Jeuxvideo-world

[Critique] Rooster Fighter - Coq de Baston tome 1

19 Juillet 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

L'éditeur Mangetsu ne cesse de séduire sur le marché du manga où la concurrence est très rude en France. L'éditeur poursuit sa progression de belle manière et compte bien continuer à avoir du flair. Son catalogue, qui ne cesse d'enrichir avec de jolis succès, possède depuis peu une série surprenante. Une publication qui pourrait paraître risquer, et pourtant il s'agit une nouvelle fois d'une belle inspiration. En effet, on parle ici de la série Rooster Fighter dont le nom complet en France est Rooster Fighter - Coq de Baston. Le tome 1 (EAN : 9782382811375) est disponible depuis le 4 mai dernier dans un format classique (13 x 18cm) avec un total de 192 pages pour un prix de 7,90€.  

Vous allez vite découvrir et comprendre que l'on fait face à un univers délirant autant pour le thème principal que pour les personnages. Une histoire décalée où l'on mélange action et humour dans un style qui séduit rapidement le lecteur à condition d'être ouvert à ce type de lecture complètement déjanté. Mais avant d'aborder le scénario et le dessin, on s'attarde d'abord sur la qualité de l'édition et le contenu global du manga. Petite précision, la parution au Japon remonte en 2020 et suite au succès de la série dans son pays d'origine, la série sera légèrement plus longue que prévue. Il serait question d'au moins 5 tomes. Ce tome 1 affiche de belles intentions de la part de l'éditeur.

Malgré un manga que l'on pourrait qualifier de niche par univers et son histoire, la qualité d'édition est clairement au rendez-vous. La couverture est superbe, une très belle illustration qui s'offre en plus un effet brillant sur la totalité de la couverture. Un effet valable uniquement sur le premier tirage du tome 1, on est donc face à une couverture en édition limitée au niveau de son rendu (d'ailleurs la mention apparaît sur la quatrième de couverture à hauteur du code-barres). L'illustration de la première de couverture est chouette et sobre. Celle de la quatrième de couverture est d'un autre style en proposant une scène précise qui permet d'afficher clairement le délire du manga : un coq face à un kaiju. Une illustration colorée qui s'accompagne d'un petit résumé, simple et efficace.

On souligne également la qualité d'impression et la qualité du papier, celui-ci se montrait suffisamment épais pour éviter un rendu transparent comme c'est parfois le cas chez certains éditeurs. On peut donc dire que pour ce premier tome, l'édition ne commet aucune faute de goût. A l'intérieur, il n'y a pas de pages en couleurs. Pas de pages spécifiques non plus en introduction, on tombe directement sur le sommaire qui se montre moins inspiré. En effet la mise en page est relativement sobre et annonce un découpage en chapitres, ce premier tome totalise 5 chapitres. Chaque chapitre fait l'objet d'un titre rappelant l'humour de la série. A la fin du tome, pas de gros bonus, on pourra tout de même découvrir deux pages pour une petite séquence amusante.

Le contenu est donc classique, pas de surprise particulière, ce tome va à l'essentiel. Pour tenter de mettre des mots sur ce délire, on commence déjà par rappeler le synopsis : Dans un Japon ravagé par les kijû, des monstres gigantesques et assoiffés de sang, les humains, complètement démunis face à cette menace sans précédent, vivent chaque jour avec la crainte que celui-ci soit le dernier. Seul un être trouve encore le courage de faire face à ces mystérieuses créatures : un coq, à la détermination sans faille et au cri surpuissant. Son but, retrouver celui qui lui a enlevé la prunelle de ses yeux ! Ce résumé suffit à comprendre le style de l'aventure, l'humour occupe une place importante dans un récit qui ne manque pas d'action et de chouettes situations à découvrir.

On souligne que ce manga est un shonen écrit et dessiné par Shu Sakuratani. Sur le papier, l'histoire débute de manière simple et classique. Il est question d'une vengeance suite à la perte d'un proche. Mais là où cette série sort de l'ordinaire, c'est dans sa mise en scène et sa dimension parodique. Les références sont nombreuses et franchement délirantes, rien que pour ce premier tome. C'est très drôle et si avant le coup, on pouvait douter de la capacité de la série à mettre en scène ce coq complètement déjanté, on va très rapidement découvrir un rythme et un ton qui fonctionnent à merveille.

Ce côté décalé et en même temps sérieux est tellement forte que ce récit devrait procurer un sentiment extrême d'un lecteur à un autre, en gros on l'adore ou on n'accroche pas du tout. Pour notre part, vous vous en doutez, on adhère totalement à l'esprit du manga. Ce n'est pas spécialement original dans les grandes lignes mais pourtant ce premier tome se montre accrocheur. Il y a bien un fil rouge, ce n'est pas qu'un enchaînement de gags. Le charisme de ce personnage principal participe au succès de ce début de série. Il se dégage aussi une certaine qualité dans les menaces qu'il va croiser sur son chemin. Finalement lorsqu'on se plonge à fond dans le manga et que l'on accepte ce délire, on pourrait presque dire que l'auteur est parfois trop prudent par rapport à l'univers proposé.

On a le sentiment qu'il pourrait aller encore plus loin, le potentiel est en tout cas évident. On a donc hâte de se plonger dans le second pour découvrir si le scénariste va réellement au bout de la folie de départ. On peut effectivement craindre que l'effet de surprise de ce premier tome se dissipe pour laisser place à une trop grande sagesse et atténuer l'esprit de cette série franchement sympathique pour ces cinq premiers chapitres. Si le scénario surprend et amuse grandement, la découverte est tout aussi surprenante. En effet si la série fonctionne sur son côté décalé et ce coq particulièrement drôle, elle est aussi séduisante pour son dessin. L'auteur possède décidément un vrai talent et le prouve sur ce premier tome.

Le manga n'est pas seulement drôle, il offre de superbes planches avec une belle régularité et d'un très bon niveau de détail. Le dessin est une réussite grâce aussi à ce trait totalement cohérent avec le ton de la série. Le coup de crayon est soigné pour les animaux tout en donnant un léger aspect humain en particulier au niveau de la tête. C'est donc bel et bien un coq sur le plan physique mais avec un regard humain, cette orientation visuelle participe à l'humour et l'attachant que l'on peut avoir pour le personnage.

Du côté des monstres que l'on peut qualifier aussi de démons ou même de kaiju, ils possèdent également un style convaincant à la fois fidèle et drôle. On est bien dans l'univers japonais pour ce type de monstre tout en dégageant de l'humour. Si le découpage est classique et ne cherche pas à offrir une approche originale, on constate par contre un très bon rythme. Les scènes d'actions sont nombreuses et très satisfaisantes, le récit alterne séquences drôles et dynamiques de manière équilibrée. La mise en scène est propre et participe à la réussite de la série. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Rooster Figther - Coq de Baston tome 1 est une belle surprise. S'il s'agit d'un shonen avec certains aspects classiques pour cette catégorie, la série affiche une identité vraiment amusante. Si l'humour est de la partie, l'écriture n'est pas bâclée et ne se contente pas de mettre en scène des gags sans finesse ou transition. Aussi, on ne s'attendait clairement pas à un dessin aussi séduisant. On va donc de surprise en surprise au fil des pages avec un coq hilarant et des monstres qui renforcent le côté déjanté de la série. Un titre que l'on recommande si vous êtes à la recherche d'un shonen qui sort de l'ordinaire en offrant un bon équilibre entre humour et action sans négliger le dessin. On espère désormais que le délire va se poursuivre, au moins dans une même mesure, dans les prochains tomes.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article