Jeuxvideo-world

[Test] Football Manager 2017

17 Novembre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PC

Si chaque année, on ne cesse de répéter l'attente et la rivalité entre deux licences de football sur consoles (FIFA et PES), il y a également une licence s'offre une sortie annuelle et qui concerne également le monde du football. Il s'agit bien évidemment de Football Manager avec cette année Footbal Manager 2017. Avant on parlait de LFP Manager, L'Entraineur, mais depuis plusieurs années, il est question de Football Manager. Un jeu de gestion développé par le studio Sports Interactive qui parvient au fil des années à conserver ses fans et même séduire toujours plus de joueurs avec la création de communautés. Une licence très forte qui doit donc parvenir chaque année à offrir son lot de nouveautés pour espérer poursuivre sur cette bonne lancée, une simple mise à jour des effectifs sera insuffisante pour espérer conserver cet engouement des joueurs. Une nouvelle édition au sommet de son art ?

Le test de cette édition 2017 ne va pas reprendre l'immense potentiel du jeu mais uniquement les nouveautés et changements constatés, si vous voulez en savoir plus sur certains aspects du jeu, vous pouvez vous rendre sur le test de Football Manager 2016 qui abordait le test de la même manière. Cette année la partie visuelle fait l'objet de quelques améliorations. Tout d'abord, on constate quelques progrès dans la création de notre avatar avec notamment l'arrivée d'une option amusante : la technologie FaceGen. Celle-ci permet de numériser votre visage histoire de plonger le joueur encore plus dans la peau de l'entraîneur. Sauf que vous allez me demander l'intérêt de modéliser un personnage que l'on ne voit pas ? Ce n'est pas faux dans le cas des versions précédentes, sauf que désormais, il y a une séquence d'introduction à chaque début de match où les entraineurs serrent la main, les joueurs se mettent en ligne...

Une séquence qui permet de rendre chaque match un peu plus vivant qu'une simple interface 2D indiquant que le match commence, néanmoins cela reste un ajout cosmétique qui laissera indifférent plus d'un joueur. Au niveau de l'interface des menus, pas de gros changements avec toujours la barre verticale sur la partie gauche et des onglets sur la partie haute. L'ensemble est plus coloré et agréable mais sans grosse évolution, on note tout de même la présence de l'onglet "réseau sociaux en guise de grosse nouveauté". Le travail sur la partie visuelle se trouve plus du côté des matchs et notamment du moteur 3D. En effet, celui-ci affiche d'évidents progrès malgré encore un énorme retard par rapport à une les deux simulations de football.

Il est quand même question de 1 500 nouvelles animations en motion-capture avec des stades et des banderoles publicitaires plus réaliste. Cela reste encore rigide dans le comportement des joueurs mais cela commence à devenir de plus en plus propre pour ceux qui suivent chaque match en 3D. On constate aussi la présence d'un plus grand nombre de caméras ou encore du fameux spray des arbitres pour afficher la distance du mur lors d'un coup franc. Evidemment, il ne faudra attendre de miracle au niveau des textures et de la modélisation, mais ça progresse petit à petit.

Au niveau du gameplay, on retrouve les solides bases de la version précédente avec donc quelques petites nouveautés. Il ne faudra donc pas s'attendre à de gros changements, vous allez rapidement reprendre vos habitudes. On a donc ce fameux onglet "Fil d'actu/Réseaux Sociaux" qui fait son apparition et possède un double avantage dans l'expérience de jeu. D'une part, cette nouveauté est intéressante car elle regroupe une multitude d'informations par rapport à un joueur, un club... avec la réaction des fans. Une nouveauté qui tente de rapprocher l'expérience de jeu à la réalité, son intégration est vraiment bonne et pertinente. L'autre avantage de cette nouveauté, c'est que la boite de réception devient moins lourde et pénible. Cette année, la messagerie progresse donc et devient ainsi bien plus intuitive et contextuelle par rapport à l'édition précédente.

On pourra par exemple recevoir des informations sur son équipe, et agir en conséquence sans forcément quitter la boîte de réception. Dans la liste des petits ajouts, on découvre par exemple l'apparition d'une phase supplémentaire lors des négociations afin d'enrichir le contact avec le joueur. Un nouveau rôle fait son apparition au sein du staff, il s'agit de l'analyste de données. Celui-ci fournit une multitude de statistiques d'après-match qu'il faudra étudier soigneusement pour effectuer les bons choix concernant les joueurs et les prochaines stratégies, un complément d'informations capable de faire la différence.

Autre nouveauté amusante cherchant à s'appuyer sur la réalité, la prise en considération du Brexit et donc des diverses conséquences dans le monde du football. Il faudra s'attendre à trois scénarios possibles à la suite de ce Brexit, certains plus contraignants que d'autres. On regrette par contre que les petits défauts classiques de la série sont toujours de la partie. Une infirmerie toujours aussi pleine, des conférences de presse qui tournent en rond trop rapidement. C'est également valable au niveau des consignes auprès des joueurs, il serait temps de renouveler cette partie du jeu.

On termine avec le contenu du jeu. Contrairement à la plupart des jeux où l'on accorde quelques lignes sur la partie sonore et sur un éventuel aspect scénaristique, rien de surprenant à ce que ces deux aspects soient absents pour un jeu de gestion. Alors certains diront que l'aspect sonore à pourtant sa place pour un tel jeu, les fans de la série rapporteront rapidement que pour un tel jeu, c'est sa bande-son personnelle qui convient à l'expérience de jeu et rien d'autre. Certains jouent dans un silence plus ou moins cathédrale tandis que d'autres seront avec un casque et une succession de titres préférés. Bref en matière de durée de vie, impossible de se prononcer, cela va dépendre de vos attentes, vos idées, vos envies... Une certitude, vous pouvez exploser les compteurs au niveau du temps de jeu. On retrouve une base de données absolument monstrueuse et mise à jour. Au niveau des modes, on trouve 4 modes différents : Carrière, Fantasy Draft, Créer-un-club, Carrière en ligne.

S'il y a bien un mode où vous risquez de passer du temps, c'est le fameux mode carrière offrant la simulation ultime. C'est dans ce mode où vous avez un maximum de contrôle dans votre club, en sachant que le jeu propose plus de 2500 clubs réels. Le mode Fantasy Draft propose de constituer votre équipe de rêve pour affronter l'IA mais surtout vos amis en créant en fixant un budget et une réputation de départ identique pour partir sur la même base. Cela permet de voir vos capacités à produire une équipe solide avec les mêmes moyens que votre adversaire pour ensuite s'affronter dans une ligue. Le mode Créer-un-club propose de son côté, de réaliser une équipe très personnelle de A à Z, dans n'importe quelle ligue.

Vous vous chargez de créer chaque détail du club, un départ à zéro selon vos désirs. Enfin le mode carrière en ligne, c'est l'occasion de se retrouver avec un ou plusieurs amis en ligne parmi l'une des ligues du jeu, en sachant que le choix est large puisque vous pourrez choisir parmi plus de 140 ligues. Un contenu gigantesque qui s'offre tout de même une fausse note, l'absence de Football Manager Touch 2017. En effet l'an dernier, on avait le jeu Football Manager ainsi que le jeu Football Manager Touch au prix d'un jeu classique. Or cette année, si vous voulez Football Manager Touch 2017 en plus du jeu de base, il faudra repasser à la caisse avec un tarif de 29,99€. Si certains seront déçus, la colère sera faible auprès des fans de la licence, puisque ce deuxième jeu vise un autre public avec cette version allégée.

Football Manager 2017 est toujours complet et passionnant. Comme chaque année, les nouveautés sont peu nombreuses mais toujours sympathiques et efficaces. On espère à chaque fois une révolution, finalement ce n'est qu'une petite évolution, mais suffisante pour séduire les amoureux de la licence. On apprécie les efforts sur la partie visuelle que ce soit dans l'interface ou le moteur 3D, ainsi que les petites nouveautés qui enrichissent l'expérience de jeu : réseaux sociaux, négociations supplémentaires, brexit. On espérait sûrement un peu plus pour partir à l'achat de cette nouvelle édition, d'autant que les petits défauts habituels pour la licence sont toujours de la partie. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article