Jeuxvideo-world

[Test] World of Final Fantasy

28 Octobre 2016 , Rédigé par jeuxvideo-world Publié dans #Tests PS4

En attendant l'arrivée de Final Fantasy XV pour la fin du mois de novembre, les amateurs de J-RPG et surtout les fans de la licence Final Fantasy peuvent patienter d'une belle manière avec la sortie en cette fin du mois d'octobre d'un épisode un peu particulier appelé : World of Final Fantasy. Disponible sur PlayStation 4 et PlayStation Vita, son annonce lors de l'E3 en 2015 n'avait pas spécialement marqué les esprits avec son style qui se détache de ce que l'on connaît des épisodes traditionnels.

Et pourtant ce n'est pas le premier spin-off de la licence capable de surprendre, on se souvient de Dissidia sur PlayStation Portable ou encore de Theathrythm sur Nintendo 3DS. Peut-être que l'aspect très mignon n'a pas bluffé au premier coup d'oeil, mais ce serait dommage de s'arrêter à cette impression car le jeu semble détenir un énorme potentiel, que vaut donc cette version PlayStation 4 ?

Visuellement, le jeu pourra diviser les joueurs. En effet il est probable que certains n'accrochent pas à cette direction artistique particulière qui offre un air enfantin à l'ensemble du jeu et notamment les protagonistes. Néanmoins, ce choix n'est pas mauvais, loin de là, il s'agit simplement d'un pari osé. Le charac-design (signé Testuya Nomura) rappelle une autre licence : Kingdom Hearts. Le jeu nous présente ainsi Lann et Reynn considérés comme des Gigantus dans le jeu (taille humaine). Sauf que l'on va rapidement découvrir qu'il dispose de capacités très spéciales. Au niveau de l'univers, on pourra découvrir deux mondes : Le Coteau des Neuf-Fresnaies et le monde de Grymoire. Le Coteau des Neuf-Fresnaies est la ville où les jumeaux habitent et pourront prendre du recul sur l'aventure (boutique, mini-jeux...) c'est un peu la base de l'aventure. Le monde de Grymoire contient l'intégralité du jeu et ses différents décors issus des épisodes Final Fantasy : Cornélia (Final Fantasy), Saronia (Final Fantasy III), Balamb (Final Fantasy VIII), Besaid (Final Fantasy X)...

A chaque fois, on pourra découvrir des environnements très colorés avec de jolies lumières, et donc de beaux plans en perspective. Le côté cartoon et mignon fonctionnent à merveille pour offrir une aventure très agréable avec cette dimension de taille très amusante et surtout utile, ce n'est pas qu'un choix artistique. En effet si nos héros sont considérés comme des Gigantus, ils pourront être également des lilipuces (style chibi). On pourra basculer d'une forme à une autre sans le moindre problème, en fonction des besoins avec myrages. Qu'est-ce qu'un myrage ? C'est un peu l'équivalent d'un pokémon, sauf qu'ici c'est une créature fidèle au bestiaire de la licence Final Fantasy. Dans un style mignon et coloré, chaque créature pourra être de différentes tailles : petit, moyen, grand ou même très spécial en mode méga.

Pas trop linéaire dans l'ensemble, le jeu varie assez bien l'expérience de jeu entre les villes, les donjons et les plaines. Les villes n'apportent pas énormément si ce n'est quelques dialogues, l'essentiel se passe dans les donjons. Au niveau de l'interface, rien de particulier, le style reste fidèle à ce que l'on peut trouver dans un jeu Final Fantasy, récent comme ancien. Concernant la partie technique du jeu, c'est légèrement moins séduisant. On pourra par exemple reprocher un peu d'aliasing, des temps de chargement un poil long ou encore des textures un peu plates même si c'est plus à cause d'un choix artistique que d'un vrai problème technique. Autrement la finition du jeu est très bonne, c'est propre sans le moindre bug constaté.

Au niveau de son gameplay, World of Final Fantasy est riche, amusant, addictif et stratégique. On aurait pu penser par son style que le gameplay serait simple et basique mais ce n'est absolument pas le cas, au contraire c'est une petite perle que les amateurs de J-RPG vont pouvoir savourer. On fait donc face à un système de tour par tour avec une jauge ATB, une jauge PV, une jauge PA et plusieurs subtilités. A gauche de l'écran, on a une sorte de liste qui indique l'avancée des actions. Jusqu'ici c'est assez classique, mais l'intégration des myrages apporte déjà un vent de fraîcheur et un clin d'oeil à pokémon. Nos jumeaux peuvent chacun disposer de 2 myrages dans les combats. En plus des forces et faiblesses de ces myrages, vous allez pouvoir exploiter une fonctionnalité très intéressante susceptible de vous mener autant à la victoire qu'à la défaite en cas de mauvaise utilisation : le système de pyramide. Votre équipe s'empile pour faire une colonne de deux ou trois avec l'avantage (mais aussi le désavantage) de cumuler les forces et faiblesses de votre personnage et myrages de la pyramide.

Ce système cumule les PV, PA ainsi que les attaques mais il ne cumule pas le nombre d'action pour un tour. C'est-à-dire qu'au lieu de faire trois actions dans un tour avec trois personnages, vous ne ferez qu'une action dans le cas d'une colonne de trois personnages. Cela implique une réflexion et donc une véritable stratégie pour faire les bons choix. Aussi, si vous avez au moins deux personnages qui cumulent la même spécialité élémentaire (le feu par exemple), vous obtenez la compétence Extra feu. Cet exemple est valable pour l'ensemble des attaques élémentaires du jeu. Par contre si votre personnage avec l'élémentaire Feu est très faible face à une attaque élémentaire Eau, le moyen de contourner ce problème dans votre pyramide, c'est que l'autre myrage soit très fort en Eau. Sa force permettra d'annuler la faiblesse de votre myrage Feu et ainsi de suite pour tous les éléments là aussi. On se rend donc rapidement que ce système de pyramide offre une dimension stratégique très intéressante avec une profondeur énorme compte tenu des possibilités offertes et des nombreux paramètres susceptibles d'être modifiés.

La faiblesse d'une pyramide, en plus d'un mauvais jugement sur ses faiblesses, c'est que celle-ci s'effondre ce qui sera synonyme d'un étourdissement temporaire qui peut parfois coûter très cher. Par contre ce qui est valable pour le joueur est également valable pour l'IA, il ne faut donc pas hésiter à détruire ces pyramides. Le seul autre moyen de gagner du temps en faisant sauter un tour, c'est que votre adversaire soit plongé dans un sommeil par exemple, l'altération d'état est donc un moyen parfois simple et efficace pour enchaîner les actions sans une offensive de la part de l'ennemi. Ces fameux myrages ne tombent pas du ciel, il va falloir procéder à de nombreuses captures à l'image de Pokémon. Sauf que Sacha de Bourg-Palette doit affaiblir au maximum le pokémon puis lancer une "Poké-ball" pour espérer capturer la créature. C'est beaucoup plus délicat et stratégique avec le jeu de Square Enix.

Lorsque vous faites face à un myrage, il va falloir effectuer un scan pour découvrir la méthode à suivre afin de pouvoir capturer le myrage en question. La manière d'aboutir à la capture est différente et plus originale d'un myrage à un autre : rendre beaucoup de PV en une seule fois, réaliser une attaque physique, infliger d'importants dégâts, faire subir une altération d'état, soigner l'ennemi, offrir un bonus à l'ennemi... Ce procédé implique donc d'avoir une équipe capable de répondre au critère de capture du myrage. En dehors des combats, le myrage se promène à vos côtés avec peut-être la chance de découvrir des objets (potion par exemple), intéragir avec des éléments du décor ou même faire office de monture pour certains myrages. Le myrage est donc autant utile en combat qu'en exploration, ce n'est pas simplement dans un but de collection. Il sera possible de découvrir les héros de la saga Final Fantasy sous forme d'invocation avec une mise en scène très personnelle à chaque fois.

Vous vous en doutez, la durée de vie est très satisfaisante avec un contenu solide. C'est toujours difficile d'estimer un temps de jeu puisque cela va dépendre de votre vitesse à maîtriser le gameplay du jeu ainsi que votre manière de jouer en matière d'exploration. En tout cas, on se situe aux alentours de 50 heures en se concentrant sur la trame principale, on peut presque doubler ce chiffre si l'on cherche le 100%. Dans votre base, vous pourrez récupérer une multitude de quêtes annexes, retrouver quelques mini-jeux, faire des combats en arène dans le colisée ou encore une boutique. Vous pourrez par exemple au salon de thé récupérer "des sauveurs" (héros de la saga Final Fantasy en invocation) en échange de gemmes astrales. Le jeu n'oublie pas les fonctionnalités online, puisqu'il sera possible d'affronter d'autres joueurs en ligne avec ces myrages, ou même procéder à des échanges de myrages dès lors qu'il respecte les conditions de niveaux imposés.

Une immense richesse dans le contenu avec une profondeur impressionnante au niveau des myrages. En effet lorsque vous capturez un myrage, celui-ci augmente de niveau (au même titre que les jumeaux) et gagne des points de compétences. On pourra utiliser ces points pour augmenter les performances de son myrage à travers un système nommé sphérier. Celui-ci rappelle évidemment le système d'amélioration que l'on pouvait découvrir dans Final Fantasy X. Non seulement les stats du myrage augmentent mais surtout, en fonction du myrage, il sera possible de procéder à une évolution ! Oui on parle bien d'une autre forme du myrage à l'image de ce que propose Pokémon. Sauf qu'une fois encore, il y a une variante par rapport au concept de l'univers Pokémon, c'est la grande souplesse de ce système d'évolution. En effet lorsqu'il y a une évolution, il y a forcément un changement de gabarit et donc potentiellement un passage de petit à moyen par exemple.

Cela va ainsi remettre en cause votre organisation pour les combats et vos tactiques au niveau des pyramides. Ainsi, vous pourrez parfaitement repasser à la forme physique du stade précédent si vous le désirez. Il faut savoir qu'en exploration, vous pouvez avoir vos 2 myrages en combat ainsi que 6 autres sur vous sans se rendre dans votre malle pour récupérer les autres myrages capturés en attente. Avec un bestiaire très conséquent, il vous faudra de longues heures avant de parvenir à compléter entièrement l'encyclopédie du jeu, les collectionneurs apprécieront fortement le concept. D'une manière générale, le jeu contient énormément de fan service sans pour autant mettre de côté les joueurs qui connaissent simplement l'univers Final Fantasy sans être un fan absolu pour autant.

On termine par la bande-son et le scénario, deux points assez convaincants dans l'ensemble mais sans être parfait. Du côté de l'ambiance, le bilan est à la hauteur des attentes que ce soit dans les compositions musicales ou les doublages. Les thèmes musicaux sont dans l'esprit Final Fantasy, et sans être aussi mémorable qu'un épisode de la saga, ils parviennent sans problème à offrir cette charmante ambiance capable de séduire petits et grands joueurs. Au niveau des voix, on pourra faire face à des voix anglaises dont la qualité est au rendez-vous... Mais où sont les voix japonaises ? Elles sont bien de la partie mais par l'intermédiaire d'un DLC... Très décevant comme choix.

En ce qui concerne la partie scénaristique, il ne faudra pas s'attendre à un gros travail d'écriture, l'introduction est même très classique. Il ne faut pas avoir peur de parler de prétexte pour combiner plusieurs univers et personnages issus de la saga Final Fantasy. Le lancement est plutôt mystérieux et un peu captivant avec donc la présence des jumeaux qui ne se souviennent de rien, comme par hasard, et qui disposent de facultés très particulières. Rien de surprenant de découvrir une histoire assez simpliste, d'une part c'est un spin-off et surtout ça colle avec son style enfantin pour s'adresser à n'importe quel public.

World of Final Fantasy est une belle surprise que l'on ne voyait pas venir en cette fin d'année. En effet si tous les joueurs attendent avec impatience la sortie de Final Fantasy XV, celle de World of Final Fantasy était nettement moins attendue. Et pourtant on tient ici un véritable hit en matière de J-RPG avec une réalisation propre mais modeste, un style graphique osé, un gameplay profond, addictif et maîtrisé ou encore un contenu monstrueux. L'ambiance sonore est au rendez-vous et le scénario se charge du minimum pour nous plonger dans cette aventure jouant constamment sur du fan service en plus d'excellentes idées comme les myrages, des créatures issues de la licence Final Fantasy qu'il faudra capturer. Une aventure longue et amusante.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Graphismes : 15/20
Gameplay : 17/20
Durée de vie : 17/20
Bande-son : 15/20
Scénario : 13/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note globale : 16/20

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Commenter cet article