Jeuxvideo-world

[Test] Triangle Strategy

10 Mars 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests Switch

La Nintendo Switch continue d'enrichir son catalogue en matière de jeu de rôle tactique. Après la série Disgaea, Fire Emblem ou le prochain retour d'Advance Wars, une nouvelle licence compte bien fait trembler la concurrence, son nom ? Triangle Strategy. Si de nombreux fans continue d'espérer l'arrivée d'un nouveau Final Fantasy Tactics (une époque lointaine du temps de la PS1, la GBA, la DS ou encore la PSP), Square Enix joue plutôt la carte de la nouveauté.

Triangle Strategy est donc un tactical-RPG développé par le studio Artdink en plus d'être supervisé par un certain Tomoya Asano et son équipe. Cette dernière est responsable de jolies perles sur les consoles portables de Nintendo avec Bravely Default (3DS) et Octopath Traveler (Switch). Une nouvelle licence aussi excellente que les précédentes ?

Sans trop rentrer dans les détails, on peut déjà faire un point sur le contexte au lancement du jeu. Celui-ci nous plonge dans un monde où l'on trouve un continent nommé Norzélia. Une terre où trois puissances dominent, chacune possédant une précieuse resource. On trouve le royaume d'Aesfrost qui regorge de minerai de fer, le royaume d'Hyzante qui abritent du sel et enfin le royaume de Glenbrook qui lui profite du fleuve Norzélia où des marchandises transitent. Une grande guerre s'est déclenchée suite à ces ressources naturelles entre les trois royaumes. Un conflit terminé sur une trêve pour laisser place de nouveau à la paix même si cet accord ne semble pas très solide...

Une introduction simple mais suffisante pour situer l'univers du jeu au départ. Il est clair que le problème est plus complexe et que les liaisons entre les personnages, les intentions diplomatiques et autres manœuvres stratégiques sont également au coeur de cette histoire. Mais ce qui saute aux yeux dès qu'on lance le jeu, c'est surtout cette patte visuelle absolument délicieuse. Alors oui, on peut aussi admettre que cette direction artistique peut déplaire à une partie des joueurs. En tout cas ce style visuel HD-2D dégage un effet particulier et signe un rappel évident aux prestations visuelles des précédents jeux de la Team Asano (Octopath Traveler et Bravely Default). D'ailleurs, cette comparaison pourtant flatteuse, lève la question d'un éventuel style trop proche entre des licences sans lien.

On peut effectivement souligner une identité pas totalement inédite lorsqu'on compare les différentes licences, mais qu'importe la patte artistique est vraiment séduisante. S'il se dégage un trait commun, on va vite découvrir une aventure avec sa propre identité. Une fois le constat du style HD-2D, cette nouvelle licence parvient à se démarquer de différentes manières. On précise, pour ceux qui ne connaissent pas ce type de moteur, qu'il est question d'un compromis entre la 2D et la 3D. Les sprites (les personnages) sont en 2D alors que les décors sont en 3D offrant ainsi une profondeur. Le résultat est surprenant et dégage ainsi un style vraiment unique avec un petit goût de nostalgie. Le travail est vraiment impressionnant avec de nombreuses et belles animations pour les sprites mais aussi cet environnement vivant avec tout un tas d'effets visuels qui accentuent dans le bon sens la beauté de cet univers.

Sur le plan technique, la Nintendo Switch s'en sort très bien, ce choix artistique n'est pas le plus exigeant sur le papier, cela permet de profiter d'une manière confortable l'aventure proposée. Le rendu global est très propre, la modélisation, les textures ou encore les animations contribuent au charme de cette nouvelle licence. Comme c'est souvent le cas, on a tout de même une préférence pour le mode portable, même si le mode TV ne pose aucun problème. Le mode portable semble dégager une meilleure finesse et atténue la faible impression de flou que l'on peut constater par moment. En tout cas on est agréablement surpris par la qualité globale du jeu, en particulier par cette belle profondeur. Dans le domaine du visuel, on précise également que Triangle Strategy est un jeu particulièrement bavard, peut-être trop au point de considérer le jeu comme trop contemplatif, question de point de vue.

Il y a de donc de longues scènes avec une grosse quantité de dialogues. Ce n'est pas un défaut dans le sens où l'écriture et donc l'histoire occupe une place majeure au sein du jeu. On précise également que le jeu possède une traduction française pour les textes. Triangle Strategy est un tactical-RPG loin d'être basique, néanmoins sa richesse dans son gameplay n'empêche pas au jeu d'offrir une prise en main efficace grâce à une bonne interface et suffisamment d'informations claires pour mesurer le potentiel du gameplay. On ne l'a pas évoqué jusqu'à présent mais la conception des cartes est vraiment excellente en plus d'une bonne diversité. Level-design permet de mettre en avant les différents objectifs et situations au cours de l'histoire. L'objectif qui revient régulièrement est l'élimination de l'ensemble des ennemis.

On précise également que le terrain de jeu est quadrillé, un classique dans cette catégorie. Même constat pour le lancement d'une mission, on place sur les cases de départ les différentes unités de notre équipe. Dès que le combat se lance, on découvre un système de tour par tour, classique dans les apparences mais ajoute de nombreuses nouveautés pour rendre l'ensemble beaucoup plus technique et complexe. Il faudra réfléchir plus d'une fois sur le positionnement, les actions mais aussi les types d'unités que l'on va employer dans chaque combat. On l'a dit, la conception des terrains n'est pas sans idée, on va vite découvrir que le jeu exploite la verticalité du terrain. La hauteur est donc prise en compte dans le calcul d'une attaque, un archer en hauteur fera plus de dégâts par exemple.

On retrouve une stratégie d'attaque classique, celle de l'attaque dans le dos, toujours aussi redoutable. Il ne faut pas non plus oublier l'importance et l'impact des attaques élémentaires, un gros morceau des combats. La notion élémentaire renforce la notion de force et faiblesse de chaque unité en plus de tenir compte une nouvelle fois des particularités du terrain. Vous pourrez par exemple faire brûler la végétation mais surtout procéder à des changements de situation pour créer des pièges. Une attaque électrique dans une case contenant de l'eau va faire de jolis dégâts sauf que parfois le sol est dans un autre état. Il faudra donc user de différentes attaques élémentaires pour faire évoluer une partie de terrain. Autre exemple, une attaque de gel permettra de ralentir les déplacements sur les cases concernées.

Avec les terrains proposés, le décor et surtout la liste d'attaques, le jeu démontre rapidement sa grande richesse pour les combats. On expose ici les grandes lignes avec quelques exemples tout laissant certaines mécaniques dans l'ombre qu'on vous laisse le soin de découvrir. Petite parenthèse au sujet des objectifs, le joueur est soumis à la réussite avec autant de tentatives que nécessaire, il n'y a pas de mort permanente. Pas d'inquiétude, le jeu récompense les tentatives puisque l'expérience acquise lors du bataille perdue est conservée. On progresse donc à chaque défaite en sachant que le jeu adopte sans surprise un système de niveau pour les unités. Malgré ce système qui encourage les tentatives sans avoir l'impression de perdre son temps, il est toujours possible de "farmer" d'une autre manière en se rendant à des entraînements au camp.

Un passage presque obligé afin de pouvoir gérer une progression équitable de son équipe. On le sait bien dans ce type de jeu, il faut compenser la faible utilisation d'une unité, l'entraînement permet donc à celle-ci de rejoindre un niveau sensiblement identique avec nos unités de prédilection. S'il y a donc une notion d'expérience et de niveau, vous vous en doutez, des arbres de compétence sont de la partie. Il faudra donc de l'argent et des matériaux pour espérer faire évoluer les armes et ainsi augmenter les dégâts réalisés par exemple. L'évolution s'ouvre évidemment à de nombreuses statistiques, pas seulement aux dégâts. Un système de grade est également présent. Un changement est possible par palier, il ne suffit pas de monter un ou deux niveaux mais plusieurs. Lorsque les conditions sont remplies, le changement débouche sur un sprite différent et surtout de nouvelles compétences. 

On en profite pour rappeler que la progression est soumise à l'action, autrement dit lorsque vous utilisez une unité, son gain d'expérience correspond à son utilisation. Un avantage pour certaines unités mais aussi une approche plus délicate pour certaines unités, il faudra donc composer intelligemment pour s'assurer d'une progression équitable au sein de votre équipe. En dehors des phases de combats, le jeu offre aussi une part d'exploration sympathique qui permet de ne pas enchaîner bêtement les missions. Cela permet de faire le point sur son inventaire mais aussi de lancer des dialogues pour en apprendre un peu sur l'univers du jeu. On pourra explorer différents lieux (village, place...) pour récupérer des objets, de l'équipement mais aussi des documents. La recrue d'alliés est aussi au menu de cet opus.

En dehors des combats et de l'exploration, le jeu laisse une place importante à vos choix et convictions. Un système loin d'être anecdotique qu'il faut même qualifier de démocratique. Un vote sera lancé auprès de la Balance des convictions. Les principaux personnages possèdent donc une conviction, le défi sera de faire influencer ou non le choix des compagnons. Il faudra donc discuter, écouter et surtout persuader les personnages pour convaincre que vos décisions sont bonnes. La notion de conviction se divise en trois catégories : liberté, éthique et pragmatisme. Attendez-vous à reflets de celles-ci dans les réponses envisageables. Il faut bien comprendre que cela ne résume pas à la simple force de persuasion.

Il s'agit aussi d'un travail en amont et d'une récolte d'informations, il faut un maximum de données pour faire le bon choix et surtout avoir le potentiel de convaincre avec des arguments solides. Si certains choix paraissent légers ou temporaires, ce système de vote et d'une manière plus générale ce système de choix est vraiment développé et apporte de la fraîcheur et de la profondeur à une mécanique que l'on voit de plus en plus dans les dernières productions mais souvent sous-exploitée ou superficielle. Enfin toujours au rayon du gameplay, on pourra pointer du doigt quelques petits soucis de placement de la caméra mais cela reste assez rare. Du côté de la durée de vie, il faut bien compter 30 heures pour venir à bout de l'histoire principale sans se contrer sur le contenu annexe.

Un temps de jeu très satisfaisant en sachant que ce chiffre varie en fonction de la difficulté choisie et de votre envie d'approfondir le jeu avec les histoires annexes. Il y a également la volonté de faire monter le niveau de l'ensemble de l'équipe, un argument pour faire grimper encore le temps de jeu. L'histoire s'organise sous la forme de chapitres, ceux-ci sont parfois découpés en actes. La carte du monde met en scène le déroulement de l'histoire sous la forme d'un code couleur, les points rouges désignent les missions principales tandis que les points verts désignent les missions secondaires. Comme si cela ne suffisait pas, le jeu offre aussi une très bonne rejouabilité, on débloque par exemple une nouvelle difficulté.

Mais la belle surprise vient de la présence d'un mode New Game + qui permet de découvrir de nouveaux embranchements scénaristiques. On pouvait s'y attendre avec un système de choix avec un réel impact, le jeu offre plusieurs fins différentes, pas seulement des variantes au cours de l'histoire. On peut donc repartir à l'aventure en adoptant une autre attitude pour découvrir d'autres résultats de l'histoire. Pour mettre en valeur le potentiel des choix et surtout pour ne pas mettre lourd, les développeurs ont l'excellente idée de proposer un menu spécifique sur les séquences découvertes et loupées.

Le jeu enregistre l'historique des choix réalisés au cours des différentes parties. Il suffit donc de consulter le récapitulatif des différentes branches pour découvrir la conséquence des choix réalisés et donc procéder d'une manière différente, une section très pratique qui donne envie de découvrir les passages manquants. Un petit mot sur l'ambiance sonore, sans surprise c'est un délice. Avant le coup on s'attendait à une ambiance sonore soignée, on n'est pas déçu du résultat. Les compositions musicales sont signées Akira Senju, compositeur japonais connu pour son travail dans le milieu du cinéma et de quelques animés (Fullmetal Alchemist: Brotherhood par exemple).

Les morceaux proposés apportent à chaque fois la touche espérée pour renforcer l'action ou l'émotion. A travers la musique, le compositeur parvient à donner du poids aux séquences épiques des batailles. Il n'oublie pas non plus de proposer des mélodies plus douces et légères dans des contextes dramatiques. La liste des instruments est riche pour apporter une bonne variété à cette bande-son. Un excellent travail qui s'accompagne d'un doublage de bonne qualité avec le choix entre les voix anglais et japonaises. Dans les deux cas, c'est convaincant même si l'on a une petite préférence pour le doublage japonais. On le répète, le jeu comporte bien les sous-titres en français. Enfin on termine avec le scénario de cette nouvelle licence.

Compte tenu de l'importance de l'écriture, on ne va prendre aucun risque à rentrer dans les détails ou à exposer des chemins de l'aventure. Il faut en tout cas bien comprendre que ce titre comporte une très grosse quantité de dialogues au point d'avoir l'impression de faire face à une expérience de jeu très contemplative. Il faut quand même souligner que le genre se prête souvent à un gros travail d'écriture à l'image de la série Disgaea par exemple. Nul doute que ce constat de lecture importante sera surtout valable pour les joueurs qui découvrent le genre ou sans grande expérience dans cette catégorie. Au départ, on pourrait croire à un simple contexte de guerre pour les ressources et de territoire. Très vite, on va découvrir un ton et un déroulement très mature et adulte laissant peu de place à l'humour malgré une certaine présence de celui-ci.

On est donc bien loin d'une approche à la Disgaea dans le discours. Même par comparaison à d'autres licences du genre, cette histoire affiche vraiment un sérieux et va démontrer un conflit complexe à base de trahisons, de complots entre les familles des trois royaumes. Le joueur incarne Serenor Wolffort, futur héritier, qui s'apprête à épouser une demoiselle loin d'être quelconque ouvrant la porte à des doutes sur une union qui risque de poser des questions. Le récit est captivant et s'offre un bon rythme. Le déroulement n'est pas synonyme que d'une succession de batailles, mais celles-ci sont souvent longues et épiques. Il faut donc s'attendre à une intrigue bien ficelée, surprenante, avec des choix qui influencent la personnalité du personnage et le déroulement de cette histoire.

Triangle Strategy est une très belle surprise. Même si l'on s'attendait à une nouvelle licence prometteuse compte tenu de l'équipe en charge du développement, ce tactical-RPG s'impose vraiment comme un incontournable dans sa catégorie. Un nouveau titre doté d'un style visuel HD-2D avec toujours autant de charme. On trouve un gameplay vraiment bon et complet, une durée de vie solide avec une bonne rejouabilité ou encore une bande-son qui s'accorde parfaitement avec l'univers du jeu. Une belle ambiance qui n'oublie pas de soigner l'écriture avec une histoire riche et surprenante. Il faut évidemment être sensible à ce genre de jeu, mais si c'est le cas, l'aventure s'annonce passionnante.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 17/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 17/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 17/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article