil, avec une belle finesse pour les textures. C'est coloré sans atteindre la folie de l'univers DiRT offrant une immersion plus sérieuse, plus pro. Une immersion renforcée par différentes caméras dont la vue cockpit qui fait toujours son petit effet. 

Celle-ci permet également d'apprécier le travail réalisé sur les tableaux de bord avec un bon niveau de détail. On va rapidement découvrir que les dégâts visuels des véhicules sont aussi de la partie pour renforcer le spectacle sur la piste. Un aspect qui possède encore une marge de progression mais sa mise en place est approuvée et convient parfaitement dans l'esprit de la série d'autant que les collisions sont parfois nombreuses et intenses. On en profite aussi pour dire que celles-ci sont dans l'ensemble bien gérées, pas de rebonds exagérés ou de véhicules qui s'envolent. Esthétiquement le jeu se montre donc assez varié et vivant sans se contenter du minimum, la preuve avec le cycle jour/nuit qui offre de superbes séquences en plus des conditions météorologiques pour produire encore plus d'effets visuels.

Au rayon des effets, on pourra aussi profiter de feux d'artifice à l'approche de la ligne d'arrivée pour renforcer le spectacle des épreuves. Il faut également s'attendre à découvrir des cinématiques avec de vrais acteurs (à l'image du jeu Need for Speed de 2015 par exemple). Ce n'est pas l'élément fort du jeu mais on apprécie la volonté de proposer une mise en scène différente dans un mode histoire sur lequel on reviendra plus tard. Au niveau de la partie technique, le jeu se montre très propre, tout en laissant penser qu'il peut faire encore mieux. En l'état, c'est vraiment convaincant et surtout stable malgré de rares chutes de framerate. Sans être une claque visuelle, la partie technique reste donc solide avec des temps de chargement très courts.

Du côté du gameplay, le jeu conserve son style sans prendre le risque de tenter une nouvelle approche. On retrouve ainsi une conduite arcade pour une prise en main accessible. Il ne faut que quelques tours pour commencer à s'amuser tout en profitant de belles sensations. C'est nerveux, fun sans jamais demander une trop grande exigence au pilote. Un équilibre intéressant pour ceux qui veulent faire des courses, s'amuser avec les différentes catégories sans avoir peur de perdre le contrôle à chaque virage. On maîtrise sans mal le véhicule dans les virages en réalisant de jolis dérapages. Même en supprimant les aides au pilotage, le jeu n'exige pas une grande maîtrise.

Attention, sa grande accessibilité ne veut pas dire que le jeu n'offre pas des sensations, les développeurs tente simplement un compromis et sur ce point c'est une franche réussite. Qu'importe la caméra choisie, le jeu offre de belles sensations avec un minimum de réalisme à l'image de la gestion des collisions. On s'amuse très rapidement et sans avoir de connaissance particulière. Une formule qui n'empêche pas non plus de proposer des sensations différentes d'un véhicule à un autre selon son poids, sa puissance ou encore son mode de traction. Afin de pimenter les différentes épreuves du jeu, les développeurs intègrent un système de rivalité. Lors d'une épreuve, lorsque vous avez des contacts légers mais réguliers ou carrément une collision importante, l'adversaire en question devient votre rival le temps de la course.

Un repère mis en oeuvre, un logo rouge apparaît près de son nom. De toute façon, pas besoin de chercher son identité, vous allez très vite connaître votre rival, son comportement est évolue dans le sens de la nervosité dès qu'il possède ce statut. Le pilote en question sera clairement plus agressif dans chaque virage et petits conflits, que vous soyez devant ou derrière lui, il faut s'attendre à de l'action. Si le système est amusant, il manque peut-être d'un peu d'équilibre en donnant l'impression que votre adversaire bascule dans une folie meurtrière avec des coups de volant démesurés. Une attitude radicale où l'on pourrait penser que son unique but est de réaliser un accident afin de nous mettre hors course.

En parlant d'IA justement, en dehors de ce système de rival, celle-ci affiche un comportement plutôt satisfaisant. Il y a encore des progrès à faire mais l'idée par exemple de voir des concurrents qui commettent des erreurs, c'est intéressant. On a par contre toujours cette impression que les écarts manquent de naturel. Par exemple, lorsqu'on est en queue de peloton, les pilotes semblent bridés de manière à permettre une remontée assez rapide et simple. En tout cas, l'IA ne tombe pas dans le piège du simple touriste sur la piste, il y a vraiment un comportement affichant l'envie de gagner en prenant des risques, on ne s'ennuie pas. Pour cette version PlayStation 5, on espérait aussi une belle exploitation des fonctionnalités de la DualSense. Le résultat est similaire à celui de DiRT 5, le jeu exploite uniquement le retour haptique.

Des vibrations sympathiques qui renforcent un peu certaines situations sur le circuit sans forcément faire l'objet d'une finesse ou d'une précision particulière. A l'image de DiRT 5 à sa sortie, la DualSense est mise à l'écart par les développeurs. On espère que dans les prochaines semaines, une mise à jour sera disponible pour apporter une vraie exploitation. Si cet épisode ne fait pas preuve d'une grosse prise de risque dans sa proposition, il tente quand même une approche différente dans son contenu avec la présence d'un mode histoire. Ce dernier s'intitule "Drive to Survive" et ne cache pas son inspiration pour une série Netflix nommée Formula 1 : Drive to Survive. L'idée d'un documentaire est amusante sur le papier mais malheureusement, cela se concrétise mal dans le jeu.

Encore une fois les intentions sont bonnes avec de vrais acteurs pour les cinématiques et un minimum d'écriture. Sauf que celle-ci n'est pas franchement convaincante en plus d'aboutir trop souvent à des clichés. Cela n'empêche que la conception globale du mode reste bonne avec une série d'épreuves (une trentaine) et des cinématiques dans un bon rythme. Mais on espérait découvrir un mode histoire plus original et captivant. Mais le vrai défaut de ce mode, c'est qu'il est trop court. On va dire qu'en moyenne, en fonction de la difficulté et votre façon de jouer, il faut compter 4-5 heures de jeu environ. Heureusement, on trouve aussi un mode carrière qui joue la carte de la simplicité dans la mise en scène.

Un mode qui s'inscrit dans la continuité des différentes licences du studio. Un enchaînement de différentes épreuves (course, drift, élimination...), un coéquipier, des sponsors... Ce coup-ci pas de travail d'écriture, pas de cinématique et même une bande-son bien plus discrète. Par contre on assiste à une progression différente avec une évolution en fonction des défis réussis. S'il n'est pas original, ce mode se montre solide et fun. Autre mode intéressant, un éditeur de course est de la partie avec tout un tas de paramètres (catégorie, météo, circuit, tours...) pour créer une épreuve selon ses envies. Au niveau des améliorations, le système proposé est nettement plus poussé que le dernier DiRT qui se contentait du visuel. 

On peut déjà acquérir des compétences pour augmenter l'efficacité globale (argent et performance) de l'écurie (mécano, coéquipier). Pour les véhicules, on pourra aussi modifier les pièces dans un menu spécifique assez simple à prendre en main afin de changer certaines pièces pour augmenter les différentes caractéristiques (et notamment la puissance) de chaque voiture. Une transition parfaite pour faire le point sur le contenu au niveau des voitures, circuits et épreuves. Un contenu qui se montre à la hauteur malgré un certain niveau de recyclage, quelques nouveautés sont présentes mais les habitués pourront estimer ces ajouts insuffisants. Il est donc question de plus de 120 véhicules pour un total de 9 catégories (Touring, Trucks, Drift, GT...) avec des bolides électriques en guise de nouveauté.

Pour les épreuves, la nouveauté est le retour du drift, une très bonne idée en plus des épreuves plus classiques (course, élimination, contre-la-montre...). Même constat pour les tracés qui proposent quelques nouveautés en plus des circuits de l'opus précédent, au total plus de 130 itinéraires sur 22 lieux. Enfin on termine ce tour complet du contenu en évoquant la dimension multijoueur proposée. Un mode en demi-teinte, s'il fonctionne bien en plus d'être cross-play, il est trop léger et froid dans sa présentation. On a vraiment l'impression de faire face au strict minimum, il n'y a pas d'animations spécifiques pour faire vivre cette partie multijoueur. Si l'on pourra s'amuser avec d'autres joueurs ou ses amis pendant quelques courses, il n'y a pas suffisamment de contenu pour s'investir sur le long terme.

Enfin, quelques mots sur l'ambiance sonore du jeu qui n'est pas aussi pétillante que l'ambiance visuelle. Le mode histoire a déjà le droit à un traitement sonore spécifique qui joue une nouvelle fois la carte du cliché qui ne fait guère rêver. Les différentes musiques essayent de mettre un aspect cinéma mais sans jamais vraiment convaincre. Une tentative qui n'est pas aidée par un doublage français très décevant. De toute façon d'une manière plus générale, la bande-son se montre assez pauvre et classique sur les compositions musicales.

Le sound design est le seul aspect sonore qui contribue de manière plutôt satisfaisante l'immersion du jeu et sauve un peu l'ambiance globale. On pourra déjà entendre des sons de moteur différent d'un véhicule à un autre. Alors on est loin de la finesse et de l'authenticité que l'on peut trouver dans d'autres jeux mais le rendu est tout de même satisfaisant. Les collisions et les dérapages offrent également une restitution sonore crédible d'autant que l'on pourra constater des différences en fonction de la météo en cours. La partie bruitage est donc une belle réussite par rapport aux thèmes ou aux doublages.

GRID Legends signe un nouvel épisode sympathique sans être surprenant ou renversant. Ce dernier s'inscrit dans la continuité mais en apportant tout de même quelques nouveautés et améliorations. On trouve toujours un gameplay arcade et accessible avec un contenu sérieux. En plus d'un mode carrière classique et froid, un mode histoire s'invite à la fête avec une approche différente mais dont le résultat reste mitigé. On pourra découvrir de nombreuses voitures et circuits en plus d'un mode online très simple mais qui permet de jouer avec d'autres joueurs et d'éviter les lacunes de l'IA malgré des progrès. Cette nouvelle tentative ne se présente pas comme une révolution de la série mais mérite clairement qu'on s'y intéresse si l'on recherche un jeu de course fun sur l'asphalte.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 16/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 13/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article