Jeuxvideo-world

Articles avec #tests ps3-360 tag

[Test] Star Wars : Le Pouvoir de la Force II

18 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

Après un premier épisode franchement convaincant en 2008, Star Wars Le Pouvoir de la Force débarque dans un second volet intitulé Star Wars : Le Pouvoir de la Force II, deux ans plus tard. Il est toujours question d'un certain Starkiller très doué dont on espère des nouveautés offensives et défensives. D'ailleurs après l'excellente aventure proposée dans le premier épisode, sa suite est attendue dans l'espoir de clôturer ou confirmer cette série. Confirmation ou déception ?

Visuellement, cette suite démontre des progrès techniques mais tout en souffrant de défauts absents lors du premier opus. En effet techniquement le jeu s'en sort plutôt bien à quelques rares effets visuels près. Derrière cette belle finition, le jeu souffre d'un basique et d'une répétitivité qui risquent de déplaire aux joueurs et notamment aux fans. Quand on connaît le potentiel de la licence, on s'attend à découvrir une multitude d'environnement, ici ce n'est pas le cas puisque vous pourrez découvrir 4 décors différents et encore l'un d'eux est expéditif...

Le level-design démontre des lacunes également alors que le premier volet se voulait rassurant sur ce point. On enchaîne les couloirs et passerelles avec une sensation de voir les mêmes situations. Les zones d'affrontements sont nettement plus confinées et moins inspirées que le précédent opus. Une mise en scène simpliste, des ennemis peu variés par rapport au premier épisode, le plaisir visuel n'est pas le même que le volet précédent... 

Et le gameplay alors ? Une déception totale et surprenante étant donné les bases solides et prometteuses du premier opus. La prise en main est très simple et immédiate, voilà déjà un bon point. Mais alors où est passé la profondeur de jeu ? La richesse du gameplay offerte par le premier volet ? Vous voulez consulter la liste des combos ? Arrêtez-vous tout de suite de chercher, elle n'existe pas. Le héros dispose de deux sabres, c'est intéressant mais encore faut-il que cet ajout soit exploité, ce n'est malheureusement pas le cas. Alors oui c'est jouissif et brutal, mais c'est surtout pauvre et répétitif d'autant que les séquences se répètent à l'image de l'environnement. L'IA n'est pas à la hauteur, les pouvoirs de la force ne se montrent pas percutant notamment la nouveauté qui permet d'influencer son ennemi pour trahir ses compagnons ou se suicider. La dose de QTE n'est pas réjouissante non plus, bref c'est ennuyant et frustrant.

Au niveau de la durée de vie, c'est décevant, un peu comme l'ensemble du jeu. Vous pensez passer de longues heures à parcourir le jeu, le refaire dans une difficulté supérieure et améliorer l'ensemble des compétences, oui c'est raté. Il ne vous faudra que 5-6 petites heures pour terminer l'histoire, sans faire face à un quelconque problème. Un challenge moyen, la faute à une IA vraiment pas inspirée.

Pas de mode multijoueur, et une gestion des compétences qui fait l'objet de modifications par rapport au premier épisode, pour devenir ridicule. Mais pourquoi modifier un élément approuvé ? En tout cas désormais, c'est trois niveaux de maîtrise par pouvoir et des attributs qui augmentent facilement et rapidement. Un manque de profondeur, un manque de variété, des choix douteux, il y a peu de chance pour passer de longs moments même avec la présence de collectible. Il y a bien quelques défis pour apporter du challenge mais ça reste trop léger.

Enfin on termine par une bonne et une mauvaise note. En matière de bande-son, on est rassuré grâce à la présence de différents thèmes de la saga, c'est un vrai plaisir pour les oreilles. Néanmoins on arrive à reprocher des doublages mitigés, ou plutôt quelques doublages moins convaincants que d'autres mais aussi des bruitages un peu lourd lors de certains passages. Et qu'en est-il de l'histoire ? Une catastrophe. Le travail d'écriture est minimaliste et bidon du début à la fin. Clairement ce second volet n'apporte rien et gâche même le travail prometteur du premier volet, c'est ridicule.

Star Wars : Le Pouvoir de la Force II est une immense déception. On pouvait craindre un épisode moins percutant, mais là c'est encore pire que prévu. Heureusement que le titre se montre à la hauteur technique et que sa bande-son est fidèle, parce que le gameplay, le contenu et le scénario enfoncent complètement Starkiller avec une chance très faible d'y voir une suite. Des choix douteux, trop court, trop répétitif, ce second volet n'est jamais à la hauteur du premier épisode...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 10/20
Durée de vie : 9/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 8/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Assassin's Creed Rogue

10 Août 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

Ubisoft sait parfaitement que la licence Assassin's Creed dispose d'un potentiel commercial énorme. Cependant, il ne faut pas tomber dans le piège de trop vouloir en faire et surtout trop rapidement. Le jeu qui illustre la perte de contrôle du navire Assassin's Creed, c'est un épisode PlayStation 3/360 dont la sortie remonte à novembre 2014, à cette même époque un épisode PlayStation 4/Xbox One était également de sortie (Assassin's Creed Unity). Du coup la sortie d'Assassin's Creed Rogue semblait étonnante. Un épisode dont l'univers laisse penser à une suite d'Assassin's Creed IV Black Flag, un épisode douteux ?

Un épisode très proche d'Assassin's Creed IV Black Flag  et d'Assassin's Creed III. Cette nouvelle aventure nous plonge en 1752 juste avant la guerre de Sept ans entre anglais et français. La ville principale du jeu, on la connaît, il s'agit de New York. Afin de ne pas se contenter d'une réédition de cette ville, quelques nouveautés sont de la partie avec la présence d'un quartier supplémentaire, insuffisant pour ne pas avoir l'impression de connaître les lieux. On pourra également visiter le domaine Davenport ainsi que deux nouvelles zones navigables : River Valley et Atlantique Nord. Oui, les séquences navales sont de la partie avec quelques petites nouveautés.

Avec l'arrivée de ces deux nouvelles zones, c'est la neige qui fait son apparition dans l'environnement avec notamment des icebergs. Un petit vent frais toujours sympathique mais loin d'être suffisant. L'interface du jeu n'évolue pas, notre assassin n'est pas franchement charismatique et surtout la partie technique du jeu démontre un développement court avec une finition douteuse. Clairement on peut y voir derrière cet épisode une forme de précipitation de la part d'Ubisoft pour respecter la sortie du jeu fixée depuis longtemps et qui ne doit pas faire l'objet d'un report. Du coup, on a le droit à un lot de bugs vraiment frustrants : aliasings, clippings, ralentissements...

Si vous n'aimez pas Assassin's Creed IV Black Flag, il est peu probable de prendre du plaisir dans ce nouvel opus. La raison est évidente, le gameplay n'évolue absolument, ne s'améliore pas et ne propose aucune nouveauté qui mérite de se plonger dans cette aventure. Si vous appréciez les balades, et les affrontements, en bateau alors vous avez des chances de prendre du plaisir mais pour les séquences en ville, pas de changement. Alors oui quelques armes sont inédites mais cela reste insuffisant pour parler d'une jouabilité rafraîchissante et passionnante contrairement à l'environnement du jeu.

Vous êtes donc toujours amené à réaliser des ascensions sur des bâtiments, rester discret, éliminer un grand nombre de protagonistes, atteindre des points d'observation pour synchroniser la carte, partir à la chasse aux animaux pour récupérer les peaux et enfin de longues séquences de navigation avec à la clé quelques batailles navales. Les séquences en dehors de l'animus, sont bien présentes mais n'apportent rien au contraire, les puzzles proposés ne sont pas intéressants et le charme "Desmond Miles" n'est pas de la partie, le personnage en question n'étant pas là, on incarne un protagoniste anonyme. Si le principe des séquences dans le présent était intéressant lors des premiers épisodes de la licence, ce n'est plus du tout le cas ici.

En matière de durée de vie, ce nouvel opus est plus ou moins identique que les précédents. Il faut donc entendre par là que l'histoire principale se termine en 10-12 heures environ selon votre aisance avec les mécaniques de jeu. Evidemment, le contenu est solide avec tout un tas de collectibles et de missions secondaires à accomplir, si vous cherchez à accomplir le jeu à 100%, vous pouvez sans problème doubler ce chiffre. Dommage par contre de ne pas conserver un élément mis en place depuis Assassin's Creed Brotherhood : le mode multijoueur. En effet pas le moindre mode multijoueur pour cet épisode, cela pourra décevoir certains joueurs qui appréciaient ce mode dans un second temps pour prolonger l'expérience de jeu. On peut y voir un autre signe d'un jeu dont la sortie est précipitée et où le manque de soin saute aux yeux, comme sur tous les autres critères...

Du côté de la bande-son, c'est toujours aussi bon mais cet épisode laisse paraître un détail gênant, confirmant une fois de plus la négligence de cet épisode... En effet si les différentes compositions musicales sont vraiment excellentes, les bruitages toujours aussi percutants et les doublages Français convaincants, certains moments précis laissent un petit goût amer. Mais de quoi s'agit-il ? D'un doublage français à 50%, oui vous ne rêvez pas le jeu nous offre des doublages Français par petite touche, le reste du temps les doublages ne sont pas traduits. Il faut vraiment que la conversation soit clairement orientée vers notre personnage principal pour espérer une traduction, autrement ce sera des voix anglaises... Un procédé vraiment étrange.

Enfin on termine avec la partie scénaristique dont on ne va mentionner que très peu d'éléments. Le joueur incarne un irlandais nommé Shay Patrick Cormac. Sans aller dans les détails, celui-ci va basculer d'un camp à un autre suite à un évènement et ceci juste avant la fameuse Guerre de Sept Ans. Cette histoire qui part pourtant de bonnes idées ne parvient pas vraiment à séduire jusqu'au dénouement final. Alors oui, il apporte quelques compléments d'informations vis-à-vis d'Assassin's Creed Unity, mais ces ingrédients scénaristiques pourront paraître léger pour un joueur classique et ne vont véritablement plaire qu'aux fans absolus de la licence.

Assassin's Creed Rogue est un épisode qui démontre une certaine fatigue de la licence sur le plan visuel mais aussi sur son gameplay. On retrouve les bases de la licence mais sans aucun changement significatif, bien au contraire. On retrouve la forte présence du bateau que ce soit dans la navigation ou les batailles. Cela reste toujours amusant mais la formule mériterait quelques initiatives et améliorations. L'univers n'est pas radicalement différent de ce que l'on a pu découvrir jusqu'à présent, un autre point qui n'arrange pas cet épisode. Finalement si ce n'est pour quelques éléments scénaristiques, on n'est pas franchement sous le charme de cet opus qui manque sérieusement de finition et d'un contenu plus surprenant. Le mode multijoueur n'est d'ailleurs pas de la partie...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 14/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 14/20
Scénario : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Resident Evil Operation Raccoon City

22 Mars 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

Capcom a éprouvé de nombreuses difficultés pour séduire les fans de la licence Resident Evil avec la sortie de titres peu convaincants lors de la génération précédente (PlayStation 3 et Xbox 360). En effet on trouve dans le lot un Resident Evil 5 peu séduisant au même titre que Resident Evil 6. Resident Evil Revelations était un plus solide mais l'épisode le plus surprenant, c'est ce fameux Resident Evil Operation Raccoon City. Un spin-off orienté multijoueur dans l'espoir de donner un souffle nouveau à la série. Un pari réussi ?

Décidément, la série possède de grosses difficultés à offrir une réalisation convaincante. Avec cet épisode, on tombe toujours face à une technique datée et à une pauvreté générale qui pose problème. Une mise en scène timide, des animations extrêmement rigides, des textures moyennes, une modélisation peu séduisante... Difficile d'être sous le charme de cet opus. On pourra tout de même apprécier l'ambiance du jeu qui parvient à offrir des décors assez variés dans l'ensemble dans un style qui convient bien à la série, c'est sombre et sanguinaire.

Au niveau des personnages, que ce soit les alliés ou les ennemis, rien de bien original, sans être mauvais il est difficile de parler d'une prouesse en matière de charisme. L'impression visuelle s'avère plus satisfaisante dans les situations extérieures, les phases à l'intérieur démontrent davantage de lacunes avec des couleurs ternes et un souci du détail absent. La finition n'est pas vraiment au rendez-vous, les bugs étant nombreux en plus de murs invisibles qui n'arrangent rien à l'expérience de jeu.

Au niveau du gameplay, c'est déjà un peu plus rassurant malgré quelques problèmes d'équilibre. On fait face à un TPS avec une visée à l'épaule, jusqu'ici c'est intéressant. Cependant le jeu tourne rapidement dans une expérience de jeu orienté action plutôt que horreur ou survival-horror. L'autre élément qui démontre ce résultat, c'est l'esprit d'équipe et donc le virage coopératif de cet épisode. Cependant contrairement à d'autres TPS offrant une jouabilité extrêmement souple avec des possibilités de déplacements intéressants (saut, roulade, esquive acrobatique), ce Resident Evil là concentre son gameplay sur une expérience plus rigide tout en conservant un esprit jouissif avec des vagues de zombies et d'ennemis humains. Que ce soit l'IA allié ou ennemi, il ne faudra pas s'attendre à des miracles, loin de là.

La profondeur dans le gameplay réside dans la présence de capacités actives (une seule à choisir) et passives, propre à chaque personnage. En parlant des protagonistes, le jeu propose 6 personnages correspondants donc à 6 classes avec des compétences différentes. On pourra donc trouver : Lupo un soldat classique, Beltway un spécialiste des explosifs, Four Eyes une scientifique , Bertha une médecin, Vector spécialiste de l'infiltration, Spectre spécialiste de la surveillance. Si les compétences sont effectivement variées avec une pertinence importante ou faible selon la situation et surtout le mode de jeu sélectionné, au niveau de l'arsenal, c'est la même chose pour l'ensemble des classes. C'est dommage de ne pas réellement assumer le système de classes en proposant un équipement propre à chaque classe.

Que ce soit pour les compétences ou l'arsenal, il faut cumuler de l'XP pour espérer découvrir des éléments qui valent le coup d'oeil sur le champ de bataille. On relève aussi une difficulté mal calibrée et une IA vraiment pas terrible avec un comportement qui vire systématiquement dans les extrêmes : une peur absolue du joueur en jouant à une distance lointaine et capable de vous faire un headshot après une sortie express de sa couverture. Mais parfois, l'ennemi va venir à bout portant sans aucune crainte. Il pourra même se mettre à couvert sur le même obstacle que vous... Bien entendu on parle ici de l'IA des ennemis humains. Même si ce n'est pas parfait, la critique possède moins de sens vis-à-vis d'un zombie.

La force du jeu réside certainement dans la durée de vie. L'expérience de jeu n'est pourtant pas longue en effectuant la campagne, au contraire même elle est ridicule. On a donc un mode campagne qui comporte seulement 7 missions qu'il sera possible de faire seul (mais attention à la frustration d'une IA alliée pitoyable) ou en coopération jusqu'à 4 joueurs, c'est là que se trouve le réel intérêt du jeu. Dans le rythme, la campagne enchaîne vague d'ennemis et boss sans originalité. La rejouabilité de la campagne est relativement faible, heureusement le jeu comporte d'autres modes de jeu plus percutant et jouissif.

On aura donc l'occasion de découvrir le traditionnel, mais efficace, mode match à mort par équipe mais aussi un mode héros qui permet d'incarner des personnages emblématiques de la série disposant d'ailleurs de propres compétences à débloquer, un mode fan service sans être renversant ou original. Par contre on note la présence de deux autres modes nettement plus séduisants : Biohazard et Dernier Survivant. Le mode biohazard propose aux deux équipes de partir à la recherche d'une fiole de Virus-G. Le but est de ramener cette fiole à la base avant l'autre équipe. Une fiole ramenée permet d'obtenir un point en sachant que la partie est remportée par l'équipe qui atteint un score de 5 points.

En plus d'un duel intéressant entre les deux équipes, les zombies s'invitent à la fête en arrivant sous forme de vagues de plus en plus importantes dès lors qu'une équipe s'approche du score de la victoire. L'autre mode qui s'intitule Dernier Survivant, qu'on aurait pu appeler "Survie" met en scène deux équipes de quatre joueurs dans une arène. Le but est d'attendre l'arrivée d'un hélicoptère, celui-ci arrive au bout de 5 minutes, tout en sachant que l'hélicoptère dispose de quatre places pour total de huit joueurs dans l'arène, pas besoin de faire un dessin pour comprendre la manière de choisir qui aura la chance de monter à bord de l'hélicoptère. 

On termine en évoquant la bande-son et le scénario, deux points particulièrement décevants. En matière d'ambiance sonore, cet épisode souffre de la comparaison avec d'autres jeux du même style. Lorsqu'on se lance dans un Resident Evil, on espère découvrir des thèmes musicaux marquants que ce soit pour jouer sur le rythme de l'aventure ou pour offrir une dimension supplémentaire à cette ambiance sombre et riche en zombies. Ici c'est complètement le contraire, peut-être à cause de son orientation action trop prononcée, le titre offre une bande-son discrète et sans saveur.

Sans être un problème ou radicalement mauvaise, le traitement sonore n'a pas fait l'objet d'un soin énorme, au contraire il est passé au second plan, ce qui est franchement regrettable. Et ce constat d'ignorance, on le retrouve au niveau du scénario, ce qui là encore va certainement refroidir les fans de la licence. Avec un tel opus, on pouvait s'attendre à un fan service encore plus fort qu'un épisode habituel, alors qu'à ce jour, on cherche encore les ingrédients pour les fans de la licence. Absolument pas généreux, très simpliste et finalement ridicule, le travail d'écriture ne décolle pas vraiment et se contente d'assurer un brin de cohérence avec l'univers de la licence.

Resident Evil Operation Raccoon City est un épisode très différent par rapport aux autres épisodes de la licence de Capcom. On fait face ici à un jeu qui présente un intérêt uniquement en coopération, jusqu'à 4 joueurs, où l'action domine largement les autres styles. Malgré la présence de classes et compétences apportent de la profondeur et une rejouabilité plutôt intéressante, on regrette par contre de découvrir un scénario très pauvre à l'image de la bande-son et de la réalisation. On apprécie par contre les nombreux modes de jeu qui entre la campagne et les différents modes multijoueur permettent d'assurer une expérience de jeu sur le long terme.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 12/20
Gameplay : 13/20
Durée de vie : 14/20
Bande-son : 10/20
Scénario : 10/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Tron Evolution

26 Janvier 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

Disney Interactive n'hésite généralement pas à accompagner la sortie de ses films par des adaptations en jeu vidéo sur une ou plusieurs plates-formes. C'est le cas par exemple en 2011 avec la sortie d'un nouveau Tron au cinéma (Tron : L'héritage). Du coup en février 2011, les développeurs de Propaganda Games proposent un certain Tron Evolution sur PC, PlayStation 3 (la version testée ici) et Xbox 360. La Nintendo DS, la PlayStation Portable et la Nintendo Wii auront également le droit à une adaptation. Ce jeu se positionne comme une introduction à cette suite, de quoi éclaircir certains détails tout en prenant un plaisir à incarner un programme informatique, du moins on l'espère...

Mieux vaut ne pas avoir trop d'attentes, en effet Tron au cinéma c'est bien mais en jeu vidéo c'est particulier. Déjà au niveau de la réalisation, son concept est sa faiblesse au niveau du jeu vidéo. L'univers est vide et composé de petites zones avec un brin de couleurs, si ce n'est pas du chrome, c'est du néon bleu, jaune et surtout orange. Le reste est sombre et on peut affirmer que le moteur graphique, l'Unreal Engine, se contente du strict minimum. D'un point de vue vidéoludique, c'est répétitif, triste et donc digne d'un mauvais jeu.

Sauf qu'ici c'était prévisible puisque cela correspond à l'univers de la licence. On peut donc parler ici d'un respect total des développeurs qui pourra plaire aux fans absolues mais pas les autres joueurs. Techniquement le titre n'est pas franchement convaincant avec notamment une modélisation largement perfectible et des animations un peu rigides. L'autre point faible, c'est la pauvreté du level-design qui ne comporte pas aucune excuse pour le coup...

Au niveau du gameplay, c'est la jouabilité d'un Prince of Persia dans l'univers Tron. Sauf que si cela fonctionne du côté de chez Ubisoft, ici ce n'est pas le même succès. La faute à un environnement qui ne met pas en valeur l'action, l'exploration mais surtout la faute à un level-design d'une pauvreté absolue. Néanmoins le titre parvient à sortir quelques éléments intéressants et tente d'offrir un peu de variété. Les phases de plates-formes ne sont pas spécialement intéressantes, on court sur les murs, on dispose d'un grappin et c'est terminé. Pire, la caméra n'est pas un allié mais un ennemi tellement son positionnement est chaotique.

Après quelques déplacements, on tombe sur des phases de combats, sous forme de vagues, où il faudra vaincre vos ennemis à l'aide de combos (attaque au corps-à-corps, super coups...) ou en choisissant le bon disque (chaque disque permettant d'éliminer un type d'ennemi précis). On pourra également découvrir des phases de conduite avec un Tank (gameplay extrêmement lourd pour l'occasion) et le lumicycle (la moto). Cette dernière est un peu plus sympa à prendre en main mais ça reste léger et peu intéressant une fois l'effet de surprise du premier essai levé. 

En matière de durée de vie, Tron Evolution ne se montre pas spécialement bon élève dans la catégorie mais sans être ridicule pour autant. On a donc un mode histoire composé de 8 missions qui nécessitent environ 5-6 heures en difficulté normal pour terminer l'aventure. Chaque combat se termine par l'acquisition de points d’expérience pour augmenter de niveaux et obtenir ainsi de nouvelles capacités et attaques à acheter avec les points obtenus. Un mode multijoueur est également de la partie avec des modes classiques (On pourra retrouver le lumicycle en multi).

La bande-son est à l'image de la réalisation, fidèle à l'univers mis en avant mais terriblement frustrant pour un jeu vidéo. On se retrouve à incarner un programme informatique muet sans le moindre charisme accompagné de compositions musicales beaucoup trop discrètes pour apporter une pointe d'immersion ou de rythme. Le doublage Français présent pour le reste du jeu ne sont montre pas percutant...

Le scénario plaira sûrement aux fans de la licence afin d'obtenir des détails et informations sur cet univers mais si vous n'appréciez pas un minimum vous serez du travail d'écriture proposé. En effet c'est extrêmement léger et pas aussi captivant que peut l'être le film. Sans entrer dans les détails, le jeu a pour but de jouer le rôle de passerelle entre le premier film et le second film afin de mieux comprendre les évènements pendant ces trente longues années.

Tron Evolution est une adaptation particulière uniquement destinée aux fans et à quelques joueurs dont le niveau d'exigence est très faible. En effet son univers impose une réalisation qui pose des soucis pour le jeu vidéo malgré le charme de la licence. Surtout qu'ici elle n'est pas aidée par la faiblesse technique et la finition du titre. Dommage car le gameplay délivre quelques bonnes idées dans les phases de combat, mais là encore avec une caméra capricieuse, des lourdeurs et un manque de précision, on prend difficilement du plaisir. La partie histoire semble intéressante dans le but de faire le pont entre les films mais là encore, sa mise en scène est bancale.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 11/20
Gameplay : 11/20
Durée de vie : 12/20
Bande-son : 10/20
Scénario : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] LEGO Indiana Jones 2 : L'Aventure Continue

7 Décembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS3-360

En attendant l'arrivée d'un prochain jeu estampillé Lego, retour sur un épisode de la précédente génération de console. Après un Lego Indiana Jones plutôt convaincant regroupant les trois films (et non le dernier épisode, le Royaume du Crâne de Cristal), voilà qu'en novembre 2009 on pouvait mettre la main sur Lego Indiana Jones 2 : L'Aventure Continue. Un second volet dont le but premier est de parcourir en Lego, le dernier film Indiana Jones. Est-ce suffisant pour de nouveau se procurer cet épisode ?

Pour un jeu Lego de 2009, cet épisode dispose de sérieux atouts pour offrir une expérience visuelle très convenable. Loin d'être irréprochable techniquement, comme pour tous les autres jeux Lego, on peut voir quelques légères améliorations par rapport au premier opus. Une réalisation plus soignée qui donne lieu à des textures plus fines, une modélisation plus séduisante et des décors encore plus colorés. La mise en scène est toujours aussi soignée et surtout variée avec des scènes d'explorations, de combat, de course-poursuite, de réflexion...

Les environnements sont variés et possèdent la qualité d'être énormément destructibles avec tout un tas d'interactions. On distingue également de nouvelles animations pour les personnages que ce soit en combat ou en exploration. L'interface de jeu est identique tandis que le menu adopte le principe d'un hub qui centralise les différentes scènes de l'épisode en question. Un hub semi-ouvert qui permet de passer d'une scène à une autre tout en profitant de l'occasion pour découvrir des bonus, des personnages...

Si visuellement n'a pas spécialement changé, le gameplay propose quant à lui quelques petites nouveautés. La première nouveauté vraiment intéressant par rapport au premier volet, C'est la présence d'un viseur dès lors que l'on maintient la touche d'action permettant d'utiliser le fouet d'Indy. Un système qui présente selon la situation un avantage ou inconvénient. En effet si c'est franchement utile lors de la résolution d'un puzzle, de l'exploration... Lors d'un combat ce n'est pas la meilleure idée. La jouabilité est toujours aussi simple à prendre en main et bénéficie d'une variété très agréable.

Chaque personnage dispose d'une capacité spéciale permettant de résoudre certains puzzles... Un système de classes de personnages propre aux jeux Lego qui fonctionne toujours aussi bien. Au niveau de la caméra, le jeu souffre toujours de quelques problèmes mais dans une mesure bien moindre que dans le premier volet. Cela s'explique par une modification de l'approche et du level-design de ce nouvel épisode, plutôt que d'un vrai correctif propre à la caméra.

Par contre concernant cette dernière, on découvre une vraie nouveauté très appréciable. En effet, dès lors que l'on joue à 2, si les personnages s'écartent trop l'un de l'autre, l'écran se coupe en deux pour passer en mode splitté. Auparavant, on était bloqué ce qui était franchement lourd et obligeait à adopter le rythme de l'autre joueur. Désormais que ce soit des séquences en véhicules, combats... vous pouvez vous rendre où vous voulez sans aucune contrainte. Par rapport à la conduite des véhicules (voiture ou moto), la caméra latérale est toujours aussi particulière et les commandes ne permettent pas une conduite dynamique, fluide et précise.

En matière de durée de vie, si on espérait découvrir le contenu du premier volet en plus de la présence du quatrième film à la sauce Lego, c'est raté ou plutôt c'est le cas mais sous une forme que l'on n'attendait pas. Ici, on a l'impression que cette suite se contente du strict minimum. Le travail réalisé avec la trilogie originale est présent mais sous une forme allégée et différente. L'avantage c'est que si vous déjà fait la trilogie, vous aurez l'occasion de découvrir du nouveau contenu dans la trilogie mais à l'inverse, si vous pensiez découvrir les 4 films avec cet épisode dans un format identique ce ne sera pas le cas.

D'ailleurs le quatrième film ne se montre pas aussi sympathique la trilogie, beaucoup trop axé sur les combats et les puzzles laissant de côté la partie plate-forme très intéressante des autres épisodes. Autrement le contenu est toujours aussi satisfaisant avec en plus de la partie histoire, un mode jeu libre, un éditeur de niveaux et de personnages, des niveaux bonus et une soixantaine de personnages de l'univers Indiana Jones. Une durée de vie qui s'accentue si on cherche le 100%, dans ce cas il faudra partir à la récolte de toutes les briques spéciales, les personnages... 

Enfin on termine avec la bande-son et l'histoire de ce deuxième opus. L'ambiance sonore s'avère extrêmement fidèle à l'univers Indiana Jones grâce à la présence de toutes les musiques des quatre films, immersion garantie. La série Lego ne proposait pas de doublages pour les différents personnages en 2009, on avait alors des bruitages et mimiques qui accentuaient considérablement l'humour et l'ambiance d'un jeu Lego. D'ailleurs, au niveau de l'histoire, l'humour est toujours de la partie et fait la force encore une fois de cet épisode. On revisite les films Indiana Jones à la sauce Lego tout en ajoutant une grosse pointe d'humour et de clins d'oeil, des séquences vraiment amusantes en perspective.

Lego Indiana Jones 2 L'Aventure Continue se présente comme un épisode avec quelques nouveautés sympathiques mais avec des choix étranges en guise de suite des aventures d'Indy. Si la réalisation est toujours dans l'esprit Lego avec des améliorations techniques et le gameplay en progrès, la durée de vie est satisfaisante mais surprenante. La trilogie originale n'est pas mise en scène et jouable de la même manière que le premier volet. Rien de problématique, simplement une manière d'offrir un contenu inédit tout en proposant le quatrième film en Lego. Les fans d'Indy apprécieront sûrement ce nouvel opus, pour les autres joueurs cela dépendra des attentes de chacun.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 14/20
Durée de vie : 15/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 13/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 14/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires