Jeuxvideo-world

[Test] Xenoblade Chronicles 3

8 Août 2022 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests Switch

Après un deuxième opus convaincant mais avec quelques défauts et un remaster du premier volet, la série Xenoblade est de retour pour le plus grand plaisir des amateurs de JRPG. Très attendu depuis son annonce, incarnant l'une des grosses sorties de l'été, Xenoblade Chronicles 3 est désormais une réalité sur Nintendo Switch depuis le 29 juillet dernier. On espère retrouver la magie de la série avec idéalement des nouveautés inspirées dans le but de convaincre la majorité des joueurs. Le meilleur épisode de la série ? Un JRPG incontournable sur Nintendo Switch ?

Xenoblade Chronicles 3 nous plonge dans le monde d'Aionios, un décor d'une immense richesse où l'on découvre un long conflit entre deux nations : Keves et Agnus. S'il y a donc un goût de guerre dans le décor avec des zones sombres et froides, on retrouve très vite le sublime charme de la série. Très rapidement, on profite des qualités de la série avec un univers coloré et immense. Un vrai sentiment de liberté avec toujours cette démesure du décor avec toujours des restes de titans pour montrer une certaine fidélité à la direction artistique que l'on a potentiellement pu connaître lors des aventures précédentes. On précise rapidement que si c'est toujours mieux de connaître les opus précédents, il est tout à fait possible de découvrir la série dès ce troisième volet.

On revient sur la direction artistique en insistant vraiment sur cette notion de vastes environnements sans avoir le sentiment de vide. Contrairement à d'autres productions où l'on peut reprocher une grande surface mais d'une tristesse frustrante, ce n'est pas le cas avec cet épisode. Il se dégage de la richesse et d'un côté vivant qui donne une vraie dimension au monde proposé. Il ne s'agit pas seulement d'impressionner le joueur ou d'offrir brièvement un sentiment de liberté, la conception des niveaux est vraiment intéressante avec une multitude de biomes. On laisse la surprise mais il faut clairement s'attendre à de sublimes panoramas.

Au niveau des zones,  il n'y a pas que des plaines, au contraire, le jeu affiche une certaine verticalité qui fait également plaisir à voir. Pour compléter le tableau, on profite d'une mise en scène géniale grâce à la présence de nombreuses cinématiques. Celles-ci sont magnifiques et renforcent considérablement l'action et l'émotion des différentes séquences. En plus de ce décor d'un soin évident et d'une mise en scène marquante, le jeu soigne également son bestiaire pour le plus grand plaisir des joueurs. Les tailles sont différentes avec parfois de drôles de surprises, on note d'ailleurs une classification selon le degré de danger de la créature. L'aventure est équilibrée au niveau des apparitions en sachant que le moment de la journée possède une influence sur les apparitions.

Sur le plan artistique, le jeu se montre aussi bon si ce n'est mieux que les précédents opus de la série. Pour la partie technique par contre, pas de miracle à l'horizon même si la prestation est correcte et progresse même par rapport au deuxième épisode. Le résultat est même surprenant pour un jeu Nintendo Switch, le travail est monstrueux pour offrir une expérience visuelle la plus propre et stable tout en conservant l'immensité de la série. Alors oui la résolution n'est pas brillante avec parfois une petite baisse dans des grandes zones. Il apparaît clairement un manque de finesse et de netteté mais ce n'est pas énorme. Concernant la fluidité, elle se montre vraiment convaincante, le jeu étant, dans sa grande majorité, parfaitement fluide.

Vous pourrez évidemment tomber sur quelques chutes, surtout en présence de nombreux ennemis dans certaines zones, mais elles sont rares et peu violentes. Ce résultat reste impressionnant d'autant que la distance d'affichage est vraiment bonne pour ce type de jeu. En dehors de l'aliasing et de certaines textures moyennes, le jeu s'en sort aussi bien en mode TV et en mode portable, même si ce dernier conserve toujours notre préférence, comme à chaque fois sur Nintendo Switch. On souligne d'ailleurs qu'en plus du bestiaire, le charac-design est aussi inspiré avec un résultat plus fin et surtout plus fluide en matière d'animations. Pour la Nintendo Switch, cette nouvelle aventure sort donc le grand jeu tout en subissant forcément les mites techniques de la console de Nintendo.

On précise aussi que les temps de chargement ne sont pas trop longs qu'importe le type de trajet (téléportation dans une même zone ou alors d'une zone à une autre). Enfin on retrouve cette interface particulièrement chargée qui est propre à la série. Forcément de nombreux joueurs, surtout les nouveaux, pourront se prendre d'un petit manque de lisibilité le temps de prendre ses repères. Il existe certaines options pour gagner un peu en confort selon la situation (zoom, pointeur). On va faire connaissance d'une équipe de 6 soldats (il sera même question d'un septième membre mais que l'on ne pourra pas contrôler). On découvre trois personnages de la nation Keves et trois personnages de la nation Agnus.

Pour chaque nation, il y a un personnage dans le rôle d'un passeur d'âmes puis de deux compagnons l'un jouant la force physique et le combat rapprochée tandis que le second personnage garde une certaine distance en jouant sur le soin et l'intelligence. On ne dévoile pas les noms des différents protagonistes afin de conserver un certain niveau de surprise. La première force de ce troisième volet est d'offrir la possibilité de prendre le contrôle d'un personnage différent à n'importe quel moment. On évite donc facilement la lassitude si vous n'accrochez plus au style d'un personnage. Ce système de permutation entre les six personnages permet ainsi d'apporter une bonne variété dans le gameplay. D'une manière générale, le jeu tente de s'appuyer sur les bases solides de la série tout en apportant des nouveautés pertinentes.

Une fraîcheur vraiment convaincante qui permet de renforcer un gameplay déjà passionnant lors des aventures précédentes. L'idée est d'obtenir un gameplay encore plus riche et varié avec une bonne dose d'action. On est donc toujours dans cette philosophie d'explorations dans de grandes zones à la recherche de secrets. Il faut s'attendre à faire face à de nombreux monstres où chaque combat se déclenche dès que l'on dégaine son arme et que l'on verrouille la créature en question. Il est toujours question de compétences qui se rechargent avec le temps mais aussi lors des actions réalisées. Le placement est toujours important afin de placer des attaques plus efficaces. Les techniques sont nombreuses avec une jauge qui augmente pour laisser place à une forme de compétence ultime par personnage.

Les habitués de la série vont rapidement reconnaître l'organisation et le potentiel du système de combat de la série. Un système en temps réel, sans transition et qui va gagner en nervosité avec les nouveautés. On note par exemple l'apparition d'un système de feinte dont l'objectif est de donner un peu de profondeur à une commande d'esquive. Le but est d'éviter un rythme classique des combats et de forcer à un certain dynamisme dans les affrontements. Autre amélioration importante, le système d'enchaînement de l'épisode précédent. Là encore, l'idée est d'apporter du profondeur et un plaisir dans son utilisation. Le système casse un peu le rythme et peut se montrer répétitif, mais les améliorations proposées sont convaincantes. En cumulant des attaques, une jauge va se remplir jusqu'à donner la possibilité de déclencher un enchaînement.

Le temps est figé et nous permet de lancer dans le bon ordre les capacités des personnages. On peut ainsi réaliser de gros dégâts et renverser un combat avec un tel système. Cela permet d'obtenir des bonus selon le score en pourcentage atteint. Enfin, une autre mécanique occupe une place importante tout au long du jeu, il s'agit de l'Interlien. Derrière ce terme se cache une transformation en Ouroboros des différents duos du jeu, même l'IA peut déclencher cette transformation. Visuellement, on retrouve clairement l'univers japonais avec ces grands méchas dotés d'une puissance redoutable. C'est effectivement le cas ici, si les commandes sont identiques, la puissance est largement supérieure pour réaliser de gros dégâts mais forcément pendant un temps limité.

Celle-ci est mise en scène sous forme de surchauffe, dès que c'est le cas, la transformation s'arrête en redonnant la forme normale. Si les commandes ne changent pas, on note tout de même des petites nuances sur la gestion des arts comme l'absence de temps de recharge. En mode Ouroboros, l'idée est donc de porter des coups puissants mais de manière efficace, chaque coup rapproche le joueur un peu plus de la surchauffe. Ce système est fun, efficace, avec de nombreuses capacités inédites selon les duos. Du côté du contenu, on ne doutait pas avant le coup du sérieux de ce nouvel épisode en matière de durée de vie. Il est d'ailleurs compliqué d'émettre une estimation précise, cela dépend de votre expérience de la série, du genre même de manière plus générale, mais aussi de votre façon jouer vis-à-vis du contenu proposé.

En tout cas le jeu est d'une grande richesse et tente de proposer un contenu varié. On va dire qu'il faut entre 50 et 60 heures pour venir à bout de l'histoire sans se pencher sur le contenu annexe même si parfois, on est bien un peu obligé afin d' assurer un minimum de progression de son équipe. Par contre, si vous cherchez le 100%, vous pouvez doubler ce chiffre, il est clair qu'il faut plus de 100 heures pour retourner complètement le jeu. La durée de vie est donc excellente à l'image des précédents épisodes. L'une des nombreuses forces du jeu est de pouvoir offrir de grands environnements mais sans subir le piège du vide. Il y a énormément d'éléments à découvrir, des missions annexes, des objets à récupérer mais aussi des zones cachées, des énigmes.

La récolte de ressources et la chasse aux monstres occupent évidemment une place importante. Pour assurer une belle profondeur et progression des personnages, le jeu adopte un système de classe avec des subtilités intéressantes. En effet, on peut à n'importe quel moment changer la classe d'un personnage. On bascule ici d'un combattant à un soigneur ou même un protecteur par exemple. L'intérêt est de faire découvrir chaque classe à un personnage d'obtenir les compétences associées à chaque classe pour finalement décider d'une classe tout en profitant des compétences obtenues. Sauf que le jeu va encore plus loin en développant un concept pour débloquer d'autres classes. Au cours de l'aventure, vous pourrez faire la rencontre de différents héros dont chacun dispose d'une classe.

Celui-ci peut rejoindre l'équipe en tant que septième membre mais sans être jouable, l'une des particularités d'un héros. Par contre, si on accomplit la quête associée à ce héros, tout en jouant pendant un moment avec sa présence dans l'équipe, celui-ci nous offre sa classe afin de pouvoir débloquer les compétences associées. En effet si de base un personnage possède 3 compétences arts ainsi qu'un art ultime, il peut obtenir trois compétences supplémentaires en provenance d'autres classes. Le jeu totalise une vingtaine de classes, autant dire qu'il faudra s'investir dans ces quêtes de héros pour avoir accès à l'ensemble des compétences du jeu et ainsi mettre en oeuvre une configuration idéale pour chaque personnage selon sa classe de prédilection à nos yeux.

On souligne également la présence de tenue propre à chaque classe tout en ayant la possibilité de mettre n'importe quelle tenue sur chaque classe, une liberté de configuration qui fait une nouvelle fois plaisir et qui n'oblige pas de prendre une classe précise pour profiter d'une tenue. Dans le thème des compétences, on précise aussi qu'une section Interlien existe avec un arbre de compétence pour débloquer des bonus, parfois passifs. L'idée est d'être toujours plus puissant efficace en mode Ouroboros, la progression se joue donc par exemple sur sa capacité à profiter de cette forme plus longtemps avant la surchauffe. On ne fait pas volontairement la liste des différents arts et autres bonus, l'idée est de situer le potentiel du contenu sans trop aller dans les détails pour conserver un certain niveau de surprise lorsque vous ferez face aux différents menus du jeu.

Enfin, la richesse du jeu se situe aussi du côté des équipements avec à la clé un système de craft (des gemmes). L'occasion de parler des camps (ou Points de repos) qui permettent de gérer tranquille son équipe avec même la possibilité de faire de la cuisine, une activité de plus en plus répandue dans les RPG. Ce nouvel épisode est donc encore plus riche et varié que les précédents, sans forcément offrir de grandes nouveautés mais des évolutions pertinentes et ajouts intéressants. Une nouvelle fois, la bande-son du jeu est un délice. C'est bien simple dès la première écoute, on est sous le charme des différentes compositions musicales. Non seulement la qualité est au rendez-vous mais surtout la liste est variée pour convenir à toutes les situations. On profite ainsi d'une belle ambiance autant durant l'exploration que lors des phases d'actions.

Certains combats sont plus marquants que d'autres mais à chaque fois, le traitement sonore participe au dynamisme de certaines séquences. La musique participe également de belle manière au rendu des superbes cinématiques. Alors évidemment comme pour les autres jeux, certaines mélodies se montrent plus accrocheuses et marquantes mais il n'y a pas de déchets dans cette bande-son. On joue sur diverses cordes, autant sur l'émotion que sur des moments épiques avec la volonté de renforcer l'immersion du joueur dans une histoire agréable à suivre. En plus de cette performance musicale, on précise aussi l'excellent travail réalisé concernant le doublage.

De notre point de vue, cette qualité est surtout visible sur le doublage japonais que l'on recommande mais le doublage anglais s'en sort assez bien dans l'ensemble. Enfin on termine avec quelques mots sur le scénario du jeu. On précise d'emblée que l'on va rester prudent sur les éléments évoqués. L'idée est simplement de donner un avant-goût du contexte et de l'univers de ce troisième épisode. On va se contenter de quelques noms mais sans rentrer dans les détails, l'idée est surtout d'offrir un sentiment sur cette histoire. On peut déjà dire que le travail d'écriture est sérieux et soigné, l'histoire nous a semblé aussi captivante et intéressante à découvrir que les épisodes précédents. Une autre précision importante, on peut parfaitement commencer et découvrir la série avec cet épisode, ce n'est pas un idéal mais cela reste tout à fait possible.

On l'a dit au début du test, l'aventure se déroule dans le monde d'Aionios. Ce dernier se trouve en pleine guerre, deux nations s'opposent : Keves et Agnus. On va découvrir des protagonistes de chaque côté où plusieurs faits vont amener les membres de chaque camp à s'unir pour mettre à terme à ce contexte. Ils vont également faire une rencontre spéciale qui sera l'un des éléments déclencheurs de cette quête principale en plus de justifier certaines capacités spéciales. L'histoire va également développer la notion de colonies. D'ailleurs, si cela peut paraître simpliste à la lecture, le travail d'écriture est riche et captivant avec plusieurs thématiques fortes.

Contrairement aux autres épisodes dont l'écriture semblait accessible et visait un public large, le ton de cette nouvelle aventure se veut plus mature et plus sombre. Forcément avec le thème de la guerre, les sujets sur la vie et la mort occupent une place importante au cours de l'histoire. Cela n'empêche pas au jeu de se montrer équilibré dans ses propos, on profite autant de séquences d'actions que d'émotions. C'est vraiment l'une des forces de la licence, cette capacité à proposer des instants autant épiques que mignons. On tient donc un scénario très agréable à suivre avec de la profondeur et des sujets intéressants.

Xenoblade Chronicles 3 est l'un des meilleurs JRPG sur la Nintendo Switch. Non seulement c'est un sérieux candidat au titre de jeu de l'année sur la console de Nintendo mais il peut carrément prétendre à être l'un des meilleurs dans sa catégorie. Techniquement le jeu parvient à se montrer le plus joli possible malgré les limites de la console. Il ne faut pas s'attendre à une claque technique mais à un univers d'une immense richesse avec de vastes environnements.

Une belle finition pour une expérience de jeu fluide et stable. Le gameplay possède la bonne idée de reprendre les bases de la série tout en proposant des nouveautés pertinentes et percutantes pour donner de la profondeur supplémentaire. Le contenu du jeu est toujours aussi énorme, même en ligne droite, et que dire de cette bande-son absolument géniale. Enfin, le jeu n'oublie pas de soigner son scénario, aussi séduisant que les autres aspects du jeu. Oui, on tient là un titre incontournable si vous appréciez le genre évidemment.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 16/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 18/20
Bande-son : 18/20
Scénario : 17/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 18/20

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article