Jeuxvideo-world

[Test] Chrono Cross The Radical Dreamers Edition (Switch)

16 Avril 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests Switch

La série Chrono, un des nombreux RPG cultes en provenance de Square Enix ou Squaresoft pour les nostalgiques, rattrape son retard sur le continent européen. Il y a de nombreuses années, la venue en Europe du catalogue de l'éditeur japonais était loin d'être une évidence. Ces derniers temps, Square Enix tente de corriger le tir à travers plusieurs consoles. Pour la série Chrono, on a ainsi pu découvrir le génial Chrono Trigger sur Nintendo DS en 2009, puis quelques années plus tard sur les smartphones iOS et Android. En 2022, on a enfin le droit à Chrono Cross !

Un RPG considéré comme la suite de Chrono Trigger qui débarque enfin en Europe sous la forme d'un remaster intitulé Chrono Cross The Radical Dreamers Edition. On pourra profiter de cette aventure sur plusieurs supports : PC, PlayStation 4, Xbox One mais aussi Nintendo Switch. C'est sur cette dernière que l'on va découvrir ce RPG qui s'annonce aussi bon que Chrono Trigger. Un remaster efficace pour un RPG incontournable ?

Avant d'aborder le travail réalisé sur ce remaster, on va d'abord rappeler la situation de cet opus et son histoire, du moins son concept. On l'a dit en introduction, Chrono Cross s'inscrit comme une suite de Chrono Trigger même si en réalité ce n'est pas une vraie suite. Cette seule précision donne le ton de la magie et l'effet produit par cet épisode qui a marqué son époque et qui conserve un style vraiment captivant dans son écriture. On pourrait penser à une aventure simpliste mais très rapidement, il s'en dégage une histoire d'une grande finesse et surtout un bon niveau de complexité. Chrono Cross se positionne ainsi comme une alternative de Chrono Trigger dans son écriture.

Les références sont nombreuses mais les deux jeux ne sont pas identiques pour autant, chaque jeu développe ses propres mécaniques. On vous laisse évidemment le plaisir de la découverte, aucun élément majeur de l'histoire ne sera présent dans le test. Cet épisode nous permet donc de faire la connaissance de Serge, un adolescent qui va vite faire face à un événement étrange. Alors qu'il profitait paisiblement de la plage avec une amie, celui-ci va vite basculer dans une autre réalité, un mode alternatif où sa présence n'est plus une évidence... Les thèmes proposés par ce nouvel épisode sont vraiment intéressants à la fois sur les univers parallèles mais aussi l'impact sur la présence ou non d'un être dans cet espace-temps ou encore la notion d'équilibre.

Une aventure surprenante, captivante et loin d'être prévisible, l'écriture offre également son lot de surprises. Le jeu nous plonge à proximité d'un continent nommé Zénan. Il existe un archipel d'îles paradisiaques au sud de ce continent nommé El Nido où l'on fera connaissance des protagonistes. On y trouve plusieurs îles aux noms fantastiques (île du dragon, île des damnés...). C'est bien sur cet archipel que l'on va découvrir deux visages avec quelques différences. Artistiquement le jeu possède un charme évident et malgré son âge, l'univers est toujours aussi mignon et captivant. Les décors sont inspirés et apportent énormément à l'ambiance particulière du récit. Un soin qui ne se limite pas aux environnements, le bestiaire est lui aussi très riche et inspiré.

Pour les personnages, à quelques exceptions près, le visuel proposé se montre lui aussi suffisamment varié et charismatique. Sur le plan technique, les intentions sont bonnes avec déjà le choix entre les graphismes de l'époque et la version moderne. Cette dernière correspond à un traitement remaster, donc quand même assez léger par définition, visant à offrir un peu plus de confort visuel. Cela se traduit par un lissage HD ainsi qu'un rendu plus propre des couleurs. Les personnages font l'objet de nouvelles illustrations pour l'occasion afin de profiter dans de bonnes conditions à la fois des décors et des personnages. Les arrière-plans sont en 2D lissés tandis que les personnages adoptent une 3D plutôt convaincante.

Un remaster qui réalise quand même des efforts et qui offre naturellement une bien meilleure résolution qu'à l'époque pour cette version moderne (environ 900p contre 240p pour la version originale). Sauf que derrière ces bonnes intentions, les problèmes surgissent et le constat est mitigé. On peut déjà constater que si les modèles 3D s'en sortent assez bien, les décors se montrent parfois baveux. Mais le pire concerne le framerate du jeu qui pour l'heure est catastrophique offrant une expérience de jeu bien moins confortable que la version originale... Non seulement le framerate n'est pas du tout stable et tombe parfois très bas lorsque les animations sont nombreuses ou importantes à l'écran.

Ce problème n'est pas propre à cette version Switch mais bel et bien du remaster sur l'ensemble des supports. Pour cette version Switch le résultat est identique en mode TV ou en mode portable. Comme très souvent avec la Nintendo Switch, en particulier face à un remaster, on recommande plutôt d'y jouer en mode portable même si cela n'empêche pas d'éviter les problèmes liés au framerate. Heureusement ce n'est pas en permanence, certaines séquences sont fluides mais on fait trop souvent face à des ralentissements. On espère donc le déploiement de correctifs dans les prochaines semaines. On regrette également le minimum d'effort au niveau des cinématiques qui n'ont pas fait l'objet d'un traitement particulier. Même si elles conservent un certain charme, elles accusent forcément l'âge de la version originale...

Enfin concernant la partie visuelle, il y a quand même une excellente nouvelle, la présence d'une localisation en français. Ce n'était pas forcément une évidence avant le coup, il faut donc vraiment souligner cet effort de la part de l'éditeur qui permet d'ouvrir ce remaster à un plus large public. Sur le papier, Chrono Cross se présente comme un jeu de rôle au tour par tour assez classique mais on va vite découvrir qu'il possède ses petites particularités. Il y a déjà cette notion de différentes versions en fonction du monde sélectionné. Si certains jeux font usage du voyage dans le temps (passé ou futur), ici on se situe plutôt dans des alternatives. Le concept du jeu est de pousser le joueur à parcourir et utiliser les différents univers afin d'évoluer dans l'histoire. Une part d'exploration intéressante et qui sort déjà un peu de l'ordinaire surtout à l'époque de sa sortie.

L'autre partie qui sort du lot se trouve dans les mécaniques de combat. On est déjà face à une configuration de trois personnages à choisir en sachant que le casting est riche. Le système repose sur une jauge d'endurance pour les attaques. Il faut donc dépenser des points d'endurance au début du tour pour réaliser des attaques divisées en trois types. En fonction du choix cela consomme de 1 à 3 points d'endurance mais avec des effets différents. La première attaque permet de faire de faibles dégâts mais avec une grande chance de réussir. La deuxième attaque est un compromis tandis que la troisième attaque mise sur de gros dégâts mais avec un taux de précision beaucoup plus faible. Il y a donc deux critères à retenir lors d'une attaque : les dégâts et la précision. Le système va même un peu plus loin et apporte une touche de stratégie.

En effet si vous réussissez une attaque, la précision des coups augmente. S'il est question ici des attaques au corps-à-corps, la partie magie est bien de la partie. Première précision en guise de transition, chaque attaque réussie permet d'obtenir des points pour la magie. On ne parle pas de sorts mais d'éléments dans Chrono Cross. Un système intéressant où l'on peut lancer un élément qu'une seule fois par combat. Un usage unique qui se réinitialise lors de chaque combat. Le jeu met en place un code couleur et une notion d'affinité pour chaque élément mais aussi chaque personnage. L'idée est de mettre en oeuvre des faiblesses sur le choix de la couleur est pertinent. Chaque combat est également synonyme da la présence d'une grille pour appliquer cette notion de couleurs.

La partie magie du jeu est donc loin d'être classique et si cela peut paraître compliquer sur les premiers combats, on arrive rapidement à comprendre le potentiel et la réflexion que cela implique pour profiter pleinement des éléments. Concernant la progression des personnages, là encore c'est différent de ce que l'on connaît pour le genre. En effet on parle ici de niveau de groupe avec la représentation d'étoiles. Le seul moyen d'augmenter de niveau est de vaincre un boss. Le gain d'une étoile permet de faire augmenter l'ensemble des statistiques du personnage. Les autres combats ne servent pas à rien puisque l'on peut tout de même augmenter un peu certaines statistiques jusqu'à un palier, le sentiment d'évolution est franchement moindre.

Le vrai changement ne sera visible que par les combats de boss. Au niveau des particularités offertes par ce remaster, il n'y a pas d'ajouts spécifiques. A l'image des autres remasters de l'éditeur, on pourra juste profiter de quelques options comme la gestion de la vitesse du jeu disponible dès le lancement de la partie ou encore de certaines options de triche pour être plus fort, éviter les combats.... Finalement la seule option que l'on pouvait espérer pour gagner en confort est absente, le jeu ne propose pas de faire de sauvegardes dès qu'on le souhaite, il faut toujours se contenter des points de sauvegardes... Enfin, il ne faut pas non plus à s'attendre à une refonte de l'interface, l'ergonomie reste d'époque rendant la navigation un peu spéciale et lourde.

Du côté du contenu, on peut déjà rappeler que la durée de vie est généreuse avec cet épisode, il faut bien compter 40 heures environ pour terminer l'aventure une première fois. C'est un score minimal en sachant que le jeu propose des quêtes optionnelles mais surtout il offre une excellente rejouabilité avec la présence d'une quarantaine de personnages jouables pour une dizaine de fins différentes ! Pour ce remaster, Square Enix offre également une belle surprise : Radical Dreamers : Le Trésor Interdit. Si cet ajout peut sembler anecdotique pour certains joueurs, il s'agit quand même d'une grande première sur notre territoire.

En effet il s'agit d'un visual novel exclusif au Japon depuis 1996. Un petit jeu que l'on pouvait obtenir uniquement sur Satellaview, une extension de la SNES. Attention, il est intégré dans son état d'origine, pas de traitement particulier pour l'occasion. Il faut donc bien comprendre qu'en plus du côté nostalgique, le jeu n'est pas un RPG mais un jeu d'aventure narrative autrement dit entièrement textuel avec des interactions ainsi que plusieurs fins. Ce bonus est donc surprenant et fait plaisir à voir même si on n'était pas contre un petit coup de fraîcheur pour pouvoir encore plus en profiter.

Enfin on termine avec une autre très bonne note sauf que celle-ci n'est pas surprenante, la musique est excellente. Une superbe OST signée Yasunori Mitsuda (compositeur aussi de Chrono Trigger). Les morceaux sont nombreux, variés et renforcent de nombreuses séquences. Il suffit d'écouter la musique d'introduction, celle-ci donne le ton de la qualité du travail réalisé. Pour l'occasion, ces superbes morceaux font l'objet d'une amélioration au niveau de la qualité sonore afin de pouvoir en profiter de la meilleure des manières. On n'espérait pas spécialement des nouveautés, l'effort pour garantir une écoute dans de bonnes conditions suffit amplement pour ce remaster.

Chrono Cross The Radical Dreamers Edition est un remaster qui possède quelques arguments intéressants tout en se montrant frustrant. Un constat qui n'est pas nouveau avec le traitement remaster de l'éditeur Square Enix. Son arrivée chez nous est vraiment une bonne idée et les quelques efforts, comme la localisation française par exemple, donnent envie de s'investir pour découvrir ce très bon RPG. Sauf que ce remaster se contente du minimum sur de nombreux aspects empêchant de masquer l'âge du jeu mais aussi de le parcourir dans de bonnes conditions.

Si le traitement sonore est très satisfaisant, l'aspect visuel est clairement décevant avec un framerare instable, la version moderne n'est pas stable, on espérait beaucoup mieux sur le plan technique. Le gameplay se contente de quelques options avec des petits oublis tandis que le contenu est sérieux avec un petit ajout surprenant. Cela reste donc un très bon RPG qui mérite le coup d'oeil mais il ne faut pas être trop exigeant sur son traitement moderne pour l'apprécier.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article