Jeuxvideo-world

Articles avec #coin lecture (news et critique) tag

[Critique] The Legend of Zelda : Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition

31 Mai 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

 

Après l'ouvrage The Legend of Zelda : Ocarina of Time - Perfect Edition (disponible depuis le 07/12/2016) et l'ouvrage The Legend of Zelda : Oracle of Seasons & Ages - Perfect Edition (disponible depuis le 22/02/2017), l'éditeur Soleil Manga espère ravir les fans de la licence de Nintendo en sortant un troisième ouvrage en Perfect Edition en ce mois de mai 2017 : The Legend of Zelda : Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition. Un troisième ouvrage qui ne sera d'ailleurs pas le dernier puisque le prochain est déjà daté pour le 20 septembre 2017 : The Legend of Zelda : The Minish Cap & Phantom of Hourglass - Perfect Edition. En attendant, on va présenter The Legend of Zelda : Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition dans l'espoir que la qualité soit toujours au rendez-vous après les deux excellents ouvrages de cette édition incontournable pour les fans de la licence Zelda.

Le tarif est le même et peut paraître élevé pour un manga puisqu'il faudra débourser 19,99€ pour faire l'acquisition de ce troisième volume. Néanmoins, à l'image des précédents, on va rapidement se rendre compte que ce prix s'explique par une prestation énorme qui permet de comprendre un prix plus élevé que la moyenne. Le scénario, comme pour les précédents, est signé Akira Himekawa. Une précision s'impose pour ceux qui ne le savent peut-être pas mais il ne s'agit pas du nom et prénom de l'auteur masculin ou féminin, mais d'un studio. Celui-ci forme un duo féminin :  S.Nagano et A.Honda

On pourra d'ailleurs en apprendre un peu plus à travers cet ouvrage, on y reviendra un peu plus loin. On va maintenant s'attarder sur la présentation et le contenu offert par ce nouvel ouvrage dans l'univers de Zelda. Celui-ci regroupe pas une mais bel et bien deux histoires de link en manga adaptées des jeux vidéo de la licence. On pourra donc découvrir l'histoire de l'épisode Majora's Mask ainsi que l'histoire de l'épisode A link to the past. Une édition luxueuse qui s'intitule "Perfect Edition" comme c'est le cas avec d'autres mangas, qui contient en plus 16 pages couleurs et une carte collector. Concernant cette carte, il y a une part de chance, puisque chaque exemplaire contient donc une seule carte sur une liste de 5 modèles différents. Un bandeau de couverture illustre d'ailleurs les 5 cartes possibles.

Cela peut paraître un élément anecdotique pour certains lecteurs, mais pour les fans, il s'agit là d'un petit détail toujours sympathique dans une collection dont la dimension est identique à celle d'une carte postale. On s'arrête maintenant sur la partie visuelle du manga en débutant par les couvertures. D'un soin toujours admirable, la première et la quatrième de couverture sont à la fois colorées, sobres et dans la continuité des deux autres mangas. La couleur principale de la couverture est le violet, une référence de l'épisode Majora's Mask. Sur la première de couverture, on distingue Link et le masque dans une image centrale et colorée où le reste s'offre une écriture dorée qui fait son petit effet. La quatrième de couverture aborde le même contenu en rajoutant seulement le résumé des deux récits de ce nouvel ouvrage. 

Visuellement c'est une totale réussite à l'extérieur avec quand même un style qui met plus avant l'épisode Majora's Mask. Au niveau du format, on fait face à des dimensions qui sonnent parfaitement avec la mention "Perfect Edition" puisque ce volume fait 21 x 15 cm, une taille importante pour un manga mais classique dans le registre d'une édition luxueuse. Par contre, son épaisseur se montre importante puisqu'il sera question de 4cm environ, ce qui commence à faire un gros pavé. Le jeu totalise 402 pages dont 16 pages colorées au début du manga. Avant d'aborder le contenu et son organisation, on peut rapidement préciser que les deux récits de cet ouvrage étaient déjà disponibles dans un format simple depuis 2009 chez le même éditeur (l’édition originale japonaise remonte même à 2001).

Dès le sommaire, on va découvrir une organisation totalement différente d'une histoire à une autre avec une étrange sensation, une nouvelle fois qu'une des deux histoires est nettement plus mise en avant. Pourquoi ce sentiment ? Tout d'abord parce que le manga comporte 16 pages couleur... que l'on retrouve uniquement pour l'histoire Majora's Mask, c'est dommage car si l'idée est très bonne, on aurait également apprécié le même soin pour l'histoire A link to the past, ce qui n'est pas le cas. Le nombre de pages est plus ou moins identique pour les deux histoires, mais le découpage est complètement différent. 

Dans Majora's Mask (181 pages), l'histoire est composée de 9 chapitres avec une moyenne de 17 pages par chapitres, un rythme maîtrisé. On note simplement un premier chapitre plus long (27 pages dont 16 pages en couleur) à l'image du dernier chapitre (31 pages). Une fois cette première histoire terminée, on pourra découvrir quelques pages qui mettent en avant des illustrations bonus de cette histoire, très sympa à découvrir. Avant de basculer sur la seconde histoire, on découvre un contenu très intéressant, celui d'une histoire annexe de 21 pages, totalement originale et inédite, dont l'écriture est liée à celle de l'histoire Majora's Mask. Un message des auteurs explique sur une page, la naissance de cette histoire annexe, on vous laisse découvrir la surprise. Après cette fameuse histoire annexe, on se lance dans l'histoire A Link to the past qui est découpée en plusieurs actes et non en chapitres.

En effet on pourra découvrir un prologue composé de 5 pages puis de 4 actes dont le rythme n'est pas aussi équilibré que l'autre histoire. En effet l'acte 1 est composé de 32 pages, l'acte 2 de 70 pages, l'acte 3 de 16 pages et enfin l'acte 4 de 63 pages. Comme pour Majora's Mask, on pourra découvrir des illustrations bonus pendant quelques pages une fois l'histoire terminée. Sauf qu'ensuite, pas d'histoire annexe mais une forme de conclusion du duo féminin avec une présentation de la série, des photos et tout un tas de précisions et d'anecdotes autour des mangas de la série Zelda. Cette forme de conclusion s'avère plutôt intéressante et même croustillante sur certains sujets afin de mieux comprendre la création et le niveau de restitution des mangas par rapport aux jeux vidéo. 

Concernant les synopsis des deux histoires, on pourra donc rappeler que dans Majora’s Mask, notre héros Link part à la recherche de Navy, sa fée préférée dont il a été séparé lors de son dernier combat contre Ganondorf. Il croise alors le chemin d’un curieux personnage masqué nommé Skullkid... Dans A link to the past, notre héros Link est appelé à l’aide dans son sommeil par Zelda, la charmante princesse du royaume d’Hyrule. Celle-ci a été faire prisonnière par Aghnim, au service du tyrannique Ganondorf... Il est probable que ces deux synopsis ne sont pas d'un grand intérêt pour les fans de la licence qui connaissent parfaitement les deux histoires en jeux vidéo et peut-être même en manga d'une précédente édition. Ces quelques lignes sont donc plutôt à destination des lecteurs curieux et des joueurs connaissant la série sans connaître parfaitement l'univers des jeux.  

Enfin on termine quand même par évoquer des impressions sur ces deux histoires. D'un point de vue dessin, on reste dans la continuité des précédents ouvrages avec des détails bien plus importants que dans les jeux vidéo, une forme de cinématiques renforcées, en noir et blanc mais plus profonde dans le détail. On obtient ainsi des positions, des regards et des émotions plus nombreuses et variées que dans un jeu vidéo, offrant ainsi un côté plus épique aux différents périples du héros. Par contre la dimension action n'est pas aussi forte et le punch que peut avoir la série n'est pas aussi important que les jeux vidéo, c'est logique compte tenu du format. D'ailleurs il ne faut pas s'attendre à une parfaite restitution du jeu vidéo, quelques séquences sont logiquement différentes, les contraintes et attentes sont différentes entre un manga et un jeu vidéo, le coeur de l'histoire est identique mais quelques passages pourront surprendre les fans.

Ces variantes apporteront diverses émotions à cette histoire et offrir ainsi un vent de fraîcheur à cette histoire que certains pensaient maîtriser sur le bout des doigts. Une écriture captivante qui ne joue jamais la carte de la précipitation, bien au contraire l'action n'est pas forcément une priorité contrairement au jeu vidéo qui tente de procurer une aventure bien plus dynamique pour des raisons évidentes. Que ce soit au niveau du dessin ou du scénario, on prend énormément de plaisir à découvrir ces deux histoires que l'on soit fan ou pas de la licence Zelda. Pour une "Perfect Edition", on aurait apprécié un peu plus de pages en couleur et surtout autant pour les deux histoires, ce qui n'est pas du tout le cas ici. Enfin, un dernier petit détail pratique, le manga possède un marque-page sous forme d'une ficelle rose fixée sur le dos (partie intérieure) du livre.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Une nouvelle édition sublime qui tient ses promesses en plus d'offrir deux histoires dans un seul manga. Si la présence de pages en couleur est sympathique (16 pages), elles sont peu nombreuses et réservées à une seule histoire, c'est un peu dommage. Autrement que vous soyez un fan absolu ou pas de la licence Zelda, on prend beaucoup de plaisir à lire ces histoires et dévorer des yeux les nombreux dessins proposés avec en prime quelques pages bonus (illustration et anecdotes) qui valent le détour.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Critique] Roman World of Warcraft Illidan

30 Janvier 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Après la récente critique du roman Deus Ex Black Light de l'éditeur Milady, on s'intéresse à un second ouvrage de l'éditeur. Une nouvelle fois légèrement en retard par rapport à sa date de parution, on reste dans la catégorie Gaming avec une licence que tous les joueurs connaissent : World of Warcraft. Ce n'est pas la première fois que la licence fait l'objet d'un roman, et d'une manière plus générale on pourrait même dire que ce n'est pas la première que cet univers dépasse les frontières du jeu vidéo pour débarquer dans d'autres secteurs, les produits dérivés sont nombreux, les fans aussi. Ce nouveau roman s'intitule World of Warcraft : Illidan. Cet ouvrage de la licence à Blizzard Entertainment est disponible depuis le 17 juin 2016 au prix de 8,20€.

Un ouvrage signé William King, un auteur de plus de vingt romans dont on peut citer par exemple des livres sur l'univers Warhammer ou encore le roman "Le Sang d'Aenarion" présélectionné pour le prix David Gemmell en 2012. La traduction est nouvelle fois assurée par Claire Jouanneau, en charge d'un grand nombre de traductions pour l'éditeur Milady (romans Assassin's Creed, Deus Ex...). Enfin l'illustration est signée Scott Biel et Clint Langley et correspond.... à Illidan sans grande surprise. Le vert et le violet sont les couleurs dominantes de cette belle illustration. On précise aussi que ce livre est également disponible au format numérique pour ceux qui seraient intéressés, autrement c'est un format papier dont les dimensions sont les suivantes : 17,8 x 2,1 x 11 cm. Au niveau du nombre de pages, ce roman comporte 480 pages pour un total de 31 chapitres avec un bon équilibre d'un chapitre à un autre, tout en sachant que chaque chapitre bénéficie d'un titre en plus de sa numérotation.

Dans les premières pages, avant même de découvrir le prélude, on pourrait découvrir une page dédiée à l'auteur mais surtout une carte sur une double page. Il s'agit de la carte de l'Outreterre en noir et blanc où figure le nom des régions de ce monde. Quant à la fin du roman, elle s'illustre par une page spécifique intitulée "Notes" qui semble être à destination des lecteurs curieux mais pas forcément au point sur l'univers World of Warcraft. On pourra donc avoir un bref résumé de la licence, son contenu et son succès. Les fans feront certainement une remarque, celle de la sortie de ce roman à quelques semaines de la sortie de l'extension très attendue par les joueurs : World of Warcraft Legion, dont la sortie remonte au 30 août 2016. Le roman se présente donc comme un bon moyen d'accompagner la sortie de cette nouvelle extension en plus d'une communication renforcée.

Néanmoins c'est loin d'être un banal produit commercial sans saveur, son contenu est solide et permet d'apprendre de nombreux détails et éléments inédits sur Illidan. Voici le résumé que l'on pourra trouver au dos du roman : Illidan Hurlorage est l’un des êtres les plus puissants à avoir jamais foulé les terres d’Azeroth. Condamné pour trahison après avoir infiltré la démoniaque Légion ardente, il fut emprisonné pendant dix mille ans. Mais ses véritables motivations restent insaisissables. Aujourd’hui, la Légion est de retour et il n’existe qu’un seul combattant en mesure de se dresser face à elle. Libéré de ses chaînes, Illidan se prépare à l’affrontement final dans le monde étranger de l’Outreterre. Mais nombreux sont ceux qui ne voient dans l’armée monstrueuse qu’il assemble que l’instrument d’une cynique quête de pouvoir, comme son ancienne geôlière, Maiev Chantelombre, bien décidée à lui faire payer ses crimes. Elle ne connaîtra aucun repos tant qu’Illidan ne sera pas de retour en prison… ou étendu dans sa tombe. Un résumé qui permet de bien situer le contenu tout en conservant la surprise au lecteur, d'ailleurs on va en faire de même en ne dévoilant aucune information spécifique sur le contenu de ce roman. En tout cas il faut savoir que le rythme du roman avec ses nombreux chapitres de quelques pages à chaque fois permet d'obtenir une lecture addictive et rapide. On est loin de faire face à un roman qui nous tiendra de nombreuses semaines voir même de nombreux jours...

Un nouveau roman de l'univers WoW que l'on dévore en une bouchée. L'histoire se déroule entre la libération d'Illidan (en prison pendant 10 000 ans)  et sa défaite à Burning Crusade. Cela débute dès sa sortie de prison (Warcraft 3) où celui-ci sera fortement sollicité. A l'occasion de chaque début de chapitre, on pourra découvrir le temps restant avant un événement précis dont on vous laisse découvrir. Un récit qui s'étale sur 6 ans et qui tire ses informations de 4 protagonistes spécifiques. On a donc effectivement  Illidan Hurlorage mais également trois autres personnages : Vandel (un elfe), Akama et enfin Maiev Chantelombre (la Gardienne). Au cours des 31 chapitres, le roman permet d'accompagner idéalement l'extension Legion en offrant un tas de précisions et d'éléments inédits pour maîtriser l'univers de cette nouvelle extension.

C'est également l'occasion de découvrir cet univers extrêmement riche sous différents angles et ainsi mieux comprendre le rôle et le pouvoir de chaque personnage essentiel lié à des événements passés et futurs. Il est bien difficile d'en écrire plus sans risquer de faire un spoil par erreur mais le principe est compris, c'est un ouvrage officiel et attaché à l'extension Legion de World of Warcraft. Il est évident que si vous ne connaissez absolument pas l'univers, vous passerez à côté de nombreux éléments en plus de mettre pas mal de temps à comprendre les événements. Mais si vous êtes un fan, ce roman est carrément recommandé pour compléter votre savoir sur l'univers du jeu et sur cette fameuse extension.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Un roman intéressant et agréable à lire pour accompagner d'une belle manière l'extension Legion de World of Warcraft. On obtient des informations inédites et des précisions qui ne manqueront pas de ravir les fans de cette licence à succès.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Critique] Roman Deus Ex Black Light

23 Janvier 2017 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Les romans basés sur des licences de jeux vidéo sont de plus en plus courants et couverts de succès. On avait pu mettre la main il y a un peu plus d'un an sur la collection de romans Assassin's Creed. A l'occasion de ce début d'année 2017, et légèrement en retard par rapport à sa date de parution, on va se plonger dans un autre roman basé sur une licence vidéoludique : Deus Ex. Ce n'est pas la première fois que la licence fait l'objet d'un roman, on se souvient en 2011 de Deus Ex Icarus Effect, dont l'auteur était déjà James Swallow. Ce n'est bel et bien lui qui est de retour dans ce nouveau roman qui s'intitule Deus Ex Black Light. Disponible depuis le 26/08/2016 chez l'éditeur Milady au prix de 8,20€, ce roman est proposé sous un format poche (17,8 x 1,8 x 11,4 cm) avec une couverture qui s'inscrit parfaitement avec l'univers de cette série (photo : Bruno Gauthier Leblanc). Ecrit par James Swallow, la traduction Française est assurée par Claire JOUANNEAU déjà en charge de la traduction d'un grand nombre de romans de la collection Assassin's Creed.

Vous ne serez donc pas surpris d'apprendre que son travail est toujours soigné sans le moindre problème de traduction. Un roman de 377 pages que l'on va aborder d'un point de vue technique en dévoilant quelques informations mais sans jamais franchir la barrière du spoil. Déjà, si vous ne connaissez pas James Wallow, il est bien loin d'être à une seconde tentative. Il est tout d'abord l'un des scénaristes du jeu Deus Ex Mankind Divided (le dernier épisode en date dont la sortie remonte au 23 août 2016 sur PlayStation 4, Xbox One et PC). En plus du jeu vidéo, il est également auteur de plus de 40 ouvrages basés sur d'autres univers que Deus Ex. On pourra par exemple citer l'univers de Star Trek, Stargate, Warhammer 40000 ou encore Doctor Who. Comme vous pouvez le voir la sortie du roman Deus Ex Black Light est extrêmement proche de Deus Ex Mankind Divided et ceci n'est absolument pas un hasard. 

L'occasion de rappeler qu'avant l'épisode "Mankind Divided", les joueurs PlayStation 3, Xbox 360 et PC avait eu l'occasion de mettre la main sur le jeu Deus Ex Human Revolution signant le retour de la licence. Mais alors, où doit-on placer ce roman ? Pas d'inquiétude, c'est très simple, il fait office de pont entre les deux jeux vidéo. Non seulement c'est un pont évident mais il paraît quasiment indispensable pour tous ceux qui apprécient l'univers. En effet la transition entre l'épisode Human Revolution et l'épisode Mankind Divided laisse de nombreuses informations sur son chemin. Le roman permet donc d'avoir un rapport plus profond entre les deux épisodes. Un pont que l'on pourrait carrément qualifier de prologue vis-à-vis de l'épisode Mankind Divided. Evidemment certains y verront comme un produit dérivé pour accompagner la sortie du jeu, et cette vision n'est pas totalement fausse, sauf que le contenu reste pertinent. D'ailleurs pour la petite information, la dernière page du roman correspond à l'affiche promotionnelle du jeu Deus Ex Mankind Divided.

En tout cas le roman se montre parfaitement équilibré dans son découpage, il comporte un total de 13 chapitres où chaque chapitre comporte en moyenne 27 pages (de 24 à 33 pages). Pour ceux qui ne connaissent pas vraiment l'univers Deus Ex, on peut au moins dire quelques mots sans forcément offrir des détails. Ainsi suite à un accident qui aurait pu mal finir, Adam Jensen est sauvé de justesse en étant Cybernétiser. Cet ex-flic lutte sans relâche pour rester humain en dépit de la mécanisation de son corps. Après la fin explosive de ses aventures dans Human Revolution, sans aller plus loin dans les détails, Adam doit assumer les conséquences de ses actes et survivre dans une société où la rupture, entre des personnes dites "augmentées" et  des personnes normales, n'a jamais été aussi importante au point d'en faire deux factions très opposées ne pouvant vivre en harmonie. 

Il y a donc une forme de rétablissement de la paix dans la quête d'Adam Jensen, lui qui connaît le sentiment d'être humain mais aussi le sentiment mécanique où ses capacités sont bien différentes. Le roman Deux Ex Black Light ne fait pas l'erreur de sortir du chemin entre Human Revolution et Mankind Divided bien au contraire, celui-ci trace proprement le périple qui rassemble les deux épisodes en apportant son lot de précision qui renforcent l'univers du jeu et les connaissances du joueur sur les personnages et le monde qu'il parcourt. Ainsi, ce roman ne se contente pas de concentrer son action à Detroit, même si l'on passe une grosse partie du temps dans cette ville (différentes zones précises). Il sera aussi question de l'Alaska, de l'Italie, de Los Angeles mais également de la Suisse (Genève pour être précis). Une aventure palpitante grâce à un excellent rythme à travers chaque chapitre, les séquences d'action se succèdent avec un réel plaisir et l'envie de poursuivre les aventures.

Mais cette lecture dynamique peut ne pas totalement satisfaire le fan absolu de la licence qui serait susceptible de relever un point précis de l'univers Deus Ex que l'on ne ressent pas à travers ce roman : la notion de choix dans ses actions. En effet la particularité de la licence en jeux vidéo, c'est d'avoir constamment le choix entre l'action et l'infiltration. Ainsi vous pouvez parcourir l'intégralité du jeu dans la plus grande discrétion avec le choix de tuer ou pas vos ennemis. Dans le roman, cette notion de discrétion est plutôt mise à l'écart au profit de l'action. Cela permet d'avoir un roman addictif où une fois dans la lecture il est bien difficile de s'arrêter, et ce n'est pas une fin de chapitre qui permet de décrocher, loin de là. Mais si vous espérez un mélange des deux approches, ce ne sera pas le cas dans cette transition.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Deus Ex Black Light est bien loin d'être un roman commercial qui fait l'objet d'une sortie uniquement pour accompagner la sortie du jeu vidéo. On peut même imaginer que cela pouvait être un jeu, une extension vendue séparément tellement ce roman apporte son lot d'explications et d'informations afin d'aboutir à une parfaite transition entre l'épisode Human Revolution et l'épisode Mankind Divided. Si vous aimez l'univers, vous pouvez foncer sur le roman.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Critique] La 3D libre avec Blender

31 Juillet 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

Vous êtes à la recherche d'un logiciel libre pour la modélisation 3D, vous avez donc dû comprendre que la référence se nomme Blender pour la création d'images et l'animation 3D. La concurrence est rude avec d'autres exemples comme XSI, 3ds Max ou Maya mais dont le service proposé est payant. Le problème, c'est que vous êtes à la recherche d'un maximum d'informations et de tutoriels pour avoir dans un premier temps les bases et dans un second temps maîtriser le logiciel Blender.

Trois auteurs, Oliver Saraja, Henri Hebeisen et Boris Fauret, proposent un ouvrage pour répondre à cette demande, ce livre s'intitule : La 3D libre avec Blender. Un ouvrage disponible aux éditions Eyrolles et dont la sortie remonte au 2 juin 2016, autrement dit une sortie très récente. Celui-ci est disponible en version papier au prix de 34,90€ et en version numérique au prix de 23,99€. Le meilleur moyen de découvrir et faire ses premiers pas dans Blender ?

Le premier contact avec l'ouvrage est prometteur. On découvre une page de couverture sobre et élégante, précisant d'ailleurs qu'il s'agit de la 6ième édition. Mais c'est surtout lorsqu'on prend l'ouvrage en main que l'on comprend rapidement la masse d'informations. Le livre se présente dans un format 21 x 24 avec un poids de 1550 grammes pour un total de 512 pages. On est loin d'un livre de poche ou même d'un livre que l'on pourrait facilement transporter. On constate aussi que la lecture promet d'être longue et passionnante. On ouvre ainsi les premières pages pour tomber rapidement sur la table des matières. Le livre se compose de la manière suivante : avant-propos, introduction, 9 chapitres, 5 annexes et un index. Avant de présenter chaque partie, on va préciser la présentation retenue pour cet ouvrage.

C'est très classique, un fond blanc sur toutes les pages avec du texte en noir. On commence donc avec la partie "Avant-propos" qui se compose de 5 pages. Cette partie explique la naissance de cet ouvrage, ainsi qu'aux différents publics visés. Un paragraphe sur Blender et son atout indéniable (il est gratuit) est mis en avant ainsi qu'une page dédiée aux remerciements. On arrive rapidement à l'introduction qui se compose de deux pages et se consacre à l'historique du logiciel Blender. Pour le moment pas d'illustrations, c'est sobre et peut-être un peu froid, par contre dès l'introduction (et même l'avant-propos) on constate de petits encadrés intéressants sur les parties latérales des pages que ce soit du côté intérieur ou extérieur. 

On passe ensuite au vif du sujet avec les 9 chapitres dont voici les titres : 
Chapitre 1 Installation de Blender - Chapitre 2 Prise en main de Blender - Chapitre 3 Premier projet avec Blender - Chapitre 4 - Techniques de modélisation - Chapitre 5 Matériaux et techniques d'illumination avec Cycles - Chapitre 6 Matériaux et techniques d'illumination avec Blender - Chapitre 7 Techniques d'animation fondamentales - Chapitre 8 Techniques d'animation avancées - Chapitre 9 Le rendu avec Blender. Pour chaque début de chapitre, on trouve déjà une touche de gris contrairement aux autres pages, mais surtout une belle illustration sur une page, le titre du chapitre, le sommaire du chapitre en question et enfin une série de mots-clés.

Ces pages sont vraiment bien fichues pour avoir un aperçu rapide du contenu et des termes employés dans le chapitre en question. Il faudra savourer la belle image de chaque chapitre car par la suite, les illustrations proposées correspondent à des captures d'écran du logiciel Blender, sauf quelques rares exceptions. Le contenu de chaque chapitre est parfaitement organisé et surtout précis avec une multitude de petites parties et un grand nombre d'illustrations pour comprendre parfaitement l'avancée des actions effectuées. Ce qui est également très appréciable, ce sont ces fameux encadrés que l'on retrouve très régulièrement et sous différentes formes : Le saviez-vous ? - Remarque - Astuce - Conseil - Bon à savoir - Approfondir - Attention. 

On ne va pas rentrer dans le détail de chaque chapitre, mais il apparaît clairement une profondeur et une cohérence de la part de l'ouvrage pour mener à bien un projet de base. Parfois on a tendance à dire que ce type d'ouvrage n'impose pas une lecture classique comme un roman où l'on prend la première page et l'on enchaîne. Or ici c'est pourtant le cas dans le sens où chaque chapitre est une progression en puissance du logiciel. Sauf si vous n'êtes pas un amateur et que vous connaissez déjà le logiciel Blender avec quelques heures de pratique, il est recommandé de bien prendre la peine de commencer du premier chapitre jusqu'au chapitre 9 sans sauter un chapitre de manière à bien comprendre les outils mis à disposition et le potentiel de ces outils. L'écriture est également approuvée dans la mesure où il semble bien difficile de se perdre durant la mise en pratique de chaque chapitre. Les sous-parties sont tellement précises et les illustrations issues du logiciel tellement nombreuses que vous ne pourrez pas rester bloquer. 

Alors il est vrai que certains auraient aimé découvrir un ouvrage avec des illustrations offrant un résultat final pour rendre l'ensemble un peu moins froid et scolaire, mais on privilégie ici l'efficacité à la beauté. Rien n'est mis de côté, la preuve avec les mentions et explications récentes de raccourcis clavier et termes anglais. Et ces annexes alors ? De quoi s'agit-il ? On en compte 5 dont voici les titres : Annexe A Les raccourcis clavier de Blender - Annexe B Les add-ons de Blender - Annexe C Les indices de réfraction - Annexe D Ressources Web - Annexe E Contenu de l'extension web.

Voilà donc la fameuse partie que l'on va utiliser non pas comme un roman mais bel et bien comme un dictionnaire, un document technique. Contrairement au chapitre dont la lecture s'effectue du premier au dernier chapitre avec une cohérence et une progression logique, ces annexes apportent un soutien technique à plusieurs niveaux. Celles-ci permettent de maîtriser le logiciel et d'approfondir selon ses envies et projets sous Blender. 

La présence de la partie "Ressources Web" est un bel ajout des auteurs pour vraiment démontrer que l'ouvrage offre des bases solides et précises mais qu'on est loin d'avoir creusé Blender dans tous les sens. Lors de la mise en pratique des conseils de chaque chapitre, il est probable que vous ferez régulièrement un saut à la fin du livre pour consulter une ou plusieurs annexes. Enfin le livre se termine par un index classique mais efficace surtout pour ce type d'ouvrage.

Vous cherchez à modéliser des objets, animer des personnages, mettre en oeuvre un éclairage réaliste de scènes, et vous disposez du logiciel Blender mais pas des connaissances nécessaires. Dans ce cas, l'ouvrage La 3D libre avec Blender permet de découvrir, étape par étape, le potentiel offert par Blender afin de réaliser des images et animations 3D selon vos envies avec un résultat professionnel.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : Vous êtes un amateur d'images de synthèse ou d'animation et vous cherchez un appui solide (en plus des nombreuses ressources web à disposition) pour mettre en oeuvre vos projets, votre créativité, alors l'ouvrage La 3D libre avec Blender permet de maîtriser les bases et découvrir les outils mis à disposition. Une lecture à la portée de n'importe quel utilisateur accompagnée de nombreuses illustrations.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Critique] La photo c'est pas sorcier ! 68 leçons express pour réussir toutes vos photos

26 Avril 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Coin Lecture (News et Critique)

En matière d'ouvrage sur la photographie, il est indéniable que le marché grandit au fil des mois par l'intermédiaire de plusieurs éditeurs qui ne cessent de produire des ouvrages avec des présentations différentes et surtout des contenus pour différents publics. Parfois on trouve des ouvrages sur un modèle d'appareil photo spécifique, mais encore des types de photos (macro, paysage, série photo) et enfin des ouvrages pour les débutants. Oui les consommateurs sont nombreux à vouloir découvrir le milieu de la photographie, un domaine riche et complexe où la plupart vont logiquement prendre le temps de faire quelques recherches sur les technologies, produits et conseils.

Alors oui, internet reste une source intéressante pour certaines informations, mais dans de nombreuses situations (notamment celle sur le terrain) cela ne remplace pas un ouvrage dédié à la photographie avec généralement des illustrations qui valent le coup d'oeil. On va s'intéresser à un ouvrage qui joue justement la carte du livre idéal pour faire ses premiers dans le monde de la photographie, et ceci dans à tous les niveaux que ce soit matériel et logiciel. Cet ouvrage s'intitule "La photo, c'est pas sorcier! 68 leçons express pour réussir toutes vos photos", aux éditions Dunod avec un prix de vente de 19,90€. Un ouvrage composé de 192 pages dans un format classique pour ce type de livre (222x240mm) et dont l'auteur de ce livre se nomme Gérard Michel-Duthel, un photographe et consultant en multimédia. 
 

 

Il a écrit plusieurs ouvrages sur la photo numérique, mais aussi les logiciels de retouche. Avant de commencer par le contenu des différents, chapitres, on pourra découvrir logiquement au début du livre, le sommaire, un avant-propos et une page remerciements. Une table des matières riche en couleurs où l'on pourra découvrir 5 chapitres dont chacun bénéficie d'une couleur mais surtout pour chaque leçon, un numéro attribué, le total étant de 68 leçons conformément au titre de l'ouvrage. En fonction des chapitres, cela va de 10 à 20 leçons. En plus des leçons, on peut lire dans le sommaire la présence "d'analyse d'image" pour chaque chapitre en guise de complément, on y reviendra pour chaque chapitre.

Le livre possède donc les cinq chapitres suivants : Les fondamentaux de la photo - l'équipement - réglages et prise de vue - en pratique - après la prise de vue. On commence donc par le premier chapitre, où l'on découvre déjà une belle illustration sur une double page synonyme de début de chapitre, ce sera le cas pour les autres également. Et là un premier chapitre excellent, oui on tient là un ouvrage de référence en matière d'apprentissage de la photographie. Sans tomber dans le piège du livre scolaire, lourd et peu élégant dans sa présentation et son discours, cet ouvrage réussit à merveille ses explications, grâce à une présentation efficace et des leçons précises et pertinentes. 

Cet excellent résultat s'explique aussi par un bon compromis entre textes et illustrations en plus de schémas et tableaux en guise d'explications techniques, c'est du tout bon. En matière d'illustration, ce n'est pas seulement du remplissage afin de séduire la rétine du lecteur, on a un bon équilibre entre paysage, portrait et surtout illustration sur du matériel, et de manière très précise ! Par exemple avec la leçon 1 expliquant les bases d'un appareil photo, on pourra découvrir des illustrations sur un capteur APS-C, un obturateur ou encore un processeur, autrement dit des photos techniques. Ce qui est appréciable, c'est que le discours s'adresse à tous les débutants, peu importe le matériel.

Si vous avez un compact, un bridge, un reflex, un hybride, vous serez systématiquement concernés par les leçons proposées, c'est clairement une autre force de l'ouvrage où beaucoup de livres tombent dans le piège. En plus de ne pas être spécialisé dans un type d'appareil photo, il possède également la qualité de ne pas afficher de préférence au niveau du fabricant, la preuve avec ce tableau pratique dans la leçon 2 dédiée au format de fichier (un tableau affiche l'extension correspondant au format de fichier raw des principaux fabricants). Un autre constat démontre la qualité du livre, la pertinence de chaque leçon contrairement à d'autres ouvrages ou parfois certaines parties sont dispensables ou franchement légères. 

Dans ce premier chapitre, on tombe sur des leçons sur les éléments basiques d'un appareil photo, où chaque leçon fait l'objet d'explications vraiment efficaces (La focale, l'exposition, l'ouverture, la vitesse d'obturation). Aussi pour ce premier chapitre, c'est l'occasion de découvrir la double page très particulière, que l'on pourra retrouver dans les autres chapitres : Analyse d'image. Sur un fond noir, l'auteur part d'une photo et cible cinq éléments précis de cette photo, chaque élément est numéroté et nommé "Focus". Chaque focus dispose d'un commentaire de l'auteur expliquant l'intérêt de cette partie sur la photo finale. Aussi, il est intéressant de préciser qu'un grand nombre de photos font l'objet d'un petit encadré technique où l'on retrouve les valeurs sélectionnées pour la prise de vue : vitesse d'obturation, ouverture, ISO et la focale.

Le chapitre suivant qui s'intitule "L'équipement" est selon moi une très bonne idée et parfaitement mise en oeuvre dans l'ouvrage. On retrouve ainsi une leçon présentant les reflex et hybrides, une leçon sur les bridges, compacts et même smartphones mais aussi une leçon sur les objectifs, une leçon sur le flash ou encore des leçons sur les accessoires indispensables et les accessoires utiles. Ce chapitre orienté matériel fait quand même l'objet d'une multitude d'illustrations pertinentes sans mettre en avant une marque plus qu'une autre. Dnas le chapitre "Réglages et prise de vue" on pourra trouver des leçons sur les différents modes de votre appareil : P,A,S,M. La mesure de la lumière, balance des blancs ou encore la mise au point seront également de la partie. 

Un chapitre costaud, puisqu'en plus d'analyses d'images, on pourra également trouver des leçons sur la composition, la stabilisation ou encore la prise de vue en lumière naturelle et artificielle. On passe ensuite à l'un des plus gros chapitres qui s'intitule "En pratique". Concrètement dans ce chapitre, chaque leçon est synonyme d'un type de photo. Ainsi on pourra découvrir des conseils pour les types suivants : portait, enfant, animaux, mariage, paysage, nuit, ciel, macro, spectacle, l'architecture, voyage, street photo, objets et natures mortes ou encore la photo culinaire. On pourra également trouver une leçon sur la partie vidéo que l'on pourra envisager. La partie vidéo reste mince dans l'ouvrage, quelques précisions et présentations mais sans jamais rentrer dans le détail, il faudra se tourner vers un ouvrage dédié à ce type d'usage.

Enfin on termine avec le chapitre "Après la prise de vue", où l'on découvre la partie logicielle et traitement envisageables à partir d'une photo. Les leçons sont intéressantes dans le sens où le début de chapitre des leçons où chaque leçon correspond à un logiciel de référence selon l'auteur. Forcément on trouvera Lightroom, Photoshop ou encore DxO Optics Pro. Les leçons qui suivent ont pour but de donner des conseils sur les logiciels : retouche de base, couleur et contraste, convertir une photo en noir et blanc, assembler un panorama, une image HDR et même une leçon sur la vidéo (monter un clip vidéo). Ce chapitre est dans un registre de présentation afin de montrer le potentiel après la prise de vue, bien évidemment il faudra se tourner vers des ouvrages et tutoriels spécialisés si vous souhaitez réellement progresser en matière de retouches.

Enfin on termine avec un glossaire efficace si un terme vous échappe, et un index pour retrouver un ou plusieurs mots liés à une leçon. Si vous débarquez dans le monde de la photographie, cet ouvrage semble être pertinent dans le sens où il vise très large tout en restant précis et technique dans sa documentation. Les illustrations ne sont pas là pour assurer la beauté du livre, il possède des données techniques afin d'expliquer les qualités de cette photo et les paramètres nécessaires pour parvenir à un tel résultat. Un bon moyen de faire ses premiers pas que ce soit sur la partie matériel ou logicielle.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion : L'ouvrage "La photo c'est pas sorcier !" se montre très convaincant dans son contenu et sa présentation. Clairement destiné aux débutants, et ceci peu importe l'équipement que l'on dispose, cet ouvrage permet de découvrir le potentiel de son appareil que ce soit par rapport à la prise vue ou la partie logicielle.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires