Jeuxvideo-world

[Test] Sniper Elite 5 (PS5)

3 Juin 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS5

Karl Fairburne est de retour ! 5 ans après Sniper Elite 4 et ses missions au coeur de l'Italie, le studio Rebellion nous propose une nouvelle histoire. Cette fois-ci, la série de missions se situe... en France ! En effet le tireur d'élite débarque donc sur les plages de Normandie. Un nouvel épisode nommé Sniper Elite 5 qui arrive sur de nombreux supports (PC, PS4, Xbox One) dont la nouvelle génération (PS5 et Xbox Series). On va justement s'intéresser à la version PlayStation 5 en espérant découvrir la Seconde Guerre Mondiale sous un angle un peu original et avec une formule qui propose un minimum de nouveautés. Des tirs longue distance toujours aussi jouissif ?

Après l'Italie, c'est donc la France qui est à l'honneur dans ce cinquième volet. Une destination intéressante d'autant que l'on se tourne du côté de la Normandie et ses plages historiques mais aussi du célèbre Mont-Saint-Michel. D'ailleurs l'îlot rocheux est nommé Beaumont-Saint-Denis dans le jeu. Les missions ne se concentre pas que sur l'abbaye ou même la zone, on pourra aussi parcourir un château ainsi que des infrastructures militaires offrant des zones plus fermées. L'équilibre est intéressant dans cet épisode au niveau de l'exploration et des situations. On trouve autant de zones ouvertes que de lieux plus petits. Cela force logiquement à varier ses approches et mettre en avant le potentiel du gameplay, pas seulement du sniper même si ça reste le coeur du jeu.

On se plonge dans l'histoire d'abord pour le tir longue distance mais il faut toujours se souvenir que l'on peut aussi progresser de différentes manières. Le côté infiltration est donc assez bien mis en avant, on est loin de simples plaines vertes dans la construction. C'est donc toujours aussi grand, riche et varié avec des couloirs et de la verticalité grâce notamment à la reproduction du Mont-Saint-Michel. Le level-design progresse donc légèrement tout en conservant les qualités de la série dans la conception des niveaux. Ces derniers sont à la fois variés et plaisants à découvrir. Le bémol de la partie visuelle se situe plutôt sur la partie technique. Malgré une arrivée sur la nouvelle génération, la licence n'évolue pas franchement, on est loin d'une révolution technique. La prestation proposée est plutôt dans la continuité de Sniper Elite 4...

Néanmoins, malgré un retard évident, cette version PlayStation 5 s'en sort tout de même assez bien. Pas de claque sur le rendu visuel malgré de jolis effets de lumière et des textures convaincantes la plupart du temps. Malheureusement, on va très vite observer l'âge du moteur avec des animations rigides. Même constat sur les visages, les animations faciales sont dépassées tandis que le rendu des explosions peine également à convaincre. Le coup de vieux est évident, aliasing et clipping sont de la partie mais on se rassure tout de même avec une excellente fluidité sur cette version PlayStation 5 qui profite aussi d'une très bonne distance d'affichage, une performance indispensable pour un tel jeu. 

Sans surprise, la série ne procède pas à une révolution à travers cet épisode, au contraire, la formule est reconduite. On va tout de même trouver quelques petites nouveautés pour enrichir et profiter du nouveau cadre proposé. On incarne donc un sniper nommé Karl Fairburne qui mise au départ sur l'infiltration pour accomplir des objectifs dans des niveaux ouverts. Cela se déroule durant la Seconde Guerre Mondiale, la menace est donc évidente et fidèle aux opus précédents : les nazis. Le jeu vous indique les objectifs principaux et secondaires en début de zone et c'est à vous ensuite de définir votre approche. Il est clair que l'approche discrète est recommandée et prioritaire. Néanmoins, contrairement à d'autres jeux, ce n'est pas un échec si vous êtes repéré.

On pourra dans ce cas se cacher pour repasser en mode discret ou alors aborder la mission de manière bruyante. De toute façon, le jeu ne se résume pas à prendre un point d'observation en hauteur, certaines phases de jeu se situent dans des endroits étroits nécessitant des déplacements et une prise de risque avec des combats rapprochés. Le jeu cherche donc à alterner en priorité entre des phases d'infiltration longue distance et des phases d'infiltration courte distance. Cette dernière n'est pas le coeur de la série mais permet de varier les plaisirs avec un équipement adapté. Encore une fois, c'est un idéal mais rien n'est vraiment punitif, vous vous compliquez simplement la tâche en ne masquant pas vos actions mais rien n'est impossible, cette liberté dans la réalisation de chaque mission reste l'une des forces majeures de cette série.

L'exploration est importante afin de récupérer des munitions mais aussi d'obtenir le recul nécessaire pour mettre en oeuvre les éliminations discrètes. En dehors des silencieux sur les armes, on pourra distraire de différentes manières les ennemis pour ensuite se débarrasser des corps dans des bacs par exemple. On peut aussi éviter les menaces sans procéder à une élimination, mais il faudra trouver des passages appropriés (des hautes herbes sont désormais présentes). On revient à une approche classique adoptée par la majorité des joueurs : le sniper. Un tir longue distance qui implique de bien traduire les informations du terrain, non seulement la distance de la cible mais surtout le vent et la différence d'altitude.

Pour rendre son tir silencieux, on peut profiter de l'environnement en camouflant le son du tir au bon moment selon le bruit exercé dans les environs. Dans l'exploration la nouveauté intéressante se situe dans les déplacements verticaux. En effet grâce à la construction de certaines zones, le jeu gagne vraiment en verticalité. Une approche qui augmente les possibilités dans les déplacements. Au niveau des vues, on profite de la vue spéciale qui participe à l'identité de la série : la fameuse kill-cam à rayons X. Cela signifie qu'à travers un ralenti, on observe la trajectoire de notre tir avec l'intérieur du corps de l'ennemi et des éventuels organes touchés. Cette caméra était réservée aux tirs longue distance, désormais même le pistolet et la mitraillette profitent de cette caméra. En dehors du sniper, on note la présence d'une vue FPS pour gagner un peu en immersion.

Autre nouveauté, l'ajout de points d'arrivée et d'extraction dans les différentes missions. Au départ, nous n'avons pas connaissance des emplacements, il faut les découvrir pour en profiter, une manière de récompenser l'exploration pour par la suite refaire la mission d'une autre façon. Malheureusement, on ne trouve pas d'améliorations franches au niveau de l'IA. Si celle-ci affiche de légers progrès, à moins d'une simple impression, on reste toujours face à des attitudes étranges. En matière de repérage, surtout pour un jeu qui mise quand même sur l'infiltration, l'IA paraît aveugle si ce n'est de notre côté tellement notre position est évidente et largement visible. Sauf que dans certains cas, sans explication, l'IA redevient très fort, presque trop fort. On bascule donc d'un extrême à l'autre qui rend l'étude des approches délicates.

Si certains déplacements souffrent d'un manque de réalisme, on apprécie par contre le partage des tactiques. En effet il arrive de faire face à des ennemis qui tirent sur notre position tandis que d'autres tentent de nous prendre à revers. Cela peut paraître léger mais c'est tout de même un bon début en attendant une vraie évolution de l'intelligence artificielle. Enfin pour finir la partie gameplay, on souligne l'exploitation de la DualSense. Attention si les gâchettes adaptatives et les retours haptiques sont pris en compte, le degré d'exploration reste léger et basique. Cela reste agréable et participe à l'immersion globale du joueur mais sans atteindre la performance de certaines productions. On fait un point maintenant sur le contenu du jeu en commençant par une estimation de la durée de vie.

Pour terminer la campagne principale sans forcément se préoccuper du contenu annexe, il faut compter 12 heures environ. Un score honnête en sachant que cela dépend énormément de votre façon de jouer, on peut aller légèrement plus vite mais surtout on peut obtenir un score plus élevé dans le cas où vous cherchez à être un fantôme absolu au cours de l'histoire. Si vous souhaitez en plus fouiller chaque zone et accomplir l'intégralité du contenu annexe (missions secondaires, assassinats...), le temps de jeu devient au moins trois fois plus élevé. Concernant le découpage, l'histoire est divisée en 9 missions d'une qualité à peu près similaire pour un total de 8 cartes différentes. En tout cas, la construction du jeu offre une bonne rejouabilité. Au rayon des petites nouveautés, on note la présence de la personnalisation du personnage de manière plus poussée.

Chaque arme comporte plusieurs pièces (visée, chargeur, silencieux...) que l'on peut changer et dont les statistiques évoluent selon les choix réalisés. Cette possibilité nécessite de partir à la recherche d'établis à travers les différentes cartes du jeu, ceux-ci permettent de modifier et d'organiser son équipement. Mais il faut aller plus loin et accomplir des défis, les conditions sont nombreuses, parfois un peu lourde au premier coup d'oeil, mais le système reste intéressant mais moins accessible que dans les opus précédents. La personnalisation du personnage n'est pas seulement au niveau des armes, elle concerne aussi un arbre de compétence grâce à l'expérience obtenue. Il faut réaliser des objectifs, récolter des collectibles ou simplement finir la mission pour accumuler de l'expérience.

Cela va permettre à notre personnage d'obtenir une plus grande barre de vie, une visée stable plus longue avec le rythme cardiaque, porter plus d'équipements... En plus de cette expérience solo suffisamment riche, ce nouvel opus propose plusieurs modes multijoueur pour enfoncer le clou. On pourra par exemple jouer en coopération sur la totalité de la campagne, l'idée de parcourir l'intégralité du jeu avec un ami est vraiment intéressante et fonctionne bien. Toujours en matière de coopération, on pourra se lancer dans le mode survie, jusqu'à deux joueurs, sur les trois cartes proposées. Une mise en scène classique où l'on élimine des ennemis qui débarquent sous forme de vagues. On trouve ensuite du contenu aussi classique avec du multijoueur match à mort (seul, par équipes) avec notamment un mode où les deux équipes s'affrontent à distance avec la mise en place d'une barrière infranchissable.

Ces modes de jeu sont classiques mais là encore, c'est vraiment sympathique. Enfin, ce cinquième opus dégaine quand même une nouveauté en matière de modes de jeu avec l'arrivée du mode Invasion. C'est une option que l'on peut activer ou non au cours de la campagne principale. Le concept est simple, durant votre aventure solo, un joueur peut vous envahir en incarnant un nazi. Il faudra donc l'éliminer, en cas de mort de votre part, rien de méchant on repart au dernier point de contrôle. Un événement aléatoire qui donne du piment à l'aventure mais qui peut aussi déranger selon la situation, d'où l'option qui permet de désactiver cette nouvelle fonctionnalité. Le repérage ne sera pas spécialement évident pour les deux joueurs mais un système de téléphones mais de situer petit à petit votre position.

L'envahisseur aura l'avantage de profiter des autres joueurs IA. Dans le cas où le joueur incarnant un nazi est éliminé, on obtient un gain d'XP important en guise de récompense. Si le joueur nazi l'emporte alors il développe petit à petit son potentiel d'amélioration (équipements pour modifier les armes) pour se rendre la tâche un peu plus simple pour les prochaines tentatives. Ce mode invasion est donc une belle nouveauté qui complète à merveille le contenu multijoueur déjà intéressant par l'intermédiaire des modes plus classiques. Au niveau de l'ambiance sonore, le résultat n'est pas spécialement renversant. On espérait être surpris avec la présence de doublages français compte tenu du décor proposé...

Malheureusement ce n'est pas le cas. Il faut se contenter de doublages anglais plus ou moins convaincants avec un accent spécial. Un résultat mitigé à l'image des thèmes musicaux qui ne sont pas mauvais non plus mais là encore pas forcément percutant. Le plus efficace au niveau du traitement sonore se situe du côté des bruitages. Les différentes explosions, mais aussi les différents impacts des balles sur l'humain, donnent du punch à chaque tir. Les affrontements gagnent ainsi en immersion et en nervosité. Cette kill-cam avec ces bruitages parviennent à développer un côté addictif où l'on enchaîne les tirs bien placés pour faire le show lors de certaines séquences, une vraie réussite sur ce point. Enfin on termine avec le travail d'écriture de ce cinquième opus. Un résultat frustrant, à la fois pauvre et prévisible.

Les épisodes précédents conservaient un certain degré de réalisme en piochant dans l'histoire, ce nouvel épisode poursuit sur la lancée mais s'égare bien plus que les opus précédents. C'est dommage d'autant que le reste n'évolue guère avec un personnage toujours aussi basique qui tente de s'opposer aux nazis à travers divers sabotages, explosions mais aussi éliminations de cibles précises avec en ligne de mire un général. L'histoire proposée n'est pas désagréable, pas compliquée et dans un cadre qui provoque forcément un petit plus pour les joueurs français mais cela reste trop léger. On espérait un travail plus inspiré, plus original, malheureusement on reste dans une approche identique par rapport aux autres épisodes. Dommage car l'environnement et le contexte possèdent un énorme potentiel.

Sniper Elite 5 est un nouvel épisode où le studio poursuit son chemin avec Karl Fairburne sans procéder à une révolution. On pouvait l'espérer avec son passage sur la nouvelle génération, mais ce n'est pas le cas. Ceci dit, on retrouve une formule efficace qui s'offre tout de même quelques nouveautés convaincantes dans l'ensemble, autant dans le gameplay que dans le contenu. La finition n'est pas parfaite avec un moteur qui commence sérieusement à vieillir, la bande-son est largement perfectible et le scénario se montre trop simpliste pour espérer séduire les amateurs de cette période de l'histoire. Ce nouvel épisode est donc toujours sympathique à l'image du précédent avec un cadre qui séduit forcément mais pas au point d'être incontournable.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 14/20
Scénario : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article