Jeuxvideo-world

[Test] Fire Emblem Warriors : Three Hopes

3 Juillet 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests Switch

La série Fire Emblem est de retour ! Après l'excellent Fire Emblem : Three Houses dont la sortie remonte déjà à 2019, la licence refait parler d'elle durant cet été 2022. Sauf qu'il ne s'agit pas ici d'un épisode classique sous la forme d'un tactical-RPG. Vous l'aurez sûrement compris, il est question de proposer un nouvel épisode dans la catégorie RPG de type musou. Le célèbre croisement entre les univers de Fire Emblem et de Dynasty Warriors est donc de retour après un premier essai convaincant avec Fire Emblem Warriors en 2017 (New 3DS et Nintendo Switch).

Ce nouvel épisode, qui s'intitule Fire Emblem Warriors : Three Hopes, ne s'inscrit pas vraiment comme une suite mais plutôt une vision alternative de Fire Emblem : Three Houses. Un genre toujours en forme sur Nintendo Switch après Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, le musou dans l'univers The Legend of Zelda. On espère découvrir des nouveautés d'une formule souvent reconduite dans sa même forme où la différence se limite à l'univers exploité. Nerveux et charmant ?

Forcément, tout au long du test, on a tendance à procéder à une comparaison avec cet épisode et le dernier Hyrule Warriors en date. Et ça commence dès maintenant en évoquant la partie visuelle. En effet on se souvient qu'Hyrule Warriors profitait de la direction artistique de Zelda Breath of the Wild de la meilleure manière. Le bémol se situait du côté technique, une frustration qui n'avait pas manqué de faire du bruit à sa sortie. Dans le cas de Fire Emblem Warriors : Three Hopes, le résultat est plus équilibré même si la partie artistique n'est pas aussi séduisante. Pourtant la licence Fire Emblem ne manque pas de charme, il suffit de parcourir Fire Emblem : Three Houses pour s'en rendre compte. Néanmoins dans le cas de ce nouvel épisode warriors, c'est assez joli, agréable à l'oeil mais un peu répétitif et classique.

Les décors nous plongent logiquement dans un univers médiéval totalement cohérent avec Fire Emblem : Three Houses. Sauf que ces derniers n'apportent pas une identité forte au jeu et n'offrent pas un gros dépaysement. Les environnements urbains se montrent trop proches à notre goût malgré le changement de territoire. Les environnements se montrent plus classiques qu'un Hyrule Warriors plus inspiré. Cela reste tout de même sympathique à parcourir et assez coloré mais assez banal artistiquement. Heureusement ce sentiment mitigé laisse place à une dimension technique plus stable et rassurante qu'Hyrule Warriors. Même si l'on va vite se rendre compte une nouvelle fois que le résultat est perfectible sur de nombreux aspects, le jeu est jouable dans un bon niveau de confort.

L'expérience de jeu est fluide, autant en mode TV qu'en mode portable (notre préférence). Ceci dit il arrive tout de même encore de faire face à des ralentissements, pas trop sévères, lorsqu'un nombre d'ennemis est important à l'écran. On souligne au passage la qualité des cinématiques, d'un nombre suffisant et dont le résultat est vraiment satisfaisant. On précise aussi que le jeu s'en sort très bien lorsqu'il s'agit du mode deux joueurs en écran splitté. C'est un peu moins fluide qu'en solo, mais le résultat reste quand même très correct. Malgré cette stabilité, le jeu n'est pas pour autant une claque graphique, loin de là. Si la réalisation est soignée et affiche des progrès par rapport à l'opus précédent, on relève tout de même quelques petits détails négatifs. L'aliasing est par exemple encore trop présent à notre goût.

Un constat valable autant sur le champ de bataille que dans le camp. Si l'on constate des efforts pour les textures, les animations et la modélisation, il y a encore une bonne marge de progression. Cet épisode gagne un peu en finesse, mais on peut espérer encore mieux au niveau des décors et des personnages. L'approche de ce nouvel épisode est vraiment intéressante. Les développeurs ne se contentent pas de reprendre une formule qui a fait ses preuves. Mais il évite aussi le piège des nouveautés excessives sans cohérence avec l'univers de la licence. Ainsi on obtient à la fois une base solide du genre mais une multitude d'ajouts plus ou moins importants qui collent parfaitement avec la licence Fire Emblem. Si certains aspects peuvent paraître anecdotiques, d'autres éléments signent le retour de mécaniques marquantes de la licence.

En abordant le gameplay de cette manière, les développeurs parviennent à un résultat qui devrait séduire un très large public, à la fois les fans de Fire Emblem mais aussi ceux de musou. La prise en main se montre plutôt bonne, qu'importe votre expérience pour le genre, on arrive rapidement à prendre du plaisir et à enchaîner des dizaines d'ennemis. On retrouve donc cette base qui fait la réputation du genre. Un gameplay qui se compose d'une attaque classique et d'une attaque puissante avec à la clé de nombreux combos à produire. Une attaque spéciale est de la partie à condition d'avoir la jauge pleine, là encore du grand classique. Le déroulement est également similaire aux productions du même style avec un système de batailles où l'on se déplace à travers plusieurs zones reliées.

La mission est de compléter les objectifs dans la carte en question et ainsi remporter la victoire, la fin de mission est synonyme d'un combat épique face à un ennemi plus puissant. Avant cela, on tombe toujours face à des centaines d'ennemis, peu puissants que l'on fait voler d'un seul, même léger. D'autres ennemis, déjà plus résistants sont aussi de la partie. Cet épisode met en place des éléments supplémentaires pour approfondir la jouabilité et les combats avec l'arrivée d'une esquive et d'une garde parfaite. Classique à la lecture, ces ajouts apportent une profondeur intéressante, notamment pour les gros combats. Pas de doute, le gameplay est une nouvelle fois jouissif tout en restant accessible. Dans cet opus il est encore plus important d'exploiter les faiblesses des ennemis notamment les boss. 

Ceux-ci sont dotés d'une jauge de garde dont la mise en évidence se réalise de plusieurs manières qu'on vous laisse découvrir. Si réduire sa barre de vie est bien l'objectif principal, cette tâche sera considérablement facilitée par la baisse de la jauge de garde. Une fois vide, il suffit de déclencher une attaque critique et le tour est joué. Toujours dans le registre de l'exploitation des faiblesses, ce nouvel opus réintègre un système bien connu, et absent Fire Emblem Three Houses : le triangle des armes. Il fait son retour pour notre plus grand plaisir sans changer à son concept, chaque arme est efficace contre un autre type tout en étant vulnérable à un autre type. Ainsi chaque type possède une force et faiblesse vis-à-vis des deux autres.

Au rayon des compétences et classes, là aussi le jeu met le paquet sans être compliqué. Les compétences sont toujours présentes et fonctionnent à partir des points de durabilité des armes. Chaque type unité possède des compétences uniques propres (active, passive et soutien). Celle-ci possède donc un gameplay propre en sachant que chaque personnage progresse en matière de classes par l'intermédiaire de niveaux d'expérience. Il y a donc un vrai sentiment de progression et un minimum de changement au fil des affrontements. Il est également possible de basculer d'un personnage à l'autre selon son envie pendant une bataille, une simple touche permet de basculer rapidement.

Si l'on retrouve avec joie la bonne dose d'action et de combats nerveux dans les différentes batailles du jeu, les développeurs n'oublient pas de rajouter une couche de stratégie, rien d'étonnant pour un jeu Fire Emblem, même dans un musou. On pourra par exemple dépenser des points tactiques pour développer des stratégies lors des batailles. Lors de la préparation des combats, on définit ses souhaits pour définir par exemple des soutiens spécifiques sous forme d'événements mais aussi une stratégie de recrutement. En effet s'il est question d'élimination, il ne faut pas non plus oublier la partie recrutement. L'autre aspect stratégie se trouve au coeur même d'une bataille. Il sera possible de donner des ordres sur la carte aux unités de manière à s'assurer d'un minimum de cohésion selon la situation (attaque groupée, défendre un point précis).

Une dimension tactique qui peut paraître légère à la lecture mais qui participe à l'enrichissement du gameplay durant la bataille. Au rayon des points négatifs, et en dehors de l'aspect brouillon qui revient régulièrement pour ce type de jeu, on pourra reprocher la présence d'une caméra parfois capricieuse dès que les environnements sont plus petits et fermés. Sans surprise le contenu de ce nouveau volet est solide, si vous appréciez le genre avec la volonté de découvrir l'intégralité du jeu alors de nombreuses dizaines d'heures vous attentent. C'est bien simple il faut au minimum 30 heures pour venir à bout de l'histoire en sachant qu'il est question d'une maison et comme son nom l'indique, le jeu met en scène les trois maisons. Alors attention, il y a tout de même de nombreuses trames communes entre les maisons.

Mais si vous relancez une partie dans une autre maison, vous pourrez découvrir des passages inédits au niveau de l'histoire. Néanmoins les cartes et les missions sont quasiment identiques. Pour chaque maison le découpage est le même, on enchaîne les chapitres où il est question à chaque fois de la conquête d'une carte. Chaque zone comporte plusieurs batailles avant d'atteindre le combat final qui permet de finir le chapitre en question. Le jeu propose aussi des missions annexes en mettant en scène des personnages précis. S'il y a des personnages inédits, le jeu offre logiquement dans son casting une bonne partie des protagonistes de Fire Emblem Three Houses. Au niveau du rythme de l'aventure, le jeu met en place un hub sous forme de camp où l'on gère de nombreuses activités entre chaque mission.

D'une taille modeste, ce camp est vraiment un point essentiel pour évoluer les personnages et équipements. C'est ici également que l'on prépare la prochaine mission avec soin en achetant des potions, de l'équipement mais aussi en préparant des plats pour des bonus temporaires, la cuisine est désormais une activité classique dans les productions actuelles. On améliore également ses unités en plus de définir d'éventuels changements de classe. S'il y a toujours une forme de classe de prédilection, il est tout à fait possible d'offrir une orientation différente à une unité. En dehors des boutiques et de la forge, il est aussi question de soigner ses relations avec les personnages. Une gestion qui demande de nombreux efforts comme des tâches ménagères, des dialogues de soutien, des cadeaux mais aussi des expéditions.

On peut aussi évoquer la possibilité d'améliorer les différents bâtiments afin de profiter de nouvelles fonctionnalités, l'idée est d'augmenter le potentiel de chaque structure. Pas de doute le contenu est énorme, on tient là un musou qui affiche une belle profondeur, bien loin d'un simple enchaînement de missions. Enfin, on précise que le jeu est jouable en solo mais aussi en mode deux joueurs en local. Un mode qui peut faire peur en matière de stabilité mais contrairement à d'autres productions, le jeu s'en sort parfaitement dans cette configuration. On peut avoir de légers ralentissements par moment cela reste tout à fait jouable. Malgré un bon niveau de contrôle sur l'IA, rien ne vaut un ami sur un écran splitté pour se montrer encore plus efficace.  

Du côté de la bande-son, Fire Emblem Warriors : Three Hopes réalise une belle prestation. Le choix réalisé est le bon en proposant l'OST de Fire Emblem Three Houses mais sous forme de remix et arrangements afin de mieux coller à l'esprit "Warriors" de cet épisode. On a donc un résultat plus nerveux, plus épique avec des titres qui apportent ce punch supplémentaire aux violents affrontements même si certaines mélodies sont plus marquantes que d'autres. Le résultat est très convaincant d'autant que l'on profite aussi de morceaux inédits même si ceux-ci sont peu nombreux. La qualité sonore est donc clairement au rendez-vous pour participer au dynamisme général de cet épisode.

Autre bonne surprise, le choix du doublage entre les voix japonaises et anglaises. Si l'on possède évidemment une préférence pour le doublage japonais, dans les deux cas le résultat est là aussi très satisfaisant. Contrairement au premier Fire Emblem Warriors qui proposait un casting en provenance de plusieurs épisodes de la série, ce nouvel opus se concentre lui sur l'univers du dernier Fire Emblem en date : Fire Emblem Three Houses. Il ne s'agit pas d'une suite ou d'un préquel mais bien d'une histoire alternative. Sans réaliser de spoil, on peut moins dire qu'ici nous n'incarnons pas le même mercenaire bien au contraire.

Dans Fire Emblem Three Houses, on incarne un mercenaire nommé Byleth qui va s'orienter rapidement vers un monastère. On est toujours un mercenaire sauf que cette fois-ci il se nomme Shez. Un personnage inédit qui va rencontrer... un personnage dont le surnom est démon cendré, on vous laisse découvrir son identité par rapport au jeu de base. Shez va par la suite faire connaissance avec les futurs dirigeants des trois nations, Claude, Dimitri et Edelgard. Après divers événements, on va s'orienter vers le même schéma que le jeu de base, un plus rapide passage dans une académie pour rapidement définir sa préférence entre les trois maisons. Une manière d'introduire le choix de la campagne pour cette première partie. Si le déroulement majeur est sensiblement le même, cette vision alternative apporte un peu de précision sur les différentes maisons, des détails historiques qui enrichissent un peu l'univers du dernier épisode classique.

Cette forme d'extension se traduit par la découverte de nouveaux personnages, alliés comme ennemis. On retrouve un respect de l'ambiance dégagée par le jeu de base où la politique et la dimension militaire sont au coeur du sujet. Enfin si l'on va se taire sur l'évolution et la direction prise par cette histoire alternative, on pourra donner un sentiment sur l'aventure, cette dernière affiche dans un premier temps une proximité, un peu logique même si très rapidement on va découvrir de grosses différences. On est donc loin d'un simplement changement de personnage et d'un récit identique raconté sous un angle. Il s'agit bien de proposer une aventure dans le même univers en conservant la base du récit original tout en proposant une écriture vraiment différente lors de certains événements.

Fire Emblem Warriors : Three Hopes est un très bon musou à la sauce Fire Emblem et plus particulièrement par rapport à Fire Emblem : Three Houses le dernier épisode classique à ce jour. Si l'on retrouve un peu les limites du genre, il faut bien avouer que l'expérience de jeu est riche et addictive. Techniquement assez satisfaisant, le jeu affiche un gameplay classique avec de nouvelles mécaniques tout en respectant l'univers de la licence.

Les nouveautés sont à la fois cohérentes et pertinentes. Le contenu est solide même s'il est gonflé un peu artificiellement par son concept des trois maisons qui peut donner un sentiment de répétitivité. La bande-son est excellente tandis que le scénario est intéressant à découvrir, surtout si l'on a eu l'occasion de découvrir l'épisode classique. On aurait quand même apprécié un travail artistique plus inspiré mais aussi la présence d'un mode multijoueur en ligne pour rendre cet épisode encore plus séduisant. Qu'importe on tient quand même ici un très bon musou sur la Nintendo Switch.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 15/20
Durée de vie : 16/20
Bande-son : 17/20
Scénario : 15/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 15/20

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article