Jeuxvideo-world

Articles avec #tests pc tag

[Test] Football Manager 2017

17 Novembre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PC

Si chaque année, on ne cesse de répéter l'attente et la rivalité entre deux licences de football sur consoles (FIFA et PES), il y a également une licence s'offre une sortie annuelle et qui concerne également le monde du football. Il s'agit bien évidemment de Football Manager avec cette année Footbal Manager 2017. Avant on parlait de LFP Manager, L'Entraineur, mais depuis plusieurs années, il est question de Football Manager. Un jeu de gestion développé par le studio Sports Interactive qui parvient au fil des années à conserver ses fans et même séduire toujours plus de joueurs avec la création de communautés. Une licence très forte qui doit donc parvenir chaque année à offrir son lot de nouveautés pour espérer poursuivre sur cette bonne lancée, une simple mise à jour des effectifs sera insuffisante pour espérer conserver cet engouement des joueurs. Une nouvelle édition au sommet de son art ?

Le test de cette édition 2017 ne va pas reprendre l'immense potentiel du jeu mais uniquement les nouveautés et changements constatés, si vous voulez en savoir plus sur certains aspects du jeu, vous pouvez vous rendre sur le test de Football Manager 2016 qui abordait le test de la même manière. Cette année la partie visuelle fait l'objet de quelques améliorations. Tout d'abord, on constate quelques progrès dans la création de notre avatar avec notamment l'arrivée d'une option amusante : la technologie FaceGen. Celle-ci permet de numériser votre visage histoire de plonger le joueur encore plus dans la peau de l'entraîneur. Sauf que vous allez me demander l'intérêt de modéliser un personnage que l'on ne voit pas ? Ce n'est pas faux dans le cas des versions précédentes, sauf que désormais, il y a une séquence d'introduction à chaque début de match où les entraineurs serrent la main, les joueurs se mettent en ligne...

Une séquence qui permet de rendre chaque match un peu plus vivant qu'une simple interface 2D indiquant que le match commence, néanmoins cela reste un ajout cosmétique qui laissera indifférent plus d'un joueur. Au niveau de l'interface des menus, pas de gros changements avec toujours la barre verticale sur la partie gauche et des onglets sur la partie haute. L'ensemble est plus coloré et agréable mais sans grosse évolution, on note tout de même la présence de l'onglet "réseau sociaux en guise de grosse nouveauté". Le travail sur la partie visuelle se trouve plus du côté des matchs et notamment du moteur 3D. En effet, celui-ci affiche d'évidents progrès malgré encore un énorme retard par rapport à une les deux simulations de football.

Il est quand même question de 1 500 nouvelles animations en motion-capture avec des stades et des banderoles publicitaires plus réaliste. Cela reste encore rigide dans le comportement des joueurs mais cela commence à devenir de plus en plus propre pour ceux qui suivent chaque match en 3D. On constate aussi la présence d'un plus grand nombre de caméras ou encore du fameux spray des arbitres pour afficher la distance du mur lors d'un coup franc. Evidemment, il ne faudra attendre de miracle au niveau des textures et de la modélisation, mais ça progresse petit à petit.

Au niveau du gameplay, on retrouve les solides bases de la version précédente avec donc quelques petites nouveautés. Il ne faudra donc pas s'attendre à de gros changements, vous allez rapidement reprendre vos habitudes. On a donc ce fameux onglet "Fil d'actu/Réseaux Sociaux" qui fait son apparition et possède un double avantage dans l'expérience de jeu. D'une part, cette nouveauté est intéressante car elle regroupe une multitude d'informations par rapport à un joueur, un club... avec la réaction des fans. Une nouveauté qui tente de rapprocher l'expérience de jeu à la réalité, son intégration est vraiment bonne et pertinente. L'autre avantage de cette nouveauté, c'est que la boite de réception devient moins lourde et pénible. Cette année, la messagerie progresse donc et devient ainsi bien plus intuitive et contextuelle par rapport à l'édition précédente.

On pourra par exemple recevoir des informations sur son équipe, et agir en conséquence sans forcément quitter la boîte de réception. Dans la liste des petits ajouts, on découvre par exemple l'apparition d'une phase supplémentaire lors des négociations afin d'enrichir le contact avec le joueur. Un nouveau rôle fait son apparition au sein du staff, il s'agit de l'analyste de données. Celui-ci fournit une multitude de statistiques d'après-match qu'il faudra étudier soigneusement pour effectuer les bons choix concernant les joueurs et les prochaines stratégies, un complément d'informations capable de faire la différence.

Autre nouveauté amusante cherchant à s'appuyer sur la réalité, la prise en considération du Brexit et donc des diverses conséquences dans le monde du football. Il faudra s'attendre à trois scénarios possibles à la suite de ce Brexit, certains plus contraignants que d'autres. On regrette par contre que les petits défauts classiques de la série sont toujours de la partie. Une infirmerie toujours aussi pleine, des conférences de presse qui tournent en rond trop rapidement. C'est également valable au niveau des consignes auprès des joueurs, il serait temps de renouveler cette partie du jeu.

On termine avec le contenu du jeu. Contrairement à la plupart des jeux où l'on accorde quelques lignes sur la partie sonore et sur un éventuel aspect scénaristique, rien de surprenant à ce que ces deux aspects soient absents pour un jeu de gestion. Alors certains diront que l'aspect sonore à pourtant sa place pour un tel jeu, les fans de la série rapporteront rapidement que pour un tel jeu, c'est sa bande-son personnelle qui convient à l'expérience de jeu et rien d'autre. Certains jouent dans un silence plus ou moins cathédrale tandis que d'autres seront avec un casque et une succession de titres préférés. Bref en matière de durée de vie, impossible de se prononcer, cela va dépendre de vos attentes, vos idées, vos envies... Une certitude, vous pouvez exploser les compteurs au niveau du temps de jeu. On retrouve une base de données absolument monstrueuse et mise à jour. Au niveau des modes, on trouve 4 modes différents : Carrière, Fantasy Draft, Créer-un-club, Carrière en ligne.

S'il y a bien un mode où vous risquez de passer du temps, c'est le fameux mode carrière offrant la simulation ultime. C'est dans ce mode où vous avez un maximum de contrôle dans votre club, en sachant que le jeu propose plus de 2500 clubs réels. Le mode Fantasy Draft propose de constituer votre équipe de rêve pour affronter l'IA mais surtout vos amis en créant en fixant un budget et une réputation de départ identique pour partir sur la même base. Cela permet de voir vos capacités à produire une équipe solide avec les mêmes moyens que votre adversaire pour ensuite s'affronter dans une ligue. Le mode Créer-un-club propose de son côté, de réaliser une équipe très personnelle de A à Z, dans n'importe quelle ligue.

Vous vous chargez de créer chaque détail du club, un départ à zéro selon vos désirs. Enfin le mode carrière en ligne, c'est l'occasion de se retrouver avec un ou plusieurs amis en ligne parmi l'une des ligues du jeu, en sachant que le choix est large puisque vous pourrez choisir parmi plus de 140 ligues. Un contenu gigantesque qui s'offre tout de même une fausse note, l'absence de Football Manager Touch 2017. En effet l'an dernier, on avait le jeu Football Manager ainsi que le jeu Football Manager Touch au prix d'un jeu classique. Or cette année, si vous voulez Football Manager Touch 2017 en plus du jeu de base, il faudra repasser à la caisse avec un tarif de 29,99€. Si certains seront déçus, la colère sera faible auprès des fans de la licence, puisque ce deuxième jeu vise un autre public avec cette version allégée.

Football Manager 2017 est toujours complet et passionnant. Comme chaque année, les nouveautés sont peu nombreuses mais toujours sympathiques et efficaces. On espère à chaque fois une révolution, finalement ce n'est qu'une petite évolution, mais suffisante pour séduire les amoureux de la licence. On apprécie les efforts sur la partie visuelle que ce soit dans l'interface ou le moteur 3D, ainsi que les petites nouveautés qui enrichissent l'expérience de jeu : réseaux sociaux, négociations supplémentaires, brexit. On espérait sûrement un peu plus pour partir à l'achat de cette nouvelle édition, d'autant que les petits défauts habituels pour la licence sont toujours de la partie. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Thrustmaster T.Flight Hotas 4

11 Mars 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4, #Tests PC

En plus de pouvoir jouer avec une manette classique, la DualShock 4 dans le cas de la PlayStation 4, il existe d'autres accessoires pour jouer d'une manière complètement différente, généralement plus réaliste et permettant d'aboutir à des résultats plus convaincants. On peut citer des exemples avec un stick arcade pour les jeux de combat et un volant pour les jeux de course. Si vous disposez d'une PlayStation 4, vous allez pouvoir accueillir un nouvel accessoire compatible PlayStation 4 pour un autre genre de jeu : le pilotage aérien. Oui, Thrustmaster déjà solide référence en matière de volants, propose depuis peu un joystick : Thrusmaster T.Flight Hotas 4. Le but est de vous offrir une autre manière d'aborder les jeux d'avions avec des sensations différentes à tous les niveaux. Un nouvel accessoire incontournable ?

Avant de s'attaquer au package du jeu, on pourra tout de même constater que ce modèle Thrusmaster T.Flight Hotas 4 ressemble très fortement à un autre modèle : le Thrusmaster T.Flight Hotas X où l'on peut affirmer que les premières différences qui sautent aux yeux sont la couleur et le prix. Oui si Thrusmaster T.Flight Hotas X est vendu 59€ mais dont il est possible d'en faire l'acquisition à moins de 50€ sur certains sites marchands, le Thrusmaster T.Flight Hotas 4 est quant à lui disponible au prix de 79€. L'autre différence est que l'un se dit compatible avec la PlayStation 4 et l'autre la PlayStation 3. Maintenant que ces quelques précisions sont effectuées, on s'intéresse au package de ce Thrusmaster T.Flight Hotas 4. On trouve donc : un joystick, une manette des gaz, une clé Allen, une documentation et enfin un "bon War Thunder Starter Pack".

Concernant ce "Starter pack", celui-ci propose des bonus pour le jeu War Thunder (un free-to-play relativement proche d'un certain World of Tanks), à savoir sept jours de compte Premium offrant un accès aux zones Premium et un gain plus rapide de Golden Eagles. Dès le lancement du jeu, on commence avec 500 Golden Eagles d'office afin de pouvoir rapidement acheter les machines Premium et accélérer le développement. Ce coupon offre également un avion premium : XP-38G Lightning (rang 2, États-Unis) doté d'un armement constitué de canons Hispano UN/M2 de 20 mm avec 150 munitions et de quatre mitrailleuses Colt-Browning M2.5 de 12,7 mm avec 2000 munitions chacune, une belle puissance d'attaque en perspective... Au niveau de la documentation présente, celle-ci indique les informations relatives à la garantie mais aussi la procédure à suivre (un lien web à visité en l'occurrence) pour télécharger le manuel utilisateur, télécharger le dernier firmware, accéder à différents paramétrages de jeux ou encore accéder à la liste de jeux compatibles. 

C'est mieux que rien, mais cela me semble dommage que le manuel utilisateur ne soit pas en version papier, d'autant qu'une fois téléchargé, le manuel est relativement léger, 5 pages suffisent pour faire un point sur le matériel en question. Avant d'entrer dans le vif du sujet, il semble intéressant de connaître la compatibilité des jeux sur PlayStation 4. Cette information manque un peu de clarté de la part du fabricant, il faut effectivement passer par plusieurs actions via un site "support technique" peu lisible pour parvenir à trouver l'information peu réjouissante : à ce jour l'équipement en question est uniquement compatible avec le jeu War Thunder. Autant dire qu'il faudra apprécier le jeu et se contenter d'une compatibilité extrêmement maigre et décevante mais sans pour autant être de la faute du constructeur. En effet le catalogue de la PlayStation 4 est encore très jeune en matière de jeux de pilotage aérien, d'où l'unique titre compatible, mais d'autres jeux de ce genre devraientt arriver au cours de l'année 2016, encore faut-il qu'ils soient compatibles... 

On va donc maintenant parler de l'accessoire en question, et là de belles surprises surviennent. Tout d'abord, un premier détail vraiment sympathique et qui permet de répondre à plusieurs situations, c'est la possibilité de jouer avec le joystick et la manette des gaz "en un bloc" ou alors de profiter de la séparation pour d'un côté avoir la manette des gaz et plus loin sur votre droite, le joystick. Pour le coup cette souplesse est vraiment agréable et permettra de mettre son équipement de la bonne manière selon son installation. Esthétiquement, le travail est tout aussi bon avec un souci du détail pas spectaculaire mais appréciable sur certaines parties. Déjà, le joystick et la manette des gaz abordent un noir largement dominant avec une petite touche de bleu, pas de doute c'est bien pour la PlayStation 4. La base du Joystick s'offre une belle finition avec un anneau bleu métallisé avec quelques vis qui contribuent à une belle impression visuelle de l'ensemble. 

Au niveau des matériaux, à l'exception de quelques parties, c'est du plastique, solide tout de même mais ça reste du plastique. Son aspect compact, son poids léger et sa bonne finition globale permettent toutefois de ne pas craindre d'éventuelles détériorations sur le long terme. Pour détacher ou attacher le Joystick et la manette des gaz, une clé Allen se trouve dans un logement sous le Joystick afin de pouvoir visser ou dévisser la partie centrale. Avant même d'entrer dans les détails des commandes et réglages possibles, on peut déjà parler d'une ergonomie polyvalente vis-à-vis des différentes simulations de vols à venir, que ce soit dans un but d'exploration, d'action, cet équipement sera systématiquement pertinent et plus réaliste qu'une manette traditionnelle. Premier constat qui confirme la qualité du produit : tous les boutons officiels de la PlayStation 4 sont présents sur la manette des gaz et le joystick. On pourra donc retrouver le bouton PS, le bouton Share, le bouton Options mais aussi les commandes classiques : L1, R1, L2, R2, Carré, Rond, Croix, Triangle.

Globalement le combo manette des gaz et joystick se montre complet avec 12 boutons d'action et un joystick qui comporte 5 axes, une gâchette de tir rapide et un chapeau chinois. Ce bouton directionnel, qui se manoeuvre avec le pouce de votre main droite, permet d'avoir la main rapidement sur les différentes vues possibles : navigation et panoramique. Que ce soit une vue extérieure, une vue sur la gauche, une vue sur la droite ou encore une vue arrière, c'est donc par l'intermédiaire du chapeau chinois que l'on pourra gérer ce paramètre. Concernant la fonction palonnier, celle-ci correspond dans un avion aux pédales actionnées par le pilote pour faire braquer la gouverne de direction et permettant de faire pivoter l’avion autour de son axe vertical (virage de l’avion vers la gauche ou la droite). Avec le Thrusmaster T.Flight Hotas 4, vous allez pouvoir choisir si vous voulez gérer la fonction palonnier dans la main droite via le joystick ou la main gauche via la manette des gaz. 

Un choix intéressant d'autant que la commande s'avère différente d'un choix à un autre. Si vous choisissez le joystick, la commande s'effectue par une rotation du manche vers la gauche ou la droite tandis que si vous choisissez la manette des gaz, la commande s'effectue via le bouton de bascule placé à l'arrière de la manette des gaz. Si vous utilisez uniquement le bouton bascule ou que vous n’utilisez pas la fonction palonnier, il sera alors possible de désactiver la rotation du manche grâce à la vis de blocage située à la base du manche du joystick. Un tournevis à tête plate suffit pour verrouiller ou déverrouiller la rotation du joystick. Dommage que l'on ne puisse pas le faire avec la clé Allen par exemple. Néanmoins c'est un réglage appréciable afin de pouvoir réellement jouer selon ses envies et pas par défaut d'un choix de l'équipement susceptible d'imposer une manière de prendre en main votre appareil de vol.

L'autre réglage très intéressant, c'est la résistance du manche du joystick. En effet il est possible de modifier la résistance du joystick afin que la manoeuvre du manche soit à sa convenance, très souple, très rigide ou un bon équilibre. Pour modifier la résistance du manche, il faut utiliser la molette de réglage située sous la base de votre joystick. Pas besoin d'outil supplémentaire pour modifier ce réglage. Ce n'est pas spécialement évident si l'on commet l'erreur la première fois d'effectuer un serrage important. La molette à crans est en plastique et glisse dans les mains d'autant que l'accès n'est pas optimale, légèrement enfoncé, les bords gênant les mains lors de la manoeuvre. 

En tout cas la présence de ces réglages permet d'obtenir un équipement adapté à nos besoins, c'est clairement la force de ce Thrusmaster T.Flight Hotas 4On apprécie également la longueur du câble USB. En effet la connexion de l'équipement avec la PlayStation 4 s'effectue via un port USB de la console. On aurait pu penser à une connexion sans fil, en bluetooth par exemple comme c'est le cas avec les instruments Mad Catz. Le câble USB n'est pas une contrainte grâce à une longueur largement suffisante pour convenir à toutes les situations. Près du câble USB, qui se trouve sur la partie arrière du joystick, on tombe également face à un connecteur de palonnier RJ12 Thrustmaster Rudder (vendu séparément). Globalement le matériel est très satisfaisant que ce soit dans les réglages, les boutons, la qualité générale et surtout la prise en main. Le produit est Plug & Play, vous branchez le câble USB, vous lancez le jeu (uniquement War Thunder pour le moment) et votre équipement sera reconnu avec un message à l'écran vous demandant si vous souhaitez utiliser votre équipement. 

Par rapport à un usage sur PC, l'interface et la clarté de la partie configuration possèdent encore une grande marge de progression et il vous faudra de nombreux essais avant de comprendre les possibilités offertes par le jeu et votre équipement, c'est bien moins évident que sur PC. D'ailleurs en parlant de PC, le joystick est bien compatible sur un ordinateur possédant Windows XP, Vista, 7, 8, 10. On peut donc en conclure que le Thrusmaster T.Flight Hotas 4 est un équipement très convaincant, complet mais encore très jeune et peu exploitable. En effet sa compatibilité PlayStation 4 est anecdotique pour le moment dans la mesure où un jeu est compatible : War Thunder. Autrement, tous les ingrédients sont là pour se prendre pour un pilote avec des sensations nettement différentes par rapport à une manette classique.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les points forts :
+ Compatible PlayStation 4 / PC
+ Plug & Play
+ Nombreuses possibilités de réglages (résistance du manche, palonnier)
+ Possible séparation de la manette des gaz et le joystick via la clé Allen du package
+ Bonus de contenu sur le jeu War Thunder
+ Finition satisfaisante


Les points faibles :
- Un seul jeu compatible sur PS4 actuellement
- Pas de manuel utilisateur papier
- Prévoir un tournevis à tête plate pour bloquer le palonnier en mode rotation sur le joystick si non utilisé
- Réglages "ingame" moins évident sur PlayStation 4 que sur PC

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Football Manager 2016

2 Décembre 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PC

En matière de football, si FIFA et Pro Evolution Soccer nous proposent un nouvel épisode chaque année, il y a également une autre licence vidéoludique de football disponible sur PC (mais aussi sur mobiles et tablettes dans une forme adaptée) qui fait son retour chaque année : Football Manager. Développé par le studio Sports Interactive et édité par Sega, on découvre en cette fin d'année sans surprise Football Manager 2016. Un nouvel épisode que l'on espère toujours aussi complet, stable mais aussi avec quelques nouveautés afin de convaincre n'importe quel joueur de l'achat de ce nouvel opus même si l'on procède le précédent. Toujours aussi bon ?

Plutôt que de reprendre dans le détail les nombreuses possibilités offertes par la licence, le test va se concentrer ici sur les changements constatés et donc les nouveautés de cette nouvelle version. Comme chaque année, l'ergonomie de l'ensemble des menus fait l'objet d'un soin particulier cette année et surtout le résultat est convaincant que ce soit l'écran tactique, les fiches joueurs ou même le tableau d'analyse et de statistiques. Concernant la partie match, on a toujours le choix entre l'écran 2D et l'écran 3D.

Ce dernier partait de très loin il y a quelques épisodes, et rattrape donc petit à petit son retard mais cette année, le moteur graphique reste toujours dépassé. Alors effectivement, ce moteur fait des progrès au fil des versions (cette année c'est l'intégration d'un grand nombre d'animations), mais cela reste toujours insuffisant pour qu'on puisse avec un réel plaisir passer sur la vue 3D en match. C'est dommage de ne pas avoir un moteur de jeu plus ou moins dans son temps car on n'apprécie pas à sa juste valeur certaines nouveautés comme l'éditeur de personnage cette année.

En effet, il est désormais possible de modifier l'aspect visuel du manager, cosmétique mais sympathique sauf que le moteur du jeu n'est pas assez bon pour pouvoir pleinement profiter de cette nouveauté. Aussi, cette nouvelle version de la série propose une expérience plus personnelle avec désormais dans le mode création de créer son équipe de toutes pièces et dans le détail (logo, couleur, nom...). Enfin il faut préciser que malgré quelques petits soucis d'équilibrage, la version de cette année est déjà très stable et s'offre une meilleure finition qu'auparavant.

L'expérience de jeu de cette nouvelle version est plus agréable mais toujours perfectible. Il est évident qu'après plusieurs matchs, plusieurs saisons, l'ergonomie progresse encore cette année et c'est un confort indispensable sur le long terme. La profondeur de jeu et l'impression de diriger le club dans le détail sont toujours de la partie. Côté pratique, des progrès sont visibles au niveau de la fenêtre des consignes afin de mettre en place des tactiques supposées convaincantes.

Pourtant très riche, le jeu enfonce le clou grâce à un partenariat avec Prozone. On possède donc à chaque fin de match un écran d'analyses et de statistiques bluffantes et d'une profondeur encore jamais vue dans un jeu vidéo. Pas étonnant d'ailleurs avec de tels outils le monde réel du football s'intéresse de très près à ce jeu lors des périodes de recrutements. Au niveau des améliorations, on pourra signaler une I.A plus réaliste surtout en ce qui concerne les défenses et les gardiens, des progrès restent néanmoins encore à accomplir.

On assiste malheureusement à quelques petits soucis d'équilibres avec notamment des blessures beaucoup trop fréquentes, mais dans l'espoir de voir rapidement quelques patchs pour retrouver un réalisme convenable du déroulement des matchs car gérer une équipe avec la moitié de l'effectif à l'infirmerie, c'est quand même compliqué. Dans les petites nouveautés, on pourra parler de l'impact plus important des adjoints, des temps de chargement, des différentes conversations dans l'équipe mais aussi d'une meilleure gestion vis-à-vis des actionnaires. Concernant les conférences de presse, si les développeurs annoncent une plus grande variété dans les questions et réponses possibles, c'est encore trop répétitif et ennuyant après une saison.

En matière de durée de vie, Football Manager 2016 est toujours aussi monstrueux. Déjà comment ne pas parler de cette fameuse base de données impressionnante qui encore une fois cette année ne déçoit pas et s'enrichit en plus surtout d'être à jour (pas parfait pour autant quelques détails en fin de mercato ne sont pas pris en compte mais là encore ce n'est qu'une question de temps avant que cela soit rectifié). Vous aurez donc la chance de découvrir des clubs et joueurs réels de la première division jusqu'à parfois 5 divisions inférieures. On regrette par contre de faire face à l'absence complète des licences du championnat anglais mais aussi du championnat allemand.

Il faudra faire le nécessaire de son côté pour mettre à jour les différents clubs au niveau des logos, maillots... Pas trop grave mais tout de même frustrant. Dans le contenu cette année, on relève deux grosses nouveautés dans les différents modes offerts. Le premier mode se nomme "Création de club" et permet donc de constituer son équipe selon ses envies, de A à Z. Ce qui signifie que vous partez de zéro et vous choisissez le nom du club, le logo, les différentes couleurs du club au niveau du maillot, et enfin les joueurs. Un mode très intéressant et encore plus personnel que les autres avec pour un premier essai, une grande profondeur qui va subir certainement des améliorations dans les prochains épisodes à venir.

Le second mode qui fait office de belle nouveauté, c'est celui qui s'intitule "Fantasy Draft". Un mode réservé aux parties en ligne puisque ce mode propose de disputer un championnat créé pour l'occasion où chaque joueur sélectionne 11 joueurs et les remplaçant en disposant du même budget. Un moyen vraiment intéressant et qui adopte donc le principe même du draft pour effectuer avec des amis des championnats dans des conditions similaires, la tactique et un bon flair feront donc la différence.

Football Manager 2016 se présente cette année avec tout un tas de grosses et petites nouveautés sans pour autant offrir l'épisode parfait. Contrairement aux autres années, le jeu est nettement plus stable à son lancement, ce qui fait déjà plaisir à voir. Les nouveautés présentes ne sautent pas toutes aux yeux, certaines s'avèrent très pertinentes, d'autres moins mais dans l'ensemble, la série continue sur le bon chemin pour offrir une expérience de jeu absolument dingue en matière de gestion.

On note toujours quelques soucis d'équilibre, un moteur graphique largement perfectible, quelques licences absentes (championnat anglais et allemand) et des conférences de presse qui deviennent répétitives malgré des progrès. Suffisant pour passer à l'achat même si on possède la version précédente ? Oui si vous êtes un fan et fidèle de la série, autrement si votre investissement dans le jeu est irrégulier et presque occasionnel, c'est tout de suite moins évident.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 14/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] 3D MiniGolf

14 Juin 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PC

Un petit jeu de sport sur PC pour les vacances, ça peut être sympa non ? Alors il y a les classiques comme Football Manager par exemple mais le catalogue de jeux de sport sur PC ne manque de variété comme en témoigne un petit jeu disponible depuis peu sous le nom de 3D MiniGolf. Si vous n'avez pas la chance d'avoir un golf miniature à proximité de chez vous, de votre lieu de vacances, alors c'est peut-être la bonne occasion de découvrir le plaisir des parcours... à condition que le jeu soit à la hauteur.

Lorsqu'on lance 3D MiniGolf, on comprend rapidement son petit prix initial. C'est simple, c'est basique et ceci pour l'ensemble du jeu. D'un point de visuel, c'est très pauvre malgré quelques petits détails sympa. Même en "élevé" sur l'ensemble des paramètres et avec le système antialiasing activé, on fait face à un titre particulièrement moche avec des couleurs étranges et une modélisation largement perfectible.

Les bugs visuels sont nombreux et ne font que gâcher le plaisir. Heureusement on arrive tout de même à trouver quelques points convaincants comme les menus qui s'offrent un design simple et efficace, impossible de s'y perdre. Au niveau des parcours et lieux proposés, c'est globalement convaincant avec une bonne variété et des obstacles parfois inspirés. Dans le lot on constate quelques ratés mais cela reste plutôt honnête pour un jeu de Golf Miniature. Visuellement il ne faut absolument rien attendre de particulier, le titre étant dépassé et légèrement mieux qu'un très bon jeu flash du même genre, mais en gratuit.

Au niveau du gameplay, ce goût de déception est toujours omniprésent. Le tutoriel, sous forme de simples bulles textuels joue la carte de la simplicité. On comprend rapidement les touches sans perdre trop de temps à faire des séances d'entrainements. En même temps compte tenu du faible nombre de touches, pas besoin d'un tutoriel énorme, la prise en main étant très bonne. Malheureusement, cette jouabilité est maladroite et incomplète.

D'une part, elle est trop basique pour ceux qui recherchent un aspect technique mais surtout ça manque de souplesse et de paramètre tout au long de la préparation du coup et de l'analyse du parcours. Une caméra extrêmement lourde et que l'on ne peut pas changer. Il faut se contenter d'un zoom ridicule... Un clic droit pour orienter sa canne, un click gauche pour gérer la puissance et cela s'arrête ici. Pas de notion de vent, pas de sol différent (gazon, terre battue...).

Heureusement il y a quelques obstacles sympathiques, des tremplins, des loopings, des labyrinthes, ce qui permet de prendre un peu de plaisir mais ça reste trop léger. On fait régulièrement face à des bugs du genre, votre balle traverse un obstacle... vive le moteur physique. Aussi il y a parfois des parcours étranges où il n'y a pas de trou, juste un sommet avec un espace important où il faut mettre la balle... plutôt bizarre pour un Golf Miniature. 

En matière de durée de vie, et malgré un prix assez doux, le jeu ne pourra pas satisfaire le joueur. Le jeu offre 3 lieux (très proche d'un point de vue visuel) pour 54 parcours (18 trous par lieu). C'est trop peu lorsqu'on sait qu'un lieu de 18 parcours se boucle en 30 minutes en effectuant au moins la médaille de bronze. La médaille d'or signifie un trou en un coup, l'argent en deux coups et le bronze en trois coups. Pas de grosse difficulté, seul un bug pourra vous obliger à recommencer, c'est quand même triste à ce niveau-là. 

Au niveau des modes de jeu, ça manque de saveur, d'une invitation à y retourner. Un mode défi, un mode tournoi (où l'on peut gérer la difficulté sous forme d'étoiles) et un mode multijoueur. Non ce n'est pas un mode multijoueur online mais simplement un multijoueur en local, ce qui là encore ne pourra que décevoir les joueurs pensant s'organiser des parcours en amis à distance. Il vous reste toujours les succès Steam pour s'offrir une raison d'y retourner...

Enfin on termine avec quelques mots sur la bande-son du jeu. Celle-ci se révèle très pauvre, très répétitive mais permet tout de même d'obtenir une ambiance cool et zen, ce qui n'est pas plus mal pour ce genre de jeu. Par contre le jeu n'offre pas l'occasion d'entendre la moindre voix et surtout les bruitages ne sont pas terribles... Mieux vaut donc se tourner vers sa bibliothèque musicale.

3D MiniGolf est une bonne idée mais beaucoup trop maladroite, légère et perfectible. Le concept est sympa à condition que le gameplay soit suffisamment complet, technique et maîtrisé, ce qui n'est pas le cas ici. Aussi la réalisation n'est clairement pas à la hauteur avec un vrai manque de finition et de variété. Le jeu manque d'environnement, de parcours, de contenu et surtout d'un mode multijoueur online. Il faudra vraiment être extrêmement tolérant et en manque d'un jeu de Golf Miniature pour se laisser tenter par cette expérience qui pouvait clairement être meilleure.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 11/20
Gameplay : 12/20
Durée de vie : 12/20
Bande-son : 9/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 11/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir les commentaires

[Test] Trainz A New Era

2 Juin 2015 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PC

La série Trainz fait son retour, voilà maintenant 3 ans qu'elle était plongée dans un silence laissant la place à d'autres concurrents comme Train Simulator 15. Après un Trainz Simulator 2012 pas franchement séduisant malgré quelques efforts par rapport à la version 2010, il était temps que la série se décide à vraiment grandir et notamment d'un point de vue visuel. C'est ce que l'on espère donc avec ce nouvel épisode disponible depuis peu sous le nom de Trainz A New Era. La nouvelle référence en matière de simulation ferroviaire ?

Pour le retour de la série, la communication s'est montrée persistante sur la nette amélioration graphique de ce nouvel épisode. Malheureusement les promesses ne sont pas spécialement tenues, oui il y a bel et bien une amélioration par rapport à l'épisode 2012 mais on est encore loin de ce que l'on est en mesure d'attendre au niveau de la réalisation d'une simulation ferroviaire, d'autant plus quand la concurrence est bien présente.

On constate surtout un vrai problème d'optimisation, comme si on avait davantage la version bêta plutôt que la version finale du titre. Un clipping omniprésent, des textures vilaines dès lors que l'on commence à s'amuser avec le zoom sur l'environnement ou encore des chutes de framerate parfois conséquentes. La modélisation des différents engins moteur est convaincante dans l'ensemble mais certaines textures sont parfois grossières. D'une manière générale, le titre souffre d'un vrai problème de finition et d'optimisation sur de nombreux points à l'image de la concurrence...

En matière de gameplay, il faudra être un passionné de train et se montrer à la fois tolérant et peu exigeant pour espérer prendre un peu de plaisir à parcourir de longs trajets à bord des différentes locomotives du jeu. Autrement la simulation sera à vos yeux une déception sur une multitude de points. La jouabilité se révèle trop légère, trop superficielle pour une simulation ferroviaire.

On découvre une interface loin d'être agréable et intuitive, des temps de chargements affreusement longs et quelques détails qui démontrent une expérience de jeu un peu timide pour vraiment pousser l'immersion au maximum dans le pilotage des engins. Les machines diesels ne possèdent pas de jauge de fuel, la consommation de carburant n'offre donc aucun impact sur la gestion d'un itinéraire.

Aussi, on parle de machines diesels, mais où sont les engins électriques ? Ne soyez pas surpris si vous ne voyez pas le moindre pantographe... L'immersion dans la cabine a fait l'objet de quelques améliorations de l'ordre du détail (gestion des ombres, des mouvements...) mais cela reste à la fois perfectible et un peu timide pour justifier un nouvel élan de la série en matière de simulation.

Au niveau de la durée de vie, on fait face à un titre avec un contenu qui fâche à l'image de son concurrent direct. cette impression d'acheter une version Alpha et d'avoir une boutique de DLC avec des tarifs parfois élevées, laisse clairement un goût de déception. Il y a un vrai manque de finition et de souci du détail dans l'expérience de jeu en matière de gameplay. Forcément l'effet de boule de neige sur le contenu et la durée de vie est négatif.

Si l'on s'en tient la version normale (et non la deluxe qui apporte un peu plus de contenu), on aura une simulation répétitive. Alors oui, le titre est compatible avec le multi-fenêtrage, les contrôles sont configurables, un mode multijoueur mais aussi un outil d'édition (une référence) sont de la partie. Cela permet heureusement de rassurer les acheteurs et d'espérer quelques patchs afin de rendre l'ensemble plus stable mais en matière de contenu, il ne fait pas mieux que la concurrence.

Enfin on termine avec la bande-son du titre. Un critère qui a son importance pour une simulation dans la mesure où le passionné de train voudra impérativement entendre un vrai sifflet de train et surtout une différence d'une machine à une autre. Le résultat est plutôt moyen dans l'ensemble, sans être totalement mauvais ou bâclé, l'ambiance sonore souffre sérieusement de la concurrence qui parvient à faire nettement mieux sur ce point. Que ce soit les rares thèmes musicaux ou les différents bruitages dès que l'on se met à bord d'une machine, l'expérience sonore se montre, à l'image du jeu perfectible.

Trainz A New Era n'est pas la révolution ferroviaire que l'on espérait. Après pourtant plusieurs années d'attente, la série ne fait pas un retour fracassant mais plutôt frustrant à tous les niveaux. Malgré des efforts visibles, la réalisation est bien loin des attentes, la jouabilité manque de profondeur, la durée de vie est bien trop maigre avec une politique de DLC discutable tandis que la bande-son s'en sort bien mais fait pâle figure dès lors que l'on se lance dans une comparaison avec une autre simulation ferroviaire. On espère donc déjà quelques patchs et contenus supplémentaires avant de demander un autre épisode qui se présente davantage comme une vraie version finale.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 10/20
Gameplay : 12/20
Durée de vie : 10/20
Bande-son : 12/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 10/20

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Voir les commentaires